Publicités

Archive

Posts Tagged ‘Editions Heimdal’

AceS n°7 (Heimdal, 2018)

Trois as de la Seconde Guerre mondiale constituent l’ossature de ce numéro du magazine AceS des Editions Heimdal consacré à l’histoire de l’aviation à piston : l’Américain Richard BONG au record de quarante-cinq victoires dans le Pacifique, le Français Jacques ANDRIEUX servant au sein des Forces Aériennes Françaises Libres (FAFL) et l’Allemand Helmut WICK, as typique des mois de la première partie de la guerre en France et au-dessus de la Manche dans laquelle il disparaît. Lire la suite…

Publicités

39/45 Magazine n°350 (Heimdal, 2018)

350ème numéro de 39/45 Magazine pour les Editions Heimdal ! Ca commence à faire… Le sommaire est en tout point conforme à la ligne éditoriale du moment et très ciblé sur des parcours individuels.

C’est tout d’abord le parcours de l’as américain Leonard Kyle « Kit » CARSON qui écume le ciel européen à bord de son P-51 Mustang du 357th US Fighter Group. Les photos qui illustrent l’article sont issues des archives officielles avec quelques beaux clichés en couleurs reproduits en grand format. Après avoir décrit assez brièvement le parcours de l’as, l’auteur brosse un rapide portrait du P-51 avant de citer des témoignages du pilote issus de son autobiographie classés par thème (escorter les bombardiers, garder un cap, mitrailler des cibles terrestres, etc.). Malgré la domination aérienne alliée au-dessus de l’Europe, les pertes n’en sont pas moins sensibles comme le montrent quelques statistiques de l’unité citées sur le nombre d’avions perdus, de pilotes tués, d’accidents… Lire la suite…

Normandie 1944 Magazine hors-série n°15 (Heimdal, 2018)

Ce numéro hors-série de Normandie 1944 Magazine des Editions Heimdal est le premier volet d’une étude consacrée à l’opération Martlet et aux combats pour les villages de Fontenay-le-Pesnel et de Rauray durant lesquels s’affrontent Britanniques de la 49th (West Riding) Infantry Division épaulés par la 8th Armoured Brigade aux Allemands des 12. SS-Panzer-Division Hitlerjugend et 130. Panzer-Lehr-Division. Pour Bernard MONTGOMERY et les Britanniques, vingt jours après le Débarquement, il s’agit de faire oublier les faux pas de la non prise de Caen au soir du 6 juin 1944 et de l’échec de Villers-Bocage alors que les Américains s’apprêtent à remporter leur première grande victoire avec la prise de Cherbourg dans le Cotentin.

De premier abord, la mise en page est particulièrement soignée et claire. Côté iconographie, plutôt que de proposer des clichés déjà maintes fois publiés, les auteurs proposent de très nombreuses vues aériennes contemporaines du champ de bataille sur lesquelles ils superposent soit des schémas, soit des extraits de clichés d’époque. Grâce à leur connaissance précise du terrain, ils donnent ainsi aux lecteurs la possibilité de visualiser simplement mais efficacement les engagements tactiques décrits dans le texte. Les lecteurs de Normandie 1944 Magazine reconnaîtront le concept qui fait le succès des articles fouillés de Frédéric DEPRUN publiés au fil des numéros. Lire la suite…

Atlantikwall, le Mur de l’Atlantique en France, 1940-1944 (Heimdal, 1995)

27 mai 2018 2 commentaires

Tout amateur des fortifications côtières allemandes le long du littoral français de l’Atlantique et de la Manche se doit de posséder cet album de plus de 450 pages. Malgré ses années, il n’en demeure pas moins la bible de référence sur le sujet.

Le premier quart du livre est consacré à l’histoire de cette ligne de défense destinée à contrer toute tentative alliée de débarquement et construite à grand renfort de béton, d’armes recyclées, de main  d’oeuvre réquisitionnée et de propagande. Les trois autres quarts détaillent, de la frontière belge à la frontière espagnole, les batteries et principaux points de défense élaborés jusqu’à l’été 1944. Les auteurs entrent dans un niveau de détail étonnant pour un ouvrage couvrant une telle étendue.

Le succès du Débarquement allié qui force en quelques heures seulement peut faire douter de l’utilité d’un tel dispositif. Cependant, sa construction et son renforcement fin 1943 et au premier semestre 1944 entraînent également une débauche de préparatifs chez les Alliés qui prennent du temps : bombardements aériens, moyens d’assaut spécifiques, ports artificiels. Jamais une telle opération n’a été aussi bien conçue et préparée. D’un point de vue tactique, les défenses de certains points ont permis aux Allemands de tenir davantage, voire jusqu’à la fin de la guerre pour certaines poches, compte tenu des moyens qu’il aurait fallu détourner pour les réduire, sans grand gain stratégique. Lire la suite…

39/45 Magazine n°349 (Heimdal, 2018)


Les opérations militaires d’avant septembre 1939 sont assez peu étudiées dans la littérature consacrées à la Seconde Guerre mondiale. Pourtant, elles sont l’occasion pour certains pays ensuite engagés de forger leurs outils guerriers. C’est notamment le cas du III. Reich dont l’éclatante victoire de 1940 est le fruit d’une maturation doctrinale au cours de l’Entre-Deux-Guerres et expérimentée au cours de la guerre d’Espagne, de l’invasion de la Tchécoslovaquie et même lors de l’intégration de l’Autriche (cf. La Wehrmacht de Fall Gelb). Le récit du volet militaire de l’Anschluβ qui introduit ce numéro comble ainsi un manque dans la littérature spécialisée. Non seulement les troupes rapides sont mises à contribution mais également les troupes aéroportées qui sont en l’occurrence aérotransportées.

L’épopée du sous-marin Narval est relatée en s’appuyant sur des images d’archive mais également de superbes clichés contemporains de l’épave qui repose au large de la Tunisie. Lire la suite…

Normandie 1944 Magazine n°27 (Heimdal, 2018)

C’est encore un excellent numéro qui est proposé ici !

Les articles sur l’échec de la 1. SS-Panzer-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler devant Saint-Barthélémy le 7 août 1944 (suite de la première partie parue dans le numéro 25) et le parcours de l’une des compagnies de réparation de la 130. Panzer-Lehr-Division apportent un éclairage essentiel à la compréhension des difficultés auxquelles sont confrontées les Allemands. Les textes sont le fruit d’un travail de recherche et d’analyse particulièrement soigné. L’iconographie est de très grande qualité.

Suite au numéro 26, un article revient sur le bombardement par les Alliés de l’état-major de la Panzergruppe West à La Caine le 10 juin 1944 qui désorganise totalement les efforts allemands de coordonner une contre-attaque destinée à scinder la tête de pont anglo-américaine en deux pour mieux la repousser. C’est une action de décapitation très moderne dans son approche qui a ici une véritable portée opérationnelle. Lire la suite…

39/45 Magazine n°348 (Heimdal, 2018)

Numéro d’hiver oblige, cet opus de 39/45 Magazine des Editions Heimdal propose un article fouillé sur les combats de Stavelot lors de la contre-offensive des Ardennes de décembre 1944 rédigé par l’un des meilleurs experts du sujet, Hugues WENKIN, qui complète parfaitement son ouvrage Stavelot, La Gleize, le destin des Tiger de Peiper paru aux Editions Caraktère en 2015. Cet épisode est particulièrement représentatif des errements allemands et de la ténacité américaine. Si en mai 1940, tout souriait aux forces armées du III. Reich qui se trouvaient dans une situation idéale de préparation [cf. 1940, la Wehrmacht de Fall Gelb (Economica, 2018)] face à des adversaires en retard d’une guerre, ce n’est plus du tout le cas en cette fin d’année 1944. Les velléités offensives sont handicapée par du matériel non adapté, un ravitaillement insuffisant, des troupes fatiguées ou manquant d’entraînement, une chaîne de commandement  complètement sclérosée de haut en bas de la hiérarchie militaire. En face, l’armée américaine sait faire preuve de souplesse, d’initiative et de réactivité (qualités qui font défaut aux armées alliées en 1940, notamment françaises). Dès qu’il s’élance, le Kampfgruppe Peiper qui doit percer et ouvrir la voie jusqu’à la Meuse connaît des difficultés dans sa progression. L’énergie de sa pointe s’émousse trop vite du fait des embouteillages, de la confusion et des blocages rencontrés. Des erreurs tactiques sont faites. Les erreurs de jugement sont nombreuses. Elles provoquent des pertes inutiles et surtout gâchent les opportunités laissées par l’ennemi. A la lecture de l’article, le lecteur comprend que le contre-offensive des Ardennes est vouée à l’échec dès le premier jour… Lire la suite…