Publicités

Archive

Posts Tagged ‘1ère Division Cuirassée de Réserve (DCR)’

L’Arme Blindée française, tome 1 , mai-juin 1940, les blindés français dans la tourmente (Economica, 1998)

10 février 2019 Laisser un commentaire

A la fin des années 1990, deux ouvrages renouvellent la connaissance des opérations à l’Ouest en 1940 et plus particulièrement de la bataille de France. Le premier est allemand et écrit par Karl-Heinz FRIESER. Sorti en version originale en 1995, traduit en Français et publié en 2003 chez Belin, il laisse entrevoir que la victoire allemande est la résultante d’un certain nombre de facteurs, mais qu’elle est loin d’être écrite à l’avance.

L’autre est français, signé par Gérard SAINT-MARTIN. Etudiant l’arme blindée française, le premier volume couvre son éclosion jusqu’à la défaite de 1940. C’est donc une plongée dans la pensée militaire française de l’Entre-Deux-Guerres et des débats qui agitent les états-majors. Tout comme ce qui se passe de l’autre côté du Rhin, le changement n’est pas sans résistance. La lutte des influences est importante. Le rôle des leaders est lui diamétralement opposé. Falot d’un côté, tranchant de l’autre.

Contrairement à une idée répandue, l’armée française et ses chefs s’intéressent très tôt à la motorisation et au développement des chars. Les nombreux débats qui jaillissent en sont la preuve. Le fait que la première grande unité blindée soit chronologiquement française et non allemande aussi (la 1ère Division Légère Mécanique). Lire la suite…

Publicités

GBM n°127 (Histoire & Collections, 2019)

13 janvier 2019 1 commentaire

Les hommes qui ont combattu ou qui ont commandé en 1940 sont véritablement à l’honneur de ce numéro de GBM, toujours portée sur la dimension humaine et personnelle aussi bien technique comme l’illustre à merveille ce numéro. Le portrait du sous-lieutenant du 41ème Bataillon de Chars de Combat (BCC) illumine de son regard à la fois juvénile, serein et assuré la couverture, magnifique. Il accompagne la première partie de l’historique de ce bataillon créé ex-nihilo fin 1939. Celui-ci permet de découvrir les difficultés humaines, matérielles, logistiques de la constitution d’une telle unité. Affecté temporairement à la 1ère Division Cuirassée puis ensuite à la tout juste formée 3ème Division Cuirassée, ses hommes sont confrontés aux errements du commandement français dans les premiers jours qui suivent le déclenchement de l’attaque allemande et la traversée de la Meuse à Sedan. De longues heures d’inaction passent alors que les adversaires ne s’embarrassent pas de telles hésitations. Au-delà de la l’histoire propre du bataillon, cet article fait prendre conscience que la défaite française n’est pas écrite d’avance et que des opportunités de renverser la tendance existent… Lire la suite…

Batailles n°82 (Ysec, 2018)

13 juin 2018 2 commentaires

Ce numéro du magazine Batailles édité par Ysec possède un sommaire très teinté 1940 avec des articles qui retiennent l’attention.

Assez peu abordé en détail dans la littérature spécialisé, le projet d’invasion avortée de la Grande-Bretagne par le III. Reich (opération Seelöwe) est ici assez bien décrit. L’article entre dans le détail des différentes options possibles et sur les antagonismes qui existent entre les forces terrestres, maritimes et aériennes de l’armée allemande. Les débats ne sont pas sans rappeler ceux qui agiteront ensuite le commandement allié quant au Débarquement allié en Normandie… L’importance de la neutralisation préalable de la Royal Air Force (RAF) est évidente. Méconnus, sont aussi les effets des raids aériens britanniques sur les concentrations allemandes d’embarcations dans l’attente d’un hypothétique feu vert. Là aussi, ces sont des questions qui se poseront plus tard aux Alliés. Ils réussiront à dénier tout accès à la Luftwaffe à leurs zones de concentration. Dans la littérature consacrée au Débarquement allié, il y a certes les enseignements tirés des précédentes opérations aéronavales alliées, mais il y aussi l’analyse de l’échec de l’opération Seelöwe et des moyens déployés pour entraver les Allemands qui a été source d’enseignements… Et dont n’ont pas su tirer partie les Allemands. Lire la suite…

GBM n°123 (Histoire & Collections, 2018)

10 février 2018 Laisser un commentaire

Devoir de mémoire. Ce concept qui cimente une Nation et qui permet de ne pas oublier ceux qui se sont dévoués, parfois jusqu’au sacrifice, pour le pays dans lequel ils vivent est au cœur de GBM depuis sa reprise par Histoire & Collections. En témoigne ainsi l’actualité du Centenaire de la La Malmaison (1917-2017), bataille au cours de laquelle l’armée française engageant des chars Schneider et Saint-Chamond reprend aux Allemands le fort du même nom. Reconstitutions (histoire vivante diront certains) et cérémonies officielles sont ainsi relatées, donnant un relais supplémentaire à ces belles et indispensables initiatives, par nature éphémères.

Conformément à la ligne éditoriale du magazine, ce numéro continue d’explorer l’armée française de la première moitié du XXème siècle avec un éclairage original sur les voitures de cantinières et les engins de tranchée de faible puissance (principalement : Canon 37 mm modèle 1885 TR, Canon 47 mm modèle 1885 TR, Canon de 37 mm modèle 1916 TR).

Passionnant, l’article sur l’introduction de porteurs pour le Renault FT présente les différentes solutions techniques destinées à donner davantage de mobilité à ce petit char. Et c’est vrai que les dimensions réduites de l’engin autorisent de nombreuses innovations, que ce soit un transport sur camion ou sur engin chenillé. Au-delà de la technique, c’est l’innovation doctrinale sous-jacente à ces solutions de transport qui transpire. La recherche de mobilité est indissociable à celle de puissance. Devant une telle avance, il est d’autant plus dommage que la France ait totalement sclérosé sa pensée stratégique, opérationnelle et tactique après la Victoire de 1918, ce qui aboutira un peu plus de vingt ans plus tard à l’une des plus graves défaite du pays… Lire la suite…

39/45 Magazine n°342 (Heimdal, 2017)

20 février 2017 1 commentaire

39-45-magazine-342Ce numéro de 39/45 Magazine s’ouvre sur la première partie d’une étude consacrée au raid sur Dieppe. Il ne s’agit pas d’un récit des combats, mais l’exploration de collections conservées au Canada. Plusieurs reproductions couleurs d’objets sont présentées. Il y a bien entendu des pièces d’uniformes, mais surtout des documents rédigés à l’époque (plans des défenses allemandes, feuillets de retranscriptions de communications radio).

Les moteurs à piston étant à la mode avec le décollage d’AceS, la nouvelle revue des Editions Heimdal consacrée à ces appareils, deux articles sont dédiées aux avions. Le premier concerne le Vought F4U « Corsair » et évoque un des combats aériens de l’ace amériacin Ira KEPFORD.  Le second présente les hydravions et les bateaux de Luftwaffe avec notamment un éclarage sur les opérations de secours en mer des pilotes abatuus ou en difficulté. Celui-ci montre toute la panoplie d’appareils ainsi développés et évoque la contribution de l’industrie aéronautique française à l’effort de guerre du III. Reich avec ses usines réquisitionnées par l’Occupant. Est également abordé la destinée du seul porte-avions allemand en construction mais jamais terminé, le « Graf Zeppelin ». Les deux articles sont magnifiquement illustrés. Lire la suite…

Rommel en pointe du Blitzkrieg de l’Ardenne à la Manche (Weyrich, 2016)

weyrich-2016-wenkin-hugues-rommel-ardenne-mancheLes exploits militaires d’Erwin ROMMEL sont assez bien connus et l’iconographie abondante. Pourtant, cet album trouve toute sa place dans la bibliothèque. Tout d’abord, il est bien présenté, clair, aéré, bref très agréable à lire. Le format à l’italienne est idéal pour mettre en valeur les photos.

Le texte, écrit par Hugues WENKIN, est précis, direct, vivant. Lire la suite…

GBM n°116 (Histoire & Collections, 2016)

GBM_116

Toujours unique et inégalé, GBM propose à nouveau un beau panorama de l’armée française de 1914 à 1940, voire même un peu avant ! En témoigne l’article consacré aux mitrailleuses étudiées avant 1907, dont les atermoiements de l’état-major remontent à l’époque de Napoléon III, ce qui va conditionner le format de l’armée française qui entre en guerre en 1914… Déjà les choix politiques disputent aux exigences techniques et de performance…

Comme quoi, pour faire écho aux éditoriaux engagés de François VAUVILLIER, l’Histoire est une longue chaîne dont chaque morceau constitue un pont entre le précédent et le prochain… D’où l’intérêt de bien connaître ce qui s’est passé et de ne pas réécrire l’Histoire sous l’emprise des modes contemporaines ou faisant totalement abstraction du contexte de l’époque (que dira-t-on de la nôtre dans quelques décennies ?). Lire la suite…