Publicités

Archive

Posts Tagged ‘Batailles & Blindés’

Batailles & Blindés n°86 (Caraktère, 2018)

7 août 2018 1 commentaire

Les livres et articles sur les as allemands de la Seconde Guerre mondiale sont innombrables : à croire que leurs adversaires, pourtant au final vainqueurs, n’en avaient pas ou si peu… L’article de Vincent BERNARD lève une part du mystère. Tout d’abord, il pose clairement pourquoi la notion d’as, surtout est très liée aux Allemands : valorisation du guerrier (pour ne pas dire du surhomme), primauté de l’exploit individuel sur la réussite collective plus anonyme, présence plus longue sur le front, supériorité technique sur des périodes longues de la guerre. Ensuite, il nous brosse une galerie de portraits où se croisent Américains, Britanniques, Canadiens, Polonais et Soviétiques. Le Français Pierre BILLOTTE y figure aussi grâce à ses exploits à Stonne et au Mont-Dieu en mai 1940. Chacun est présenté par une courte notice agrémentée d’au moins une photo et d’un profil couleurs. Certes, l’équilibre est encore loin d’être rétabli avec leurs ennemis germaniques, mais ces quelques pages sont passionnantes même si elles ne rassasient pas la curiosité qu’elles font en même temps naître.

Quatorze pages pour dix as alliés à comparer aux dix-sept pages consacrées à Johannes BÖLTER, elles-mêmes issues de Batailles & Blindés hors-série n°37. Ça gâche un peu le plaisir… La promotion commerciale n’aurait-elle pas pu occuper moins de place ? Lire la suite…

Publicités

Batailles & Blindés hors-série n°16 (Caraktère, 2011)

15 juillet 2018 2 commentaires

Cherchant à compenser son infériorité tant sur le plan humain que matériel, le III. Reich est à la recherche de la supériorité technologique dès 1942.

Le Panzer VI Ausf. E Tiger a été conçu en urgence en s’appuyant sur un ancien projet pourtant délaissé. Son successeur, le Panzer VI Ausf. B Königstiger est l’un des engins les plus puissants mis en oeuvre au cours de la Seconde Guerre mondiale [en-dehors de quelques projets qui ne voient jamais opérationnellement le jour faute de temps ou tout simplement par impossibilité technique et industrielle – cf. Batailles & Blindés n°83 (Caraktère, 2018), Trucks & Tanks Magazine n°55 (Caraktère, 2016), Trucks & Tanks Magazine hors-série n°25 (Caraktère, 2017)].

Le Panzerjäger VI Ferdinand / Elefant, le Jagdpanzer VI Jagdtiger ou le Jagdpanzer V Jagdpanther sont aussi des engins spécifiques destinés à être engagés dans des unités autonomes en appui des grandes autres unités plus classiques. Lire la suite…

Batailles & Blindés hors-série n°14 (Caraktère, 2010)

15 juillet 2018 2 commentaires

Quelques chars marquent l’histoire de l’arme blindée. Le Renault FT 17 est sans conteste le premier à avoir été produit en masse. Le T-34 est le premier à proposer un équilibre idéal entre puissance, protection, mobilité avec des formes modernes. Le Panzer VI Ausf. E Tiger est le premier char lourd opérationnel. Comme les deux autres, il marque de son empreinte les combats malgré un nombre d’engins produits relativement peu élevé.

Issu d’un projet remisé au placard, développé en un temps relativement bref, il gagne de suite une supériorité sur ses adversaires. Conservant la bonne ergonomie des Panzer III et Panzer IV, il franchit plus qu’un cap en termes de protection et de puissance de feu à tel point qu’il redonne immédiatement la supériorité technique aux Allemands en URSS là où il intervient.

Le Front de l’Est est taillé pour lui avec ses grands espaces. En 1943 et jusqu’en milieu d’année 1944, il règne en maître. Plusieurs as se distinguent à son bord. Contrairement à la légende fabriquée par la propagande soviétique, le Panzer VI Ausf. E Tiger s’en sort très bien à Koursk et provoque de véritables saignées dans les rangs adverses [cf. Koursk, 1943 (Perrin, 2018), mais aussi Batailles & Blindés hors-série n°20 (Caraktère, 2012) et Batailles & Blindés n°34 (Caraktère, 2017)]. Seul problème, et non des moindres, les capacités industrielles du III. Reich ne sont pas suffisantes pour en faire un char de masse et son emploi reste cantonné dans des secteurs bien précis, engagé dans des unités autonomes.  Lire la suite…

Batailles & Blindés n°21 (Caraktère, 2007)

7 juillet 2018 1 commentaire

Le dossier central de ce numéro de Batailles & Blindés des Editions Caraktère présente quelques uns des plus grands as de l’arme blindée allemande (Panzerwaffe) de la Seconde Guerre mondiale à travers quelques courtes biographies : Michael WITTMANN, Balthasar WOLL, Emil SEIBOLD, Rudolf von RIBBENTROP, Otto CARIUS, Alfredo CARPANETO, Ernst BARKMANN, Kurt KNISPEL, Helmut WENDORFF, Will FEY, Paul EGGER. Bien entendu, ces chasseurs de victoires et de tirs au but bénéficient généralement de montures alors très supérieures à celles de leurs adversaires, mais la supériorité technique des Panzer VI Ausf. E Tiger et Panzer VI Ausf. B Königstiger n’explique pas tout. Quelques une de ces biographies sont reprises dans Batailles & Blindés hors-série n°35 (Caraktère, 2018).

L’armée française complète ce numéro avec un article relatant la première partie l’épopée de l’escadron de réparation de la 2ème Division Blindée (DB), des sables d’Afrique à la Grande-Bretagne dans l’attente du Débarquement allié en Normandie. Lire la suite…

Batailles & Blindés hors-série n°37 (Caraktère, 2018)

7 juillet 2018 1 commentaire

Dans un nouveau numéro consacré aux as de la Panzerwaffe et de la Sturmartillerie, les Editions Caraktère replongent avec ce hors-série de Batailles & Blindés sur l’un de leur sujets de prédilection : les as de la Seconde Guerre mondiale.

Sur terre, sur mer ou dans les airs, l’as magnifie l’engagement personnel, la réussite dans le domaine guerrier. Les peuples ont besoin de de s’identifier à ces héros, quel que soit le camp auxquels ils appartiennent. En temps de paix, ce sont les gladiateurs ou les sportifs de haut niveau qui jouent ce rôle. Lire la suite…

Batailles & Blindés n°85 (Caraktère, 2018)

Passées les pages d’actualités, et revenant utilement à la Guerre civile espagnole, ce numéro de Batailles & Blindés des Editions Caraktère débute heureusement sur la bataille de Guadalajara en mars 1937 qui voit s’affronter corps expéditionnaire italiens et Brigades internationales. Au-delà des résultats strictement militaires, ce conflit est un véritable terrain d’entraînement à balles réelles pour les futurs belligérants européens du conflit qui s’annonce.

Autre article sortant un peu des sentiers battus et rebattus, celui sur la guerre entre le Pérou et l’Equateur en juillet 1941 met en oeuvre des matériels d’origine tchécoslovaque. Quelle similitude d’ailleurs entre le cliché qui illustre la première page de l’article et d’autres pris en URSS au même moment lors de l’opération Barbarossa sur lesquels des soldats abordent une localité en suivant des chars issus des chaînes de production de Skoda… Lire la suite…

Batailles & Blindés hors-série n°36 (Caraktère, 2018)

C’est avec une grande honnêteté intellectuelle que l’éditeur prévient les lecteurs que ce numéro est une version remaniée et enrichie du hors-série n°4. En tout cas, le sujet et la mise en page méritent de se replonger dans cette bataille titanesque que fut Stalingrad, ce symbole des combats urbains modernes qui se met progressivement en place alors que la ville n’est pas l’objectif prioritaire de l’opération Fall Blau, l’offensive d’été allemande de 1942 en URSS.

Après avoir replacé la situation stratégique et opérationnelle des différents protagonistes au sortir de l’hiver 1941/1942 qui marque le premier revers sérieux subi par l’armée du III. Reich depuis le commencement de la Seconde Guerre mondiale et plus globalement depuis le début de la politique expansionniste et agressive entreprise par Adolf HITLER, ce numéro présente les enjeux et le déroulement des combats de l’été. L’Armée Rouge est encore une fois défaite. Mais comme en juillet 1941 quand l’opération Barbarossa battait son plein et quand l’avance allemande semblait irrésistible, les premiers grains de sable commencent à apparaître. La constance stratégique se fissure aussitôt. La volonté, les prédications, ne peuvent rien contre l’inadéquation des moyens et des objectifs. Pendant ce temps, l’Armée Rouge gagne du temps, s’accroche et se donne le temps et les moyens de reprendre l’avantage. Lire la suite…