Archive

Posts Tagged ‘Jean de LATTRE de TASSIGNY’

AceS n°6 (Heimdal, 2018)

Edité par les Editions Heimdal, le magazine AceS et dédié aux as de l’aviation militaire avant qu’elle ne soit à réaction. Chaque numéro présente une sélection de pilotes ainsi que leurs appareils et leurs unités. Quelques pages sont également consacrées au modélisme.

Ce sixième numéro inclut deux nouvelles rubriques : un courrier des lecteurs et une recension des derniers kits maquettes sortis.

Le portrait principal est consacré au parcours de René MOUCHOTTE, ce qui est l’occasion de revenir sur la création des Forces Aériennes Françaises Libres (FAFL) et le Supermarine Spitfire. S’ajoute également un article très original sur Philippe LIVRY-LEVEL qui devient observateur et participa à de nombreuses missions contre les sous-marins allemands et en soutien de la Résistance. C’est au cours de l’un de celles-ci qu’il récupère Jean de LATTRE de TASSIGNY qui peut ainsi rejoindre les Forces Françaises Libres. Il participe également à des missions spéciales destinées à attaquer des prisons utilisées par les Allemands pour permettre à des prisonniers de s’échapper (opération Jericho sur la prison d’Amiens le 18 février 1944, attaque d’un immeuble de la Gestapo le 21 mars 1945 à Copenhague). Lire la suite…

Publicités

39/45 Magazine n°347 (Heimdal, 2018)

Les amateurs de la Seconde Guerre mondiale, et plus particulièrement du conflit en Europe avec en son centre l’Allemagne, seront particulièrement comblés par ce numéro de 39/45 Magazine proposé par les Editions Heimdal qui n’oublie pas non plus le Pacifique et les Harley-Davidson des soldats américains. Bref, un sommaire riche et un contenu de grande qualité…

Il est coutume de considérer que les Alliés ont été totalement pris par surprise par l’offensive allemande dans les Ardennes le 16 décembre 1944 et que leurs services de renseignements avaient failli dans leur mission. Pourtant, grâce aux interceptions réalisées par ULTRA, ils sont capables de lire à livre ouvert dans les communications des forces armées du III. Reich. A croire que le secret aurait été particulièrement bien tenu et que les Allemands n’auraient aucunement transmis d’ordres ou de consignes via leur système de transmission codé ENIGMA que les Alliés décryptent. Or, il n’en est rien, comme le prouve l’excellent article de Hugues WENKIN concernant l’échec du renseignement allié qui rétablit quelques vérités. Tout d’abord, si les Allemands ont tout particulièrement soigné le secret de leurs préparatifs, ils ont bien utilisé leurs habituels systèmes de transmissions. Mais des raisons techniques expliquent que tous les messages n’ont pas été captés. La somme des interceptions est également telle qu’il est difficile de trier entre l’important et le bruit de fond – un problème qui existe toujours dans le domaine des interceptions électroniques qui font l’objet de tris automatiques avant d’être examinés par des cerveaux humains. Ensuite, les interprétations des élément captés sont défaillantes. Par ailleurs, toutes les sources habituelles de renseignement sont aveugles, même les plus rudimentaires (interrogatoires des prisonniers, reconnaissances aériennes). En cette fin d’année 1944, l’échec allié de voir clair dans le jeu adverse et l’exploit allemand de reconstituer une force de manœuvre en toute confidentialité sont les deux faces d’un même acte qui se conclura par un réveil douloureux au petit matin du 16 décembre. Lire la suite…

Batailles n°79 (Ysec, 2017)

Batailles 079Ce numéro de Batailles Magazine édité par Ysec fait sa une sur l’opération Jubilee, raid canadien sur Dieppe en août 1942, qui fournira nombre d’enseignements aux Alliés dans l’optique du Débarquement en Normandie le 6 juin 1944. Intelligemment, l’étude comporte deux articles. Le premier, classique, présente les opérations proprement dites avec un angle de vue essentiellement allié. Le second se penche sur la résistance et la réaction allemande qui s’appuie essentiellement sur la 302. Infanterie-Division. D’autres unités lui sont subordonnées dans la journée. La 10. Panzer-Division stationnée à Amiens et la SS-Divsion Leibstandarte SS Adolf Hitler à Vernon sont placées en alerte mais n’auront pas besoin d’intervenir. Lire la suite…