Erwin ROMMEL

Home » Index » Biographies » Erwin ROMMEL

Vétéran de la Première Guerre mondiale durant laquelle il s’illustre déjà, Erwin ROMMEL devient l’un des maréchaux du Troisième Reich les plus célèbres. Enfant chéri de la propagande nazie qui met en avant ses exploits avec la 7. Panzer-Division en France ou avec l’Afrika-Korps, son suicide forcé en raison de liens supposés avec des participants à l’attentat du 20 juillet 1944 contre Adolf HITLER et ses talents particulièrement montés en épingle par les Britanniques pour son action en Afrique du Nord, lui assurent une large postérité.

Cependant, son parcours opérationnel est loin d’être parfait avec une santé physique et psychologique qui se dégrade l’obligeant à quitter ses responsabilités à quelques moments clefs. Chargé de dynamiser les fortifications du Mur de l’Atlantique, il commande la Heeresgruppe B face au débarquement allié et la bataille de Normandie jusqu’à ce qu’il soit blessé dans sa voiture par une attaque aérienne juste avant le déclenchement de l’opération Goodwood.

Publicités

Historique

Sans être le brillant stratège dont la propagande nazie vantait les mérites, le Renard du Désert était assurément un meneur d’hommes et un guerrier audacieux.

Préface d’Olivier WIEVIORKA dans 1942 [Passés composés, 2022]

Voir aussi…

Bibliographie

Repères bibliographiques

Erwin ROMMEL représente l’un de ses grands chefs militaires de la Seconde Guerre mondiale sur lesquels les auteurs se penchent le plus. Il faut dire qu’il laisse une matière importante sur laquelle travailler à travers ses courriers et ses clichés malgré le fait qu’il meurt avant la fin du conflit. Sir Basil LIDDEL HART est l’un de ses premiers promoteurs avec également son compatriote Desmond YOUNG. Ces biographies complaisantes qui valorisent le fin tacticien et passent sous silence ses engagements politiques et idéologiques influencent les écrits le concernant durant plusieurs décennies contribuant à l’édification de son mythe, bien relayés également par quelques anciens de ses subordonnés tels Hans SPEIDEL, Friedrich RUGE, etc.

Sa figure tutélaire sert également durant la renaissance de la Bundeswehr dans le contexte de la Guerre froide.

Plusieurs décennies sont nécessaires pour que des portraits moins hagiographiques paraissent, au point d’être parfois également excessifs dans l’autre sens.

La biographie que lui consacre Benoît RONDEAU en 2018 semble être l’une des plus équilibrées, même si l’auteur ne cache pas une certaine admiration. Ses compromissions avec le régime nazi apparaissent ouvertement ainsi que ses faiblesses et ses erreurs. ce livre peut être complété par les autres ouvrages de l’auteur comme l’Afrikakorps, l’armée de Rommel ou Invasion !

Original, le portrait parallèle proposé par Peter CADDICK-ADAMS retrace le parcours de ces deux adversaires qui croisent le fer plus d’une fois, les deux connaissant victoires, gloire mais aussi échec avec des personnalités également très égocentriques.

La biographie de Gerd von RUNDSTEDT par Laurent SCHANG corrige également une vision des deux généralement exclusivement au profit d’Erwin ROMMEL dans la période avant et après le Débarquement allié du 6 juin 1944. La stratégie d’Erwin ROMMEL sur le positionnement des divisions blindées allemandes à l’Ouest, très longtemps considérée comme l’unique solution, mérite d’être pondérée.

Livres

Magazines et périodiques