Publicités

Archive

Posts Tagged ‘Koursk Kursk 1943’

Infographie de la Seconde Guerre mondiale (Perrin, 2018)

14 octobre 2018 Laisser un commentaire

Une recension du Figaro titrait avantageusement : la Seconde Guerre mondiale comme vous ne l’avez jamais vue ! En effet, le conflit est abordé de façon très original par du multiples, tableaux, graphiques et infographies pour chacune des entrées thématiques des quatre parties (cadre militaire et humain, armes et armées, batailles et campagnes, bilan et fractures). L’interview donnée par Jean LOPEZ, toujours au Figaro, éclaire l’ambition du projet.

Le principal avantage de ce livre est de réunir une masse de statistiques qui couvrent tout le conflit et pas uniquement les aspects militaires. Les données économiques sont en effet indispensables à connaître. Les données sur les pertes, la résistance, la déportation, les crimes de guerre, les déplacements de la population sont effrayantes. Les avoir réunies ainsi montre l’ampleur du drame humain qui s’est joué. Autre plus, la vision n’est pas uniquement franco-française, elle se veut globale. Quand le livre parle de Résistance ou de Collaboration, c’est au niveau européen que les sujets sont traités, même si un détail plus approfondi est apporté pour la France. En ce qui concerne l’Asie et le Pacifique, le livre a le mérite de souligner le rôle majeur de la Chine. Par contre, ce théâtre d’opérations est moins détaillé que celui européen. Lire la suite…

Publicités

39/45 Magazine n°351 (Heimdal, 2018)

23 septembre 2018 3 commentaires

Le livre de Roman TÖPPEL a véritablement bouleversé l’appréciation de la bataille de Koursk. En témoigne l’épais dossier (quarante-neuf pages) de ce numéro de 39/45 Magazine qui passe en revue cette page épique de la guerre germano-soviétique et qui modernise le livre édité sur le sujet par les Editions Heimdal en 1998 à une époque où les chiffres couramment admis étaient tronqués par la propagande soviétiques et les écrits allemands d’après-guerre de quelques commandants en chef (notamment les souvenirs de GUDERIAN et ceux de MANSTEIN). Les illustrations reprennent cartes et profils du livre de François de Lannoy dont les très beaux profils dessinés par Erik GROULT à l’époque peints à la main… Un retour vers l’ère non numérique très appréciable !

Même si le thème peut parfois être plus qu’éculé, le sujet de l’arme blindée allemande continue de susciter curiosité et intérêt sous la plume d’un auteur de qualité. C’est le cas ici avec l’article de Hugues WENKIN qui revient sur la Panzerwaffe au cours de la Seconde Guerre mondiale sous l’angle des tankistes à l’intérieur de leur machine mais de la chaîne de commandement tactique. Si le titre n’est pas sans rappeler les articles publiés par les Editions Caraktère (Combattre dans un StuG, combatte dans un Panther, combattre dans un Tigre), les quelques pages permettent de comprendre les évolutions intervenues en quelques années, mais aussi les concepts plus stables comme la composition de l’équipe et la répartition des rôles à bord. Lire la suite…

39/45 Magazine n°347 (Heimdal, 2018)

Les amateurs de la Seconde Guerre mondiale, et plus particulièrement du conflit en Europe avec en son centre l’Allemagne, seront particulièrement comblés par ce numéro de 39/45 Magazine proposé par les Editions Heimdal qui n’oublie pas non plus le Pacifique et les Harley-Davidson des soldats américains. Bref, un sommaire riche et un contenu de grande qualité…

Il est coutume de considérer que les Alliés ont été totalement pris par surprise par l’offensive allemande dans les Ardennes le 16 décembre 1944 et que leurs services de renseignements avaient failli dans leur mission. Pourtant, grâce aux interceptions réalisées par ULTRA, ils sont capables de lire à livre ouvert dans les communications des forces armées du III. Reich. A croire que le secret aurait été particulièrement bien tenu et que les Allemands n’auraient aucunement transmis d’ordres ou de consignes via leur système de transmission codé ENIGMA que les Alliés décryptent. Or, il n’en est rien, comme le prouve l’excellent article de Hugues WENKIN concernant l’échec du renseignement allié qui rétablit quelques vérités. Tout d’abord, si les Allemands ont tout particulièrement soigné le secret de leurs préparatifs, ils ont bien utilisé leurs habituels systèmes de transmissions. Mais des raisons techniques expliquent que tous les messages n’ont pas été captés. La somme des interceptions est également telle qu’il est difficile de trier entre l’important et le bruit de fond – un problème qui existe toujours dans le domaine des interceptions électroniques qui font l’objet de tris automatiques avant d’être examinés par des cerveaux humains. Ensuite, les interprétations des élément captés sont défaillantes. Par ailleurs, toutes les sources habituelles de renseignement sont aveugles, même les plus rudimentaires (interrogatoires des prisonniers, reconnaissances aériennes). En cette fin d’année 1944, l’échec allié de voir clair dans le jeu adverse et l’exploit allemand de reconstituer une force de manœuvre en toute confidentialité sont les deux faces d’un même acte qui se conclura par un réveil douloureux au petit matin du 16 décembre. Lire la suite…

39/45 Magazine hors-série Batailles & Témoignages n°11 (Heimdal, 2017)

22 décembre 2017 Laisser un commentaire

La SS-Panzer-Grenadier-Division Totenkopf est l’une des trois grandes unités de la Waffen-SS engagées à Kharkiv (Kharkov) en février / mars 1943 ainsi que durant la bataille de Koursk lors de l’opération Zitadelle en juillet 1943.

Chaque des divisions est dotée d’un régiment blindé comprenant une compagnie de chars lourds Panzer VI Tiger. Contrairement à ce que leur désignation laisse penser, il s’agit de divisions blindées. La puissance de frappe est importante et c’est probablement le corps de bataille le plus puissant rassemblé par la Wehrmacht durant la Seconde Guerre mondiale. Pourtant, malgré le miraculeux rétablissement qui suit la défaite de Stalingrad, cette force brute butte sur un ennemi plus fort et s’émousse au point de ne pas parvenir à briser les défenses soigneusement préparées des Soviétiques à Koursk et à se dépêtrer des contre-attaques incessantes lancées à son encontre. Pourtant, ce n’est pas non plus l’hécatombe telle que présentée par la propagande de l’URSS durant et après le conflit.

Ce numéro hors-série Batailles & Témoignages de 39/45 Magazine des Editions Heimdal apporte un éclairage particulier aux événements qui se déroulent tout au long de 1943, année au cours de laquelle le balancier penche définitivement du côté de l’Armée Rouge. En effet, le texte fait appel aux récits des vétérans qui racontent ainsi leurs aventures et permettent de capter les combats tels que vécus par leurs participants. Au-delà des combats de Koursk, ceux de la fin juillet et d’août, moins connus, sont particulièrement intéressants. Lire la suite…

Ligne de Front hors-série n°31 (Caraktère, 2017)

26 septembre 2017 1 commentaire

Ligne de Front HS 031Koursk ! S’il est une bataille de la Seconde Guerre mondiale ayant fait la une des publications depuis quelques années, c’est bien celle-ci. Le 5 juillet 1943, l’armée allemande se lance à l’assaut du saillant soviétique de Koursk avec deux pinces, l’une au Nord et l’autre Sud. Dix jours plus tard, l’échec de l’opération Zitadelle est patent. Au Nord, l’offensive est rapidement stoppée tandis qu’au Sud elle meurt face aux hordes de chars soviétiques lancés contre elle et faut de pouvoir concentrer correctement ses différents axes d’attaque. Si les pertes allemandes sont loin d’être catastrophiques, celles infligées à l’Armée Rouge sont imposantes mais insuffisantes pour percer mais aussi pour retarder la reprise de l’offensive par les Soviétiques. Ceux-ci n’attendent d’ailleurs pas la fin de l’offensive allemande pour se lancer eux-mêmes à l’assaut du saillant d’Orel. Puis à l’assaut de celui de Kharkiv moins d’un mois plus tard. Dans le même temps, les Alliées débarquent en Sicile. Bref, la situation stratégique a définitivement tournée et le III. Reich ne peut désormais plus faire face aux menaces qui se bousculent, que ce soit à l’Est, au Sud, dans les airs et bientôt à l’Ouest. Lire la suite…

Batailles & Blindés hors-série n°10 (Caraktère, 2009)

25 septembre 2017 4 commentaires

Batailles et Blindes HS 010Second volume consacré à la bataille de Koursk du magazine Batailles & Blindés des Editions Caraktère, ce numéro termine l’étude entamée avec le numéro hors-série n°9 à propos de la pince Sud de l’opération Zitadelle et étudie le déroulement de la pince Nord.

La recette est identique au numéro précédent : un texte détaillant au jour les jour les combats, une abondante iconographie et des ordres de bataille détaillés.

Au Sud, les 12 et 13 juillet 1943 sont marqués par les combats de chars à Prokhorovka. Loin d’être l’hécatombe allemande décrite par la propagande soviétique, c’est plutôt un vaste cimetière de chars de l’Armée Rouge qui se dessine devant les lignes du II. SS-Panzer-Korps. Ce succès défensif, paradoxal pour le camp qui a pris l’initiative de l’offensive, sera néanmoins sans lendemain. Partout ailleurs, les pointes allemandes sont engluées dans les défenses soviétiques et il est impossible de continuer à avancer.  Lire la suite…

Batailles & Blindés hors-série n°9 (Caraktère, 2008)

24 septembre 2017 5 commentaires

Batailles et Blindes HS 009Ce numéro représente le premier volume d’une série de deux hors-série consacrés à la bataille de Koursk en juillet 1943 sur le Front de l’Est au cours de la Seconde Guerre mondiale par le magazine Batailles & Blindés des Editions Caraktère.

Comme d’habitude avec cette revue et cette maison d’édition, les textes sont denses et l’iconographie est riche que ce soit par les photos, les profils couleurs ou les cartes, le tout dans une mise en page impeccable.

L’opération Zitadelle lancée par les Allemands consiste à attaquer le saillant soviétique autour de Koursk par le Nord et le Sud pour raccourcir le front et saigner l’Armée Rouge afin qu’elle ne soit pas en mesure de lancer une attaque majeure au cours de l’été. Il est vrai que les offensives allemandes lors des deux étés précédents (opération Barbarossa en juin 1941, opération Fall Blau en 1942) ont été stoppées après quelques mois et que les combats hivernaux ont toujours tourné à l’avantage des Soviétiques. Pire, au cours de l’hiver 1942/1943, l’Allemagne et ses alliés voient plusieurs centaines de milliers d’hommes être mis hors de combat. L’encerclement puis la destruction de la 6. Armee à Stalingrad représente la première grande défaite de la Seconde Guerre mondiale pour le III. Reich. L’effondrement est tel que le Heeresgruppe Süd est lui aussi menacé de destruction avant que la contre-offensive de Kharkiv ne rétablisse in extremis la situation. Lire la suite…