Archive

Posts Tagged ‘2e Guerre Mondiale’

2e Guerre Mondiale n°70 (Mars & Clio, 2017)

2GM 070L’article à propos d’un vétéran français de la bataille de Monte Cassino est intéressant à plus d’un titre. Tout d’abord, le récit s’ouvre avec le chemin suivi par Bernard BLIN pour prolonger la lutte et laver l’affront de la défaite de 1940. A l’époque, rejoindre la Grande-Bretagne n’est pas le parcours obligé. Il s’engage dans l’Armée d’Armistice et rejoint l’Afrique du Nord après avoir passé la Ligne de Démarcation. L’opération « Torch » et les combats qui s’en suivent contre les Américains sont un choc et symbolisent bien les faux-semblants de cette période. C’est ensuite la transformation en « Français Libres » et le rééquipement avec du matériel américain. Le récit de la campagne d’Italie et de la Libération de la France de la Provence à Colmar est moins fouillé. Les photos issues de sa collection privée valent le détour même si la qualité peut être assez médiocre. Lire la suite…

Advertisements

2e Guerre Mondiale n°69 (Mars & Clio, 2017)

16 janvier 2017 1 commentaire

2gm-069Continuant son petit bonhomme de chemin au milieu de la presse spécialisée et des poids lourds du secteur, 2e Guerre Mondiale propose tous les deux mois un cocktail d’articles bien ficelés et synthétiques, généralistes mais offrant des pistes intéressantes d’approfondissement. En témoigne ce numéro agrémenté de quelques superbes profils couleurs tirés en pleines pages. Lire la suite…

2e Guerre Mondiale n°65 (Mars & Clio, 2016)

2GM 065

Poursuivant son approche de réflexion sur la Seconde Guerre mondiale, ce numéro aborde deux sujets « polémiques » ou plutôt qui font l’objet d’interprétations variées en fonction des époques et des historiens.

Le premier concerne le passage à l’économie de guerre du III. Reich avec le rôle joué par Albert SPEER. L’étude a le mérite de préciser qu’il n’y a pas un avant inefficace et un après (enfin) productif, mais une certaine continuation, pour souligner qu’au final l’industrie du Reich n’est de tout de façon pas parvenu au niveau qui aurait dû être le sien pour accompagner un conflit d’une telle dimension. Lire la suite…

2e Guerre Mondiale n°64 (Mars & Clio, 2016)

2GM 064

Ce numéro s’article autour de quatre numéros principaux, qui à l’exception d’un seul se concentrent sur l’armée allemande. A noter quelques beaux profils couleurs de sous-marins allemands (U-Boot) en format A4. Lire la suite…

2e Guerre Mondiale continue sa mue avec le n°61

22 septembre 2015 Laisser un commentaire

2GM 061

2e Guerre Mondiale poursuit son chemin au milieu de la presse spécialisée sur la période 1939/1945. Le n°61 inaugure une maquette revue et modernisée qui conserve et met en valeur l’héritage issu des précédents numéros. Comme le souligne l’éditorial de Nicolas PONTIC, son Rédacteur en chef, le positionnement de ce magazine diffère un peu des autres en ne se contentant pas seulement du seul aspect narratif de ses textes, mais en proposant aux lecteurs des analyses et des pistes de réflexion, tant sur les faits eux-mêmes que sur la façon de les aborder. Bref, ce n’est pas du copier/coller d’internet.

Les photos restent très classiques et souvent déjà largement connues. Quelques profils couleurs imprimées sur des pleines pages A4 complètent utilement les articles sans cependant remplir inutilement de l’espace éditorial. La maquette renouvelée, sans apporter de révolution, bonifie l’ensemble. Le cocktail est donc un subtil équilibre qui recherche le sérieux du fond, le plaisir de la forme sur des sujets ultra connus mais revisités ou des aspects du conflit plus confidentiels pour le grand public. Le rythme de parution demeure bimensuel et des numéros hors-série complètent les six publications annuelles.

=> Acheter des numéros de 2e Guerre Mondiale

=> Lire l’interview de Nicolas PONTIC


www.3945km.comDes origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

2e Guerre Mondiale n°60 (Mars & Clio, 2015)

2e_Guerre_Mondiale_060

Sommaire :

– Livres-expos-jeux

– Carte de situation

– Vincent BERNARD, Au royaume des aveugles… ce que l’Ouest voit de l’Armée rouge en juin 1941, in 2e Guerre Mondiale n°60, Editions Mars & Clio, juillet 2015, texte, photos N&B [, ]

– David FRANCOIS, Overlord en question, le Débarquement inutile ?, in 2e Guerre Mondiale n°60, Editions Mars & Clio, juillet 2015, texte, photos N&B [Ouest 1944/1945, Batailles, ]

– L’actualité de la 2e Guerre mondiale

– Nicolas ANDERBEGANI, La République de Salo, le crépuscule du fascisme, in 2e Guerre Mondiale n°60, Editions Mars & Clio, juillet 2015, texte, photos N&B [, , ]

– Stéphane MANTOUX, Cinéma, Bunker (ou opération Werewolf), in 2e Guerre Mondiale n°60, Editions Mars & Clio, juillet 2015, texte, photos N&B

– Stéphane MANTOUX, Un tigre dans la boue, Otto Carius en question ?, in 2e Guerre Mondiale n°60, Editions Mars & Clio, juillet 2015, texte, photos N&B, profils couleurs, cartes [Batailles, , , Armée allemande, Biographies, ]

– Benoît RONDEAU, Le Mur de l’Atlantique, grand gaspillage ?,  in 2e Guerre Mondiale n°60, Editions Mars & Clio, juillet 2015, texte, photos N&B, profils couleurs, cartes [, BataillesOuest 1944/1945, , , , ]

– Jean-Patrick ANDRE, Duel à Tilly-sur-Seulles juin 1944, Feldwebel Panzergrenadier-Lehr-Regiment 901 vs Sergeant 24th Lancers, in 2e Guerre Mondiale n°60, Editions Mars & Clio, juillet 2015, texte, photos N&B, profils couleurs, cartes [, BataillesOuest 1944/1945, 50th Northumbrian Infantry Division]

– Vincent BERNARD, Un chiffre, une lettre : 26 G comme Generalfeldmarschall

Recension :

Ce numéro est particulièrement riche d’analyses et de réflexions.

Le Débarquement en Normandie de juin 1944 est souvent décrit comme un tournant majeur, indispensable, de la Seconde Guerre mondiale. Et si pourtant, il avait été inutile ? C’est la question que pose en effet 2e Guerre mondiale. Et la réponse permet de mieux comprendre aussi les tergiversations qui ont agité les décideurs alliés à l’époque. Le III. Reich est alors sous pression, l’URSS n’a plus besoin d’être militairement soulagée. Pourtant les Alliés occidentaux prennent le risque d’une opération majeure alors que le dénouement de la guerre ne fut plus guère de doute. En fait, l’opération Overlord n’a pas de sens si on occulte les conséquences de l’après-guerre et l’opposition Est / Ouest à venir. Et là, la clairvoyance de Winston CHURCHILL a toute sa place…

Dans le camp d’en face, quid du Mur de l’Atlantique censé être un glacis infranchissable ? La aussi, la revue met en avant les options stratégiques qui s’offrent alors au III. Reich et le rôle que la fortification du littoral est amenée à jouer. L’utilité du Mur de l’Atlantique est indissociable de la stratégie à adopter pour repousser le Débarquement allié à venir. Débat qui ne sera jamais tranché par les contemporains.

Autre sujet revisité, celui de l’as allemand des chars Otto CARIUS. Carrière, exploits, opinions politiques, personnalité… Au-delà de la légende formatée par la propagande du III. Reich et les mémoires de l’intéressé, se cache la réalité d’un homme avec ses forces et ses faiblesses plongé dans le marasme d’une guerre idéologique. L’article est aussi l’occasion de revenir largement sur les combats autour de Dünaburg mi 1944 ou la Wehrmacht donne encore du fil à retordre à une Armée Rouge possédant pourtant une supériorité numérique écrasante dans tous les domaines.

Autre article intéressant, celui consacré à l’éphémère République de Salo, Etat fantoche résidu du fascisme italien dans les toutes dernières années de la guerre.

A noter également une courte analyse de l’estimation par les Allemands des forces de l’Armée Rouge à la veille de l’opération Barbarossa. Le nombre total de divisions est minoré d’un tiers par rapport à la réalité avec une carence particulièrement prononcée sur l’arme blindée soviétique. Au-delà des matériels inconnus (T-34 par exemple), le nombre d’unités blindées et motorisées est totalement minoré.

En conclusion, un numéro qui met en valeur la réflexion de l’historien et qui suscite le questionnement du lecteur sur des sujets pourtant éminemment connus pour certains.

Sur la même étagère… :

Tallandier_2015_PONTIC_Nicolas_Koursk Tallandier_2015_SIMONNET_Stephane_liberation_poches_atlantique RZM_2015_NASH_Douglas_SPEZZANO_Remy_Kampfgruppe_Muhlenkamp


www.3945km.comDes origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

 

Luftwaffe 1939/1945 : une conception pas si mauvaise que cela… (2e Guerre mondiale n°58, Mars & Clio Editions, février/mars 2015)

22 février 2015 Laisser un commentaire

revue_2gm_058Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la Luftwaffe, l’armée de l’air allemande, est tout d’abord considérée comme l’un des facteurs clefs des victoires de la première partie du conflit en Europe (Pologne en 1939, Ouest en 1940, Balkans en 1941, Opération « Barbarossa » à l’été 1941) avant d’être identifiée comme étant le maillon faible du III. Reich face à la montée en puissance des aviations alliées et aux bombardements stratégiques sur l’Europe occupée. De là à dire que la Luftwaffe a été mal conçue et a souffert dès le début de vices cachés, il n’y a qu’un pas…

Pourtant, en de nombreux points, la Luftwaffe est en avance : doctrine, art opératif, coopération avec les forces terrestres, bombardement stratégique, supériorité aérienne, organisation du soutien logistique à terre pour mettre en œuvre des terrains d’aviation les plus proches des zones d’opérations…

En fait, la Luftwaffe rencontre les mêmes difficultés que la Panzerwaffe et plus encore la Kriegsmarine. Si le Traité de Versailles n’empêche pas le développement d’une pensée militaire extrêmement aiguisée et en avance sur son temps, il neutralise pendant plus d’une décennie la production et la mise en œuvre d’équipements modernes. A cela s’ajoute la neutralisation de tous les armements lourds.

Quand la Wehrmacht se réarme au grand jour à partir de 1933, tout est à reconstruire, même si les bases sont saines. La mise sur pied d’une armée moderne, nombreuse et bien équipée s’effectué en quelques années seulement à marche forcée. Quand s’ouvre la Seconde Guerre mondiale, le III. Reich n’est de toute façon pas prêt militairement à soutenir un conflit de cette ampleur, même si les deux premières années font illusion. Très vite, des contraintes apparaissent. Les premières générations de matériels souffrent de nombreux défauts et sont en nombre trop restreint. Pourtant, les bases sont saines et les générations de matériels qui éclosent au cours du conflit puisent leurs racines dans les études menées dans les années 30 complétées des retours d’expérience des différents fronts.

L’industrie du Reich est cependant incapable à la fois de fournir des modèles en nombre suffisant pour équiper les forces levées, remplacer les pertes au combat et lancer des modèles plus performants.

Le dossier proposé par 2e Guerre mondiale n°58 de Mars & Clio Editions permet de revisiter la montée en puissance de la Luftwaffe et de constater la cohérence des concepts et de leur aspect novateur, même si les moyens et le temps ont manqué. Il met aussi en lumière la grande continuité dans laquelle s’inscrit la Luftwaffe depuis les premiers pas de l’aviation militaire.


www.3945km.comDes origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !