Publicités

Archive

Posts Tagged ‘Yann MAHE’

Trucks & Tanks Magazine hors-série n°29 (Caraktère, 2018)

8 août 2018 1 commentaire

Poursuivant son « encyclopédie des engins et des véhicules militaires de la Seconde Guerre mondiale« , Trucks & Tanks Magazine présente ici les matériels de la Flak, la défense antiaérienne allemande au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Les matériels sont présentés un par un et regroupés dans cinq chapitres qui illustrent à eux seuls la métamorphose de cette arme en quelques années de guerre. Tout d’abord simples canons, la Flak gagne en mobilité avec des premières installations de pièces sur véhicules à roue. La soucis de protection devient de plus en plus critique. Montés d’abord sur des semi-chenillés, les Allemands mettent en oeuvre dans les derniers mois de la guerre le concept de char antiaérien (Flakpanzer). Mais la révolution technologique ne s’arrête pas là. Confrontées à d’incessants bombardements sur leurs agglomérations, leurs centres industriels et leurs voies de communication ainsi qu’à une domination aérienne ennemie totale du champ de bataille, les armées du III. Reich sont poussées à rechercher des solutions novatrices qui préfigurent les armes modernes : missiles sol-airs, armes portatives individuelles antiaériennes, dispositifs de saturations d’un espace aérien par une nuées de projectiles… Le futur est déjà là (à compléter par l’artillerie sur la Flak du futur paru dans Ligne de Front74 et l’inévitable Wehrmacht 46 volume 2). Lire la suite…

Publicités

Batailles & Blindés hors-série n°16 (Caraktère, 2011)

15 juillet 2018 2 commentaires

Cherchant à compenser son infériorité tant sur le plan humain que matériel, le III. Reich est à la recherche de la supériorité technologique dès 1942.

Le Panzer VI Ausf. E Tiger a été conçu en urgence en s’appuyant sur un ancien projet pourtant délaissé. Son successeur, le Panzer VI Ausf. B Königstiger est l’un des engins les plus puissants mis en oeuvre au cours de la Seconde Guerre mondiale [en-dehors de quelques projets qui ne voient jamais opérationnellement le jour faute de temps ou tout simplement par impossibilité technique et industrielle – cf. Batailles & Blindés n°83 (Caraktère, 2018), Trucks & Tanks Magazine n°55 (Caraktère, 2016), Trucks & Tanks Magazine hors-série n°25 (Caraktère, 2017)].

Le Panzerjäger VI Ferdinand / Elefant, le Jagdpanzer VI Jagdtiger ou le Jagdpanzer V Jagdpanther sont aussi des engins spécifiques destinés à être engagés dans des unités autonomes en appui des grandes autres unités plus classiques. Lire la suite…

Batailles & Blindés hors-série n°14 (Caraktère, 2010)

15 juillet 2018 2 commentaires

Quelques chars marquent l’histoire de l’arme blindée. Le Renault FT 17 est sans conteste le premier à avoir été produit en masse. Le T-34 est le premier à proposer un équilibre idéal entre puissance, protection, mobilité avec des formes modernes. Le Panzer VI Ausf. E Tiger est le premier char lourd opérationnel. Comme les deux autres, il marque de son empreinte les combats malgré un nombre d’engins produits relativement peu élevé.

Issu d’un projet remisé au placard, développé en un temps relativement bref, il gagne de suite une supériorité sur ses adversaires. Conservant la bonne ergonomie des Panzer III et Panzer IV, il franchit plus qu’un cap en termes de protection et de puissance de feu à tel point qu’il redonne immédiatement la supériorité technique aux Allemands en URSS là où il intervient.

Le Front de l’Est est taillé pour lui avec ses grands espaces. En 1943 et jusqu’en milieu d’année 1944, il règne en maître. Plusieurs as se distinguent à son bord. Contrairement à la légende fabriquée par la propagande soviétique, le Panzer VI Ausf. E Tiger s’en sort très bien à Koursk et provoque de véritables saignées dans les rangs adverses [cf. Koursk, 1943 (Perrin, 2018), mais aussi Batailles & Blindés hors-série n°20 (Caraktère, 2012) et Batailles & Blindés n°34 (Caraktère, 2017)]. Seul problème, et non des moindres, les capacités industrielles du III. Reich ne sont pas suffisantes pour en faire un char de masse et son emploi reste cantonné dans des secteurs bien précis, engagé dans des unités autonomes.  Lire la suite…

Batailles & Blindés hors-série n°37 (Caraktère, 2018)

7 juillet 2018 1 commentaire

Dans un nouveau numéro consacré aux as de la Panzerwaffe et de la Sturmartillerie, les Editions Caraktère replongent avec ce hors-série de Batailles & Blindés sur l’un de leur sujets de prédilection : les as de la Seconde Guerre mondiale.

Sur terre, sur mer ou dans les airs, l’as magnifie l’engagement personnel, la réussite dans le domaine guerrier. Les peuples ont besoin de de s’identifier à ces héros, quel que soit le camp auxquels ils appartiennent. En temps de paix, ce sont les gladiateurs ou les sportifs de haut niveau qui jouent ce rôle. Lire la suite…

Ligne de Front n°74 (Caraktère, 2018)

24 juin 2018 1 commentaire

Quelles que soient les armes, navales, aériennes ou terrestres (et maintenant aussi spatiales), chaque pays entame une guerre avec ce dont il dispose. Pour le meilleur ou pour le pire… C’est la raison pour laquelle, la recherche et la veille doctrinale sont des disciplines fondamentales qui pèsent lourdement sur la victoire ou la défaite.

Ce numéro de Ligne de Front édité par Caraktère ouvre une étude en quatre volets sur la stratégie tactique et les règles d’emploi des armes de la Wehrmacht au cours de la Seconde Guerre mondiale. Certes, il s’agit encore d’une étude sur l’armée du III. Reich, mais elle vaut le détour. Espérons cependant qu’auteurs et éditeurs veuillent bien réaliser de façon tout aussi récurrente des travaux similaires sur les autres belligérants du conflit. Au passage, félicitons le travail par Histoire & Collections pour l’armée française à travers sa revue GBM.

Cette première partie se concentre sur les tactiques employées en 1940 qui réussissent si bien lors de Fall Gelb et sur l’offensive blindée sur un front étroit. Comme cela est aussi clairement identifié dans l’ouvrage d’Eric DENIS, La Wehrmacht de Fall Gelb, l’armée allemande atteint au printemps au 1940 son apogée. Sa réflexion et sa constitution sont le fruit d’une évolution doctrinale débutée au lendemain de la défaite de 1918 qui a été testée opérationnellement, à la fin de la Guerre d’Espagne et en Pologne (« combat proven » dirait-on au début du XXIème siècle). Lire la suite…

Ligne de Front hors-série n°33 (Caraktère, 2018)

A l’ombre des grandes batailles et des grandes unités de la Seconde Guerre mondiale, il existe une multitude de combats, de faits, de projets et d’unités encore méconnus. Les enjeux, le terrain de jeux planétaire, les fanatismes, les technologies, les leaders eux-mêmes provoquent ce foisonnement.

C’est donc tout le mérite de ce numéro hors-série du magazine Ligne de Front des Editions Caraktère que de présenter une série de mystères ayant trait à la guerre 1939/1945. Certains sont anecdotiques, d’autres aurait pu être dramatiques.

Ce sont ainsi vingt-quatre chapitres qui se succèdent sans forcément d’ordre logique. Sont concernés l’Allemagne, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, l’Italie, le Japon, l’URSS. A des sujets purement militaires s’ajoutent clairement des expérimentations ou des projets soit contraires au lois de la guerre, soit purement des crimes de guerre. Sans oublier, pour le folklore, les délires ésotériques nazis…

Un numéro pour sortir des sentiers battus, s’étonner de quelques projets démesurés (ex : attaquer New-York par un raid italien commando), de quelques coups tordus ou réalisations (ex : le camouflage des usines Boeing) mais voir aussi son sang glacé par la lecture de tant d’horreurs et de crimes. Lire la suite…

Ligne de Front n°72 (Caraktère, 2018)

Les Editions Caraktère propose ici un numéro de Ligne de Front particulièrement bien ficelé qui recèle une mine d’articles sur des sujets très peu étudiés voire inédits. De quoi largement pardonner un sommaire à nouveau exclusivement dédié à la Seconde Guerre mondiale… Mais très loin d’être germano-centré !

L’étude sur le Frontovik, le soldat soviétique, judicieusement sous-titré cet inconnu, permet de découvrir l’étonnante modernité de l’Armée Rouge : gilets de protection, sniping lourd, appareils individuels de vision infrarouge, fusils d’assaut. De quoi remettre en cause la vision de rusticité qui l’entoure encore aujourd’hui. Et comme le souligne l’éditorial, l’Armée Rouge était en avance sur son adversaire germanique dans le domaine du combat d’infanterie.

L’armée américaine est également bien présente dans les pages de ce numéro au travers de l’historique de la 3rd US Army de George PATTON et des parachutistes de l’US Marine Corps. La chevauchée de PATTON à travers la France à l’été 1944 et les combats en Lorraine à l’automne sont loin d’être parfaits. La réactivité et la flexibilité de la 3rd US Army en décembre 1944 face à la contre-offensive allemande des Ardennes permettent de doucher définitivement les espoirs allemands de renverser la situation militaire à l’Ouest et surtout de repousser les unités de la 7. Armee et de la 5. Panzer-Armee sur leurs lignes de départ. Les pertes américaines sont néanmoins conséquentes. Décembre 1944 et janvier 1945  sont les mois les plus coûteux en hommes et en matériels pour la 3rd US Army. Lire la suite…