Archive

Archive for the ‘Magazines’ Category

Trucks & Tanks Magazine n°67 (Caraktère, 2018)

Opposant Panzer VI Ausf. E Tiger et JS-2, l’illustration de couverture de ce numéro de Trucks & Tanks pourrait laisser penser que le magazine historique et technique des engins et véhicules du XXème siècle des Editions Caraktère propose à nouveau un dossier sur les monstres blindés de la Seconde Guerre mondiale…

Il faut donc ouvrir et entrer dans ce numéro pour découvrir un comparatif bien plus subtile qui ne s’arrête pas tout à fait aux seuls chars (neuf sur dix quand même). Le classement lui-même réserve des surprises, puisque le facteur puissance de feu n’est pas le seul pris en compte, bien au contraire. L’adaptation de l’engin par rapport aux capacités industrielles du pays et le nombre d’engins produits sont des facteurs particulièrement importants. Ainsi, le T-34/76  et le M4 Medium Tank Sherman, symboles respectivement des forces blindées soviétiques et américaines tout au long de la guerre qui les opposent aux Allemands, sont sur le podium. Le Panzer V Panther allemand, considéré par beaucoup comme le meilleur char du conflit, complète ce dernier, mais sa complexité technique, sa fragilité et son coût ne lui permettent pas d’accéder à la plus haute marche dans une vision assurément stratégique. Lire la suite…

Publicités

Batailles & Blindés hors-série n°36 (Caraktère, 2018)

C’est avec une grande honnêteté intellectuelle que l’éditeur prévient les lecteurs que ce numéro est une version remaniée et enrichie du hors-série n°4. En tout cas, le sujet et la mise en page méritent de se replonger dans cette bataille titanesque que fut Stalingrad, ce symbole des combats urbains modernes qui se met progressivement en place alors que la ville n’est pas l’objectif prioritaire de l’opération Fall Blau, l’offensive d’été allemande de 1942 en URSS.

Après avoir replacé la situation stratégique et opérationnelle des différents protagonistes au sortir de l’hiver 1941/1942 qui marque le premier revers sérieux subi par l’armée du III. Reich depuis le commencement de la Seconde Guerre mondiale et plus globalement depuis le début de la politique expansionniste et agressive entreprise par Adolf HITLER, ce numéro présente les enjeux et le déroulement des combats de l’été. L’Armée Rouge est encore une fois défaite. Mais comme en juillet 1941 quand l’opération Barbarossa battait son plein et quand l’avance allemande semblait irrésistible, les premiers grains de sable commencent à apparaître. La constance stratégique se fissure aussitôt. La volonté, les prédications, ne peuvent rien contre l’inadéquation des moyens et des objectifs. Pendant ce temps, l’Armée Rouge gagne du temps, s’accroche et se donne le temps et les moyens de reprendre l’avantage. Lire la suite…

39/45 Magazine n°348 (Heimdal, 2018)

Numéro d’hiver oblige, cet opus de 39/45 Magazine des Editions Heimdal propose un article fouillé sur les combats de Stavelot lors de la contre-offensive des Ardennes de décembre 1944 rédigé par l’un des meilleurs experts du sujet, Hugues WENKIN, qui complète parfaitement son ouvrage Stavelot, La Gleize, le destin des Tiger de Peiper paru aux Editions Caraktère en 2015. Cet épisode est particulièrement représentatif des errements allemands et de la ténacité américaine. Si en mai 1940, tout souriait aux forces armées du III. Reich qui se trouvaient dans une situation idéale de préparation [cf. 1940, la Wehrmacht de Fall Gelb (Economica, 2018)] face à des adversaires en retard d’une guerre, ce n’est plus du tout le cas en cette fin d’année 1944. Les velléités offensives sont handicapée par du matériel non adapté, un ravitaillement insuffisant, des troupes fatiguées ou manquant d’entraînement, une chaîne de commandement  complètement sclérosée de haut en bas de la hiérarchie militaire. En face, l’armée américaine sait faire preuve de souplesse, d’initiative et de réactivité (qualités qui font défaut aux armées alliées en 1940, notamment françaises). Dès qu’il s’élance, le Kampfgruppe Peiper qui doit percer et ouvrir la voie jusqu’à la Meuse connaît des difficultés dans sa progression. L’énergie de sa pointe s’émousse trop vite du fait des embouteillages, de la confusion et des blocages rencontrés. Des erreurs tactiques sont faites. Les erreurs de jugement sont nombreuses. Elles provoquent des pertes inutiles et surtout gâchent les opportunités laissées par l’ennemi. A la lecture de l’article, le lecteur comprend que le contre-offensive des Ardennes est vouée à l’échec dès le premier jour… Lire la suite…

39/45 Magazine n°65 (Heimdal, 1991)

Ce numéro de 39/45 Magazine des Editions Heimdal présente plusieurs événements peu ou pas connu du grand public.

Le premier est la capture du premier Messerschmitt Bf 109 E au cours de la Drôle de Guerre en septembre 1939 alors que les opérations battent leur plein à l’Est en Pologne. Le pilote, complètement désorienté se pose en Alsace… Sa capture est tenue secrète et permet aux Alliés d’en savoir plus sur l’un des derniers de l’industrie aéronautique du III. Reich.

Vient ensuite le récit de plusieurs raids organisés par les Britanniques sur les côtes occupées par les Allemands. Le point culminant est bien entendu le raid sur Saint-Nazaire qui se conclut par la mise hors service de la forme Joubert jusqu’à la fin de la guerre. Mais plusieurs autres opérations ont lieu et tiennent en alerte très tôt les forces d’occupation. Lire la suite…

39/45 Magazine hors-série Historica n°92 (Heimdal, 2018)

L’opération Chariot, le raid britannique sur Saint-Nazaire le 28 mars 1942 est l’une des opérations les plus audacieuses de la Seconde Guerre mondiale. Elle démontre surtout la volonté absolue de la Grande-Bretagne d’éloigner la menace de la marine militaire allemande de façon directe ou indirecte.

Le bilan humain est cependant très lourd des deux côtés. Mais l’objectif final est atteint : la forme Joubert est irréparable jusqu’à la fin du conflit.

Ce numéro hors-série de 39/45 Magazine de la série Historica des Editions Heimdal relate à merveille la genèse et l’opération elle-même. Le texte est clair, précis, l’iconographie est splendide. Les cartes et les profils couleurs méritent à eux-seuls la possession de ce numéro. Lire la suite…

AceS n°6 (Heimdal, 2018)

Edité par les Editions Heimdal, le magazine AceS et dédié aux as de l’aviation militaire avant qu’elle ne soit à réaction. Chaque numéro présente une sélection de pilotes ainsi que leurs appareils et leurs unités. Quelques pages sont également consacrées au modélisme.

Ce sixième numéro inclut deux nouvelles rubriques : un courrier des lecteurs et une recension des derniers kits maquettes sortis.

Le portrait principal est consacré au parcours de René MOUCHOTTE, ce qui est l’occasion de revenir sur la création des Forces Aériennes Françaises Libres (FAFL) et le Supermarine Spitfire. S’ajoute également un article très original sur Philippe LIVRY-LEVEL qui devient observateur et participa à de nombreuses missions contre les sous-marins allemands et en soutien de la Résistance. C’est au cours de l’un de celles-ci qu’il récupère Jean de LATTRE de TASSIGNY qui peut ainsi rejoindre les Forces Françaises Libres. Il participe également à des missions spéciales destinées à attaquer des prisons utilisées par les Allemands pour permettre à des prisonniers de s’échapper (opération Jericho sur la prison d’Amiens le 18 février 1944, attaque d’un immeuble de la Gestapo le 21 mars 1945 à Copenhague). Lire la suite…

Ligne de Front n°72 (Caraktère, 2018)

Les Editions Caraktère propose ici un numéro de Ligne de Front particulièrement bien ficelé qui recèle une mine d’articles sur des sujets très peu étudiés voire inédits. De quoi largement pardonner un sommaire à nouveau exclusivement dédié à la Seconde Guerre mondiale… Mais très loin d’être germano-centré !

L’étude sur le Frontovik, le soldat soviétique, judicieusement sous-titré cet inconnu, permet de découvrir l’étonnante modernité de l’Armée Rouge : gilets de protection, sniping lourd, appareils individuels de vision infrarouge, fusils d’assaut. De quoi remettre en cause la vision de rusticité qui l’entoure encore aujourd’hui. Et comme le souligne l’éditorial, l’Armée Rouge était en avance sur son adversaire germanique dans le domaine du combat d’infanterie.

L’armée américaine est également bien présente dans les pages de ce numéro au travers de l’historique de la 3rd US Army de George PATTON et des parachutistes de l’US Marine Corps. La chevauchée de PATTON à travers la France à l’été 1944 et les combats en Lorraine à l’automne sont loin d’être parfaits. La réactivité et la flexibilité de la 3rd US Army en décembre 1944 face à la contre-offensive allemande des Ardennes permettent de doucher définitivement les espoirs allemands de renverser la situation militaire à l’Ouest et surtout de repousser les unités de la 7. Armee et de la 5. Panzer-Armee sur leurs lignes de départ. Les pertes américaines sont néanmoins conséquentes. Décembre 1944 et janvier 1945  sont les mois les plus coûteux en hommes et en matériels pour la 3rd US Army. Lire la suite…