Publicités

Archive

Posts Tagged ‘Yann MAHE’

Ligne de Front hors-série n°33 (Caraktère, 2018)

A l’ombre des grandes batailles et des grandes unités de la Seconde Guerre mondiale, il existe une multitude de combats, de faits, de projets et d’unités encore méconnus. Les enjeux, le terrain de jeux planétaire, les fanatismes, les technologies, les leaders eux-mêmes provoquent ce foisonnement.

C’est donc tout le mérite de ce numéro hors-série du magazine Ligne de Front des Editions Caraktère que de présenter une série de mystères ayant trait à la guerre 1939/1945. Certains sont anecdotiques, d’autres aurait pu être dramatiques.

Ce sont ainsi vingt-quatre chapitres qui se succèdent sans forcément d’ordre logique. Sont concernés l’Allemagne, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, l’Italie, le Japon, l’URSS. A des sujets purement militaires s’ajoutent clairement des expérimentations ou des projets soit contraires au lois de la guerre, soit purement des crimes de guerre. Sans oublier, pour le folklore, les délires ésotériques nazis…

Un numéro pour sortir des sentiers battus, s’étonner de quelques projets démesurés (ex : attaquer New-York par un raid italien commando), de quelques coups tordus ou réalisations (ex : le camouflage des usines Boeing) mais voir aussi son sang glacé par la lecture de tant d’horreurs et de crimes. Lire la suite…

Publicités

Ligne de Front n°72 (Caraktère, 2018)

Les Editions Caraktère propose ici un numéro de Ligne de Front particulièrement bien ficelé qui recèle une mine d’articles sur des sujets très peu étudiés voire inédits. De quoi largement pardonner un sommaire à nouveau exclusivement dédié à la Seconde Guerre mondiale… Mais très loin d’être germano-centré !

L’étude sur le Frontovik, le soldat soviétique, judicieusement sous-titré cet inconnu, permet de découvrir l’étonnante modernité de l’Armée Rouge : gilets de protection, sniping lourd, appareils individuels de vision infrarouge, fusils d’assaut. De quoi remettre en cause la vision de rusticité qui l’entoure encore aujourd’hui. Et comme le souligne l’éditorial, l’Armée Rouge était en avance sur son adversaire germanique dans le domaine du combat d’infanterie.

L’armée américaine est également bien présente dans les pages de ce numéro au travers de l’historique de la 3rd US Army de George PATTON et des parachutistes de l’US Marine Corps. La chevauchée de PATTON à travers la France à l’été 1944 et les combats en Lorraine à l’automne sont loin d’être parfaits. La réactivité et la flexibilité de la 3rd US Army en décembre 1944 face à la contre-offensive allemande des Ardennes permettent de doucher définitivement les espoirs allemands de renverser la situation militaire à l’Ouest et surtout de repousser les unités de la 7. Armee et de la 5. Panzer-Armee sur leurs lignes de départ. Les pertes américaines sont néanmoins conséquentes. Décembre 1944 et janvier 1945  sont les mois les plus coûteux en hommes et en matériels pour la 3rd US Army. Lire la suite…

Wehrmacht 46, volume 1 , Heer & Panzerwaffe (Caraktère, 2016)

11 février 2018 1 commentaire

Si la Wehrmacht capte l’attention de nombreux passionnés de la Seconde Guerre mondiale, cela est dû en partie par le poids doctrinal et technologique que les forces armées du III. Reich ont fait peser sur la façon de mener le combat. L’un des paradoxes les plus frappants de la Seconde Guerre mondiale est que les Allemands remportent leurs plus grands succès alors qu’ils sont loin d’être parés pour un conflit d’une telle ampleur (Pologne 1939, Ouest 1940, Balkans 1941, début de l’opération Barbarossa), mais sont défaits alors qu’ils bénéficient d’une avance technologique indéniable en fin de conflit.

Les luttes intestines inhérentes à la nature même du pouvoir nazi tournent à la gabegie, des préjugés raciaux éloignent certains ingénieurs ou certaines thèses scientifiques, un système de commandement du plus en plus centralisé et coupé des réalités entraînent les III. Reich dans la défaite.

Les recherches et les technologies développées par les Allemands voient très souvent leur aboutissement, leur industrialisation et leur engagement au combat… sous les couleurs de leurs adversaires. La guerre achevée, ces derniers ne s’y sont pas trompés. Américain, Britanniques, Soviétiques, Français : tous ont cherché à mettre la main sur les plans, les prototypes et surtout les cerveaux qui en possèdent les secrets. Quitte à passer un pudique voile sur leur engagement auprès du régime nazi ou leur implication dans un système industriel reposant sur le travail forcé et exploitant les camps de la mort. Lire la suite…

Catégories :Livres, Recension, Sommaire Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Trucks & Tanks Magazine n°65 (Caraktère, 2018)

28 décembre 2017 Laisser un commentaire

TNT 065Sans réel fil conducteur thématique, ce numéro de Trucks & Tanks Magazine des Editions Caraktère consacre majoritairement ses articles à des engins de la Seconde Guerre mondiale, mais n’oublie pas non plus l’après-guerre. Comme d’habitude, les brèves d’actualités offrent un éclairage contemporain. Ainsi, l’article sur les véhicules suicide utilisés par les Islamistes permet de saisir à la fois la tournure prise par les guerres asymétriques du XXIème siècle et surtout l’imagination sans cesse renouvelée des belligérants pour s’adapter à leurs adversaires de façon à leur causer le maximum de pertes. Tous les types de véhicules sont bons à être reconvertis en engins-suicide par l’Etat islamique : voiture de tourisme, van, camionnette, camion, semi-remorque, engins de chantier, etc. Comme le souligne la conclusion des six pages consacrées au sujet, ce concept est à la fois une adaptation tactique mais aussi une orientation stratégique sciemment voulue par rapport à un objectif à atteindre en tenant compte du rapport de force et des moyens à disposition.

Le premier des articles consacrés à des engins de la Seconde Guerre mondiale se penche sur les Panzer de propagande, projets ou engins réels destinés à tromper l’ennemi. Il y a bien entendu le char à tourelles multiples Neubaufahrzeug qui est engagé au combat lors de l’opération Weserübung et l’invasion de la Norvège. Les projets de Panzer IX et de Panzer X présentés dans la revue de propagande Signal début 1944 sont à la fois purement spéculatifs mais suffisamment réalistes pour donner une impression de vrai auprès d’un large public pas forcément au fait des technologies militaires de l’époque et des contraintes tant logistiques que d’engagement… Lire la suite…

Ligne de Front n°71 (Caraktère, 2018)

27 décembre 2017 Laisser un commentaire

Ligne de Front 071Totalement consacré à la Seconde Guerre mondiale, et particulièrement germano-centré, ce numéro recèle cependant une pépite.. En effet, presqu’en clôture du n°71 du magazine Ligne de Front des Editions Caraktère, le lecteur découvre un dossier sur les fusiliers-marins soviétiques qui évoque l’étendue des actions menées par ces unités (Odessa, Sebastopol, Kertch, Taman, Kouban, Crimée, Sakaline, Kouriles) et leur développement sous l’impulsion notamment de deux hommes : Ilya Grigorievitch STARINOV et Viktor Nikolaïevitch LEONOV. Ils sont à l’origine des quelques plus belles opérations spéciales soviétiques au cours de la guerre. La légende Spetsnaz est née.

Pourtant la couverture ultra classique faisant sa une sur Panzer et bocage normand ne le laissait pas présager, toute focalisée sur le dossier consacré à l’engagement des chars allemands en Normandie face aux Alliés. Ce dernier mérite cependant le détour, même s’il n’apporte pas grand chose de neuf. La synthèse est en effet solidement charpentée. Lire la suite…

Aérojournal n°58 (Caraktère, 2017)

Aerojournal 059L’aviation militaire prend son envol au cours de la Première Guerre mondiale. Les attaques au sol restent rares et en tout cas, la puissance de feu déversée est limitée. Le bombardement de zones d’habitation au-delà de la zone principale des combats est réservé à quelques dirigeables ou canons à longue portée, plus symboliques qu’autre chose. La guerre civile espagnole laisse entrevoir le destin qui pourrait être réservé aux grands centres urbains lors d’un prochain conflit de grande ampleur. Et c’est effectivement le cas lors de la Seconde Guerre mondiale. Le III. Reich est le premier à l’initiative de bombardements aériens sur des populations civiles dans un but de terroriser et non militaire. C’est le cas en Pologne en septembre 1939, à l’Ouest en mai et juin 1940 (sur Rotterdam par exemple), lors de la bataille d’Angleterre, dans les Balkans au printemps 1940. Compte tenu des limitations du complexe militaro-industriel nazi, les bombardiers perdent progressivement leur place dans l’arsenal aérien de la Luftwaffe et il faut attendre les fusées V1 et V2 pour voir le III. Reich se doter à nouveau d’une capacité de frapper les centres urbains adverses. Lire la suite…

Batailles & Blindés hors-série n°33 (Caraktère, 2017)

Batailles et Blindes HS 033S’il est une bataille bien connue des amateurs du conflit germano-soviétique, c’est bien celle de Kharkov en février/mars 1943. Il n’empêche, Batailles & Blindés nous fournit ici une excellente documentation. Le texte présente très bien les tenants et les aboutissants, le déroulement des combats proprement dits. Les illustrations, sans être véritablement originales, sont mises joliment en valeur.

Il existe assez peu de polémique historique sur cette bataille à la différence de celle de Smolensk en 1941 ou de Koursk en 1943. Les faits sont connus, les chiffres des pertes ne souffrent pas de contestation. A l’évidence, les Allemands montrent d’excellentes qualité manœuvrières, les Soviétiques sont trop confiants après leur victoire de Stalingrad et les revers infligés aux forces de l’Axe sur le Don. Lire la suite…