Archive

Posts Tagged ‘Editions Caraktère’

Trucks & Tanks Magazine n°67 (Caraktère, 2018)

Opposant Panzer VI Ausf. E Tiger et JS-2, l’illustration de couverture de ce numéro de Trucks & Tanks pourrait laisser penser que le magazine historique et technique des engins et véhicules du XXème siècle des Editions Caraktère propose à nouveau un dossier sur les monstres blindés de la Seconde Guerre mondiale…

Il faut donc ouvrir et entrer dans ce numéro pour découvrir un comparatif bien plus subtile qui ne s’arrête pas tout à fait aux seuls chars (neuf sur dix quand même). Le classement lui-même réserve des surprises, puisque le facteur puissance de feu n’est pas le seul pris en compte, bien au contraire. L’adaptation de l’engin par rapport aux capacités industrielles du pays et le nombre d’engins produits sont des facteurs particulièrement importants. Ainsi, le T-34/76  et le M4 Medium Tank Sherman, symboles respectivement des forces blindées soviétiques et américaines tout au long de la guerre qui les opposent aux Allemands, sont sur le podium. Le Panzer V Panther allemand, considéré par beaucoup comme le meilleur char du conflit, complète ce dernier, mais sa complexité technique, sa fragilité et son coût ne lui permettent pas d’accéder à la plus haute marche dans une vision assurément stratégique. Lire la suite…

Publicités

Batailles & Blindés hors-série n°36 (Caraktère, 2018)

C’est avec une grande honnêteté intellectuelle que l’éditeur prévient les lecteurs que ce numéro est une version remaniée et enrichie du hors-série n°4. En tout cas, le sujet et la mise en page méritent de se replonger dans cette bataille titanesque que fut Stalingrad, ce symbole des combats urbains modernes qui se met progressivement en place alors que la ville n’est pas l’objectif prioritaire de l’opération Fall Blau, l’offensive d’été allemande de 1942 en URSS.

Après avoir replacé la situation stratégique et opérationnelle des différents protagonistes au sortir de l’hiver 1941/1942 qui marque le premier revers sérieux subi par l’armée du III. Reich depuis le commencement de la Seconde Guerre mondiale et plus globalement depuis le début de la politique expansionniste et agressive entreprise par Adolf HITLER, ce numéro présente les enjeux et le déroulement des combats de l’été. L’Armée Rouge est encore une fois défaite. Mais comme en juillet 1941 quand l’opération Barbarossa battait son plein et quand l’avance allemande semblait irrésistible, les premiers grains de sable commencent à apparaître. La constance stratégique se fissure aussitôt. La volonté, les prédications, ne peuvent rien contre l’inadéquation des moyens et des objectifs. Pendant ce temps, l’Armée Rouge gagne du temps, s’accroche et se donne le temps et les moyens de reprendre l’avantage. Lire la suite…

Ligne de Front n°72 (Caraktère, 2018)

Les Editions Caraktère propose ici un numéro de Ligne de Front particulièrement bien ficelé qui recèle une mine d’articles sur des sujets très peu étudiés voire inédits. De quoi largement pardonner un sommaire à nouveau exclusivement dédié à la Seconde Guerre mondiale… Mais très loin d’être germano-centré !

L’étude sur le Frontovik, le soldat soviétique, judicieusement sous-titré cet inconnu, permet de découvrir l’étonnante modernité de l’Armée Rouge : gilets de protection, sniping lourd, appareils individuels de vision infrarouge, fusils d’assaut. De quoi remettre en cause la vision de rusticité qui l’entoure encore aujourd’hui. Et comme le souligne l’éditorial, l’Armée Rouge était en avance sur son adversaire germanique dans le domaine du combat d’infanterie.

L’armée américaine est également bien présente dans les pages de ce numéro au travers de l’historique de la 3rd US Army de George PATTON et des parachutistes de l’US Marine Corps. La chevauchée de PATTON à travers la France à l’été 1944 et les combats en Lorraine à l’automne sont loin d’être parfaits. La réactivité et la flexibilité de la 3rd US Army en décembre 1944 face à la contre-offensive allemande des Ardennes permettent de doucher définitivement les espoirs allemands de renverser la situation militaire à l’Ouest et surtout de repousser les unités de la 7. Armee et de la 5. Panzer-Armee sur leurs lignes de départ. Les pertes américaines sont néanmoins conséquentes. Décembre 1944 et janvier 1945  sont les mois les plus coûteux en hommes et en matériels pour la 3rd US Army. Lire la suite…

Wehrmacht 46, volume 1 , Heer & Panzerwaffe (Caraktère, 2016)

11 février 2018 1 commentaire

Si la Wehrmacht capte l’attention de nombreux passionnés de la Seconde Guerre mondiale, cela est dû en partie par le poids doctrinal et technologique que les forces armées du III. Reich ont fait peser sur la façon de mener le combat. L’un des paradoxes les plus frappants de la Seconde Guerre mondiale est que les Allemands remportent leurs plus grands succès alors qu’ils sont loin d’être parés pour un conflit d’une telle ampleur (Pologne 1939, Ouest 1940, Balkans 1941, début de l’opération Barbarossa), mais sont défaits alors qu’ils bénéficient d’une avance technologique indéniable en fin de conflit.

Les luttes intestines inhérentes à la nature même du pouvoir nazi tournent à la gabegie, des préjugés raciaux éloignent certains ingénieurs ou certaines thèses scientifiques, un système de commandement du plus en plus centralisé et coupé des réalités entraînent les III. Reich dans la défaite.

Les recherches et les technologies développées par les Allemands voient très souvent leur aboutissement, leur industrialisation et leur engagement au combat… sous les couleurs de leurs adversaires. La guerre achevée, ces derniers ne s’y sont pas trompés. Américain, Britanniques, Soviétiques, Français : tous ont cherché à mettre la main sur les plans, les prototypes et surtout les cerveaux qui en possèdent les secrets. Quitte à passer un pudique voile sur leur engagement auprès du régime nazi ou leur implication dans un système industriel reposant sur le travail forcé et exploitant les camps de la mort. Lire la suite…

Catégories :Livres, Recension, Sommaire Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Batailles & Blindés n°83 (Caraktère, 2018)

31 janvier 2018 Laisser un commentaire

Batailles et Blindes 083Encore une fois, les monstres de la Wehrmacht sont au menu ! En effet, ce numéro de Batailles & Blindés explore la quête de l’arme absolue menée par l’armée allemande dans le domaine des blindés et de l’artillerie. Encore une fois, car le sujet a été maintes fois évoqué dans Trucks & Tanks Magazine également des Editions Caraktère : Trucks & Tanks n°44, Trucks & Tanks n°39, Trucks & Tanks n°35, Truck & Tanks n°32, Trucks & Tanks n°31, Trucks & Tanks n°30, Trucks & Tanks n°11, Trucks & Tanks hors-série n°25… Si le fond est connu (voir notamment Wehrmacht 46 volume 1), le dossier recèle néanmoins quelques nouveautés dans les projets présentés et surtout procure une synthèse bienvenue qui emporte près de la moitié du numéro. Mais bon, le sujet n’est pas inépuisable non plus. Lire la suite…

Batailles & Blindés hors-série n°35 (Caraktère, 2018)

2 janvier 2018 2 commentaires

Retour aux classiques avec ce numéro hors-série du magazine Batailles & Blindés des Editions Caraktère. En effet, il s’agit du second volume de l’étude exhaustive des régiments blindés de la Waffen-SS au cours de la Seconde Guerre mondiale. Au menu se trouvent les 5. SS-Panzer-Division Wiking, 9. SS-Panzer-Division Hohenstaufen, 10. SS-Panzer-Division Frundsberg, 11. SS-Freiwilligen-Panzer-Grenadier-Division Nordland et 12. SS-Panzer-Division Hitlerjugend. Ces unités sont mises sur pied en 1943 et en 1944 dans un but évident de politiser les forces armées allemandes au détriment des unités classiques, quitte à sacrifier la compétence et éparpiller des matériels déjà pas assez nombreux.

Pour comprendre ce non-sens organisationnel, l’introduction du numéro est particulièrement intéressante. Lire la suite…

Trucks & Tanks Magazine n°65 (Caraktère, 2018)

28 décembre 2017 Laisser un commentaire

TNT 065Sans réel fil conducteur thématique, ce numéro de Trucks & Tanks Magazine des Editions Caraktère consacre majoritairement ses articles à des engins de la Seconde Guerre mondiale, mais n’oublie pas non plus l’après-guerre. Comme d’habitude, les brèves d’actualités offrent un éclairage contemporain. Ainsi, l’article sur les véhicules suicide utilisés par les Islamistes permet de saisir à la fois la tournure prise par les guerres asymétriques du XXIème siècle et surtout l’imagination sans cesse renouvelée des belligérants pour s’adapter à leurs adversaires de façon à leur causer le maximum de pertes. Tous les types de véhicules sont bons à être reconvertis en engins-suicide par l’Etat islamique : voiture de tourisme, van, camionnette, camion, semi-remorque, engins de chantier, etc. Comme le souligne la conclusion des six pages consacrées au sujet, ce concept est à la fois une adaptation tactique mais aussi une orientation stratégique sciemment voulue par rapport à un objectif à atteindre en tenant compte du rapport de force et des moyens à disposition.

Le premier des articles consacrés à des engins de la Seconde Guerre mondiale se penche sur les Panzer de propagande, projets ou engins réels destinés à tromper l’ennemi. Il y a bien entendu le char à tourelles multiples Neubaufahrzeug qui est engagé au combat lors de l’opération Weserübung et l’invasion de la Norvège. Les projets de Panzer IX et de Panzer X présentés dans la revue de propagande Signal début 1944 sont à la fois purement spéculatifs mais suffisamment réalistes pour donner une impression de vrai auprès d’un large public pas forcément au fait des technologies militaires de l’époque et des contraintes tant logistiques que d’engagement… Lire la suite…