Publicités

Archive

Posts Tagged ‘Atlantique 1939/1945’

Forteresse de Brest, maillon du Mur de l’Atlantique (Histoire & Fortifications, 2018)

9 septembre 2018 Laisser un commentaire

Dans l’esprit des autres ouvrages de Editions Histoire & Fortifications (cf. par exemple, Granville – Occupation, Libération, le raid), ce livre s’appuie sur une abondante iconographie très bien légendée pour aborder le contenu proposé. Il s’agit ici de passer au crible les fortifications de Brest durant la Seconde Guerre mondiale établies par les Allemands dans le cadre du Mur de l’Atlantique (Atlantikwall).

Plusieurs pages de textes permettent ainsi de couvrir dans le détail le rôle multiple et crucial de Brest pour la Kriegsmarine dès sa prise en 1940. Les sous-marins allemands s’installent (leur base est abondamment décrite – à compléter avec Les bases de sous-marins et de vedettes du Mur de l’Atlantique), mais aussi les croiseurs lourds Gneisenau, Scharnhorst et Prinz Eugen qui y font relâche après l’Admiral Hipper. Cibles des bombardiers britanniques qui visent régulièrement et massivement la ville et ses installations portuaires, ces bâtiments réussissent à franchir la Manche lors de l’opération Cerberus.

Le rôle de la résistance française et la présence de sous-marins japonais à Brest font partie des détails intéressants fournis également dans l’ouvrage. Le sommaire est en effet un peu tortueux, mais il est très agréable de s’y perdre ! Lire la suite…

Publicités

Kriegsmarine, Mer du Nord, Manche, Atlantique, 1940-1945 (Heimdal, 1997)

Paru à la même époque (fin des années 1990) que les albums historiques Atlantikwall, Dictionnaire historique des unités de l’Armée de Terre allemande et Dictionnaire historique des unités de Luftwaffe et de la Waffen-SS, cet ouvrage publié par les Editions Heimdal en reprend les principes : présentation générale, notices sur les unités impliquées et résumé des principaux engagements opérationnels, le tout accompagné d’une abondante iconographie et réuni dans un pavé de près de cinq cent pages.

Y sont parfaitement décrites l’installation de la Kriegsmarine en France et en Belgique après les victoires acquises à l’Ouest en mai et juin 1940 ainsi que sa montée en puissance permise par la réquisition de nombreux navires civils ensuite armés. Le livre n’oublie pas les unités de défense portuaires et l’ensemble des chaînes de commandement, sujets rarement abordés.

Les opérations navales décrites concernent essentiellement les briseurs de blocus, les sous-marins dans l’Atlantique, l’opération Cerberus, la réaction allemande sur les mers face au Débarquement allié en Normandie (y compris les engins spéciaux Biber, Neger) et la fin de la présence maritime allemande sur les côtes atlantique à l’été 1944. Lire la suite…

Catégories :Livres, Recension, Sommaire Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Les bases de sous-marins et de vedettes du Mur de l’Atlantique (Histoire & Fortifications, 2018)

1 juillet 2018 1 commentaire

Reposant sur une impressionnante quantité de clichés pris au sol ou des airs, lors de la construction, durant les bombardements ou après les combats, ce livre broché d’Histoire & Fortifications présente les différentes bases allemandes de sous-marins (U-Boot) et de vedettes (R-Boot, S-Boot) édifiées dans les ports français au cours de la Seconde Guerre mondiale.

En introduction, quelques clichés de bases situées hors de France sont présentées (Hambourg, Helgoland, Bergen, Ijmuiden, Rotterdam, Ostende, , façon d’insister que les côtes françaises ne sont pas les seules à abriter ce type d’installations destinées à protéger les embarcations et la logistique associée des bombardements aériens alliés.

C’est donc un document de base essentiel sur le sujet avec plus d’une centaine de pages imprimées sur un papier mettant en valeur la qualité des clichés.

Sont ainsi détaillées les bases suivantes : Lire la suite…

39/45 Magazine n°348 (Heimdal, 2018)

Numéro d’hiver oblige, cet opus de 39/45 Magazine des Editions Heimdal propose un article fouillé sur les combats de Stavelot lors de la contre-offensive des Ardennes de décembre 1944 rédigé par l’un des meilleurs experts du sujet, Hugues WENKIN, qui complète parfaitement son ouvrage Stavelot, La Gleize, le destin des Tiger de Peiper paru aux Editions Caraktère en 2015. Cet épisode est particulièrement représentatif des errements allemands et de la ténacité américaine. Si en mai 1940, tout souriait aux forces armées du III. Reich qui se trouvaient dans une situation idéale de préparation [cf. 1940, la Wehrmacht de Fall Gelb (Economica, 2018)] face à des adversaires en retard d’une guerre, ce n’est plus du tout le cas en cette fin d’année 1944. Les velléités offensives sont handicapée par du matériel non adapté, un ravitaillement insuffisant, des troupes fatiguées ou manquant d’entraînement, une chaîne de commandement  complètement sclérosée de haut en bas de la hiérarchie militaire. En face, l’armée américaine sait faire preuve de souplesse, d’initiative et de réactivité (qualités qui font défaut aux armées alliées en 1940, notamment françaises). Dès qu’il s’élance, le Kampfgruppe Peiper qui doit percer et ouvrir la voie jusqu’à la Meuse connaît des difficultés dans sa progression. L’énergie de sa pointe s’émousse trop vite du fait des embouteillages, de la confusion et des blocages rencontrés. Des erreurs tactiques sont faites. Les erreurs de jugement sont nombreuses. Elles provoquent des pertes inutiles et surtout gâchent les opportunités laissées par l’ennemi. A la lecture de l’article, le lecteur comprend que le contre-offensive des Ardennes est vouée à l’échec dès le premier jour… Lire la suite…

39/45 Magazine n°347 (Heimdal, 2018)

Les amateurs de la Seconde Guerre mondiale, et plus particulièrement du conflit en Europe avec en son centre l’Allemagne, seront particulièrement comblés par ce numéro de 39/45 Magazine proposé par les Editions Heimdal qui n’oublie pas non plus le Pacifique et les Harley-Davidson des soldats américains. Bref, un sommaire riche et un contenu de grande qualité…

Il est coutume de considérer que les Alliés ont été totalement pris par surprise par l’offensive allemande dans les Ardennes le 16 décembre 1944 et que leurs services de renseignements avaient failli dans leur mission. Pourtant, grâce aux interceptions réalisées par ULTRA, ils sont capables de lire à livre ouvert dans les communications des forces armées du III. Reich. A croire que le secret aurait été particulièrement bien tenu et que les Allemands n’auraient aucunement transmis d’ordres ou de consignes via leur système de transmission codé ENIGMA que les Alliés décryptent. Or, il n’en est rien, comme le prouve l’excellent article de Hugues WENKIN concernant l’échec du renseignement allié qui rétablit quelques vérités. Tout d’abord, si les Allemands ont tout particulièrement soigné le secret de leurs préparatifs, ils ont bien utilisé leurs habituels systèmes de transmissions. Mais des raisons techniques expliquent que tous les messages n’ont pas été captés. La somme des interceptions est également telle qu’il est difficile de trier entre l’important et le bruit de fond – un problème qui existe toujours dans le domaine des interceptions électroniques qui font l’objet de tris automatiques avant d’être examinés par des cerveaux humains. Ensuite, les interprétations des élément captés sont défaillantes. Par ailleurs, toutes les sources habituelles de renseignement sont aveugles, même les plus rudimentaires (interrogatoires des prisonniers, reconnaissances aériennes). En cette fin d’année 1944, l’échec allié de voir clair dans le jeu adverse et l’exploit allemand de reconstituer une force de manœuvre en toute confidentialité sont les deux faces d’un même acte qui se conclura par un réveil douloureux au petit matin du 16 décembre. Lire la suite…

39/45 Magazine n°346 (Heimdal, 2017)

20 novembre 2017 Laisser un commentaire

3945 Magazine 346Le numéro 346 de 39/45 Magazine des Editions Heimdal démontre une nouvelle fois qu’il reste encore beaucoup à apprendre sur la Seconde Guerre mondiale. De façon caricaturale, les combats face au III. Reich sont vus comme essentiellement terrestres, ceux face au Japon comme principalement navals. C’est oublié que dans le premier cas la dimension maritime revêt une dimension essentiellement stratégique tandis que dans le second les combats terrestres que ce soit en Chine ou dans les îles sont tout aussi importants que les opérations aéronavales.

Trois articles viennent ainsi rappeler la dimension maritime du conflit. Lire la suite…

Catégories :Magazines, Recension, Revues, Sommaire Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Batailles n°79 (Ysec, 2017)

Batailles 079Ce numéro de Batailles Magazine édité par Ysec fait sa une sur l’opération Jubilee, raid canadien sur Dieppe en août 1942, qui fournira nombre d’enseignements aux Alliés dans l’optique du Débarquement en Normandie le 6 juin 1944. Intelligemment, l’étude comporte deux articles. Le premier, classique, présente les opérations proprement dites avec un angle de vue essentiellement allié. Le second se penche sur la résistance et la réaction allemande qui s’appuie essentiellement sur la 302. Infanterie-Division. D’autres unités lui sont subordonnées dans la journée. La 10. Panzer-Division stationnée à Amiens et la SS-Divsion Leibstandarte SS Adolf Hitler à Vernon sont placées en alerte mais n’auront pas besoin d’intervenir. Lire la suite…