Publicités
Accueil > Livres, Recension, Sommaire > L’odyssée d’une division hippomobile allemande, la 272. Infanterie-Division, tome I, l’Enfer au sud de Caen (La Poche de Falaise – Chambois, 2016)

L’odyssée d’une division hippomobile allemande, la 272. Infanterie-Division, tome I, l’Enfer au sud de Caen (La Poche de Falaise – Chambois, 2016)

La littérature consacrée à la bataille de Normandie de l’été 1944 fait généralement la part (très) belle aux divisions blindées allemandes. A croire parfois, que principalement celles-ci tenaient la ligne de front face aux Alliés. S’il est vrai qu’elles jouent un rôle important dans le verrouillage de Caen et l’arrêt des tentatives successives britanniques de crever le front germanique, les divisions d’infanterie sont bien plus nombreuses. Leur rôle reste cependant bien peu connu et les ouvrages consacrés à leur parcours durant la bataille bien moins nombreux. Il faut dire que l’iconographie est plus rare. Cela n’empêche pas quelques auteurs passionnés de se plonger dans les archives (cf. par exemple la 42 jours) et de livrer des études relativement confidentielles, mais indispensables pour appréhender l’ensemble des combats.

C’est aussi le cas avec ce livre de Didier LODIEU auteur par ailleurs de livres de référence mais aussi plus confidentiels. Consacré à la 272. Infanterie-Division, il abonde de témoignages de vétérans qui complètent utilement le récit issu des rapports et journaux de combat. C’est donc le quotidien qui transpire ici avec une vision du vécu des hommes engagés.

De formation assez tardive (fin 1943), la 272. Infanterie-Division fait partie des grandes unités stationnées en France dans l’attente du Débarquement allié. Le 6 juin 1944, elle est positionnée près de Perpignan. Expédiée en Normandie (le livre fournit de nombreux détails sur son transfert et sa montée au front qui traduisent toute la difficulté des Allemands de faire converger des renforts vers le front), elle intègre la ligne de défense autour de Caen mi-juillet 1944. Elle subit les effets des bombardements en préambule à l’opération Goodwood et l’assaut canadien de l’opération Atlantic. Puis c’est au tour de l’opération Spring

Les fantassins bénéficient du soutien des divisions blindées du secteur, notamment de la 1. SS-Panzer-Division. Ce qui ressort nettement, c’est la pression continue qui est mise sur la défense allemande. Elle doit faire face à une succession d’opérations offensives dotées d’une puissance de feu dévastatrice. La souplesse tactique allemande et la ténacité des hommes permettent aux lignes allemandes de ne pas s’effondrer. Mais il apparaît que le rapport de force est totalement déséquilibré et que dans ces conditions, le dénouement n’est qu’une question de temps.

Cette vision des combats est donc indispensable pour comprendre les événements. Le livre peut cependant paraître un peu complexe à appréhender pour les moins aguerris des lecteurs compte tenu de la densité des informations, de son aspect monobloc et d’un texte qui privilégie une vision tactique. Mais c’est un apport essentiel à la connaissance des combats en Normandie.

Sommaire :

 

Boutique :

  


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. 31 mars 2019 à 7 h 10 min

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :