SdKfz 250/9 and 251/22 Kanonenwagen German Army and Waffen-SS, Western and Eastern Fronts, 1944-1945 (Pen & Sword, 2020)

Dennis OLIVER décline désormais la collection Tank Craft en Land Craft pour couvrir également les véhicules blindés et non uniquement les chars. La recette reste identique. Elle permet de comprendre les raisons de la naissance de l’engin, de passer en détail les unités qui en sont dotées, de proposer quelques très beaux profils couleurs (vingt-quatre au total) et reproductions de maquettes tout en entrant dans le détail de certaines caractéristiques techniques. Au menu de ce volume, les versions d’appui antichars du SdKfz 251 au cours de la Seconde Guerre mondiale. Un exemple de recyclage et d’improvisation qui illustre la capacité allemande à trouver des expédients à son manque chronique de matériels sur tous les fronts.

Publicités
Lire la suite « SdKfz 250/9 and 251/22 Kanonenwagen German Army and Waffen-SS, Western and Eastern Fronts, 1944-1945 (Pen & Sword, 2020) »

Vernon tête de pont 1944, La Roche-Guyon Kommandantur (à compte d’auteur, 2019)

Pour les amateurs de la Seconde Guerre mondiale en Europe et plus particulièrement des opérations à l’Ouest en 1944, La Roche-Guyon renvoie invariablement au quartier-général d’Erwin ROMMEL. En charge de la Heeresgruppe B, la responsabilité d’affronter et de repousser le débarquement allié attendu lui appartient. Pourtant, hormis les textes liés à l’agenda du Maréchal lui-même, l’historiographie concernant La Roche-Guyon même durant l’été 1944 reste rare. D’autant plus que la ville se retrouve au centre de deux points de passage sur la Seine en août 1944 (Vétheuil et Vernon)… Voilà de quoi attiser la curiosité !

Publicités
Lire la suite « Vernon tête de pont 1944, La Roche-Guyon Kommandantur (à compte d’auteur, 2019) »

Bloody Vienna (PeKo Publishing, 2020)

Imprimé à l’italienne, plus de deux cent pages dont une très large majorité illustrée de photos imprimées en pleine page (le format le permet !), ce livre est cependant bien plus qu’un simple album. D’abord, ses photos sont particulièrement originales entre celles montrant des unités soviétiques en action, des matériels allemands réutilisés par les Bulgares (y compris une chenillette Renault UE) ou des clichés d’engins allemands en mouvement dans les rues de Vienne avant la défaite ! Les cimetières de véhicules à la fin des combats sont tout aussi impressionnants. Ensuite, ce sont près de soixante pages de textes qui permettent de découvrir les opérations de mi-mars 1945 à la capitulation allemande à l’ouest de la Hongrie et en Autriche. Jusqu’au bout, l’armée allemande résiste… C’est donc une contribution particulièrement originale et utile que propose ici Kamen NEVENKIN.

Publicités
Lire la suite « Bloody Vienna (PeKo Publishing, 2020) »

Les divisions du Débarquement (Ouest-France, 2014)

C’est une approche originale et vivante du Débarquement et de la bataille de Normandie que propose ce livre destiné au grand public. En effet, il combine fort astucieusement les divisions engagées (mais pas seulement) par les deux camps et le récit chronologique, le tout bien illustré de reproductions d’objets et d’uniformes d’époque positionnés sur mannequins fixes tels qu’on peut les admirer dans les musées, à défaut de pouvoir pénétrer dans les collections privées. Une façon de lier les hommes aux événements à la fois par leurs unités mais aussi par le tenu. Très bien vu.

Publicités
Lire la suite « Les divisions du Débarquement (Ouest-France, 2014) »

Fontenay-Rauray, la 49th Division et la 8th Brigade face à la Panzer-Lehr et la Hitlerjugend, 13.6 – 1.7.1944 (Maranes, 2020)

Six ans après l’incomparable Hold the OAK Line, Frederick JEANNE (lire son interview) récidive avec ce gros, beau et très original livre édité chez Maranes. De quoi regarder les combats pour Fontenay-le-Pesnel et Rauray avec un autre œil et surtout réaliser le travail d’exploration possible pour appréhender correctement les combats dans le secteur anglo-canadien de la bataille de Normandie. Bref, tout aussi inédit et indispensable que Hold the OAK Line.

Publicités
Lire la suite « Fontenay-Rauray, la 49th Division et la 8th Brigade face à la Panzer-Lehr et la Hitlerjugend, 13.6 – 1.7.1944 (Maranes, 2020) »

Les Panzers dans la bataille de Normandie (Heimdal, 1999)

Même si la bataille de Normandie est essentiellement défensive pour les Allemands, cela ne signifie qu’ils n’essayent pas de rejeter les Alliés à la mer. Bien au contraire en fait. Alors que Les Panzers en Normandie d’Eric LEFEVRE paru en 1978 se veut plutôt un dictionnaire historique recensant une par une les différentes unités, cet ouvrage paru vingt ans après se concentre davantage sur les opérations menées par les divisions blindées allemandes.

Lire la suite « Les Panzers dans la bataille de Normandie (Heimdal, 1999) »

Normandie 1944 Magazine n°35 (Heimdal, 2020)

Le 6 juin 1944 ne représente pas seulement une réussite militaire. Pour des milliers d’Européens forcés de fuir leur pays devant l’occupation de leur pays, cette date concrétise aussi la possibilité de rentrer un jour dans leur pays. En témoignent l’arrivée en Normandie de Charles de GAULLE et des volontaires néerlandais. La route est encore longue avant la libération. Malgré la puissance de feu alliée comme celle qui accompagne les vagues de débarquement à Utah Beach et Omaha Beach, de violents combats attendent les libérateurs. Exemple avec une étude particulièrement fouillée des combats à Rauray entre la 49th (West Riding) Infantry Division et la 9. SS-Panzer-Division appuyée par des éléments de la 2. SS-Panzer-Division

Lire la suite « Normandie 1944 Magazine n°35 (Heimdal, 2020) »

Normandie 1944 Magazine n°34 (Heimdal, 2020)

Normandie 1944 Magazine 034Articulé autour de quatre gros articles, ce numéro de Normandie 1944 Magazine offre de nouveau un panorama varié de la bataille de Normandie.

Loin de l’image classique d’une opération navale peu contrariée par les Allemands, la liste de l’ensemble des navires perdus par les Alliés du 6 juin à la fin août 1944 est loin d’être négligeable sachant qu’elle ne comprend pas les navires de débarquement eux-mêmes perdus le Jour-J. La répartition des causes des pertes réserve quelques surprises, entre mines, artillerie côtière, vedettes rapides, attaques aériennes, sous-marins et actions des K-Verbände. Une synthèse bienvenue ! Lire la suite « Normandie 1944 Magazine n°34 (Heimdal, 2020) »

Autumn Gale, Kampfgruppe Chill, schwere Heeres-Panzerjäger-Abteilung 559 and the German recovery in the autumn of 1944 (De Zwaard Visch, 2013)

De Zwaard Visch 2013 DIDDEN Jack SWARTS Maarten Automn GaleDans les combats ayant permis aux Allemands de rétablir la situation face aux Alliés en septembre et octobre 1944, ceux face à l’opération Market-Garden (surtout le volet aéroporté) et en Lorraine sont relativement bien connus. Mais peu le volet terrestre de l’opération Market-Garden et surtout pas ceux ayant conduit à l’échappement de la 15. Armee dont la prise d’Anvers rend la situation hasardeuse. Après avoir laissé s’échapper une partie des 7. Armee et 5. Panzer-Armee de Normandie, la 1. Armee des bords du Golfe de Gascogne, les Alliés s’arrêtent une fois Anvers prise et ne poussent pas leur avantage plus avant. Bref, le passage est laissé libre à la 15. Armee pour s’échapper en traversant l’estuaire de l’Escaut (voir Mook 1944 hors-série n°1). Mais faut-il encore résister à la pression alliée quand une fois l’échec de Market-Garden consommé, les Alliés cherchent à résorber le saillant allemand à l’ouest du corridor établi jusqu’à Nimègue. Lire la suite « Autumn Gale, Kampfgruppe Chill, schwere Heeres-Panzerjäger-Abteilung 559 and the German recovery in the autumn of 1944 (De Zwaard Visch, 2013) »

Kampfgruppe Walther and Panzerbrigade 107, A thorn in the side of Market Garden (De Zwaard Visch, 2016)

De Zwaard Visch 2016 DIDDEN Jack SWARTS Maarten Kampfgruppe Walther and Panzerbrigade 107Parfait exemple de ce qu’un travail de recherche rigoureusement mis en forme peut produire et apporter à l’historiographie de la Seconde Guerre mondiale, ce livre se concentre sur les combats menés en Hollande en septembre et octobre 1944 par la Kampfgruppe Walther. Ces combats sont une illustration malheureusement peu connue du redressement allemand après l’exploitation de la percée de l’opération Cobra et des errements alliés dont les pointes offensives se dispersent compte tenu de l’évasement de la zone de front après la victoire en Normandie. L’incapacité des états-majors alliés à s’accorder sur la concentration des forces et de la logistique sur un axe d’effort principal permet aux Allemands de se stabiliser à l’Ouest et d’être en mesure de lancer la contre-offensive des Ardennes. Lire la suite « Kampfgruppe Walther and Panzerbrigade 107, A thorn in the side of Market Garden (De Zwaard Visch, 2016) »