Advertisements

Archive

Posts Tagged ‘Normandie 1944 Renforts allemands’

SS-Panzer-Regiment 2 DR (Maranes, 2016)

2 janvier 2017 1 commentaire

maranes-2016-cazenave-stephan-panzerregiment-2-dr-normandie-1944Après le tome 2 consacré à la 12. SS-Panzer-Division « Hitlerjugend » en Normandie à l’été 1944, Stephan CAZENAVE propose un livre basé sur le même principe (témoignages, iconographie originale, reproductions de documents d’époque) consacré au régiment de chars de la 2. SS-Panzer-Division « Das Reich ». Lire la suite…

Advertisements

Normandie 1944 Magazine n°18 (Heimdal, 2016)

23 février 2016 Laisser un commentaire

Normandie 1944 018

En se basant sur le témoignage d’un vétéran de la 716. Infanterie-Division en position sur ce qui allait devenir le fameux « Pegasus Bridge », un premier article nous fait découvrir vu du côté allemand ce raid britannique éclair dans la nuit quelques heures avant le débarquement sur les plages normandes. Il en ressort une forte impression de confusion, une certaine différence de perception entre les récits des deux camps compte tenu de l’obscurité, de la soudaineté de l’attaque et de l’intensité de des quelques minutes où tout se joue. Egalement intéressant, la vision du vétéran sur les mois d’occupation et de veille qui précèdent le Jour-J ainsi que sur sa captivité. Lire la suite…

Batailles n°65 (Ysec, 2014)

29 janvier 2016 1 commentaire

Batailles 065

A l’été 1944, les combats face à l’Axe sont encore terribles, qu’ils se déroulent en Europe ou dans le Pacifique. Même si la situation stratégique est favorable aux Alliés et la victoire finale commence à s’esquisser sérieusement, le coût pour y arriver est élevé (voir également Automne 1944, échec allié ou redressement allemand ?), comme le montrent les différents articles de ce numéro particulièrement varié. Lire la suite…

Panzerdivision Hitlerjugend, volume 2 (Maranes, 2015)

7 janvier 2016 4 commentaires

Maranes 2015 CAZENAVE Stephan Panzerdivision Hitlerjugend volume 2

Ancien des Editions Heimdal et de 39/45 Magazine, Stephan CAZENAVE publie une volumineuse étude sur les combats de la 12. SS-Panzer-Division “Hitlerjugend. Étonnamment, le second volume est publié avant le premier, mais il retrace uniquement l’engagement de son régiment blindé sur le front normand.

Plusieurs livres ont été publiés, notamment aux Editions Heimdal, à propos de cette division (un historique divisionnaire en 1994, des études plus ciblées sur des combats particuliers comme ceux menés contre les Canadiens, et plus particulièrement ceux autour de l’abbaye d’Ardenne et de Buron). Sans compter le nouvel ouvrage aux Editions Heimdal sur le même sujet et écrit par Norbert SZAMVEBER… Bref, il y a de la concurrence ! Lire la suite…

Normandie 1944 Magazine hors-série n°10 (Heimdal, 2015)

2 juin 2015 2 commentaires

Normandie_1944_HS_010

Voici la première moitié d’un livre relié des Editions Heimdal publié sous forme de numéro hors-série de Normandie 1944 Magazine. Avec la seconde moitié, il propose une vision renouvelée de cette célèbre bataille au cœur des combats en Normandie en juin 1944.

Les premiers chapitres présentent le contexte et la situation générale en insistant sur les plans alliés pour sortir de la stabilisation du front devant Caen et donner de l’air à la tête de pont issue du Débarquement du 6 juin et sur l’arrivée des renforts allemands (voir aussi l’ouvrage chez le même éditeur sur les « Panzer face au Débarquement« ). Au centre du front allemand, s’est créé un trou au sud de Bayeux entre les secteurs américains et britanniques alors que les deux extrémités de la tête de pont sont plus solidement tenues. Avec l’opération Perch, les Britanniques essayent de saisir cette opportunité. Mais ils ne mesurent pas assez qu’ils vont devoir faire face aux renforts adverses qui arrivent et convergent vers ce point faible du front allemand. Menées par des chefs aguerris et dotées de matériels de qualité, ces unités font preuve d’audace, de réactivité et de flexibilité.

Heimdal_2015_DEPRUN_Frederic_JOUAULT_Yann_Villers_BocageUne bonne partie de ce numéro est consacrée à la charge de Michael WITTMANN contre la colonne britannique qui s’étale sur la route à la sortie de Villers-Bocage. Le texte, les photos et la superposition de photos prises d’avion et des dessins représentant les matériels détruits permettent aux lecteurs de mesurer le carnage qui s’est ainsi déroulé et l’exploit tactique réalisé.

Les profils couleurs sont également de toute beauté.

Sommaire :

  • Prélude à la bataille
  • La s. SS-Panzer-Abteilung 101
  • L’arrivée des Tiger près de Villers-Bocage
  • L’entrée dans Villers-Bocage

 

 

Automne 1944, échec allié ou redressement allemand ? (Batailles & Blindés hors-série n°25, Batailles n°66)

18 octobre 2014 1 commentaire

revue_bataillesetblindes_hs_025 revue_batailles_066

La bataille de Normandie débouche en août 1944 sur une claire victoire alliée. Le front allemand est percé et la Wehrmacht condamnée à abandonner les conquêtes du printemps 1940. Alors que les Allemands sont dans l’impossibilité d’offrir une résistance organisée et d’être en capacité de reprendre l’initiative, le mois de septembre voit tous les espoirs alliés de terminer la guerre avant Noël s’envoler.

Sur le front Ouest, le second semestre 1944 se déroule en quatre étapes :

  • La victoire alliée en Normandie
  • L’enlisement allié
  • La consolidation des positions des deux camps
  • La contre-offensive allemande dans les Ardennes et en Alsace

La question est donc ouverte : s’agit-il d’un échec allié ou d’un spectaculaire redressement allemand ?

Deux numéros viennent alimenter la réflexion. Le numéro 66 du magazine Batailles se penche plutôt sur la réaction allemande et la capacité du III. Reich à rétablir une situation qui pouvait paraître désespérée. De son côté hors-série numéro 25 de la revue Batailles & Blindés analyse la succession des erreurs que commettent les Alliés.

La poche de Falaise marque d’un côté la fin de la bataille de Normandie pour les Allemands mais aussi le début des décisions erronées alliées. Même en laissant un matériel important et plusieurs milliers de prisonniers, les Allemands préservent l’essentiel. Le franchissement de la Seine et le repli du Sud de la France sont deux succès défensifs à mettre au crédit allemand. La problématique est la même : comment sauver ce qui peut l’être et ramener le maximum de troupes sur les frontières du Reich à défaut d’être capable de mettre en place des lignes de défense intermédiaires.

L’exploitation du succès normand est clairement un échec allié. Si les moyens militaires sont là, la logistique n’est pas suffisante, même si elle est colossale, pour alimenter correctement tous les axes de progression : Bretagne, Nord, Ouest… Des choix sont à faire, et seuls des compromis verront le jour pour des questions essentiellement politiques et relationnelles au sein des Alliés. Les Américains sont stoppés en Lorraine et les Alliés tenus en échec en Hollande.

En fait, c’est l’addition de petits événements qui s’accumulent et qui conduisent à l’impossibilité alliée de terminer la guerre avant Noël :

  • L’impossibilité alliée de boucler hermétiquement la poche de Falaise
  • Le succès des replis allemands par la Seine et du Sud de la France
  • Le blocage des principaux ports français avec l’établissement de forteresses qui détournent des unités alliées et empêchent la multiplication des points de ravitaillement sur les côtes
  • L’incapacité alliée à encercler la 15. Armee et à s’emparer de l’embouchure de l’Escaut pour se servir d’Anvers dont les installations portuaires sont pourtant capturées intactes
  • L’inadéquation des plans opérationnels américains en Lorraine
  • L’opération aéroportée « Market-Garden » mal conçue, sur un terrain inapproprié
  • Le maintien de la cohérence tactique des unités allemandes rodée par des années de guerre et de situations acrobatiques, sans oublier une discipline de fer et une éducation idéologique relayées par une propagande omniprésente

Comme le souligne John MOSIER dans son livre Le mythe du Blitzkrieg, les Alliés répètent les mêmes erreurs que les Allemands en Hollande en 1940 ou pendant la Première Guerre mondiale face à des unités relativement faibles mais bien installées dans des fortifications rustiques comme à Metz.

En fait, l’analyse comparée des erreurs alliées et des mesures de redressement allemand démontre que comme souvent, celui qui gagne au final est celui qui fait le moins d’erreurs. Cela dit, le déséquilibre stratégique et des forces est tel, qu’une défaite alliée et une victoire du III. Reich étaient impossibles sauf à imaginer une succession de décisions désastreuses d’un côté et un sans-faute de l’autre. Les conséquences de l’automne 1944 ne se ressentent pas immédiatement mais sur le seconde moitié du XXème siècle avec l’abandon de toute l’Europe de l’Est au profit de l’URSS… Et la Guerre froide qui en résulte.

=> Acheter des numéros de Batailles

=> Acheter des numéros de Batailles & Blindés

=> Acheter « Le mythe du Blitzkrieg » (John MOSIER)


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

 

Normandie 1944 Magazine hors-série n°6 (Heimdal, 2012)

25 août 2012 1 commentaire

Ce numéro est consacré à la réaction des troupes blindées allemandes au Débarquement du 6 juin 1944 et revient sur l’engagement des trois divisions blindées allemandes qui interviennent du 6 au 8 juin (21. Panzer-Division, 12. SS-Panzer-Division “Hitlerjugend et 130. Panzer-Lehr-Division).

Après une présentation succincte de ces trois divisions, ce numéro revient sur les combats du 6 juin contre les parachutistes britanniques, la contre-attaque de la 21. Panzer-Division qui atteint les côtes entres les plages de Sword Beach et de Juno Beach, la montée au front de la 12. SS-Panzer-Division “Hitlerjugend et de la « Panzer-Lehr », l’échec de toute contre-attaque allemande organisée et la mise en place des verrous autour de Caen sur lesquels vont buter les Britanniques et les Canadiens.

Ce numéro fait très largement appel aux archives des Éditions Heimdal. L’organigramme type d’un Panzer-Regiment type 1944 est ainsi repris du célèbre ouvrage d’Eric LEFEVRE paru au début des années 80 sur les Panzers en Normandie).

Les très beaux profils couleurs de Thierry VALLET apportent de nouveau beaucoup d’originalité.

Cependant, malgré le sentiment de vu et revu, ce numéro réjouira tous les passionnés, qu’ils possèdent ou non les ouvrages cités d’ailleurs en introduction qui ont inspiré les textes, l’iconographie et les cartes.

Les quelques mots de conclusion reviennent sur le non engagement de la 116. Panzer-Division alors stationnée entre Rouen et Beauvais qui va rester l’arme au pied pendant plusieurs semaines. De quoi évoquer un possible « sabotage » des comploteurs qui souhaitaient conserver cette unité pour la suite de l’attentat devant tuer HITLER… Vaste débat !