Kharkov Battles (Compass Games, 2020)

La région de Kharkiv (Kharkov à l’époque de la Seconde Guerre mondiale) marque le début et la fin du second cycle des combats en URSS. Le premier entamé avec le déclenchement de l’opération Barbarossa s’achève avec la fin des contre-offensives hivernales soviétiques. Le régime soviétique sauve militairement et politiquement sa peau. Quand arrive la période de boue consécutive au dégel, les deux adversaires se neutralisent dans une sorte statuquo. Bref, tout reste à faire dans cette lutte à mort. Chacun prépare la suite, le deuxième round.

Publicités
Lire la suite « Kharkov Battles (Compass Games, 2020) »

Kharkov 1942 (Perrin, 2022)

Avec ce livre, Jean LOPEZ inaugure la nouvelle collection Champs de bataille aux Editions Perrin (à ne pas confondre avec le feu magazine au même titre). Avec elle, il ambitionne de « dépasser l’histoire-bataille classique » ! Aborder la question des combats autour de Kharkiv (Kharkov à l’époque) au printemps 1942 est assurément un bon test pour vérifier s’il atteint son objectif…

Publicités
Lire la suite « Kharkov 1942 (Perrin, 2022) »

Les parachutages & atterrissages clandestins (Histoire & Collections, 2012 et 2021)

Ils en avaient pourrait-on dire presque vulgairement ! Pourtant, c’est une fresque peu connue du grand public que nous narre ici Jean-Louis PERQUIN avec son premier volume d’une étude consacrée aux opérations aériennes clandestines en France occupée au cours de la Seconde Guerre mondiale. Un histoire d’engagement, de conviction et de témérité ! Car les moyens paraissent plutôt spartiates… Suivez le guide !

Publicités
Lire la suite « Les parachutages & atterrissages clandestins (Histoire & Collections, 2012 et 2021) »

Steel Victory, The Heroic Story of America’s Independent Tank Battalions at War in Europe (Presidio Press, 2003)

Dans le panorama des livres consacrés aux forces blindées de la Seconde Guerre mondiale, ceux de Harry YEIDE dénotent dans le paysage historiographique habituel. En effet, son sujet de prédilection délaisse les traditionnels fauves germaniques et leurs hommes aux uniformes noirs pour se concentrer sur les unités blindées américaines et leurs combats. Steel Victory, premier d’un concept éditorial assez prolifique, retrace et analyse le parcours des US Tank Battalions indépendants au cours des opérations à l’Ouest, du Débarquement en Normandie jusqu’à la victoire du 8 mai 1945.

Publicités
Lire la suite « Steel Victory, The Heroic Story of America’s Independent Tank Battalions at War in Europe (Presidio Press, 2003) »

Ligne de Front hors-série n°44 (Caraktère, 2021)

Aussi « ancienne », un peu plus d’un siècle, que les chars eux-mêmes, la lutte antichar reste souvent en retrait dans les études alors qu’elle demeure au premier plan dans la tête les états-majors et des soldats. Les conceptions françaises de l’emploi des chars, et celles de Maurice GAMELIN, sont ainsi fortement influencées par la perception de son efficacité (voir par exemple GBM n°139). Bien plus contemporaine, la livraison à un pays de missiles FGM-148 Javelin peut être un message fort d’appui ou ressenti comme une provocation comme le montre l’exemple ukrainien. Car le combat char contre char ne représente presqu’une exception tant les fantassins sont les premiers, et la plupart du temps, confrontés seuls à la terreur des blindés.

Ligne de Front se propose d’aborde le sujet en se concentrant sur le cas de l’armée allemande de la Première Guerre mondiale à la Seconde. En apparence, un classique qui pourrait ne pas être aussi classique que cela…

Publicités
Lire la suite « Ligne de Front hors-série n°44 (Caraktère, 2021) »

Hannut France 1940 (Decision Games, 2021)

Victoire ou défaite ? Jugement difficile à porter sur la bataille de Gembloux / Hannut qui oppose le Corps de Cavalerie au XVI. Armee-Korps (mot.) du 12 au 14 mai 1940.

En effet, le 10 mai 1940, le Troisième Reich met fin à la Drôle de guerre en déclenchant l’opération Fall Gelb. Pour s’affranchir de la contrainte imposée par la présence de la Ligne Maginot et du Rhin à la frontière franco-allemande, la Wehrmacht choisit de contourner l’obstacle en passant par les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg. Pas de panique côté allié, cette éventualité étant considérée comme une hypothèse plus que probable, les plans sont prêts. Maurice GAMELIN appuie sur le bouton pour déclencher la manœuvre Dyle-Breda. Le commandant-en-chef allié, hésitant généralement à imposer ses vues et à trancher, ne tremble pas cette fois-ci. Non seulement il active son plan, mais il ne s’est aménagé aucun filet au cas où les plans allemands ne seraient pas tout à fait ceux prévus ou si comme dans toute guerre, un certain nombre d’imprévus se produisaient.

Publicités
Lire la suite « Hannut France 1940 (Decision Games, 2021) »

Mook 1944 n°7 (Weyrich, 2021)

Symbole de l’échec de la contre-offensive allemande des Ardennes au même titre que Bastogne, Mook 1944 pouvait difficilement éviter d’aborder un jour ou l’autre la Kampfgruppe Peiper, même si cette bataille ne peut s’y résumer comme le montre le travail de mémoire effectué par Weyrich et sa pléiade d’auteurs au fil de ses publications. C’est chose faite dans ce numéro.

Publicités
Lire la suite « Mook 1944 n°7 (Weyrich, 2021) »

Last Blitzkrieg (MMP The Gamers, 2016)

Premier jeu de simulation (wargame) sur carte avec hexagones et pions de la Battalion Combat Series de Multi-Man Publishing (MMP) The Gamers, Last Blitzkrieg permet de rejouer la contre-offensive allemande dans les Ardennes avec un niveau de réalisme rarement atteint. Comme son titre le laisse supposer, il se concentre uniquement sur la phase offensive allemande et n’aborde que la période du 16 au 31 décembre 1944. Les combats les plus denses autour de Bastogne ainsi que la contre-attaque généralisée alliée à partir du 3 janvier 1945 ne sont donc pas représentés ici.

Il existe déjà beaucoup de jeux qui simulent cette bataille, avec cependant des niveaux de détails très différents. Entre Battle Of the Bulge d’Avalon Hill et A Time for Trumpets de GMT, l’écart est déjà important. Mais entre Last Blitzkrieg et les autres, il est colossal ! Pas tellement au niveau de la finesse de représentation des unités, mais des mécanismes de jeu qui simulent à la fois les aléas (SNAFU) et une certaine inertie liée aux ordres reçus qui demandent du temps avant d’être modifiés.

Publicités
Lire la suite « Last Blitzkrieg (MMP The Gamers, 2016) »

Ligne de Front n°94 (Caraktère, 2021)

De l’amour à la haine, il n’y a qu’un pas… Ainsi peuvent se caractériser les relations entre Allemagne et Russie puis URSS dans la première moitié du XXème siècle. Ce numéro de Ligne de Front en fournit une belle illustration ! Après la Première Guerre mondiale, les deux pays nouent rapidement des relations privilégiées dans le domaine militaire. Le régime soviétique n’est pas pour rien dans le réarmement de l’armée allemande, qui n’attend pas non plus l’arrivée au pouvoir d’Adolf HITLER. Celui-ci trouve d’ailleurs dans les cartons de nombreux projets de matériels et doctrinaux testés sur les terrains mis à disposition des Allemands par l’Armée rouge.

Publicités
Lire la suite « Ligne de Front n°94 (Caraktère, 2021) »

La course à la Meuse, bataille des Ardennes, Bastogne (tome 2) (Weyrich, 2021)

Après avoir détaillé les combats sur l’Our durant les deux premiers jours de la contre-attaque allemande dans les Ardennes en décembre 1944, Hugues WENKIN continue de revisiter l’approche historique de cette bataille en se penchant cette fois-ci sur l’avance de la 5. Panzer-Armee, et plus particulièrement des 2. Panzer-Division et 130. Panzer-Lehr-Division, jusqu’en vue de la Meuse à Dinant. Les événements décrits couvrent la période du 18 au 24 décembre 1944.

Comme dans le premier volume, le lecteur voit quelques unes de ses certitudes parfois ébranlées s’il ne connait que la version officielle américaine aux accents hollywoodiens. Bastogne apparait comme jouant un indirect dans l’arrêt de l’offensive allemande tandis que les Britanniques y voient au contraire leur apport réévalué.

Publicités
Lire la suite « La course à la Meuse, bataille des Ardennes, Bastogne (tome 2) (Weyrich, 2021) »