Ligne de Front n°91 (Caraktère, 2021)

Bien avant Mers-el-Kébir, Dunkerque provoque une première fracture dans l’alliance franco-britannique. Pour les contemporains mais aussi dans l’historiographie. De l’autre côté de la Manche en Grande-Bretagne, on célèbre l’opération Dynamo comme une victoire. Le fait de parvenir à sortir du guêpier continental permet de construire la suite tant d’un point de vue politique que militaire. Côté français, Dunkerque reste attaché à une cuisante défaite, à une honte mal digérée qui fait d’ailleurs oublier la bravoure des soldats et nombre de faits d’armes. Il n’en reste pas moins que la question mérite d’être posée, les Britanniques abandonnent-ils les Français ? Et si oui, il faut en effet se demander comment pourquoi…

Publicités
Lire la suite « Ligne de Front n°91 (Caraktère, 2021) »

De la guerre n°1 (Perrin, 2021)

Titre clausewitzien, intérieur alléchant, double caution de qualité et de sérieux (Perrin, Guerres & Histoire) : l’Histoire militaire se donne les moyens de dépasser le cadre de ses habituels passionnés ! Le « Mook », alliance du livre et du magazine permet du conjuguer les avantages des deux formats : diversité des sujets, pérennité du support, plaisir et confort de lecture.

Publicités
Lire la suite « De la guerre n°1 (Perrin, 2021) »

Ligne de Front n°87 (Caraktère, 2020)

Un numéro de Ligne de Front qui conforte non seulement le magazine dans son positionnement de revue généraliste de la Seconde Guerre mondiale, mais également son haut niveau de qualité centré autour des thématiques armements, unités, batailles. Un large contenu textuel accompagnée d’une iconographie, équilibrée et soigneusement répartie, qui illustre le fond sans s’y substituer. Le parfait équilibre.

Publicités
Lire la suite « Ligne de Front n°87 (Caraktère, 2020) »

Les carnets secrets du général Huntziger (Pierre de Taillac, 2019)

Un témoignage indispensable doublé d’un formidable travail éditorial ! Un livre incontournable pour tous ceux qui s’intéressent aux événements de 1940, qui cherchent à comprendre la chute de la France face au III. Reich et plus globalement pour tous ceux qui cherchent à comprendre la personnalités par nature particulière des leaders, quelle que soit leur époque. Si le commandant de la 9ème Armée, André CORAP, est souvent accusé de tous les mots pour ne pas avoir tenu la Meuse, son homologue de la 2ème Armée est cependant bien plus coupable à bien des égards…

Publicités
Lire la suite « Les carnets secrets du général Huntziger (Pierre de Taillac, 2019) »

Revue d’Histoire Européenne n°3 (Histoire Militaire, 2020)

C’est une belle brochette d’auteurs connus et reconnus qui s’attellent à la difficile tâche de décrire et d’analyser l’effondrement de la France en mai et juin 1940. Huit articles permettent de dresser un portrait global de l’impréparation militaire à l’éclosion des premiers résistants. Toute la complexité du sujet resurgit : isolement diplomatique, doctrine défensive et attentiste, mue inachevée faute de crédits militaires suffisants, fragilisation du complexe militaro-industriel (conflits sociaux, gestion des programmes, industrialisation), inadéquation de la chaîne de commandement, manœuvre Dyle-Breda trop ambitieuse par rapport aux capacités de l’armée française…

Lire la suite « Revue d’Histoire Européenne n°3 (Histoire Militaire, 2020) »

Le Figaro Histoire n°49 (2020)

Porté par une belle brochette d’auteurs que les amateurs connaissent pour la qualité de leurs ouvrages, ce numéro publié à l’occasion du quatre-vingtième anniversaire des événements de mai/juin 1940 est un véritable délice. Grand public, assurément, mais ne tombant pas dans la facilité. Alliant articles denses et réponses à quelques questions, aucun élément potentiellement polémique n’est contourné. Avec courage d’ailleurs, mais tout en finesse (par exemple : quelle a été l’attitude des communistes pendant la guerre [de 1939 et 1940] ?, quelles ont été les erreurs du commandement français ?, l’Angleterre a-t-elle lâché la France au milieu des combats ?, l’armistice fut-il une faute ou une nécessité ?).

Lire la suite « Le Figaro Histoire n°49 (2020) »

Ligne de Front n°83 (Caraktère, 2020)

Ligne de Front 083Ligne de Front propose dans se première livrée de 2020 un retour sur plusieurs symboles de la Seconde Guerre mondiale. A commencer par le sujet qui fait la une de la couverture, mais pas que… A méditer car 75 ans ou 80 ans après les faits, c’est à la fois beaucoup mais peu. Suffisamment en tout cas pour prendre de la distance historique, regarder l’après et commencer à comprendre les enchaînements qui se produisent. D’un point de vue historiographie, nous sommes ici comblés. Lire la suite « Ligne de Front n°83 (Caraktère, 2020) »

Ligne de Front n°79 (Caraktère, 2019)

Voilà un numéro qui regorge de nombreuses très bonnes surprises ! Et les plus intéressantes ne sont pas celles qui font la couverture, même si l’article sur l’embuscade de Poteau dans les Ardennes décrit parfaitement le contexte, les combats et l’exploitation iconographique faite par la propagande allemande.

Sous le titre « l’infanterie française a-t-elle fait son devoir », c’est toute une évaluation de la défaite de 1940 qui est quelque peu remise en cause. Dans l’imaginaire populaire (et des passionnés), l’armée française perd car elle n’a, certes pas la bonne stratégie, mais surtout parce qu’elle a été incapable d’exploiter à temps le potentiel de l’arme blindée. Et si finalement, ce n’était pas plutôt la carence de son infanterie qui est la principale responsable ? Bien entendu, ce ne sont pas les fantassins eux-mêmes qui doivent porter le poids de la défaite, mais cette arme représente depuis la Première Guerre mondiale l’alpha et l’oméga des troupes terrestres françaises autour de laquelle gravitent toutes les autres armes, encore en 1940. A lire absolument et à compléter par les GBM125, 126 et 127 sur les errements de l’évolution de l’armement du fantassin. Lire la suite « Ligne de Front n°79 (Caraktère, 2019) »

GBM n°127 (Histoire & Collections, 2019)

Les hommes qui ont combattu ou qui ont commandé en 1940 sont véritablement à l’honneur de ce numéro de GBM, toujours portée sur la dimension humaine et personnelle aussi bien technique comme l’illustre à merveille ce numéro. Le portrait du sous-lieutenant du 41ème Bataillon de Chars de Combat (BCC) illumine de son regard à la fois juvénile, serein et assuré la couverture, magnifique. Il accompagne la première partie de l’historique de ce bataillon créé ex-nihilo fin 1939. Celui-ci permet de découvrir les difficultés humaines, matérielles, logistiques de la constitution d’une telle unité. Affecté temporairement à la 1ère Division Cuirassée puis ensuite à la tout juste formée 3ème Division Cuirassée, ses hommes sont confrontés aux errements du commandement français dans les premiers jours qui suivent le déclenchement de l’attaque allemande et la traversée de la Meuse à Sedan. De longues heures d’inaction passent alors que les adversaires ne s’embarrassent pas de telles hésitations. Au-delà de la l’histoire propre du bataillon, cet article fait prendre conscience que la défaite française n’est pas écrite d’avance et que des opportunités de renverser la tendance existent… Lire la suite « GBM n°127 (Histoire & Collections, 2019) »

Ligne de Front n°75 (Caraktère, 2018)

100% Seconde Guerre mondiale, ce numéro de Ligne de Front réussit à proposer un sommaire particulièrement original et surtout attractif pour tout amateur de la période.

La seconde partie de l’étude sur la stratégie, la tactique et les règles d’emploi des armes de la Wehrmacht se penche cette fois-ci sur la défensive (principes généraux, points d’appui, organisation du front défensif, utilisation des réserves) après avoir étudié l’offensive dans le numéro 74. Jamais abordés (ou si peu) abordés dans la littérature spécialisée, ces principes sont pourtant essentiels pour comprendre le déroulement des combats. Max SCHIAVON réussit en outre à proposer un éclairage simple et facilement abordable par tout lecteur qui n’est pas militaire de carrière. Les schémas sont simples et d’une grande clarté.

Alors que le III. Reich est assailli de toutes parts, il ne rend pas les armes, même fin mars et début avril 1945. Les combats de Paderborn illustrent parfaitement à la fois l’acharnement et l’improvisation désespérée dont font preuve les Allemands qui s’appuient également sur quelques uns de leurs monstres blindés avec plus ou moins de bonheur… La guerre ne peut plus être gagnée, mais les pertes alliées peuvent encore être sensibles.  Lire la suite « Ligne de Front n°75 (Caraktère, 2018) »