Ardennes 1944/1945 – jeudi 28 décembre 1944

Après une journée de relative accalmie durant laquelle les deux camps fourbissent leurs armes pour une nouvelle phase de la bataille des Ardennes, la journée du 28 décembre 1944 voit la 6. SS-Panzer-Armee définitivement échouer dans ses efforts offensifs et y mettre fin. Manhay ne peut être repris. L’effort allemand se concentre désormais uniquement sur Bastogne. Lire la suite « Ardennes 1944/1945 – jeudi 28 décembre 1944 »

Publicités

Ardennes 1944/1945 – mercredi 27 décembre 1944

La situation s’est aggravée pour les Allemands le 26 décembre 1944. La 2. SS-Panzer-Division a été repoussée de Manhay, la 2. Panzer-Division a dû replier ses avant-gardes en abandonnant leur matériel et la 4th US Armored Division a rétabli la liaison avec la garnison de Bastogne qui n’est donc plus encerclée totalement, même si elle forme un saillant avancé dans les flancs allemands. Lire la suite « Ardennes 1944/1945 – mercredi 27 décembre 1944 »

Ardennes 1944/1945 – mardi 26 décembre 1944

Après une journée de Noël qui voit les espoirs allemands définitivement douchés dans les Ardennes, la journée du 26 décembre 1944 marque le début d’un reflux que plus rien n’arrêtera. Lire la suite « Ardennes 1944/1945 – mardi 26 décembre 1944 »

Ardennes 1944/1945 – samedi 23 décembre 1944

Sur les Hautes Fagnes, la situation est définitivement figée. Plus aucune action n’est entreprise par les Allemands contre Bütgenbach ou Malmedy. Cette localité est malheureusement bombardée par erreur par l’aviation alliée bien qu’elle soit aux mains des Américains.  La Kampfgruppe Peiper est encerclée à La Gleize et n’a plus une goutte d’essence : l’ordre de repli est donné, mais seuls les hommes valides peuvent espérer percer vers les lignes allemandes. Après avoir effectué un crochet par la zone de la 5. Panzeer-Armee, la 2. SS-Panzer-Division relève la 560. Volksgrenadier-Division et prend d’assaut Barraque Fraiture. Dans le même temps, les unités américaines qui tenaient le saillant de Saint-Vith, notamment la 7th US Armored Division, s’échappe par Vielsalm avant de faire sauter le pont. Lire la suite « Ardennes 1944/1945 – samedi 23 décembre 1944 »

Ardennes 1944/1945 – vendredi 22 décembre 1944

A la fin du 21 décembre 1944, la situation est toujours aussi désespérante pour les Allemands. Pourtant l’attaque continue et il n’est pas question de stopper les efforts… Lire la suite « Ardennes 1944/1945 – vendredi 22 décembre 1944 »

Ardennes 1944/1945 – samedi 16 décembre 1944

A 5h30, la ligne de front s’enflamme dans les Ardennes. Dans la nuit, éclairés par des projecteurs de défense antiaérienne, les Allemands viennent de déclencher le premier acte d’un vast plan de la dernière chance pour tenter de renverser la situation à l’Ouest. Encore faut-il déjà percer les premières lignes américaines pour traverser les Ardennes, atteindre et franchir la MeuseLire la suite « Ardennes 1944/1945 – samedi 16 décembre 1944 »

Le GI face à la 6ème Armée Panzer – Tome 2 – La fin de la 6ème Armée Panzer SS (De Krijger, 2005)

De façon assez peu courante, Henri CASTOR choisit de présenter la bataille des Ardennes du point de vue américain dans une très belle série de livres consacrés aux combats des GI’s pour repousser tenir en échec l’opération Wacht am Rhein / Herbstnebel. Et sans ignorer les événements côté Allemand.

Dans ce volume, le seconde consacré au front face à la 6. SS-Panzer-Armee, l’auteur se penche principalement sur quatre épisodes marquants : la crête d’Elsenborn où la 12. SS-Panzer-Division est incapable de forcer la défense des 2nd US Infantry Division et 99th US Infantry Division, le saillant de Saint-Vith où résistent plusieurs jours durant des éléments de la 7th US Armored Division et de la 9th US Armored Division épaulés par les restes de la 106th US Infantry Division et de la 28th US Infantry Division contre lesquelles finit par être engagée la 9. SS-Panzer-Division, Baraque de Fraiture et Manhay où s’opposent 82nd US Airborne Divison et 2. SS-Panzer-Division, puis enfin la contre-attaque alliée et le reflux allemand vers la frontière du Reich.

Ce volume couvre donc une partie particulièrement importante des combats même si ces engagements ne sont pas les plus célèbres de la bataille des Ardennes. Lire la suite « Le GI face à la 6ème Armée Panzer – Tome 2 – La fin de la 6ème Armée Panzer SS (De Krijger, 2005) »

39/45 Magazine n°347 (Heimdal, 2018)

Les amateurs de la Seconde Guerre mondiale, et plus particulièrement du conflit en Europe avec en son centre l’Allemagne, seront particulièrement comblés par ce numéro de 39/45 Magazine proposé par les Editions Heimdal qui n’oublie pas non plus le Pacifique et les Harley-Davidson des soldats américains. Bref, un sommaire riche et un contenu de grande qualité…

Il est coutume de considérer que les Alliés ont été totalement pris par surprise par l’offensive allemande dans les Ardennes le 16 décembre 1944 et que leurs services de renseignements avaient failli dans leur mission. Pourtant, grâce aux interceptions réalisées par ULTRA, ils sont capables de lire à livre ouvert dans les communications des forces armées du III. Reich. A croire que le secret aurait été particulièrement bien tenu et que les Allemands n’auraient aucunement transmis d’ordres ou de consignes via leur système de transmission codé ENIGMA que les Alliés décryptent. Or, il n’en est rien, comme le prouve l’excellent article de Hugues WENKIN concernant l’échec du renseignement allié qui rétablit quelques vérités. Tout d’abord, si les Allemands ont tout particulièrement soigné le secret de leurs préparatifs, ils ont bien utilisé leurs habituels systèmes de transmissions. Mais des raisons techniques expliquent que tous les messages n’ont pas été captés. La somme des interceptions est également telle qu’il est difficile de trier entre l’important et le bruit de fond – un problème qui existe toujours dans le domaine des interceptions électroniques qui font l’objet de tris automatiques avant d’être examinés par des cerveaux humains. Ensuite, les interprétations des élément captés sont défaillantes. Par ailleurs, toutes les sources habituelles de renseignement sont aveugles, même les plus rudimentaires (interrogatoires des prisonniers, reconnaissances aériennes). En cette fin d’année 1944, l’échec allié de voir clair dans le jeu adverse et l’exploit allemand de reconstituer une force de manœuvre en toute confidentialité sont les deux faces d’un même acte qui se conclura par un réveil douloureux au petit matin du 16 décembre. Lire la suite « 39/45 Magazine n°347 (Heimdal, 2018) »

Bazooka vs Panzer, Battle of the Bulge 1944 (Osprey, 2017)

Osprey 2016 ZALOGA Steven Duel #77 Bazooka vs Panzer Battle of the bulge 1944La première moitié de ce livre se consacre au développement du Bazooka, l’arme antichar du fantassin américain dont les Allemands s’inspireront pour concevoir leurs propres armes, et des défenses rapprochées des chars allemands. Cet aspect est particulièrement intéressant puisqu’il s’intéresse à un aspect généralement assez peu abordé dans la littérature consacrée aux Panzer. Sont passés en revue les plaques additionnelles de protectionnelles montées sur les blindés allemands à partir de la moitié du conflit (les « Schürzen« ), mais surtout à l’armement de bord pour la défense rapprochée (lance-grenades, mitrailleuses externes opérées depuis l’intérieur de la cellule blindée et le Vorsatz P basé sur le MP 44 complété d’un système de tir « dans les coins » et d’un mini périscope. Lire la suite « Bazooka vs Panzer, Battle of the Bulge 1944 (Osprey, 2017) »

Dictionnaire historique – La Luftwaffe, la Waffen-SS (Heimdal, 1998)

Prolongement du Dictionnaire historique des grandes unités de l’armée de terre allemande durant la Seconde Guerre mondiale, ce volume aborde les unités de l’armée de l’air du III. Reich (Luftwaffe) ainsi que celles de la branche armée de la SS, la Waffen-SS.

Concernant la Luftwaffe, les unités volantes comme les unités terrestres sont présentées avec un bref historique de leur origine et leurs engagements ainsi que leurs commandants et leurs principales composantes.

Lire la suite « Dictionnaire historique – La Luftwaffe, la Waffen-SS (Heimdal, 1998) »