Archive

Posts Tagged ‘Italie 1943/1945’

Batailles n°87 (Ysec, 2019)

23 novembre 2019 Laisser un commentaire

Batailles 087Plusieurs bonnes nouvelles sont au menu de ce numéro du magazine Batailles. La première concerne le champ éditorial qui confirme sa volonté de s’extirper de la seule Seconde Guerre mondiale pour aborder les conflits se situant immédiatement avant et après. Batailles a pris l’habitude de proposer un article à chaque numéro sur les guerres de décolonisation (voir aussi le hors-série n°8), mais le sujet sera renforcé dans les prochaines parutions. Tant mieux ! Car le sujet reste vaste et bénéficie d’une couverture bien moindre que la Seconde Guerre mondiale. Dans le cas présent, il s’agit de l’opération franco-britannique sur Suez, ou plutôt de sa préparation… Lire la suite…

Faithful in Adversity, The Royal Army Medical Corps in the Second World War (Pen & Sword, 2019)

22 novembre 2019 Laisser un commentaire

Pen and Sword 2019 BROOM John Faithful in AdversityVivant et original, basé sur un nombre important de témoignages, ce livre fait découvrir l’organisation et de la fonctionnement du service de santé militaire britannique (Royal Army Medical Corps) au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Trop souvent, l’histoire des unités non combattantes est oubliée dans l’étude des conflits. Pourtant, elles sont indispensables pour que les troupes en première ligne puissent se battre et emporter la décision qui est attendue d’elles.  Lire la suite…

Ligne de Front n°82 (Caraktère, 2019)

26 octobre 2019 Laisser un commentaire

Ligne de Front 082Ce numéro de Ligne de Front est bien plus riche et original qu’il n’y parait au-delà de quelques sujets classiques et bien connus des lecteurs des publications des Editions Caraktère (Villers-Bocage, engagement de la 12. SS-Panzer-Division Hitlerjugend le 7 juin 1944 et même K-Verband). Lire la suite…

Batailles & Blindés hors-série n°39 (Caraktère, 2019)

17 mars 2019 1 commentaire

Les dix derniers jours qui sont décrits dans ce numéro de Batailles & Blindés concernent la période du 20 au 30 avril 1945 ! Bien entendu, Berlin occupe une place centrale, mais la prise de la capitale allemande ne doit pas occulter les autres combats. La lutte face à l’Armée Rouge reste encore pugnace. Tant pour permettre d’évacuer civils et militaires vers l’Ouest que par désespoir. La lutte des troupes de BUSSE pour s’échapper de la poche du Halbe avec l’appui de WENCK est intense. La contre-attaque allemande de Bautzen montre le mordant dont font preuve certaines unités jusqu’au bout. Non, les derniers jours de la Seconde Guerre mondiale en Europe ne sont pas sans lutte et sans arrière-pensées. Malheur aux civils et aux soldats prisonniers jusqu’à la fin d’un conflit idéologique mais aussi de civilisation entre pays occidentaux qui voit l’Europe traditionnelle, son rayonnement et ses valeurs disparaître définitivement parachevant les conséquences déjà palpables de la Première Guerre mondiale. Lire la suite…

2e Guerre Mondiale n°82 (Mars & Clio, 2019)

Fidèle à son concept éditorial, ce numéro de 2e Guerre Mondiale continue de revisiter et de mettre en perspective les grands moments du conflit. Le choix des angles décalés par rapport au habituelles études historiques permet de révéler des aspects peu connus ou oubliés.

Ainsi, ce numéro revient sur l’importance de l’infanterie dans l’armée allemande et notamment durant les victoires à l’Ouest en 1940. En effet, la majorité de la ligne de front est tenue par des fantassins, même si la percée est obtenue par les troupes blindées et motorisées. L’auteur, Benoît RONDEAU, précise ainsi que le front en Hollande et au Nord de la Belgique est poussé par les divisions d’infanterie. Les soldats parcourent des dizaines de kilomètres par jour à pied. Ils franchissent de force nombre de coupures humides (Meuse, Somme, Aisne, Seine, Loire). La liste des exemples peut s’allonger de bien d’autres encore. Sans la marche en avant avec succès de l’infanterie en Hollande et en Belgique, Dunkerque n’est pas possible. Sans l’infanterie, la Somme et l’Aisne ne peuvent être franchies lors du démarrage de Fall Rot. Sans infanterie, l’armée allemande ne peut poursuivre la retraite et empêcher le rétablissement des unités françaises. Lire la suite…

Aérojournal n°67 (Caraktère, 2018)

5 novembre 2018 1 commentaire

Fidéle à son habitude, et à son fondateur Christian-Jacques EHRENGARDT, ce numéro d’Aérojournal est charpenté autour de quelques longs et denses articles. Dans la rubrique des actualités, six pages présentent les actuels avions de chasse dits de cinquième génération. Les coûteux F-22 et F-35 américains en sont les visages les plus connus, mais il ne faut pas oublier les projets plus ou moins aboutis d’autres nations (Su-57 russe, J-20 et J-31 chinois, Quaher-313 iranien, Mitsubishi X-2, Saab Flygstystem 2020, TAI TF-X turque ou  encore le HAL Advanced Medium Combat Aircraft indien). Si plusieurs de ces projets ne verront probablement jamais le jour d’un point de vue opérationnel, ils n’en démontrent pas moins la redistribution planétaire des cartes de la puissance aérienne avant de laisser la place à une nouvelle ère aéronautique, celle des aéronefs sans pilote…

Développer un nouveau système d’arme n’est cependant pas inné et encore moins à la portée de tous. C’est ce que démontre l’excellent dossier consacré à l’aviation embarquée allemande à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Le fameux porte-avions inachevé Graf Zeppelin n’est que la partie émergée d’un projet beaucoup plus vaste, démarré secrètement bien avant l’arrivée d’Adolf HITLER au pouvoir et qui prévoyait pas moins de quatre porte-avions. En retard par rapport aux autres nations avec lesquelles elle est directement en concurrence, l’Allemagne voit pourtant assez tôt l’intérêt du porte-avions. Lire la suite…

Rommel (Perrin, 2018)

23 octobre 2018 1 commentaire

C’est au tour de la collection Maîtres de guerre chez Perrin de s’enrichir d’une biographie sur Erwin, l’un des plus célèbres chefs militaires allemands de la Seconde Guerre mondiale. Élevé au rang de mythe par la propagande du III. Reich puis par les Britanniques eux-mêmes, son image s’est très nettement dégradée au début des années 2000 quand le recul historique et la fin de la Guerre Froide permettent de regarder plus objectivement le rôle de la Wehrmacht, de ses chefs et de ses hommes dans la crimes de guerre nazis.

Écrite par Benoît RONDEAU, cette nouvelle biographie recherche un certain équilibre entre ces différentes posture. Il en ressort un ROMMEL tout en nuance. L’homme d’abord, dévoré d’ambition, il possède une très haute opinion de lui-même qui lui attire nombre d’inimitiés. Sur le plan personnel, on y trouve un jeune homme père d’un enfant naturel qui en assume la charge toute sa vie et un mari qui entretient une correspondance quasi quotidienne avec son épouse. D’une énergie débordante quand il est en première ligne, parfois agité, gonflé à bloc lors des campagnes victorieuses menées en France et en Afrique, il est bien plus fragile quand la situation se retourne. Il est alors dépressif et sombre dans le défaitisme. Lire la suite…