Les Chasseurs ardennais à Bodange (Weyrich, 2021)

Les témoignages font partie depuis très longtemps de l’historiographie des conflits. Qu’ils soient commandants en chef, responsables politiques ou simples soldats, nombre d’entre eux prennent la plume pour raconter leur expérience ou partager « leur » vérité. Tous ces écrits ne font pas toujours l’objet d’une publication ou parfois très longtemps après les faits. Ces témoignages possèdent des qualités variables, mais tous apportent un éclairage par ce qu’ils témoignent ou cachent consciemment ou par méconnaissance. La Seconde Guerre mondiale n’échappe pas au phénomène, bien au contraire compte tenu du nombre d’acteurs impliqués et d’une relative facilité pour désormais publier et conserver.

Publicités
Lire la suite « Les Chasseurs ardennais à Bodange (Weyrich, 2021) »

Ligne de Front n°91 (Caraktère, 2021)

Bien avant Mers-el-Kébir, Dunkerque provoque une première fracture dans l’alliance franco-britannique. Pour les contemporains mais aussi dans l’historiographie. De l’autre côté de la Manche en Grande-Bretagne, on célèbre l’opération Dynamo comme une victoire. Le fait de parvenir à sortir du guêpier continental permet de construire la suite tant d’un point de vue politique que militaire. Côté français, Dunkerque reste attaché à une cuisante défaite, à une honte mal digérée qui fait d’ailleurs oublier la bravoure des soldats et nombre de faits d’armes. Il n’en reste pas moins que la question mérite d’être posée, les Britanniques abandonnent-ils les Français ? Et si oui, il faut en effet se demander comment pourquoi…

Publicités
Lire la suite « Ligne de Front n°91 (Caraktère, 2021) »

Les carnets secrets du général Huntziger (Pierre de Taillac, 2019)

Un témoignage indispensable doublé d’un formidable travail éditorial ! Un livre incontournable pour tous ceux qui s’intéressent aux événements de 1940, qui cherchent à comprendre la chute de la France face au III. Reich et plus globalement pour tous ceux qui cherchent à comprendre la personnalités par nature particulière des leaders, quelle que soit leur époque. Si le commandant de la 9ème Armée, André CORAP, est souvent accusé de tous les mots pour ne pas avoir tenu la Meuse, son homologue de la 2ème Armée est cependant bien plus coupable à bien des égards…

Publicités
Lire la suite « Les carnets secrets du général Huntziger (Pierre de Taillac, 2019) »

Le regard des autres, le collection inédite « Egon Pfende », volume 1 (Schneider Media, 2016)

Les vétérans allemands de la Seconde Guerre mondiale largement pourvus d’appareils photos individuels laissent à la postérité des centaines de milliers de clichés. Cette liberté étonnante pour un régime tel que le III. Reich est une mine de renseignements et d’enseignements. Depuis quelques décennies, nombre d’entre sont vendus par les familles au gré des successions et des cessions par les collectionneurs. Cependant, peu sont mis en valeur et réellement exploités à quelques exceptions près : les photos montrant des chars, véhicules et avions, soit une infime minorité du total qui lui représente le quotidien du soldat. Cette mine d’information est malheureusement rarement exploitée… jusqu’à cet étonnant ouvrage, le premier d’une série annoncée de cinq volumes.

Publicités
Lire la suite « Le regard des autres, le collection inédite « Egon Pfende », volume 1 (Schneider Media, 2016) »

L’inexorable défaite, mai-juin 1940 (Heimdal, 2020)

Colossal, massif, exhaustif, définitif… Difficile de sélectionner la qualificatif qui sied le mieux à ce nouvel ouvrage de Jean-Yves MARY sur les opérations à l’Ouest et mai et juin 1940 et plus particulièrement la bataille de France. En effet, l’auteur conclut d’une façon magistrale le cycle inauguré avec le soixante-dixième anniversaire de 1940 des albums mémoriaux chez les Editions Heimdal. C’est tout d’abord le Corridor des Panzer en deux volumes retraçant la traversée des Ardennes et la percée jusqu’à la Manche, puis le Carrousel des Panzer toujours en deux volumes traitant cette fois-ci des troupes blindées allemandes lors de l’opération Fall Rot qui aboutit à l’Armistice.

Publicités
Lire la suite « L’inexorable défaite, mai-juin 1940 (Heimdal, 2020) »

Aérojournal n°77 (Caraktère, 2020)

Confrontée à une impasse opérationnelle face aux bombardement stratégiques alliés sur son territoire aux conséquences gravissimes sur son tissus industriel et logistique, la Luftwaffe n’a donc d’autre choix que de rechercher la rupture technologique. Plus que dans d’autres domaines, la puissance industrielle américaine apporte un avantage décisif que les armes traditionnelles ne parviennent pas à compenser. Il n’y a pas que dans son ciel que le III. Reich est en difficulté au cours de la Seconde Guerre mondiale. La lutte contre les flottes alliées et les masses de chars soviétiques peut aussi bénéficier de cette nouvelle donne technologique dans les airs…

Publicités
Lire la suite « Aérojournal n°77 (Caraktère, 2020) »

La bataille de Sedan « … fors l’honneur » (de Fallois, 2020)

Sedan ou la symbole de l’effondrement français de mai 1940… Depuis le 13 mai 1940, cette alimente bien des ouvrages et des articles. Et surtout des jugements parfois caricaturaux sur les soldats français, la 55ème Division d’Infanterie et son chef Henri LAFONTAINE. De l’autre côté, Sedan est présenté comme l’archétype de la qualité opérationnelle de la Wehrmacht, de ses chefs, de ses matériels, de ses soldats. Est-il encore nécessaire d’y consacrer un livre ? En l’occurrence, la réponse est ici oui…

Lire la suitei

39/45 Magazine n°60 (Heimdal, 1991)

A part quelques clichés comme les Ardennes en 1940 et 1944 ou le fort d’Eben-Emael, la Belgique reste un champ de bataille quelque peu délaissé par l’historiographie de la Seconde Guerre mondiale. Hors, les sujets sont variés et importants comme le montre ce numéro de 39/45 Magazine que ce soit en 1940 ou en 1944.

Lire la suite « 39/45 Magazine n°60 (Heimdal, 1991) »

La défaite française, un désastre évitable, le 16 mai 1940, il fallait rester en Belgique (Economica, 2007)

Choquée par la brutalité de sa défaite en 1940, la France considère que le résultat ne peut être différent. Plombés par le jugement qu’en fait Vichy puis la fracture française issue de l’opposition entre gaullistes, pétainistes et communistes, les combats menés à l’Ouest en 1940 ne condamnent pas obligatoirement l’armée française. Cet exercice d’uchronie, aussi théorique soit-il, comprend une fine analyse des six premiers jours de combat et rappelle que chaque décision entraîne un ensemble de réactions, bonnes et/ou mauvaises.

Publicités
Lire la suite « La défaite française, un désastre évitable, le 16 mai 1940, il fallait rester en Belgique (Economica, 2007) »

Sedan 1940, l’école de la guerre ou la faillite du système de commandement français (Economica, 2012)

La percée de Sedan en mai 1940 reste le symbole de la défaite française et de la faillite d’un système. Cette défaillance s’illustre à la fois pour le franchissement allemand qui se déroule le 13 mai 1940 et la réaction (ou l’absence de réaction efficace) le 14 mai 1940 alors que la tête de pont ennemie reste fragile. S’affranchissant des questions d’équipement et de la qualité des unités, Vincent ARBARETIER utilise son expérience opérationnelle dans l’armée pour analyser en profondeur le système de commandement, clef de voûte des armées.

Publicités
Lire la suite « Sedan 1940, l’école de la guerre ou la faillite du système de commandement français (Economica, 2012) »