Batailles & Blindés n°99 (Caraktère, 2020)

Très solide et sommaire original, ce numéro qui précède le centième de Batailles & Blindés démontre qu’il est possible d’explorer de nouveaux champs d’intérêts aptes à satisfaire un lectorat rompu au sujet tout en restant une formidable porte d’entrée à tous ceux qui veulent plonger dans l’univers de la guerre mécanisée et des engins militaires. Presque centenaire et encore plus fringant qu’aux premiers jours !

Publicités

Alors que les archives publiques et privées des anciens Pays de l’Est commencent, enfin à sortir et à s’exporter (cf. les ouvrages du Bulgare Kemen NEVENKIN ou ceux publiés par Helion), Loïc BECKER propose un panorama pays par pays des armées qui composent le Pacte de Varsovie après une introduction particulièrement intéressante. Celle-ci met en avant les tiraillements entre l’URSS et ses « pays frères » absorbés par leur reconstruction et encore peu habitués à cette alliance dont le centre de gravité est porté par l’URSS. Au même titre que l’OTAN, le Pacte de Varsovie réussi néanmoins à agréger au forceps des armées très disparatres et à imposer une harmonisation matérielle au pas de course sous la houlette de l’Armée rouge. Ce qui ne signifie pas un bloc homogène, uniforme et porté par une volonté unique… Loin d’être un bloc monolithique prêt à déferler à l’ouest du rideau de fer. A découvrir !

La Seconde Guerre mondiale réserve également aussi son lot de suprises avec deux articles sur des combats méconnus. Celui sur les combats sur la Lys par les Chasseurs ardennais en mai 1940 rappelle fort à propos que les combats de l’armée belge ne s’arrêtent pas aux déconvenues d’Eben-Emael, des pont sur le canal Albert et aux combats retardateurs des Ardennes. Rarissime, le numéro présente sur deux pleines pages l’organisation théorique des Chasseurs ardennais et de leurs tables d’effectifs au niveau régimentaire. Loin de l’habituelle iconographie sur les opérations de mai et juin 1940 largement dominée par les clichés allemands, ceux de l’article montrent à l’exception de deux, des soldats belges en action ou en manoeuvre avec le support du Musée des Chasseurs ardennais de Marche-en-Famenne. L’armée belge, l’autre grande oubliée et méprisée de 1940 pour laquelle il reste tant à découvrir…

L’article sur la bataille de Velikié Louki durant l’hiver 1942/1943 met en lumière l’autre grande opération soviétique de cette période à côté de celles menées autour de Stalingrad et du Don. Malgré l’échec global de l’opération Mars, la place-forte tenue par la 83. Infanterie-Division est cependant encerclée par les 3ème Armée de choc et 4ème Armée de choc soviétiques, ravitaillée insuffisament par les airs, et une tentative de dégagenement est lancée. Comme l’opération Wintergewitter pour Stalingrad, elle sera un échec et la place finit par tomber. L’article, construit en puisant dans les archives de la Heeresgruppe Mitte, des 20. Infanterie-Division (mot.), 250. Infanterie-Division, 291. Infanterie-Division et 331. Infanterie-Division permet de donner de nombreux détails tactiques et une carte détaillée des secteurs défensifs allemands dans Velikié Louki. Un récit solide et bien documenté par les archives auquel il ne manque que la vision soviétique.

Loin des sempiternels chars lourds, Laurent TIRONE dresse un panorama passionnants des chars légers allemands de la Seconde Guerre mondiale. Si les Panzer I et Panzer II forment l’ossature principale des divisions blindées en Pologne et à l’Ouest durant la première année du conflit, ils se révèlent vite insuffisants pour tenir tête à leurs adversaires. L’idée de les reconvertir en chars de reconnaissance est donc séduisante, mais le concept s’avère l’exemple type de la fausse bonne idée malgré un besoin réel qui génère des études jusqu’au bout avec le VK. 16.02 Leopard puis l’Aufklärungspanzer 38(t) et enfin l’Aufklärungspanzer 38(d) (ce dernier étant évoqué essentiellement à travers un profil couleurs).

Sommaire :

Profils couleurs :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.