Publicités
Accueil > Livres, Recension, Sommaire > Afrikakorps, l’armée de Rommel (Tallandier, 2013)

Afrikakorps, l’armée de Rommel (Tallandier, 2013)

tallandier_rondeau_benoit_afrikakorpsAvec « Afrikakorps, l’armée de Rommel », Benoît RONDEAU nous offre une excellente synthèse sur le corps expéditionnaire envoyé par le III. Reich en Afrique du Nord et rafraichit considérablement la connaissance historique de ce théâtre d’opérations.

L’auteur répond tout d’abord à cette question : pourquoi envoyé un corps expéditionnaire quelques mois avant le déclenchement de l’opération « Barbarossa » ? Pour aider les Italiens en difficulté ? Certes… Mais surtout pour ne pas laisser aux Britanniques le contrôle de la moitié du rivage méditerranéen. Cet objectif, finalement très défensif, sera aussi à l’origine des renforts envoyés en Tunisie en 1943 alors que tout est perdu et que la défaite de Stalingrad nécessite pourtant d’alimenter d’urgence le Front de l’Est en renforts.

Si la narration des opérations militaires est classique et assez générale, elle met en avant les errements des « grands chefs » de la guerre du désert. Si le talent de Rommel est bien décrit, le texte insiste  aussi sur ses erreurs et parfois son absence de scrupule à envoyer ses troupes et des subordonnés à une mort quasi certain pour la gloire. Son premier échec devant Tobrouk signe la fin des espoirs de conquête. Il est ensuite de toute façon trop tard pour aboutir à une victoire stratégique.

Le portrait de Montgomery est également loin de l’image habituellement conservée de lui. La victoire d’El Alamein est laborieuse et acquise grâce à une supériorité écrasante sur l’Axe. La poursuite de l’Afrikakorps manque sérieusement de « punch » et d’inspiration. Alors que la défaite aurait pu être totale, elle n’est que relative. Rommel est battu mais non anéanti. De quoi éclairer d’un jour nouveau aussi les qualités de Montgomery mises en œuvre en Normandie et dans la Libération de l’Europe.

L’importance d’El Alamein est aussi relativisée par le débarquement américain de l’opération « Torch » qui met de toute façon fin aux projets italo-allemands en Afrique du Nord.

Jusqu’au bout, les Italiens et les Allemands donnent du fil à retordre aux Alliés. Les derniers combats en Tunisie en sont un parfait exemple. Les Américains font un apprentissage difficile de la guerre moderne. Dans ces derniers combats, Kesserling montre déjà des qualités qui feront sa marque de fabrique en Italie où il réussit à freiner les Alliés. Mais les succès défensifs, les coups d’audace sans lendemain ne font pas une victoire…

Ce livre montre également l’importance de logistique avec une explication claire des contraintes qui s’imposent aux belligérants. A noter également une excellente description des caractéristiques de la guerre du désert pour les hommes et les matériels.

Enfin, le livre de Benoît RONDEAU revient sur l’endoctrinement de l’Afrikakoprs. Ses anciens seront à l’origine de l’organisation des camps de prisonniers aux Etats-Unis. Et force est de constater que l’idéologie nazie est très présente. Ceux qui renient le Reich ou qui donnent des renseignements aux Alliés sont impitoyablement éliminés. Voilà de quoi donner un éclairage nouveau à cet aspect de la guerre.

En résumé, un livre indispensable pour tout amateur des combats en Afrique du Nord. Bravo !

Voir aussi :

– Interview de Benoît RONDEAU à l’occasion de la parution de son livre « Afrikakorps, l’armée de Rommel » (Tallandier, mars 2013)

Sommaire :

  • Avant-propos
  • Prologue
  • Première partie : la Wehrmacht envoie l’Afrikakorps en Lybie
    • Hitler et la Méditerranée
    • La mise en place de l’Afrikakorps
    • La guerre du désert
    • La première offensive de l’Afrikakorps
  • Deuxième partie : Tobrouk, la porte de l’Egypte pour l’Afrikakorps
    • Tobrouk : forteresse imprenable
    • Été 1941, l’Afrikakorps devient un corps d’élite
    • L’opération Crusader
    • L’Afrikakorps au sommet de sa gloire, Gazala et Tobrouk
  • Troisième partie : El-Alamein, l’apogée de la guerre du désert
    • L’Afrikakorps aux portes d’Alexandrie
    • La première bataille d’El-Alamein
    • La bataille d’Alam Halfa
    • La deuxième bataille d’El-Alamein
  • Quatrième partie : la Tunisie, l’Afrikakorps face à son destin
    • D’El-Alamein à la Tunisie, l’incroyable retraite de Rommel
    • Un nouveau front en Tunisie, les vétérans de l’Afrikakorps face aux Américains
    • La fin de l’Afrikakorps
    • Conséquence inattendue des victoires de l’Afrikakorps
  • Cinquième  partie : la postérité de l’Afrikakorps
    • La guerre sans haine, mythe ou réalité ?
    • La légende de Rommel et de l’Afrikakorps
  • Épilogue

Boutique :


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. 30 janvier 2016 à 10 h 31 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :