Archive

Posts Tagged ‘Belgique 1940’

Faithful in Adversity, The Royal Army Medical Corps in the Second World War (Pen & Sword, 2019)

22 novembre 2019 Laisser un commentaire

Pen and Sword 2019 BROOM John Faithful in AdversityVivant et original, basé sur un nombre important de témoignages, ce livre fait découvrir l’organisation et de la fonctionnement du service de santé militaire britannique (Royal Army Medical Corps) au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Trop souvent, l’histoire des unités non combattantes est oubliée dans l’étude des conflits. Pourtant, elles sont indispensables pour que les troupes en première ligne puissent se battre et emporter la décision qui est attendue d’elles.  Lire la suite…

Les Commandos du Reich, tome 1, le règne des « Brandebourgeois » (Caraktère, 2019)

8 septembre 2019 2 commentaires

Caraktere 2019 MAHE Yann Les commandos du Reich tome 1Les lecteurs de Ligne de Front mis en appétit avec la rubrique « Forces spéciales » et divers articles publiés sur ce thème depuis plusieurs numéros, il ne restait plus qu’à conclure l’essai… Et c’est chose faite avec ce livre de Yann MAHE qui retrace l’historique des forces spéciales allemandes au cours de la Seconde Guerre mondiale en commençant par la filière « Brandenburg » pour le premier volume. Lire la suite…

GBM n°129 (Histoire & Collections, 2019)

14 juillet 2019 Laisser un commentaire

GBM 129Véritable bible pour les amateurs de l’armée française des quarante premières années du XXème siècle, GBM réussit aussi à faire avancer la recherche avec la contribution de ses lecteurs. Et à rendre hommage à nos anciens combattants. C’est ainsi que les pages du « Manifeste français » apportent leur lot de détails et de précisions (sur le 67ème BCC, le 9ème GRDI, le 7ème GAM) mais aussi ressortent de l’oubli trois Peugeot DK 5 qui rouillent en Norvège, souvenirs du corps expéditionnaire français de 1940. Une démonstration par l’exemple de l’utilité de ce type de publication, n’en déplaise à certaines élites, qui tout en apportant elles aussi leur contribution, les regardent d’un air quelque peu condescendent. Un mal bien français qui fracture la Nation (même dans le domaine de l’édition !) et ne lui permet pas de renouer proprement les fils de son Histoire pour regarder de façon apaisée son présent et son futur. Lire la suite…

10-11 mai 1940, une défaite annoncée (Sutton, 2018)

11 mai 2019 4 commentaires

Sutton 2018 CHARPY Yves 10-11 mai 1940 une defaite annonceeLa défaite militaire française de 1940,  l’effondrement de la première puissance militaire de l’époque, ne cesse d’interroger, même près de quatre-vingts ans plus tard. Pour décrire et comprendre l’enchaînement des faits, Yves CHARPY replonge dans les écrits et les déclarations d’un certain nombre de protagonistes ainsi que dans quelques documents d’archives. Rien de bien nouveau, si ce n’est pas la mise en ordre des différentes pièces du puzzle (au demeurant édifiant…) et le soulignement de quelques faits largement sous-évalués ensuite dans la littérature consacrée au sujet. Joli travail de synthèse !

L’autre avantage du livre est de proposer une analyse parallèle de la démarche alliée (française, luxembourgeoise et belge principalement) et allemande. Une bonne leçon à enseignement tant dans les écoles militaires que de management, de sciences politiques et d’administration… Lire la suite…

2e Guerre Mondiale n°82 (Mars & Clio, 2019)

Fidèle à son concept éditorial, ce numéro de 2e Guerre Mondiale continue de revisiter et de mettre en perspective les grands moments du conflit. Le choix des angles décalés par rapport au habituelles études historiques permet de révéler des aspects peu connus ou oubliés.

Ainsi, ce numéro revient sur l’importance de l’infanterie dans l’armée allemande et notamment durant les victoires à l’Ouest en 1940. En effet, la majorité de la ligne de front est tenue par des fantassins, même si la percée est obtenue par les troupes blindées et motorisées. L’auteur, Benoît RONDEAU, précise ainsi que le front en Hollande et au Nord de la Belgique est poussé par les divisions d’infanterie. Les soldats parcourent des dizaines de kilomètres par jour à pied. Ils franchissent de force nombre de coupures humides (Meuse, Somme, Aisne, Seine, Loire). La liste des exemples peut s’allonger de bien d’autres encore. Sans la marche en avant avec succès de l’infanterie en Hollande et en Belgique, Dunkerque n’est pas possible. Sans l’infanterie, la Somme et l’Aisne ne peuvent être franchies lors du démarrage de Fall Rot. Sans infanterie, l’armée allemande ne peut poursuivre la retraite et empêcher le rétablissement des unités françaises. Lire la suite…

Les 2e et 3e Divisions Légères Mécaniques, Tome 2 (Arès, 2018)

6 février 2019 4 commentaires

Deuxième volet de l’historique de la 2ème Division Légère Mécanique (DLM) et de la 3ème Division Légère Mécanique (DLM), ce livre couvre un espace temps beaucoup plus large que le premier qui se focalise sur les combats à Hannut dans la trouée de Gembloux du 10 au 14 mai 1940.

Après avoir âprement défendu leurs positions face aux Allemands, les deux divisions se retrouvent malgré tout emportées par la défaite française et alliée. En effet, dès le 13 mai 1940, la Meuse est traversée au débouché du massif des Ardennes et quarante-huit heures plus tard, la défaite est consommée : rien ne peut arrêter l’avance allemande vers la mer. Lire la suite…

Les 2e et 3e Divisions Légères Mécaniques, Tome 1 (Arès, 2017)

4 février 2019 3 commentaires

Autant les historiques d’unités allemandes sont abondants, autant ceux des unités françaises de 1940 sont encore limités malgré des indéniables efforts ces dernières années grâce à l’impulsion donnée par quelques passionnés qui réunissent régulièrement leurs plumes au sein du magazine GBM.

Erik BARBANSON livre ici le premier tome de son étude consacrée à la 2ème Division Légère Mécanique et à la 3ème Division Légère Mécanique.

Après avoir rapidement évoqué leur formation, l’auteur se concentre sur la période du 10 au 14 mai 1940. En réaction à l’attaque allemande, les Alliés déclenchent leur plan d’entré en Belgique pour établir une ligne de défense qui s’appuie sur la Meuse jusqu’à Namur puis sur la Dyle jusqu’à Anvers. Le rôle du Corps de Cavalerie qui regroupe les deux unités françaises est de couvrir la trouée de Gembloux et de ralentir l’avance allemande le temps d’établir la ligne de défense principale. Lire la suite…