Publicités

Archive

Posts Tagged ‘Loïc BECKER’

Batailles & Blindés hors-série n°37 (Caraktère, 2018)

7 juillet 2018 1 commentaire

Dans un nouveau numéro consacré aux as de la Panzerwaffe et de la Sturmartillerie, les Editions Caraktère replongent avec ce hors-série de Batailles & Blindés sur l’un de leur sujets de prédilection : les as de la Seconde Guerre mondiale.

Sur terre, sur mer ou dans les airs, l’as magnifie l’engagement personnel, la réussite dans le domaine guerrier. Les peuples ont besoin de de s’identifier à ces héros, quel que soit le camp auxquels ils appartiennent. En temps de paix, ce sont les gladiateurs ou les sportifs de haut niveau qui jouent ce rôle. Lire la suite…

Publicités

Trucks & Tanks Magazine n°68 (Caraktère, 2018)

Deux sujets de controverse occupent une place de choix dans ce numéro de Trucks & Tanks Magazine des Editions Caraktère. Le premier est l’utilité ou non du PzKpfw V Panther par rapport au PzKpfw IV. La conclusion est assez vite évidente, mais l’intérêt de l’article est de découvrir les différentes options étudiées pour muscler en protection et armement le PzKpfw IV. Nul besoin remettre en cause de tous les mythes même si rien acquis comme le montre nombre de sujets où la compréhension des choses a beaucoup évolué ces dernières décennies.

Le blindé de reconnaissance à huit roues SdKfz 234/2 Puma fait l’objet lui aussi d’une tentative de relecture. En fait l’article traite l’ensemble des versions du SdKfz 234 et non uniquement de cette version spécifique. Il est clair que la puissance de feu est limitée, ce qui est un handicap à un moment du conflit où la course aux monstres blindés atteint des sommets. L’engin est développé initialement pour les grandes distances nord-africaines ou soviétiques, mais son engagement se fait au final dans des espaces de combat bien plus restreints. La conclusion n’est pas si évidente que cela et il est un peu présomptueux d’afficher la remise en cause d’un blindé qualifié de mythique… En tout ca, le concept de reconnaissance blindée en force est novateur comme le montre près d’un siècle plus tard l’actualité du Combat Reconnaissance Vehicle CRV Boxer présenté en début de magazine. Lire la suite…

Ligne de Front n°74 (Caraktère, 2018)

24 juin 2018 1 commentaire

Quelles que soient les armes, navales, aériennes ou terrestres (et maintenant aussi spatiales), chaque pays entame une guerre avec ce dont il dispose. Pour le meilleur ou pour le pire… C’est la raison pour laquelle, la recherche et la veille doctrinale sont des disciplines fondamentales qui pèsent lourdement sur la victoire ou la défaite.

Ce numéro de Ligne de Front édité par Caraktère ouvre une étude en quatre volets sur la stratégie tactique et les règles d’emploi des armes de la Wehrmacht au cours de la Seconde Guerre mondiale. Certes, il s’agit encore d’une étude sur l’armée du III. Reich, mais elle vaut le détour. Espérons cependant qu’auteurs et éditeurs veuillent bien réaliser de façon tout aussi récurrente des travaux similaires sur les autres belligérants du conflit. Au passage, félicitons le travail par Histoire & Collections pour l’armée française à travers sa revue GBM.

Cette première partie se concentre sur les tactiques employées en 1940 qui réussissent si bien lors de Fall Gelb et sur l’offensive blindée sur un front étroit. Comme cela est aussi clairement identifié dans l’ouvrage d’Eric DENIS, La Wehrmacht de Fall Gelb, l’armée allemande atteint au printemps au 1940 son apogée. Sa réflexion et sa constitution sont le fruit d’une évolution doctrinale débutée au lendemain de la défaite de 1918 qui a été testée opérationnellement, à la fin de la Guerre d’Espagne et en Pologne (« combat proven » dirait-on au début du XXIème siècle). Lire la suite…

LOS ! n°38 (Caraktère, 2018)

C’est une sublime illustration de couverture qui illustre ce numéro de LOS !, le magazine de la guerre navale, aéronavale et sous-marine des Editions Caraktère. Fendant une eau d’un bleu turquoise sous un ciel mêlant ciel dégagée et nuages plus ou moins menaçants, l’Admiral Hipper est en effet, le dossier phare de ce numéro. Moins connu que les Bismarck et Tirpitz aux destins tragiques, l’Admiral Hipper n’en est pas moins symbolique des forces navales de surface de la Kriegsmarine du III. Reich au cours de la Seconde Guerre mondiale. Construit et lancé avant la guerre, il fait partie du plan Z destiné à doter l’Allemagne d’une flotte capable de s’opposer aux grandes puissances maritimes, programme qui ne sera jamais achevé car interrompu par le déclenchement de la guerre. Engagé lors de l’invasion de la Norvège (opération Weserübung), dans l’Atlantique lors des première velléités allemandes de porter le combat en surface contre les convois qui rallient la Grande-Bretagne, dans la Mer des Barents et lors de l’échec de l’opération Regenbogen, il est désarmé sur ordre d’Adolf HITLER qui, déçu des résultats obtenus, décide de désarmer sa flotte de haute mer… L’Admiral Hipper est dès lors cantonné à des missions d’entrainement ou de convoyage dans la Baltique mais ne participe plus à des opérations de combat. Bombardé lorsqu’il est en réparation à Kiel début avril 1945, il est ensuite sabordé. L’article qui lui est consacré comporte plusieurs profils couleurs en 3D donnant l’illusion aux lecteurs de se trouver à bord.

La fin de la flotte haute mer allemande ne laisse à la Kriegsmarine que les alternatives de la guerre sous-marine et côtière… Lire la suite…

Ligne de Front hors-série n°33 (Caraktère, 2018)

A l’ombre des grandes batailles et des grandes unités de la Seconde Guerre mondiale, il existe une multitude de combats, de faits, de projets et d’unités encore méconnus. Les enjeux, le terrain de jeux planétaire, les fanatismes, les technologies, les leaders eux-mêmes provoquent ce foisonnement.

C’est donc tout le mérite de ce numéro hors-série du magazine Ligne de Front des Editions Caraktère que de présenter une série de mystères ayant trait à la guerre 1939/1945. Certains sont anecdotiques, d’autres aurait pu être dramatiques.

Ce sont ainsi vingt-quatre chapitres qui se succèdent sans forcément d’ordre logique. Sont concernés l’Allemagne, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, l’Italie, le Japon, l’URSS. A des sujets purement militaires s’ajoutent clairement des expérimentations ou des projets soit contraires au lois de la guerre, soit purement des crimes de guerre. Sans oublier, pour le folklore, les délires ésotériques nazis…

Un numéro pour sortir des sentiers battus, s’étonner de quelques projets démesurés (ex : attaquer New-York par un raid italien commando), de quelques coups tordus ou réalisations (ex : le camouflage des usines Boeing) mais voir aussi son sang glacé par la lecture de tant d’horreurs et de crimes. Lire la suite…

Batailles & Blindés n°85 (Caraktère, 2018)

Passées les pages d’actualités, et revenant utilement à la Guerre civile espagnole, ce numéro de Batailles & Blindés des Editions Caraktère débute heureusement sur la bataille de Guadalajara en mars 1937 qui voit s’affronter corps expéditionnaire italiens et Brigades internationales. Au-delà des résultats strictement militaires, ce conflit est un véritable terrain d’entraînement à balles réelles pour les futurs belligérants européens du conflit qui s’annonce.

Autre article sortant un peu des sentiers battus et rebattus, celui sur la guerre entre le Pérou et l’Equateur en juillet 1941 met en oeuvre des matériels d’origine tchécoslovaque. Quelle similitude d’ailleurs entre le cliché qui illustre la première page de l’article et d’autres pris en URSS au même moment lors de l’opération Barbarossa sur lesquels des soldats abordent une localité en suivant des chars issus des chaînes de production de Skoda… Lire la suite…

Trucks & Tanks Magazine n°67 (Caraktère, 2018)

Opposant Panzer VI Ausf. E Tiger et JS-2, l’illustration de couverture de ce numéro de Trucks & Tanks pourrait laisser penser que le magazine historique et technique des engins et véhicules du XXème siècle des Editions Caraktère propose à nouveau un dossier sur les monstres blindés de la Seconde Guerre mondiale…

Il faut donc ouvrir et entrer dans ce numéro pour découvrir un comparatif bien plus subtile qui ne s’arrête pas tout à fait aux seuls chars (neuf sur dix quand même). Le classement lui-même réserve des surprises, puisque le facteur puissance de feu n’est pas le seul pris en compte, bien au contraire. L’adaptation de l’engin par rapport aux capacités industrielles du pays et le nombre d’engins produits sont des facteurs particulièrement importants. Ainsi, le T-34/76  et le M4 Medium Tank Sherman, symboles respectivement des forces blindées soviétiques et américaines tout au long de la guerre qui les opposent aux Allemands, sont sur le podium. Le Panzer V Panther allemand, considéré par beaucoup comme le meilleur char du conflit, complète ce dernier, mais sa complexité technique, sa fragilité et son coût ne lui permettent pas d’accéder à la plus haute marche dans une vision assurément stratégique. Lire la suite…