A propos

La création initiale du site www.3945km.com date de juin 2007. Il répond au besoin de retrouver les nombreuses publications portant sur la Seconde Guerre mondiale par thème. Malheureusement, pour des raisons d’hébergement, il faut plusieurs fois le reconstruire (2012, 2014 et 2016). Heureusement, les pages du blog ouvert en août 2010 conservent une partie de cette mémoire. D’ailleurs, en 2017, le site et le blog fusionnent. Ces difficultés ont permis de faire évoluer un concept désormais stabilisé.

A ce jour, www.3945km.com constitue une base de données originale et inégalée. Il existe une vraie touche spécifique dans la façon de traiter l’histoire militaire. Le traitement de l’historiographie de la Seconde Guerre mondiale n’a pas d’équivalent. Que d’évolutions positives depuis les années 1970 après les premiers balbutiements après guerre !

N’étant affilié à aucun éditeur, le site www.3945km.com est indépendant. Cela permet de promouvoir des parutions qui peuvent être concurrentes d’un point de vue commercial.

Simplicité et facilité d’accès

Le site s’est rapidement structuré autour d’un accès aux publications en langue française ayant trait à la Seconde Guerre mondiale :

  • Par numéro de revue ou par livre à l’aide de la rubrique « Magazines » ou « Editeurs«
  • Par sujet à l’aide de la rubrique  « Index«

Au final, un siècle entier semble tourner autour de la Seconde Guerre mondiale. La Première et les soubresauts en Asie ne sont que le prélude à 1939/1945. La Guerre Froide et les conflits d’après 1945 puisent généralement leurs origines dans cette histoire tourmentée et planétaire.

Publicités

www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

15 réflexions sur « A propos »

  1. Bonsoir,
    Je tenais à Vous féliciter pour la qualité de Vos travaux.

    Romancier, je travaille actuellement à l’écriture d’un roman dont l’histoire à pour cadre la guerre du Pacifique.
    J’ai eu l’occasion de vérifier mes données historiques en consultant certaines de vos informations publiées.

    Encore bravo,
    Jm RiHET

    1. Quel travail remarquable.. je n’imaginais pas.. à mon petit niveau, je m’étais lancé dans une phantasmagorie sur la bataille des Ardennes, emmenée par l’énigmatique Joachim Peiper.je me suis emparé du personnage pour l’humaniser et donner un ton très léger à cette horreur.. bravo à vous, Bruno

  2. Bonjour à tous,

    Félicitations pour l’excellente tenue et l’organisation parfaite de ce site que je découvre, absolument par hasard.

    Et un très grand merci pour les recensions que vous faites de GBM. Je les ai lues avec le plus vif intérêt.

    Continuez, sans omettre la moindre critique.

    Bien confraternellement

    François Vauvillier

    1. Bonsoir, c’est toujours plaisant de recevoir un compliment, des remerciements et des encouragements pour un obscur travail de l’ombre entrepris tôt les matins et tard les soirs. Mais venant d’un expert et d’un passionné, l’honneur s’y rajoute.
      Ma position est néanmoins bien confortable. Ecrire sur le travail des autres, c’est facile. Et n’en vivant pas, je n’ai ni la pression du succès (certains diront de la rentabilité), ni la responsabilité d’une maison d’édition et du devenir de ses employés. C’est même plutôt mon antre de repos et de repli, loin des bruits, des affres et des humeurs de notre monde dont vous soulignez si délicieusement les dérives. C’est ma bulle. Il est évident que je ne peux pas tout lire, alors j’essaye de ne parler que de ce qui m’a plu et de reconnaître le travail réalisé. Figuré dans ces quelques billets rédigés tôt le matin ou tard le soir, signifie que j’y ai trouvé un intérêt et apprécié le travail. Ne pas être ne signifie pas non plus que je n’ai pas aimé, c’est tout simplement que les journées ne font que vingt-quatre heures…. Jusqu’à présent, j’ai toujours évité de critiquer ce que je n’ai pas apprécié, voire détesté, notamment quand le ficelle mercantiliste est trop grosse et prend le pas sur l’Histoire et le respect des lecteurs.
      Le site est bien loin d’être parfait et de ce que j’aimerais en faire.
      En tout cas, c’est un plaisir toujours renouvelé de voir s’animer nos illustres anciens au fil des pages de GBM et de vos livres, de sentir battre la passion de nos trois belles couleurs, de découvrir ces petites briques de notre récit national. Ne serait-ce que pour cela et pour ceux qui se sont battus parfois jusqu’au sacrifice ultime, mille fois merci…

  3. Bonjour,

    Très bon site. Comme les magazines TNT, B&B, Ligne de Front, Lös et Aerojournal, que je dévore depuis des années. Par contre, le blog se trouve où.

    Amicalement

    1. Merci du compliment ! Il y avait autrefois les pages du blog et un site qui servait d’index. Pour ce dernier, j’avais choisi un support qui un jour s’est arrêté sur décision commerciale. Certainement par ignorance et manque de compétence, j’ai perdu le travail de plusieurs années. C’est pour cela que certains liens qui renvoient sur des pages externes ne fonctionnent plus. J’ai tâtonné aussi et puis j’ai fini par fusionner les deux concepts. Une illustration parfaite, mais passablement frustrante, du mythe de Sisyphe… D’un côté le blog qui contient les recensions de magazines ou de livres, de l’autre l’indexation « encyclopédique » du coup bien moins développée aujourd’hui compte tenu des ces soubresauts techniques.

  4. Bonjour,

    Bravo pour votre site. En revanche, vous indiquez que le magazine 2e Guerre mondiale a été créé par Nicolas Pontic. En fait, c’est moi qui ai créé ce magazine, au début d’Astrolabe. Je faisais alors partie de la première équipe de cette société.

    Merci.
    Bien cordialement,
    Boris LAURENT

  5. bonjour,
    Je n’achète pas toujours la revue et pas forcément à sa date de parution.
    Avez-vous la possibilité de l’indiquer dans votre article ?
    A moins que la date de l’article soit la date de parution de la revue !
    En tous cas, j’aime bien vos résumés.
    Cordialement

    1. Bonsoir Monsieur,
      La parution des recensions connaît un certain décalage avec les sorties réelles. Pour une bonne raison ! Acheter ou se faire livre les revues ou livres, puis les lire et enfin rédiger un petit billet… Je mets généralement l’année de parution mais pas la date exacte. Merci en tout cas pour votre avis sur les résumés.

  6. Bonjour, Je suis Harco van Hees. Sorry have to switch to English. I live in Diessen (Netherlands, south of Tilburg). In my town were 11 French soldiers killed. They were a part of 4e Dragons Portes of the seventh Armee. I’m looking for information of the coming and fighting at 11 and 12 may. Can somebody give useful information ?

  7. Bonjour,
    ayant édité la collection de photos « Egon Pfende », je tenais à vous remercier de vos recensions. Cela fait toujours très plaisir de voir que le travail (et en l’occurrence beaucoup de travail…) est apprécié par des confrères. Le troisième volume de la collection vient d’ailleurs de paraître, n’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions.
    En vous souhaitant une bonne continuation.
    Bien cordialement,
    Valentin Schneider

    1. Bonjour,
      J’ai la chance d’avoir la troisième volume, il ne me reste plus qu’à le chroniquer ! Bravo en tout cas pour la façon de valoriser ce patrimoine iconographique. Cela reste à mes yeux un travail exemplaire. Collectionneur à mes heures perdues, je reconnais l’excitation de vouloir découvrir des lieux et des événements derrières de sujets en apparence anodins.

  8. Le récit commence le 14 juillet 1939 pour s’achever le 14 juillet 1945. Il relate l’histoire (453 pages) de trois jeunes amis alsaciens habitant un village du Sundgau (région agricole d’Alsace) plongés dans les tourmentes de la guerre.
    Le premier s’évade par la Suisse pour intégrer un maquis de résistants landais. Trahi par un juif bolchevique recueilli par le chef du réseau, il se retrouve interné à Toulouse, puis Compiègne, avant de partir pour Mauthausen où il mourra.
    Le deuxième se fait prendre en essayant de passer en Suisse, et se retrouve en camp de redressement à Schirmeck avant d’être intégré malgré-lui dans la Wehrmacht. Il tente une automutilation sur le front russe, sa condamnation à mort est commuée en une mutation dans la Flak (défense anti-aérienne allemande) à Nuremberg. C’est le seul qui rentrera.
    Le troisième est enrôlé de force à dix-sept ans dans la SS, la fameuse division « Das Reich » et sera présent à Oradour sur Glane (village martyr du Limousin) avant de mourir en Normandie sous des balles écossaises. Parallèlement aux aventures de ces trois garçons, on suit l’évolution de leur village, Folgensbourg, tout au long de la guerre, et notamment la vie d’une jeune institutrice envoyée en Allemagne.
    Ceux qui ont lu ce livre une première fois l’ont repris pour le lire à nouveau tant il contient d’informations et tant on s’attache aux personnages quel qu’ils soient.

  9. Bonjour,

    Je parcours souvent votre magazine, que je trouve aussi riche que précis. Toutefois une erreur s’est glissée dans votre dernier numéro (367). Une photo noir et blanc montre un Tupolev SB-2, bombardier soviétique reconnaissable à sa tourelle de nez, armée de 2 mitrailleuses en axe vertical, alors que la légende énonce Pe-2, diminutif du Petliakov Pe-2, autre bombardier soviétique sans tourelle de nez.

    Cordialement

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.