39/45 Magazine n°150 (Heimdal, 1998)

De tous les combats ! La 1ère Division Légère Mécanique (DLM) est sur tous les fronts en mai et juin 1940. A la pointe de la manœuvre Dyle-Breda, elle fait volte-face pour tenter de s’opposer sur l’Escaut et la Sambre aux forces allemandes qui viennent de forcer la Meuse. Viennent ensuite les combats au Mont Saint-Eloi près d’Arras puis la couverture de Lille et enfin le repli sur Dunkerque et l’évacuation. Une épopée trop connue que rappelle le premier volet des combats de la 1ère DLM paru dans ce numéro de 39/45 Magazine. Avec quelques extraordinaires clichés venant de vétérans français !

Lire la suite « 39/45 Magazine n°150 (Heimdal, 1998) »
Publicités

2e Guerre Mondiale Thématique n°20 (Astrolabe, 2010)

Rédigé à l’occasion du soixante-dixième anniversaire de 1940, ce numéro thématique du magazine propose une introspection de l’armée française de 1919 à 1940. Articulé en trois parties (de 1919 à 1935, de 1935 à 1940, la bataille de Belgique et de France), il souligne la complexité d’un jugement définitif et le manque d’analyse d’un nombre conséquent d’archives encore non exploitées. Dans les trois dimensions (terre-air-mer) la question est tout autant de volonté politique, de moyens financiers, de capacités industrielles et de doctrine. Mais aussi d’effectifs alors que l’impact des classes creuses issues de la Première Guerre mondiale se fait sentir. Un très grand numéro.

Lire la suite « 2e Guerre Mondiale Thématique n°20 (Astrolabe, 2010) »

Vae Victis n°63 (Histoire & Collections, 2005)

Deux monuments de l’arme blindée française sont au menu de ce numéro de Vae Victis : les batailles de Hannut/Gembloux et de Stonne en mai 1940. Le jeu fourni en encart propose en fait une règle pour rejouer les opérations à l’Ouest en 1940 à l’échelle des bataillons et des divisions. Il est accompagné d’un article historique analysant parfait ces deux batailles et n’hésitant pas à remettre en causes les habituels poncifs qui les qualifient de grandes victoires françaises, au-delà du mérite et du sacrifice des soldats français. Ce numéro contient également le second volet d’une étude sur l’art opératif en illustrant les propos à l’aide Kasserine Rommel’s Battle for Tunisia, 1943 chez GMT Games.

Lire la suite « Vae Victis n°63 (Histoire & Collections, 2005) »

Batailles n°26 (Histoire & Collections, 2008)

Engagés tout au long des combats à l’Ouest en 1940, les chars français et les chars allemands se sont mesurés à plusieurs reprises : dans les Ardennes, à Hannut/Gembloux, à Flavion, à Stonne, Crécy-sur-Serre, etc. Quels sont les meilleurs ? Cette question agite les historiens depuis ce moment. Ainsi, ce numéro du magazine Batailles retravaille ce sujet en y consacrant pas moins de trois articles. Souvent oubliée des récits de la manœuvre Dyle-Breda et des combats en Belgique, la British Expeditionary Force (BEF) est également au sommaire. Ce numéro propose également la retranscription du journal d’un sous-officier français du Hackenberg, illustrant ainsi la vie dans les ouvrages de la Ligne Maginot alors que la bataille de France se joue dans leur dos : passionnant.

Lire la suite « Batailles n°26 (Histoire & Collections, 2008) »

Le Figaro Histoire n°49 (2020)

Porté par une belle brochette d’auteurs que les amateurs connaissent pour la qualité de leurs ouvrages, ce numéro publié à l’occasion du quatre-vingtième anniversaire des événements de mai/juin 1940 est un véritable délice. Grand public, assurément, mais ne tombant pas dans la facilité. Alliant articles denses et réponses à quelques questions, aucun élément potentiellement polémique n’est contourné. Avec courage d’ailleurs, mais tout en finesse (par exemple : quelle a été l’attitude des communistes pendant la guerre [de 1939 et 1940] ?, quelles ont été les erreurs du commandement français ?, l’Angleterre a-t-elle lâché la France au milieu des combats ?, l’armistice fut-il une faute ou une nécessité ?).

Lire la suite « Le Figaro Histoire n°49 (2020) »

Militaria hors-série n°96 (Histoire & Collections, 2015)

En mai 1940, les chars français sont partout ! C’est en tout cas une impression bien réelle qui ressort de ce numéro hors-série de Militaria Magazine et d’une analyse un peu fin des engagements en mai 1940. En effet, dès le 10 mai 1940, chacun des belligérants met en action les forces blindées développées durant l’Entre-Deux-Guerres.

Lire la suite « Militaria hors-série n°96 (Histoire & Collections, 2015) »

La défaite française, un désastre évitable, le 16 mai 1940, il fallait rester en Belgique (Economica, 2007)

Choquée par la brutalité de sa défaite en 1940, la France considère que le résultat ne peut être différent. Plombés par le jugement qu’en fait Vichy puis la fracture française issue de l’opposition entre gaullistes, pétainistes et communistes, les combats menés à l’Ouest en 1940 ne condamnent pas obligatoirement l’armée française. Cet exercice d’uchronie, aussi théorique soit-il, comprend une fine analyse des six premiers jours de combat et rappelle que chaque décision entraîne un ensemble de réactions, bonnes et/ou mauvaises.

Lire la suite « La défaite française, un désastre évitable, le 16 mai 1940, il fallait rester en Belgique (Economica, 2007) »

En mai 1940, fallait-il entrer en Belgique ? (Economica, 2000)

L’Histoire semble condamner définitivement la manœuvre Dyle-Breda qui consiste à faire entrer en Belgique l’aile mobile française et le British Expeditionary force le 10 mai 1940 en réaction de la triple invasion allemande des Pays-Bas, de la Belgique et du Luxembourg. En effet, sa mis en action facilite l’enveloppement qui résulte du franchissement de la Meuse de Sedan à Dinant par le corps de bataille principal allemand qui vient de franchir les Ardennes en trois jours. Le résultat est connu, c’est Dunkerque et l’anéantissement d’une partie importante de l’armée française et britannique tant d’un point quantitatif que qualificatif. Alors pourquoi se poser encore la question du bien fondé de cette manœuvre ?

Lire la suite « En mai 1940, fallait-il entrer en Belgique ? (Economica, 2000) »

Nebeltruppen (Histoire & Collections, 2019)

Dans les armes nouvelles nées durant la Seconde Guerre mondiale, les lance-roquettes ou lance-fusées figurent en bonne place. L’historiographie retient notamment les orgues de Staline de l’Armée rouge, mais à la différence des Soviétiques, les Allemands font de cette arme un véritable supplétif à l’artillerie de campagne traditionnelle. C’est donc un complément parfait à l’ouvrage paru chez Caraktère au sujet de l’Artillerie de campagne de la Wehrmacht.

Lire la suite « Nebeltruppen (Histoire & Collections, 2019) »

Hackenberg, le géant de la Ligne Maginot (Arès, 2019)

Après un très beau livre sur la Ligne Mareth co-écrit avec Jean-Jacques MOULINS, Michel TRUTTMANN livre ici ouvrage de référence sur le Hackenberg, le plus gros ouvrage de la Ligne Maginot. Précurseur de l’histoire des fortifications modernes (avec Régis GRENNEVILLE, il est l’auteur des premiers articles de la rubrique Bunkerarchelogie dans 39/45 Magazine), il continue de dévoiler au grand public les secrets, les combats et aussi la vie quotidienne de ces forteresses du XXème siècle. Lire la suite « Hackenberg, le géant de la Ligne Maginot (Arès, 2019) »