Le pacte des diables (Buchet Chastel, 2020)

Un livre à mettre dans les mains de tous ceux qui enseignent l’Histoire.. et qui doivent l’apprendre. C’est une très bonne initiative des Editions Buchet Chastel que de publier en français cet ouvrage de Roger MOORHOUSE sur le pacte germano-soviétique. Le plus extraordinaire est qu’il n’y a pas de révélation à proprement parlé, mais juste le décalage de la focale habituellement en vigueur sur le déclenchement et les deux premières années de la Seconde Guerre mondiale. Apparaît ainsi une symétrie édifiante de l’expansionnisme et de la terreur à la fois nazi et soviétique. De quoi réévaluer en profondeur le conflit du début et à sa fin. Car à Yalta, l’URSS confirme et amplifie les gains territoriaux et son influence déjà obtenues dans son pacte avec le III. Reich ; en toute connaissance de cause des Alliés occidentaux où seul Winston CHURCHILL fait preuve de clairvoyance sans pouvoir imposer ses vues.

Publicités
Lire la suite « Le pacte des diables (Buchet Chastel, 2020) »

39/45 Magazine n°363 (Heimdal, 2020)

Fort heureusement, le quatre-vingtième anniversaire des opérations de mai et juin 1940 permet de renouveler l’historiographie sur le sujet et plus globalement sur le démarrage de la Seconde Guerre mondiale en Europe. En témoigne par exemple l’excellent ouvrage-synthèse de Jean-Yves MARY, L’inexorable défaite. En complément de cette somme indispensable, ce numéro de 39/45 Magazine revient sur les relations germano-polonaises durant l’Entre-Deux-Guerres. Passionnant car force est de constater que le sujet est généralement bien peu abordé, bien plus complexe qu’il n’y paraît de prime abord. Depuis quelques mois, les débats entre la Russie et la Pologne sur la responsabilité du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale mettent en exergue cette ambigüité finalement très peu comprise au XXIème siècle.

Publicités
Lire la suite « 39/45 Magazine n°363 (Heimdal, 2020) »

L’inexorable défaite, mai-juin 1940 (Heimdal, 2020)

Colossal, massif, exhaustif, définitif… Difficile de sélectionner la qualificatif qui sied le mieux à ce nouvel ouvrage de Jean-Yves MARY sur les opérations à l’Ouest et mai et juin 1940 et plus particulièrement la bataille de France. En effet, l’auteur conclut d’une façon magistrale le cycle inauguré avec le soixante-dixième anniversaire de 1940 des albums mémoriaux chez les Editions Heimdal. C’est tout d’abord le Corridor des Panzer en deux volumes retraçant la traversée des Ardennes et la percée jusqu’à la Manche, puis le Carrousel des Panzer toujours en deux volumes traitant cette fois-ci des troupes blindées allemandes lors de l’opération Fall Rot qui aboutit à l’Armistice.

Publicités
Lire la suite « L’inexorable défaite, mai-juin 1940 (Heimdal, 2020) »

39/45 Magazine n°224 (Heimdal, 2005)

Pologne 1939, un drame qui annonce l’horreur et la brutalité de la Seconde Guerre mondiale en Europe. Deux dictatures (le III. Reich et l’URSS) dépècent en quelques semaines en pays, se livrent à des massacres et à des déplacements massifs de population pour une recomposition ethnique. Un court bilan militaire et politique illustré de clichés en couleurs d’une qualité exceptionnelle. Un page d’Histoire masquée ensuite en Occident par la défaite de 1940 et l’alliance avec l’URSS dès lors que celle-ci est envahie à son tour par l’Allemagne et ses alliés.

Lire la suite « 39/45 Magazine n°224 (Heimdal, 2005) »

2e Guerre Mondiale n°59 (Mars & Clio, 2015)

Méconnue, parfois décriée, l’armée belge se bat dix-huit jours face à l’invasion allemande de mai 1940. Ses combats ne se résument pas à la chute du fort d’Eben-Emael ou aux actions des Chasseurs ardennais dans les Ardennes. Totalement déstabilisée par le franchissement du canal Albert au sud de Maastricht dès les premières heures du 10 mai 1940, l’armée belge se reprend et parvient à reconstituer un front défensif. L’effondrement du front français au débouché des Ardennes et l’impossibilité de stopper les divisions blindées allemandes sur la Sambre scellent indirectement le sort de la Belgique. Sa capitulation est vécue comme une trahison par ses alliées qui ne peuvent cependant plus rien pour elle. La British Expeditionary Force (BEF) ne pense plus qu’à s’échapper et les Français luttent pour leur survie en oubliant leurs alliés (cf. La défaite française, un désastre évitable, le 16 mai 1940, il fallait rester en Belgique). Un article qui redore quelque peu le blason de l’armée belge dont les combats méritent d’être mieux explorés par l’historiographie.

Lire la suite « 2e Guerre Mondiale n°59 (Mars & Clio, 2015) »

Nebeltruppen (Histoire & Collections, 2019)

Dans les armes nouvelles nées durant la Seconde Guerre mondiale, les lance-roquettes ou lance-fusées figurent en bonne place. L’historiographie retient notamment les orgues de Staline de l’Armée rouge, mais à la différence des Soviétiques, les Allemands font de cette arme un véritable supplétif à l’artillerie de campagne traditionnelle. C’est donc un complément parfait à l’ouvrage paru chez Caraktère au sujet de l’Artillerie de campagne de la Wehrmacht.

Lire la suite « Nebeltruppen (Histoire & Collections, 2019) »

La guerre inéluctable (Presses Universitaires de Rennes, 2020)

PUR 2020 CATRON Simon La guerre ineluctableDe « l’étrange défaite de 1940 » ressort traditionnellement l’image d’un haut-commandement français dépassé, absent, incompétent. Au moment des combats de mai et juin 1940, mais également dans les années qui précèdent. Une légende construite dès Vichy et entretenue après-guerre par la geste gaullienne pour conforter la stature visionnaire du chef de la France Libre. Comme il était logique, mais quelque peu refoulé, la réalité est en fait beaucoup plus complexe. Sans pour autant absoudre de tous les maux, ceux qui sont aux manettes et qui n’en portent pas moins la responsabilité de l’effondrement français. Lire la suite « La guerre inéluctable (Presses Universitaires de Rennes, 2020) »

Von Rundstedt, le maréchal oublié (Perrin, 2020)

80 ans après la défaite française de 1940 et 75 ans celle du III. Reich, voilà enfin une biographie (en français de plus)  de l’un des principaux commandants opérationnels de la Wehrmacht de 1939 à 1945. L’exercice est d’autant plus méritoire que les sources premières sur l’homme sont rares. Mais cela n’empêche pas son auteur Laurent SCHANG de nous en faire un portrait complet et éloquent qui apporte une pierre essentielle à l’historiographie de l’avènement du III. Reich, de la faillite morale de l’un de ceux qui aurait dû être un garde fou comme doyen de l’armée dans les années qui précèdent la Seconde Guerre mondiale. Certainement moins convaincu politiquement que certains de ses plus jeunes collègues (il est cependant difficile de savoir ce qu’il pensait réellement), n’aspirant qu’à une retraite paisible, il se retrouve en première ligne et se laisse manipuler par HITLER sans réellement résister. Un destin accepté faute de caractère pour se rebeller.

Lire la suite « Von Rundstedt, le maréchal oublié (Perrin, 2020) »

Aérojournal n°75 (Caraktère, 2020)

Aerojournal 075Toutes les cocardes alliées s’y sont mises, mais en vain… Quand les Allemands déclenchent l’offensive le 10 mai 1940, le principal corps de bataille allié entre en Belgique et pousse jusqu’en Hollande où viennent de se poser les parachutistes allemands. Mais la décision se fait dans le massif ardennais. Quand la Meuse est franchie, le front français se déchire inexorablement… Lire la suite « Aérojournal n°75 (Caraktère, 2020) »

2e Guerre Mondiale n°87 (Mars & Clio, 2019)

2e Guerre Mondiale 087Cultivant à fond l’art de la réflexion et de l’étude de l’historiographie de la Seconde Guerre mondiale, ce numéro comble les amateurs de ce style.

Le dossier principal concerne en effet la notion de mythe qui s’attache à certaines facettes du conflit et évoque l’influence inévitable de sa propre époque sur les interprétations, même si le recul du temps aide à avoir une connaissance plus objective et moins passionnée. La Seconde Guerre mondiale appartient certes à un passé récent mais nombre de clivages contemporains y puisent leur origine. D’une part, toutes les archives ne sont pas encore ouvertes (notamment celles de l’ancienne URSS) et d’autre part, ses conséquences ne sont pas les mêmes vues d’un pays ou d’un autre. La chute du Mur de Berlin a redonné la parole aux pays de l’ancien Pacte de Varsovie. Force est de constater que la vision du déclenchement de la guerre en Europe n’est pas la même que l’on soit issu d’un pays de l’Ouest n’ayant à souffrir « que » de l’occupation allemande ou d’un pays de l’Est qui s’est vu affligé une double peine, celle de l’occupation allemande puis son remplacement par celle soviétique. Lire la suite « 2e Guerre Mondiale n°87 (Mars & Clio, 2019) »