Archive

Posts Tagged ‘Benoît RONDEAU’

2e Guerre Mondiale n°86 (Mars & Clio, 2019)

31 octobre 2019 Laisser un commentaire

2e Guerre Mondiale 086Voilà encore de quoi nourrir notre soif de réflexion… Particulièrement fidèle à la ligne éditoriale du magazine, ce numéro de 2e Guerre Mondiale évoque l’immensité et le potentiel du champ d’étude que constitue la Seconde Guerre mondiale quatre-vingts ans après son déclenchement en Europe. Lire la suite…

Mook 1944 hors-série n°1 (Weyrich, 2019)

27 octobre 2019 Laisser un commentaire

Mook 1944 HS 001Très similaire sur la forme aux numéros réguliers de Mook 1944 (voir 1/2019 et 2/2019), ce hors-série est fondamental pour appréhender dans leur ensemble les ratés alliés après la bataille de Normandie. L’impossibilité de boucler à temps la poche de Falaise, l’échec de Market-Garden ou le coup de frein de Patton en Lorraine sont bien connus. Mais ces échecs ne sont pas les seuls et ne peuvent masquer les « autres » qui sont au moins tout aussi importants. Cela n’empêche de véritables succès tactiques, de longues chevauchées que seules les pannes d’essence arrêtent. Indispensable donc pour combler les trous historiographiques de la Libération. Lire la suite…

2e Guerre Mondiale n°85 (Mars & Clio, 2019)

1 septembre 2019 2 commentaires

2e Guerre Mondiale 085Dans ce numéro de 2e Guerre Mondiale, Benoît RONDEAU propose un étonnant dossier sur la capacité de l’armée allemande à retraiter au cours de la Seconde Guerre mondiale. Il est vrai que certains replis ont presque le goût de victoires tant la situation paraît désespérée. Au-delà des exemples qui illustrent le propos (hiver 1941/1942 en URSS, Afrique du Nord, Caucase après Stalingrad, Ouest à l’issue de la bataille de Normandie, Italie, Dniepr en 1943), ces pages ont le mérite de valoriser la retraite comme tout autre mouvement opérationnel. Une retraite correctement menée permet d’éviter un désastre et peut annoncer des succès futurs. Lire la suite…

Être soldat de Hitler (Perrin, 2019)

16 juin 2019 8 commentaires

Perrin 2019 RONDEAU Benoit Etre soldat de HitlerL’armée allemande de la Seconde Guerre mondiale est assurément l’un des sujets les plus exposés dans les publications relatives à cette époque. Pour le meilleur et pour le pire, en passant par pléthore d’écrits sans aucun intérêt historique.

Pourtant, cet opus de Benoît RONDEAU réussit à être différent. Il faut dire qu’il bénéficie des qualités de synthèse de l’auteur et de sa connaissance approfondie de certains théâtre d’opérations. Puiser dans les témoignages de vétérans (que ce soit par leurs lettres de l’époque ou leurs écrits rédigés d’après-guerre) permet de capturer quelques « flashs de vie » du quotidien de ces hommes, à la caserne comme au front, sans pour autant adopter leur point de vue souvent à prendre avec précaution. L’armée, c’est bien entendu le front, mais aussi l’arrière : avant de combattre, il faut recruter, entraîner, armer et soutenir. Lire la suite…

Mook 1944 n°02/2019 (Weyrich, 2019)

11 juin 2019 3 commentaires

Mook 1944 2019 02.jpgLe 75ème anniversaire du Débarquement et plus globalement de la Libération sera-t-il marqué par les Editions Weyrich ? Le quarantième anniversaire a vu éclore 39/45 Magazine, dix ans après la naissance de sa maison d’éditions (Heimdal). Le soixantième est marqué par le lancement du magazine Batailles par Yves BUFFETAUT chez Histoire & Collections (ensuite chez Ysec). A chaque grand anniversaire commémoratif correspond l’éclosion d’un concept de publication. Lire la suite…

2e Guerre Mondiale thématique n°45 (Mars & Clio, 2019)

18 mai 2019 3 commentaires

2e Guerre Mondiale HS 045.jpgFidèle à ses habitudes, le magazine 2e Guerre Mondiale propose à l’occasion du 75ème anniversaire du Débarquement de prendre un peu de hauteur et d’analyser le Jour-J et la bataille de Normandie autour de six articles.

Il en ressort tout d’abord que le succès allié n’est pas inscrit dans le marbre malgré l’ampleur des moyens engagés et le détail de préparatifs. Les forces allemandes qui sont engagées sont loin d’être négligeables et se battent bien, y compris les divisions dites statiques. Si le niveau de motorisation des deux adversaires n’est pas comparable, la puissance de feu des unités élémentaires allemandes est supérieure à celle de leurs adversaires.

Très intéressante aussi l’analyse de la répartition des forces allemandes qui s’opposent aux Américains d’un côté et aux Anglo-Canadiens de l’autre. Contrairement à la légende, le déséquilibre n’est pas si flagrant que ça. Lire la suite…

2e Guerre Mondiale n°83 (Mars & Clio, 2019)

5 mai 2019 2 commentaires

Au menu du dossier central de ce numéro de 2e Guerre Mondiale, une étude sur le haut-commandement allemand durant la Seconde Guerre mondiale. Rédigé par Benoît RONDEAU (voir ses livres Alarm ! Les Allemands face au débarquement des Alliés, L’armée d’Hitler, Invasion !, Afrikakorps ou encore Patton), il comprend trois volets. Le premier passe en revue les différents commandements centraux (OKW, OKH, OKL et OKM). Sur le papier, l’organisation est rationnelle : un état-major des armées et un pour chacune des armées de terre, de l’air et de la marine. Le problème, c’est que la répartition des responsabilités défie elle toute logique. Adolf HITLER est le seul responsable de cette cacophonie qui ne fait que s’accentuer au cours de la guerre. Contrairement à ce qui peut être vu aux Etats-Unis, l’efficacité ne prime pas, c’est la volonté de diviser pour s’imposer qui est recherchée. Du coup, et c’est le deuxième article du dossier, la responsabilité des groupes d’armées est essentielle pour coordonner et gérer les opérations. Le problème est que leur autonomie de décision se réduit au fur et à mesure que le conflit avance, notamment sur les fronts principaux (Est et Ouest). Et leur articulation pâtit de la confusion qui règne au-dessus et du manque de stratégie cohérente, compatible avec les moyens disponibles et les exigences de la guerre moderne dans un espace grand comme le continent européen. Lire la suite…