Publicités

Archive

Posts Tagged ‘Belgique 1940’

Le corridor et le carrousel des Panzers (Heimdal, 2009-2014)

26 mars 2018 2 commentaires

Dans les années 2010, à l’occasion du 70ème anniversaire des opérations de mai/juin 1940 qui voient le III. Reich triompher en seulement quelques semaines de la Hollande, de la Belgique, du Luxembourg et de la France, les Editions Heimdal entreprennent de renouveler l’approche bibliographique de cette période.

En s’appuyant sur le concept des albums historiques, gros pavés de plus 500 pages illustrés de centaines de clichés, Jean-Yves MARY, assisté de Pascal KERGER, entreprend la publication de quatre volumes illustrant la percée de mai 1940 qui conduit les Panzer des Ardennes à la Manche et de la seconde partie de l’invasion de la France quand après avoir rompu les défenses établies sur la Somme et l’Aisne, les pointes blindées allemandes se répandent sur tout le territoire.

Un guide du champ de bataille complète le tout. Lire la suite…

Publicités

1940, la Wehrmacht de Fall Gelb (Economica, 2018)

24 mars 2018 10 commentaires

Ce livre est à l’évidence l’oeuvre d’un passionné et d’un chercheur qui ne se contente pas de reproduire ce que d’autres ont écrit (cf. sa propre présentation de cet ouvrage). Eric DENIS, son auteur, n’a pas hésité à se replonger dans les archives pour ressortir des éléments factuels, ce qui lui vaut le privilège d’une préface d’Alain VERWICHT connu pour ses plongées dans les archives allemandes pour ressortir les faits et les chiffres.

Pour l’armée allemande, mai 1940 est un moment particulier, assez rare dans l’histoire militaire, où plusieurs éléments se combinent favorablement et sont adaptés à l’objectif : stratégie, organisation, moyens matériels et humains, leadership. Comme le souligne l’auteur, cette armée n’est pas seulement rodée avec la guerre d’Espagne et l’invasion de la Pologne, mais aussi par la remilitarisation de la Sarre, l’annexion de l’Autriche, la prise de contrôle de Tchécoslovaquie. En effet, chacun de ces événements, même sans combat, a donné la possibilité de planifier, d’entraîner et de réaliser des manœuvres grandeur nature qui apportent nombre d’enseignements et retours d’expérience.

Comme le titre l’indique, ce n’est pas le récit de la première phase des opérations militaires entamées par le III. Reich à l’Ouest en mai 1940 qui aboutit à la mise hors jeu de la Hollande, de la Belgique et du Luxembourg tout en amputant très significativement le corps de bataille français et en rejetant le corps expéditionnaire britannique à la mer. Ce n’est pas non plus l’analyse des carences alliées. Mais c’est l’analyse des facteurs qui font que la victoire allemande de mai/juin 1940 n’est pas le fruit du hasard ou des seules carences de ses adversaires. Lire la suite…

Batailles hors-série n°5 (Ysec, 2017)

7 novembre 2017 Laisser un commentaire

Reprenant le concept des Militaria hors-série dont le numéro 104 est le dernier réalisé en coopération avec le binôme Yves BUFFETAUT pour les textes et Eric SCHWARTZ pour les profils couleurs chez Histoire & Collections, cet hors-série du magazine Batailles se penche sur un aspect assez peu connu des combats à l’Ouest en mai 1940 avec la bataille de Lille durant laquelle plusieurs unités françaises sont encerclées et résistent jusqu’au pour retarder l’avance allemande vers Dunkerque.

Si la chevauchée des unités blindées allemandes vers la Manche après leur percée sur la Meuse, et plus particulièrement à Sedan, est bien connue, la défense des unités alliées encerclée dans la gigantesque poche formée dans le Nord de la France et en Belgique face à la pression des unités du III. Reich l’est beaucoup moins. Pourtant, elle est essentielle pour comprendre l’esprit qui habite les unités françaises et la volonté hitlérienne de préserver les unités blindées allemandes pour la seconde phase des opérations, bien plus pragmatique qu’un éventuel souhait de ménager la Grande-Bretagne en lui permettant de rembarquer ses troupes.

Le magazine Batailles a le grand mérite de dépoussiérer cette page d’histoire dans un numéro qui va de pair avec le numéro 80 dont une étude porte sur la défense de Dunkerque complétant lui aussi le numéro 78 dont la une est consacrée aux opérations d’évacuation.

Lire la suite…

L’attaque silencieuse (Maranes, 2017)

24 août 2017 2 commentaires

Maranes 2017 LOPEZ Oscar STEINKE Thomas TANNAHILL Ian Attaque silencieuseL’offensive allemande de mai 1940 n’est pas uniquement un cas d’école pour le mouvement stratégique mis en place pour isoler les forces franco-britanniques dans le Nord de la France et en Belgique. C’est aussi un exemple de combinaisons d’opérations spéciales, pour la première fois à une telle échelle, qui utilisent la voie aérienne pour atteindre leurs cibles. Les largages sur la Hollande, dans les Ardennes (opération Niwi par exemple) et la prise du fort d’Eben-Emael,  sont connus. Le sont beaucoup moins les coups de mains sur les trois ponts du canal Albert (Veldwezelt, Vroenhoven et Kanne) qui forment un tout avec Eben-Emael.

Les Editions Maranes proposent la traduction française d’un ouvrage publié initialement en Espagnol composé d’un texte précis, voire exhaustif, et d’une iconographie sans pareil sur le sujet. Lire la suite…

39/45 Magazine hors-série Historica n°91 (Heimdal, 2017)

3945 Magazine HS Historica 091La sortie du film Dunkerque de Christopher NOLAN est l’occasion pour le grand public de découvrir ou de redécouvrir cette page épique des opérations de mai/juin 1940 qu’est l’opération Dynamo ou l’évacuation du corps expéditionnaire britannique et des troupes françaises encerclées. Celles-ci sont en effet prises au piège dans le Nord de la France et la Belgique suite à la rupture du front français sur la Meuse au débouché des Ardennes. Dunkerque, c’est à la fois le symbole de l’échec de la stratégie franco-britannique face au III. Reich au début du conflit mais aussi celui de l’esprit de résistance qu’anime le peuple britannique mené par Winston CHURCHILL. Certains diront également que c’est le premier coup de canif dans le coopération franco-britannique…

Les Editions Heimdal propose un numéro 39/45 Magazine hors-série Historica à cette page, considérée quelque part comme un succès défensif, les Allemands pourtant victorieux ne parvenant pas à capturer tous les hommes massés sur les plages. La Grande-Bretagne peut sauver une bonne partie de ses troupes, même si le matériel doit être complètement abandonné sur le continent.  Lire la suite…

France 1940 (Avalon Hill, 1972)

Avalon Hill France 1940France 1940 est un jeu d’histoire sur plateau en anglais pour deux joueurs qui simule la première partie des opérations à l’Ouest du 10 au 29 mai 1940 (opération “Fall Gelb”) quand la Wehrmacht traverse les Ardennes, perce le front français sur la Meuse et coupe les armées alliées en deux en atteignant les côtes de la Manche en quelques jours. Il est édité en 1972 par Avalon Hill. Lire la suite…

Opération « Niwi » (10 mai 1940)

8 février 2017 3 commentaires

silhouette-fieseler-fi-156-storchL’opération « Niwi » est une opération militaire allemande au cours de la Seconde Guerre mondiale. Elle se déroule le 10 mai 1940 au moment du déclenchement de l’offensive contre la Hollande, la Belgique, le Luxembourg et la France (opération « Fall Gelb »).

Contexte stratégique et opérationnelle :

Envahie d’abord par l’Allemagne puis également par l’URSS, la Pologne est vaincue à l’automne 1939. La France et la Grande-Bretagne déclarent la guerre au III. Reich, mais restent l’arme au pied malgré l’offensive limitée sur la Sarre.

Dès la défaite de la Pologne, le III. Reich redéploie ses forces vers l’Ouest. Tout au long de l’hiver 1939/1940, le front reste calme. C’est la « Drôle de guerre ». Le conflit se déplace sur des fronts périphériques (Atlantique, Danemark, Norvège) tandis que l’URSS vient souffre face à la Finlande.

Tandis que les Français restent en position strictement défensive, les Belges, Luxembourgeois et Hollandais restent neutres malgré les signes montrant que le III. Reich est prêt à violer leur neutralité. De leur côté, les Allemands préparent activement l’offensive et tirent les enseignements de la campagne de Pologne. Deux axes d’offensive font l’objet d’une attention particulière et incluent des opérations qui peuvent être cataloguées comme « spéciales ». Le premier concerne la Hollande avec l’engagement massif d’unités aéroportées pour neutraliser ce pays le plus rapidement possible. Le second concerne les Ardennes belges et luxembourgeoises par lesquelles doivent passer les unités blindées en charge de percer le front français sur la Meuse. Lire la suite…