Publicités

Archive

Posts Tagged ‘Mortain 1944’

Normandie 1944 Magazine hors-série n°14 (Heimdal, 2017)

18 juin 2017 1 commentaire

3945 Magazine HS Normandie 1944 014Suite logique du Normandie 1944 Magazine hors-série n°13 consacré au seul Jour-J (6 juin 1944), ce numéro présente un panorama de la bataille de Normandie du 7 juin au 30 août 1944. Largement illustré de photos, de cartes et de profils couleurs puisés dans les nombreuses publications précédentes des Editions Heimdal, ce numéro propose néanmoins une excellente synthèse à la fois pour les néophytes mais également pour ceux qui connaissent déjà le sujet sur le bout de leurs doigts. Lire la suite…

Publicités

SS-Panzer-Regiment 1 LAH (Maranes, 2017)

12 juin 2017 2 commentaires

Maranes 2017 CAZENAVE Stephan Panzers Normandie 44 SS-Panzer-Regiment LAHDans la série Panzers Normandie 44, dont le premier volume était consacré au régiment de chars de la 2. SS-Panzer-Division Das Reich, voici l’ouvrage consacré à celui de la 1. SS-Panzer-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler. Construit sur les même principes (textes faisant largement appel à des témoignages de vétérans, illustrations issues des archives officielles et privées, reproductions couleurs de nombreux documents d’époque), ce livre permet de retracer le parcours de cette unité tout au long de la bataille de Normandie face aux Alliés qui y ont pris pied depuis le 6 juin 1944. Lire la suite…

SS-Panzer-Regiment 2 DR (Maranes, 2016)

2 janvier 2017 2 commentaires

maranes-2016-cazenave-stephan-panzerregiment-2-dr-normandie-1944Après le tome 2 consacré à la 12. SS-Panzer-Division « Hitlerjugend » en Normandie à l’été 1944, Stephan CAZENAVE propose un livre basé sur le même principe (témoignages, iconographie originale, reproductions de documents d’époque) consacré au régiment de chars de la 2. SS-Panzer-Division « Das Reich ». Lire la suite…

First US Army (Heimdal, 2004)

14 février 2016 1 commentaire

Heimdal 2004 BERNAGE Georges First US Army

Les deux atouts de cet album sont l’iconographie particulièrement fournie et le résumé chronologique des principaux événements.

Mais, ce sont bien les seuls ! Certes la qualité est au rendez-vous, mais l’amateur éclairé restera sur sa faim, les pages de texte étant réduites à deux ou trois par chapitre… Ne cherchez pas une analyse, une mise en valeur des événements, une avancée dans la recherche historique… Lire la suite…

Catégories :Livres, Recension, Sommaire Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Batailles n°65 (Ysec, 2014)

29 janvier 2016 1 commentaire

Batailles 065

A l’été 1944, les combats face à l’Axe sont encore terribles, qu’ils se déroulent en Europe ou dans le Pacifique. Même si la situation stratégique est favorable aux Alliés et la victoire finale commence à s’esquisser sérieusement, le coût pour y arriver est élevé (voir également Automne 1944, échec allié ou redressement allemand ?), comme le montrent les différents articles de ce numéro particulièrement varié. Lire la suite…

Normandie 1944, quand les Panzer contre-attaquent ou qu’ils essaient (2e Guerre Mondiale n°55, juillet / août 2014)

3 septembre 2014 2 commentaires

revue_2gm_055

La littérature spécialisée regorge d’études et de documents sur l’engagement des blindés allemands en Normandie face au Débarquement allié. Très souvent, les éléments sont issus des études historiques d’inspiration américaine ou des témoignages allemands rédigés après la guerre dans le cadre des interviews et des rapports établis pour le compte des services historiques de l’US Army. Lire la suite…

2e Guerre Mondiale hors-série n°35 (Mars & Clio Editions, juillet / août / septembre 2014)

20 juillet 2014 1 commentaire

revue_2gm_hs035**** Excellent / *** Très bien / ** Bien / * Moyen / x A éviter

A l’occasion du 70ème anniversaire du Débarquement et de la bataille de Normandie, le magazine 2e Guerre Mondiale des Editions Mars & Clio propose un numéro hors-série consacré aux chances de succès des Allemands de rejeter les Alliés. Ecrit par Benoît RONDEAU, auteur d’un livre sur le débarquement vécu par les Allemands paru en 2014 (voir son interview), ce numéro est divisé en cinq articles.

Le premier analyse ce qui se passe le 6 et 7 juin 1944 du côté des forces allemandes où finalement tout va travers. Les plans prévus sont inapplicables, les rares renforts disponibles à proximité immédiate des plages du débarquement sont gaspillés, le commandement complètement désorganisé et est incapable de percevoir correctement les faits tant au niveau local que dans leur globalité.

Une fois les Alliés à terre, le poids de toute contre-attaque repose sur les Panzer-Divisionen. C’est le sujet du deuxième article qui montre que les deux stratégies qui se sont affrontées avant le 6 juin au sein du haut commandement allemand (dispersion des unités blindées à proximité des plages pour contre-attaquer immédiatement ou mise en action ultérieurement d’une masse de manœuvre coordonnée et puissante) sont toutes deux des échecs tant la supériorité alliée est imposante. Jamais l’armée allemande n’est capable de sortir de la toile d’araignée dans laquelle elle est progressivement enfermée et asphyxiée.

Si la Wehrmacht est incapable de se mobiliser et reprendre l’ascendant sur le front normand, c’est en raison notamment de la faiblesse des renforts et des délais excessifs de mise à disposition. Le troisième article insiste ainsi sur l’impact de l’aviation alliée, souvent minimisée dans les études modernes, mais qui fut réel dans l’encombrement des axes routiers, la paralysie du trafic ferroviaire, l’isolement de la zone des opérations et la raréfaction du ravitaillement tant en essence, en nourriture qu’en munitions.

Dans son quatrième article, l’auteur analyse plus classiquement la complexité de la chaîne de commandement allemand à l’Ouest et en Normandie ainsi que les tiraillements d’autant plus que le succès du Débarquement allié devient rapidement évident et que les conséquences sur la suite du conflit sont évidentes.

Le cinquième article est peut-être le plus original car il analyse les carences de l’artillerie allemandes en Normandie. Rarement étudiée, aux dépends des blindés et de l’infanterie, cette arme est pourtant essentielle dans l’appui offensif et défensif des troupes au contact. Elle souffre à ce stade de la guerre de graves carences. Très peu mobile, elle fait appel à la traction hippomobile, les pièces d’artillerie ont beaucoup de mal à se déplacer aux points critiques et à s’esquiver pour éviter les tirs de contre-batterie, dont ceux des navires alliés au large, ou une attaque aérienne. La diversité des pièces engagées issues pour une grande part des prises de guerre aurait déjà rendu la chaîne logistique particulièrement compliquée dans des conditions favorables. En Normandie, c’est rédhibitoire.

Malgré des succès tactiques finalement assez relatifs, les hésitations alliées, la Wehrmacht est dans l’incapacité de résister au rouleau compresseur allié et encore moins de rejeter les « envahisseurs » à la mer.

=> Sommaire détaillé


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !