Sur les traces des Chasseurs ardennais, de Bodange à Chabrehez (Weyrich, 2021)

Ce livre ouvre la voie d’un nouvel fil conducteur au sein de Weyrich Edition. Après le label « 1944 », voilà « 1940 » ! Un double plaisir… Il ambitionne de revisiter les opérations de mai et juin 1940 de la Seconde Guerre mondiale dont l’historiographie reste encore trop attachée à quelques moments particulièrement mis en avant après-guerre par des acteurs désireux de valoriser leurs propres exploits mais insuffisants pour capter la complexité du Westfeldzug et de l’effondrement allié. Ce n’est pas tout, car il offre également une vision belge des événements. De quoi relativiser un prisme essentiellement français, britannique ou germanique des opérations. Bref, une double opportunité de prendre de la hauteur et d’embrasser cette période par le biais d’une grande focale et non par le biais de quelques raccourcis faciles mais notoirement insuffisants !

Publicités

Recension

Ce premier opus du label « 1940 », écrit par Hugues WENKIN, se penche sur les combats de la 1ère Division de Chasseurs ardennais dans les Ardennes dans les heures qui suivent immédiatement le déclenchement de l’opération Fall Gelb, un certain 10 mai 1940…

Avant de relater les engagements régiment par régiment, l’auteur rappelle la posture diplomatique et stratégique de la Belgique ainsi que l’impact sur ses plans de défense. Cette neutralité, préjudiciable aux intérêts français et questionnable face au III. Reich, surtout une fois que la suite de l’Histoire est écrite, peut se concevoir d’un strict point de vue d’outre-Quiévrain jusqu’à ce que la Grande-Bretagne puis la France déclarent la guerre à l’Allemagne suite à l’invasion par cette dernière de la Pologne. Un chapitre à mettre en parallèle avec l’impertinent La déroute française de 1940, la faute aux Belges ?.

Analyser le rôle des combattants belges dans les Ardennes permet de comprendre assez vite que les Panzer ne sont pas les seuls à traverser en force le massif. S’ils sont bien les premiers à atteindre la Meuse puis à la franchir en plusieurs endroits de Dinant à Sedan créant une brèche d’une centaine de kilomètres de large, plusieurs divisions d’infanterie les accompagnent et participent activement à la percée. Elle sont trop souvent oubliées dans l’analyse du rapport ici et ce livre en rappelle à juste titre le rôle.

La description de l’engagement des hommes de la 1ère Division de Chasseurs ardennais occupe plus de la moitié de cet ouvrage d’un peu plus de cent quarante pages :

A l’occasion de ces combats les Chasseurs ardennais emploient des engins blindés de type T13 et T15. Le niveau d’engagement diffère grandement de celui constaté dans la garnison d’Eben-Emael (voir Eben-Emael, l’autre vérité).

Etudier le détail des combats dans les Ardennes en mai 1940 permet de mieux comprendre également ceux de décembre 1944 lors de l’opération Wacht am Rhein. Certaines caractéristiques restent présentes en dépit de la différence de saison notamment concernant le relief et le réseau routier qui dictent particulièrement les axes de progression et donc de résistance.

Quelques pages de road book en fin de livre permettent d’orienter les visiteurs qui souhaitent retourner sur le champ de bataille, car pour reprendre une maxime propre au Mook 1944, « le terrain est une source qui ne ment jamais ».

Vivement la suite de ce nouveau label !

Sommaire

  • Introduction
  • Résiste et mords
  • Drôle de guerre
  • Le secteur du 1er Régiment
  • Le secteur du 2ème Régiment
  • Le secteur du 3ème Régiment
  • Road book
  • Bibliographie et sources

Caractéristiques

  • ISBN : 978-2-87489-642-2
  • Nombre de pages : 144
  • Langue : Français
  • Reliure : reliée
  • Dimensions : 13,5 x 16,5 cm
  • Prix conseillé France à la date de parution : 22 € TTC

Liens externes

2 réflexions sur « Sur les traces des Chasseurs ardennais, de Bodange à Chabrehez (Weyrich, 2021) »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.