Publicités

Archive

Posts Tagged ‘hermann historica’

39/45 Magazine n°352 (Heimdal, 2018)

24 octobre 2018 2 commentaires

Comme le souligne le rédacteur-en-chef et fondateur de 39/45 Magazine dans son éditorial, l’Histoire est une recherche perpétuelle. Concernant plus particulièrement la Seconde Guerre mondiale, de nombreuses facettes restent à découvrir compte tenu de l’ampleur du conflit. Nombre d’entre elles sont aussi aussi à retravailler en raison des biais politiques et idéologiques qui marquent non seulement le conflit lui-même mais aussi son étude.

L’Histoire de la Résistance française fait partie de ces thèmes plombés par les fractures françaises issues de l’Entre-Deux-Guerres, exacerbées par la défaite de 1940, entretenues par les oppositions politiques d’après 1945 qui perdurent encore jusqu’à nos jours. Connaître et comprendre la construction de la Résistance française, c’est pénétrer dans les dédales d’une histoire volontairement non réconciliée. N’étant pas indiqué sur la couverture, l’article sur l’Armée Secrète lève partiellement un voile. Se croisent des mouvements de convictions diverses, des anciens de l’Armée d’Armistice, des structures destinées à soustraire du matériel au contrôle allemand par les autorités françaises de Vichy, des commandos britanniques et américains… L’unification des mouvements entamée par Jean MOULIN est loin d’être une sinécure mais c’est au final une vraie réussite. Les attentats, les sabotages et les maquis qui fleurissent en 1944 en sont le résultat. Reste une part d’ombre : celles des infiltrations allemandes et communistes. Oui, il reste encore beaucoup à faire pour comprendre et recoudre les blessures issues de cette époque. Lire la suite…

Publicités

39/45 Magazine n°351 (Heimdal, 2018)

23 septembre 2018 5 commentaires

Le livre de Roman TÖPPEL a véritablement bouleversé l’appréciation de la bataille de Koursk. En témoigne l’épais dossier (quarante-neuf pages) de ce numéro de 39/45 Magazine qui passe en revue cette page épique de la guerre germano-soviétique et qui modernise le livre édité sur le sujet par les Editions Heimdal en 1998 à une époque où les chiffres couramment admis étaient tronqués par la propagande soviétiques et les écrits allemands d’après-guerre de quelques commandants en chef (notamment les souvenirs de GUDERIAN et ceux de MANSTEIN). Les illustrations reprennent cartes et profils du livre de François de Lannoy dont les très beaux profils dessinés par Erik GROULT à l’époque peints à la main… Un retour vers l’ère non numérique très appréciable !

Même si le thème peut parfois être plus qu’éculé, le sujet de l’arme blindée allemande continue de susciter curiosité et intérêt sous la plume d’un auteur de qualité. C’est le cas ici avec l’article de Hugues WENKIN qui revient sur la Panzerwaffe au cours de la Seconde Guerre mondiale sous l’angle des tankistes à l’intérieur de leur machine mais de la chaîne de commandement tactique. Si le titre n’est pas sans rappeler les articles publiés par les Editions Caraktère (Combattre dans un StuG, combatte dans un Panther, combattre dans un Tigre), les quelques pages permettent de comprendre les évolutions intervenues en quelques années, mais aussi les concepts plus stables comme la composition de l’équipe et la répartition des rôles à bord. Lire la suite…

39/45 Magazine n°349 (Heimdal, 2018)


Les opérations militaires d’avant septembre 1939 sont assez peu étudiées dans la littérature consacrées à la Seconde Guerre mondiale. Pourtant, elles sont l’occasion pour certains pays ensuite engagés de forger leurs outils guerriers. C’est notamment le cas du III. Reich dont l’éclatante victoire de 1940 est le fruit d’une maturation doctrinale au cours de l’Entre-Deux-Guerres et expérimentée au cours de la guerre d’Espagne, de l’invasion de la Tchécoslovaquie et même lors de l’intégration de l’Autriche (cf. La Wehrmacht de Fall Gelb). Le récit du volet militaire de l’Anschluβ qui introduit ce numéro comble ainsi un manque dans la littérature spécialisée. Non seulement les troupes rapides sont mises à contribution mais également les troupes aéroportées qui sont en l’occurrence aérotransportées.

L’épopée du sous-marin Narval est relatée en s’appuyant sur des images d’archive mais également de superbes clichés contemporains de l’épave qui repose au large de la Tunisie. Lire la suite…

39/45 Magazine n°348 (Heimdal, 2018)

Numéro d’hiver oblige, cet opus de 39/45 Magazine des Editions Heimdal propose un article fouillé sur les combats de Stavelot lors de la contre-offensive des Ardennes de décembre 1944 rédigé par l’un des meilleurs experts du sujet, Hugues WENKIN, qui complète parfaitement son ouvrage Stavelot, La Gleize, le destin des Tiger de Peiper paru aux Editions Caraktère en 2015. Cet épisode est particulièrement représentatif des errements allemands et de la ténacité américaine. Si en mai 1940, tout souriait aux forces armées du III. Reich qui se trouvaient dans une situation idéale de préparation [cf. 1940, la Wehrmacht de Fall Gelb (Economica, 2018)] face à des adversaires en retard d’une guerre, ce n’est plus du tout le cas en cette fin d’année 1944. Les velléités offensives sont handicapée par du matériel non adapté, un ravitaillement insuffisant, des troupes fatiguées ou manquant d’entraînement, une chaîne de commandement  complètement sclérosée de haut en bas de la hiérarchie militaire. En face, l’armée américaine sait faire preuve de souplesse, d’initiative et de réactivité (qualités qui font défaut aux armées alliées en 1940, notamment françaises). Dès qu’il s’élance, le Kampfgruppe Peiper qui doit percer et ouvrir la voie jusqu’à la Meuse connaît des difficultés dans sa progression. L’énergie de sa pointe s’émousse trop vite du fait des embouteillages, de la confusion et des blocages rencontrés. Des erreurs tactiques sont faites. Les erreurs de jugement sont nombreuses. Elles provoquent des pertes inutiles et surtout gâchent les opportunités laissées par l’ennemi. A la lecture de l’article, le lecteur comprend que le contre-offensive des Ardennes est vouée à l’échec dès le premier jour… Lire la suite…

39/45 Magazine n°347 (Heimdal, 2018)

Les amateurs de la Seconde Guerre mondiale, et plus particulièrement du conflit en Europe avec en son centre l’Allemagne, seront particulièrement comblés par ce numéro de 39/45 Magazine proposé par les Editions Heimdal qui n’oublie pas non plus le Pacifique et les Harley-Davidson des soldats américains. Bref, un sommaire riche et un contenu de grande qualité…

Il est coutume de considérer que les Alliés ont été totalement pris par surprise par l’offensive allemande dans les Ardennes le 16 décembre 1944 et que leurs services de renseignements avaient failli dans leur mission. Pourtant, grâce aux interceptions réalisées par ULTRA, ils sont capables de lire à livre ouvert dans les communications des forces armées du III. Reich. A croire que le secret aurait été particulièrement bien tenu et que les Allemands n’auraient aucunement transmis d’ordres ou de consignes via leur système de transmission codé ENIGMA que les Alliés décryptent. Or, il n’en est rien, comme le prouve l’excellent article de Hugues WENKIN concernant l’échec du renseignement allié qui rétablit quelques vérités. Tout d’abord, si les Allemands ont tout particulièrement soigné le secret de leurs préparatifs, ils ont bien utilisé leurs habituels systèmes de transmissions. Mais des raisons techniques expliquent que tous les messages n’ont pas été captés. La somme des interceptions est également telle qu’il est difficile de trier entre l’important et le bruit de fond – un problème qui existe toujours dans le domaine des interceptions électroniques qui font l’objet de tris automatiques avant d’être examinés par des cerveaux humains. Ensuite, les interprétations des élément captés sont défaillantes. Par ailleurs, toutes les sources habituelles de renseignement sont aveugles, même les plus rudimentaires (interrogatoires des prisonniers, reconnaissances aériennes). En cette fin d’année 1944, l’échec allié de voir clair dans le jeu adverse et l’exploit allemand de reconstituer une force de manœuvre en toute confidentialité sont les deux faces d’un même acte qui se conclura par un réveil douloureux au petit matin du 16 décembre. Lire la suite…

39/45 Magazine n°346 (Heimdal, 2017)

20 novembre 2017 Laisser un commentaire

3945 Magazine 346Le numéro 346 de 39/45 Magazine des Editions Heimdal démontre une nouvelle fois qu’il reste encore beaucoup à apprendre sur la Seconde Guerre mondiale. De façon caricaturale, les combats face au III. Reich sont vus comme essentiellement terrestres, ceux face au Japon comme principalement navals. C’est oublié que dans le premier cas la dimension maritime revêt une dimension essentiellement stratégique tandis que dans le second les combats terrestres que ce soit en Chine ou dans les îles sont tout aussi importants que les opérations aéronavales.

Trois articles viennent ainsi rappeler la dimension maritime du conflit. Lire la suite…

Catégories :Magazines, Recension, Revues, Sommaire Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

39/45 Magazine n°344 (Heimdal, 2017)

3945 Magazine 344

Le premier article de ce numéro de 39/45 Magazine aborde une face peu connue du raid de Dieppe en 1942 : la captivité des Canadiens qui n’ont pas pu réembarquer vers l’Angleterre. C’est une multitude d’objets qui est présentée et qui par les dessins permet de comprendre ce que fut leur vie dans les Stalags allemands. Le rôle de la Croix Rouge internationale est également abordée puisqu’elle permet de passer les informations d’un camp à l’autre pour donner des nouvelles à la famille des combattants et permet de clarifier le statut des portés disparus. Lire la suite…