1940, vérités et légendes (Perrin, 2020)

D’un format poche avec un peu plus de deux cinquante pages, ce livre de Rémy PORTE est l’une des meilleures synthèses à destination du grand public publiées à l’occasion du quatre-vingtième anniversaire des opérations de mai et juin 1940. Construit sur la base de trente questions qui sont autant de chapitres, le livre se lit très facilement. Parfait pour accompagner des vacances ou un déplacement.

Publicités
Lire la suite « 1940, vérités et légendes (Perrin, 2020) »

GBM n°133 (Histoire & Collections, 2020)

Pour commémorer les quatre-vingts ans de 1940, GBM livre un numéro assez exceptionnel avec deux articles qu’il est indispensable de lire et de posséder. Ils symbolisent le degré de maturité qu’atteint l’historiographie de cette époque après des décennies d’errements. L’aboutissement d’un long travail. Un numéro aussi important que le précédent mais également le 92 paru pour les soixante-dix ans des mêmes événements.

Publicités
Lire la suite « GBM n°133 (Histoire & Collections, 2020) »

La bataille de France 10 mai – 25 juin 1940 (Editions du milieu du monde, 1941)

Ecrit à chaud quelques mois seulement après les événements de mai et juin 1940 à l’Ouest et juste avant le déclenchement de l’opération Barbarossa, ce livre est un témoignage capital sur la façon dont est perçue sur le moment la défaite de la France. Il est écrit à partir des sources ouvertes de l’époque et est imprimé en Suisse, c’est à dire en territoire neutre avec d’avantage de liberté que les livres publiés à Paris en territoire occupé. De quoi démêler les premiers fils d’une historiographie pour le moins malmenée de cet épisode.

Lire la suite « La bataille de France 10 mai – 25 juin 1940 (Editions du milieu du monde, 1941) »

Mai-juin 1940, les causes de la défaite, panorama inédit des responsabilités politiques et militaires (Alisio, 2020)

Fidèle à son habitude et avec son entrain coûtumier, Dominique LORMIER entreprend de revisiter les causes de la défaite française de 1940 et de défendre l’honneur des soldats tricolores dans un ouvrage grand public, très facile à lire. Un sous-titre annonçant un « panorama inédit des responsabilités politiques et militaires » ne peut qu’attirer l’attention…

Lire la suite « Mai-juin 1940, les causes de la défaite, panorama inédit des responsabilités politiques et militaires (Alisio, 2020) »

Revue d’Histoire Européenne n°3 (Histoire Militaire, 2020)

C’est une belle brochette d’auteurs connus et reconnus qui s’attellent à la difficile tâche de décrire et d’analyser l’effondrement de la France en mai et juin 1940. Huit articles permettent de dresser un portrait global de l’impréparation militaire à l’éclosion des premiers résistants. Toute la complexité du sujet resurgit : isolement diplomatique, doctrine défensive et attentiste, mue inachevée faute de crédits militaires suffisants, fragilisation du complexe militaro-industriel (conflits sociaux, gestion des programmes, industrialisation), inadéquation de la chaîne de commandement, manœuvre Dyle-Breda trop ambitieuse par rapport aux capacités de l’armée française…

Lire la suite « Revue d’Histoire Européenne n°3 (Histoire Militaire, 2020) »

2e Guerre Mondiale n°42 (Astrolabe, 2011)

Vaste question que celle-ci : la France pouvait-elle gagner en 1940 ? En effet, contrairement aux idées reçues, les soldats français se sont battus, bien battus même. Les matériels n’ont pas à rougir devant ceux de l’adversaire. Rien n’est toujours parfait, mais en face aussi il y a des faiblesses. La manœuvre Dyle-Breda se justifie, mais l’armée française pensée, conçue et entraînée pour la défensive ne prend-elle pas un trop risque à s’exposer ainsi ? Le sens du sacrifice est évident mais trop d’attaques ou de contre-attaques échouent ou ne sont pas décisives. L’incapacité à réduire les têtes de pont allemandes sur la Somme fragilise la Ligne Weygand alros que les effectifs sont déjà tendus. A son habitude, Dominique LORMIER défend avec acharnement l’armée française et croit en la poursuite des combats en Afrique du Nord. Faut-il encore être en capacité de l’organiser. Chacun se fera son idée. Ce qui est clair, c’est que la possibilité de renverser sérieusement le cours des événements se situe au cours des dix premiers jours qui suivent le déclenchement de Fall Gelb une fois passées les opportunités des toutes premières heures…

Lire la suite « 2e Guerre Mondiale n°42 (Astrolabe, 2011) »

2e Guerre Mondiale Thématique n°20 (Astrolabe, 2010)

Rédigé à l’occasion du soixante-dixième anniversaire de 1940, ce numéro thématique du magazine propose une introspection de l’armée française de 1919 à 1940. Articulé en trois parties (de 1919 à 1935, de 1935 à 1940, la bataille de Belgique et de France), il souligne la complexité d’un jugement définitif et le manque d’analyse d’un nombre conséquent d’archives encore non exploitées. Dans les trois dimensions (terre-air-mer) la question est tout autant de volonté politique, de moyens financiers, de capacités industrielles et de doctrine. Mais aussi d’effectifs alors que l’impact des classes creuses issues de la Première Guerre mondiale se fait sentir. Un très grand numéro.

Lire la suite « 2e Guerre Mondiale Thématique n°20 (Astrolabe, 2010) »

Batailles n°26 (Histoire & Collections, 2008)

Engagés tout au long des combats à l’Ouest en 1940, les chars français et les chars allemands se sont mesurés à plusieurs reprises : dans les Ardennes, à Hannut/Gembloux, à Flavion, à Stonne, Crécy-sur-Serre, etc. Quels sont les meilleurs ? Cette question agite les historiens depuis ce moment. Ainsi, ce numéro du magazine Batailles retravaille ce sujet en y consacrant pas moins de trois articles. Souvent oubliée des récits de la manœuvre Dyle-Breda et des combats en Belgique, la British Expeditionary Force (BEF) est également au sommaire. Ce numéro propose également la retranscription du journal d’un sous-officier français du Hackenberg, illustrant ainsi la vie dans les ouvrages de la Ligne Maginot alors que la bataille de France se joue dans leur dos : passionnant.

Lire la suite « Batailles n°26 (Histoire & Collections, 2008) »

Batailles n°89 (Ysec, 2020)

De la déclaration de guerre début septembre en réaction à l’invasion allemande de la Pologne au 10 mai 1940, date du déclenchement de Fall Gelb à l’Ouest, il ne se passe pas rien. Si l’intensité n’équivaut pas à ce que connaissent mai et juin 1940, ces différents événements préfigurent certains aspects de la Seconde Guerre mondiale. La timide offensive en Sarre illustre l’abandon de la Pologne et la prudence française, le torpillage de Scapa Flow et le combat du Graf Spee au Rio de la Plata préfigurent l’équilibre des forces qui va s’instaurer sur mer. La France est également en armes, elle peaufine elle aussi ses plans et ses troupes. Mais à la différence de la Wehrmacht, elle remise sa doctrine purement défensive pour envisager une bataille de rencontre dans le cas où la Belgique est attaquée. Est-elle prête pour ce changement ? A découvrir pour chacune de ses composantes (terre, air mer) avec des situations très variées.

Lire la suite « Batailles n°89 (Ysec, 2020) »

39/45 Magazine n°60 (Heimdal, 1991)

A part quelques clichés comme les Ardennes en 1940 et 1944 ou le fort d’Eben-Emael, la Belgique reste un champ de bataille quelque peu délaissé par l’historiographie de la Seconde Guerre mondiale. Hors, les sujets sont variés et importants comme le montre ce numéro de 39/45 Magazine que ce soit en 1940 ou en 1944.

Lire la suite « 39/45 Magazine n°60 (Heimdal, 1991) »