Publicités

Archive

Posts Tagged ‘Belgique 1940’

Les 2e et 3e Divisions Légères Mécaniques, Tome 2 (Arès, 2018)

6 février 2019 3 commentaires

Deuxième volet de l’historique de la 2ème Division Légère Mécanique (DLM) et de la 3ème Division Légère Mécanique (DLM), ce livre couvre un espace temps beaucoup plus large que le premier qui se focalise sur les combats à Hannut dans la trouée de Gembloux du 10 au 14 mai 1940.

Après avoir âprement défendu leurs positions face aux Allemands, les deux divisions se retrouvent malgré tout emportées par la défaite française et alliée. En effet, dès le 13 mai 1940, la Meuse est traversée au débouché du massif des Ardennes et quarante-huit heures plus tard, la défaite est consommée : rien ne peut arrêter l’avance allemande vers la mer. Lire la suite…

Publicités

Les 2e et 3e Divisions Légères Mécaniques, Tome 1 (Arès, 2017)

4 février 2019 2 commentaires

Autant les historiques d’unités allemandes sont abondants, autant ceux des unités françaises de 1940 sont encore limités malgré des indéniables efforts ces dernières années grâce à l’impulsion donnée par quelques passionnés qui réunissent régulièrement leurs plumes au sein du magazine GBM.

Erik BARBANSON livre ici le premier tome de son étude consacrée à la 2ème Division Légère Mécanique et à la 3ème Division Légère Mécanique.

Après avoir rapidement évoqué leur formation, l’auteur se concentre sur la période du 10 au 14 mai 1940. En réaction à l’attaque allemande, les Alliés déclenchent leur plan d’entré en Belgique pour établir une ligne de défense qui s’appuie sur la Meuse jusqu’à Namur puis sur la Dyle jusqu’à Anvers. Le rôle du Corps de Cavalerie qui regroupe les deux unités françaises est de couvrir la trouée de Gembloux et de ralentir l’avance allemande le temps d’établir la ligne de défense principale. Lire la suite…

Mémorial de la bataille de France, volume 2 (Heimdal, 2017)

19 janvier 2019 3 commentaires

Ce second volume du Mémorial de la bataille de France en quatre volumes parus chez Heimdal entre 2016 et 2018 se concentre sur les journées du 22 mai au 4 juin 1940.

Alors que les Allemands ont atteint la Manche dès le 20 mai 1940 (voir volume 1) coupant en deux le front allié et isolant son principal corps de bataille, Allemands et Français hésitent sur la conduite à tenir. D’un côté, comment exploiter ce succès finalement facile ? De l’autre, comment rétablir la situation ? Les interrogations des deux camps leur font perdre à chacun du temps. Côté Français, la contre-attaque décisive n’aura jamais lieu. Côté allemand, les atermoiement permettent l’évacuation du corps expéditionnaire britannique et d’une partie des troupes françaises – dans l’immédiat, rien d’important, mais à terme, ils ont perdu l’occasion d’amputer la Grande-Bretagne d’une partie non négligeable de ses troupes.

Ce deuxième volume est cependant composé pour plus de la moitié de ses pages d’une analyse très fouillée des causes de la défaite française qui puisent leurs origines au lendemain de la Victoire de 1918. Lire la suite…

Grandes batailles n°108 (Histoire & Collections)

31 octobre 2018 Laisser un commentaire

Ce numéro de Grandes Batailles (Militaria Magazine hors-série nouvelle formule) est consacré au corps expéditionnaire britannique (BEF) en France envoyé à partir de septembre 1939 et qui participe aux combats de mai et juin 1940. Pâle reflet de celui de 1914, il aligne du bon et du moins. De côté des plus, la motorisation des unités est particulièrement poussée (de quoi se rappeler avec nostalgie Tank & Military Vehicles et son étude sur la motorisation de l’armée britannique). Côté moins, les chars ne sont pas au niveau.

Engagé dans la manœuvre Dyle-Breda en Belgique, le BEF n’est pas directement opposé au choc des Panzer sur la Meuse, mais il en subit les conséquences puisqu’il est tourné sur ses arrières et contraint de se replier. La contre-offensive d’Arras ne permet pas de rétablir la situation. Seule l’évacuation par les plages de Dunkerque est possible grâce au miracle de l’opération Dynamo. Certaines unités sont aussi parvenues à échapper à la capture en évacuant Boulogne par la mer et aidés par les défenseurs français. Lire la suite…

Le corridor et le carrousel des Panzers (Heimdal, 2009-2014)

26 mars 2018 2 commentaires

Dans les années 2010, à l’occasion du 70ème anniversaire des opérations de mai/juin 1940 qui voient le III. Reich triompher en seulement quelques semaines de la Hollande, de la Belgique, du Luxembourg et de la France, les Editions Heimdal entreprennent de renouveler l’approche bibliographique de cette période.

En s’appuyant sur le concept des albums historiques, gros pavés de plus 500 pages illustrés de centaines de clichés, Jean-Yves MARY, assisté de Pascal KERGER, entreprend la publication de quatre volumes illustrant la percée de mai 1940 qui conduit les Panzer des Ardennes à la Manche et de la seconde partie de l’invasion de la France quand après avoir rompu les défenses établies sur la Somme et l’Aisne, les pointes blindées allemandes se répandent sur tout le territoire.

Un guide du champ de bataille complète le tout. Lire la suite…

1940, la Wehrmacht de Fall Gelb (Economica, 2018)

24 mars 2018 12 commentaires

Ce livre est à l’évidence l’oeuvre d’un passionné et d’un chercheur qui ne se contente pas de reproduire ce que d’autres ont écrit (cf. sa propre présentation de cet ouvrage). Eric DENIS, son auteur, n’a pas hésité à se replonger dans les archives pour ressortir des éléments factuels, ce qui lui vaut le privilège d’une préface d’Alain VERWICHT connu pour ses plongées dans les archives allemandes pour ressortir les faits et les chiffres.

Pour l’armée allemande, mai 1940 est un moment particulier, assez rare dans l’histoire militaire, où plusieurs éléments se combinent favorablement et sont adaptés à l’objectif : stratégie, organisation, moyens matériels et humains, leadership. Comme le souligne l’auteur, cette armée n’est pas seulement rodée avec la guerre d’Espagne et l’invasion de la Pologne, mais aussi par la remilitarisation de la Sarre, l’annexion de l’Autriche, la prise de contrôle de Tchécoslovaquie. En effet, chacun de ces événements, même sans combat, a donné la possibilité de planifier, d’entraîner et de réaliser des manœuvres grandeur nature qui apportent nombre d’enseignements et retours d’expérience.

Comme le titre l’indique, ce n’est pas le récit de la première phase des opérations militaires entamées par le III. Reich à l’Ouest en mai 1940 qui aboutit à la mise hors jeu de la Hollande, de la Belgique et du Luxembourg tout en amputant très significativement le corps de bataille français et en rejetant le corps expéditionnaire britannique à la mer. Ce n’est pas non plus l’analyse des carences alliées. Mais c’est l’analyse des facteurs qui font que la victoire allemande de mai/juin 1940 n’est pas le fruit du hasard ou des seules carences de ses adversaires. Lire la suite…

Batailles hors-série n°5 (Ysec, 2017)

7 novembre 2017 Laisser un commentaire

Reprenant le concept des Militaria hors-série dont le numéro 104 est le dernier réalisé en coopération avec le binôme Yves BUFFETAUT pour les textes et Eric SCHWARTZ pour les profils couleurs chez Histoire & Collections, cet hors-série du magazine Batailles se penche sur un aspect assez peu connu des combats à l’Ouest en mai 1940 avec la bataille de Lille durant laquelle plusieurs unités françaises sont encerclées et résistent jusqu’au pour retarder l’avance allemande vers Dunkerque.

Si la chevauchée des unités blindées allemandes vers la Manche après leur percée sur la Meuse, et plus particulièrement à Sedan, est bien connue, la défense des unités alliées encerclée dans la gigantesque poche formée dans le Nord de la France et en Belgique face à la pression des unités du III. Reich l’est beaucoup moins. Pourtant, elle est essentielle pour comprendre l’esprit qui habite les unités françaises et la volonté hitlérienne de préserver les unités blindées allemandes pour la seconde phase des opérations, bien plus pragmatique qu’un éventuel souhait de ménager la Grande-Bretagne en lui permettant de rembarquer ses troupes.

Le magazine Batailles a le grand mérite de dépoussiérer cette page d’histoire dans un numéro qui va de pair avec le numéro 80 dont une étude porte sur la défense de Dunkerque complétant lui aussi le numéro 78 dont la une est consacrée aux opérations d’évacuation.

Lire la suite…