2. Panzer-Division, tome 1, Reformation et combats (Heimdal, 2019)

Engagée rapidement en Normandie en réaction au Débarquement allié, l’ordre de départ est donné le 8 juin 1944, la 2. Panzer-Division est pourtant quelque peu délaissée par l’historiographie de la bataille, surtout en comparaison des « best-sellers » que sont les 21. Panzer-Division, 130. Panzer-Lehr-Division et 12. SS-Panzer-Division Hitlerjugend. Cet ostracisme est enfin réparé avec la sortie de ce premier volume de l’étude que lui consacre Frédéric DEPRUN [voir aussi ses excellents ouvrages Villers-Bocage, autopsie d’une bataille (Normandie 1944 Magazine hors-série n°10 et hors-série n°11) et Rauray-Fontenay, autopsie d’une bataille (Normandie 1944 Magazine hors-série n°15 et hors-série n°16) ainsi que ses nombreux articles dans Normandie 1944 Magazine].

Publicités

Recension

Les deux premiers tiers de l’ouvrage sont dédiés à l’étude de chacune de ses composantes avec de nombreux détails sur les hommes (cela permet de donner un visage et des noms aux guerriers dont vont beaucoup vont y laisser la vie) et les matériels que complète une iconographie issue des archives de vétérans donc pour beaucoup inédite.

Le dernier tiers du livre se penche sur les combats en Normandie. D’abord la montée au front, puis l’engagement dans le secteur de Caumont-l’Eventé, Cahagnes, Saint-Germain d’Ectot, Rauray, Cheux, Brettevilette et Noyers. La 2. Panzer-Division est la première division blindée allemande à affronter des unités américaines avant de combattre essentiellement les Britanniques en juin. Elle joue un rôle méconnu mais essentiel dans la mise en échec de l’opération Perch et dans la tenue du secteur central du front allemand en Normandie. Ses actions sont quelque peu éclipsées par les combats des unités voisines à Tilly-sur-Seulles ou Villers-Bocage. Loin des grandes opérations habituellement étudiées, son historique est pourtant très symbolique de l’engagement allemand face aux Alliés : une posture défensive efficace mais condamnée à terme, des tentatives de contre-attaque vouées à l’échec.

Fidèle à ses habitudes, l’auteur n’hésite pas entrer dans les détails et à rendre vivant les combats en superposant des images d’archives à des clichés contemporains, sans parler de prises de vue à partir de drones pour matérialiser les axes de progression et les positions de chaque camp.

Le tout est servi par un texte agréable à lire mêlant narration chronologique et témoignages sans tomber dans le piège du copier/coller des journaux de guerre.

Les passionnés et les curieux y trouveront leur bonheur.

Sommaire

  • Avant-propos
  • Historique
  • Reformation – France 1944
  • Organisation
    • Stabsdivision
    • Panzer-Nachrichten-Abteilung 38
    • Panzer-Aufklärungs-Abteilung 2
    • Panzer-Regiment 3
    • Panther-Abteilung
    • Pz.Kpfw. IV-Abteilung
    • Panzer-Pionier-Abteilung 38
    • Panzer-Artillerie-Regiment 74
    • Panzer-Grenadier-Regiment 2
    • Panzer-Grenadier-Regiment 304
    • Panzerjäger-Abteilung 38
  • Premiers combats
    • Approche du front
    • La hauteur de Caumont
    • Installation en Normandie
    • Cahagnes-Briquessard
    • Le front de Saint-Germain-d’Ectot
    • La ligne de front devant Caumont
    • L’arrivée des Panzer IV
    • Combats pour Rauray/Cheux

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.