Archive

Posts Tagged ‘Ardennes 1940’

Von Rundstedt, le maréchal oublié (Perrin, 2020)

7 février 2020 Laisser un commentaire

Perrin 2020 SCHANG Laurent Von Rundstedt le marechal oublie80 ans après la défaite française de 1940 et 75 ans celle du III. Reich, voilà enfin une biographie (en français de plus)  de l’un des principaux commandants opérationnels de la Wehrmacht de 1939 à 1945. L’exercice est d’autant plus méritoire que les sources premières sur l’homme sont rares. Mais cela n’empêche pas son auteur Laurent SCHANG de nous en faire un portrait complet et éloquent qui apporte une pierre essentielle à l’historiographie de l’avènement du III. Reich, de la faillite morale de l’un de ceux qui aurait dû être un garde fou comme doyen de l’armée dans les années qui précèdent la Seconde Guerre mondiale. Certainement moins convaincu politiquement que certains de ses plus jeunes collègues (il est cependant difficile de savoir ce qu’il pensait réellement), n’aspirant qu’à une retraite paisible, il se retrouve en première ligne et se laisse manipuler par HITLER sans réellement résister. Un destin accepté faute de caractère pour se rebeller. Lire la suite…

Aérojournal n°75 (Caraktère, 2020)

5 février 2020 Laisser un commentaire

Aerojournal 075Toutes les cocardes alliées s’y sont mises, mais en vain… Quand les Allemands déclenchent l’offensive le 10 mai 1940, le principal corps de bataille allié entre en Belgique et pousse jusqu’en Hollande où viennent de se poser les parachutistes allemands. Mais la décision se fait dans le massif ardennais. Quand la Meuse est franchie, le front français se déchire inexorablement… Lire la suite…

Militaria n°409 (Histoire & Collections, 2019)

Militaria 409Une splendide reconstitution des Chasseurs ardennais est à la une de ce numéro de Militaria. C’est l’occasion de revenir sur ces troupes particulières qui jouent les premiers rôles des les premières heures de l’invasion allemande en mai 1940. Les Chasseurs ardennais symbolisent à la fois l’esprit de résistance belge face au nombre, mais aussi les occasions manquées, puisque le choix stratégique de choisir de retarder l’ennemi plutôt que de lui résister dans les Ardennes se révèle néfaste (voir La déroute française de 1940, la faute aux Belges ? ou 10-11 mai 1940, une défaite annoncée). Les Allemands menant une série d’opérations spéciales particulièrement réussies (opération NiWi ou L’attaque silencieuse par exemple) pour faciliter la traversée des Ardennes et la Meuse, les Chasseurs ardennais se retrouvent vite bousculés et trop peu nombreux. Pourtant, là où ils résistent (ou ne reçoivent pas les ordres de repli), les retards s’accumulent pour les Allemands. L’article évoque les combats pour Chabrehez entre le 3ème Régiment de Chasseurs ardennais et la 7. Panzer-Division. Lire la suite…

10-11 mai 1940, une défaite annoncée (Sutton, 2018)

11 mai 2019 4 commentaires

Sutton 2018 CHARPY Yves 10-11 mai 1940 une defaite annonceeLa défaite militaire française de 1940,  l’effondrement de la première puissance militaire de l’époque, ne cesse d’interroger, même près de quatre-vingts ans plus tard. Pour décrire et comprendre l’enchaînement des faits, Yves CHARPY replonge dans les écrits et les déclarations d’un certain nombre de protagonistes ainsi que dans quelques documents d’archives. Rien de bien nouveau, si ce n’est pas la mise en ordre des différentes pièces du puzzle (au demeurant édifiant…) et le soulignement de quelques faits largement sous-évalués ensuite dans la littérature consacrée au sujet. Joli travail de synthèse !

L’autre avantage du livre est de proposer une analyse parallèle de la démarche alliée (française, luxembourgeoise et belge principalement) et allemande. Une bonne leçon à enseignement tant dans les écoles militaires que de management, de sciences politiques et d’administration… Lire la suite…

Mémorial de la bataille de France, volume 4 (Heimdal, 2018)

19 janvier 2019 1 commentaire

Dernier volume du Mémorial de la bataille de France, ce livre couvre la période du 17 au 25 juin 1940.

La seconde phase des opérations militaires à l’Ouest a commencé le 5 juin 1940 avec le déclenchement de Fall Rot. La fragile Ligne Weygand est percé après de durs combats. Pour l’armée française, plus rien ne peut militairement empêcher une défaite totale.

Ces derniers jours sont particulièrement confus. D’un côté, les bruits d’une armistice se précisent de plus en plus sachant que le nouveau chef du gouvernement Philippe PETAIN exprime publiquement à la radio dès le 17 juin 1940 qu’il faut cesser le combat. Si le constat parait alors logique, l’exprimer ainsi est désastreux pour les armées et les civils. A quoi bon désormais se battre et se sacrifier ? Lire la suite…

Mémorial de la bataille de France, volume 2 (Heimdal, 2017)

19 janvier 2019 3 commentaires

Ce second volume du Mémorial de la bataille de France en quatre volumes parus chez Heimdal entre 2016 et 2018 se concentre sur les journées du 22 mai au 4 juin 1940.

Alors que les Allemands ont atteint la Manche dès le 20 mai 1940 (voir volume 1) coupant en deux le front allié et isolant son principal corps de bataille, Allemands et Français hésitent sur la conduite à tenir. D’un côté, comment exploiter ce succès finalement facile ? De l’autre, comment rétablir la situation ? Les interrogations des deux camps leur font perdre à chacun du temps. Côté Français, la contre-attaque décisive n’aura jamais lieu. Côté allemand, les atermoiement permettent l’évacuation du corps expéditionnaire britannique et d’une partie des troupes françaises – dans l’immédiat, rien d’important, mais à terme, ils ont perdu l’occasion d’amputer la Grande-Bretagne d’une partie non négligeable de ses troupes.

Ce deuxième volume est cependant composé pour plus de la moitié de ses pages d’une analyse très fouillée des causes de la défaite française qui puisent leurs origines au lendemain de la Victoire de 1918. Lire la suite…

1940, la Wehrmacht de Fall Gelb (Economica, 2018)

24 mars 2018 13 commentaires

Ce livre est à l’évidence l’oeuvre d’un passionné et d’un chercheur qui ne se contente pas de reproduire ce que d’autres ont écrit (cf. sa propre présentation de cet ouvrage). Eric DENIS, son auteur, n’a pas hésité à se replonger dans les archives pour ressortir des éléments factuels, ce qui lui vaut le privilège d’une préface d’Alain VERWICHT connu pour ses plongées dans les archives allemandes pour ressortir les faits et les chiffres.

Pour l’armée allemande, mai 1940 est un moment particulier, assez rare dans l’histoire militaire, où plusieurs éléments se combinent favorablement et sont adaptés à l’objectif : stratégie, organisation, moyens matériels et humains, leadership. Comme le souligne l’auteur, cette armée n’est pas seulement rodée avec la guerre d’Espagne et l’invasion de la Pologne, mais aussi par la remilitarisation de la Sarre, l’annexion de l’Autriche, la prise de contrôle de Tchécoslovaquie. En effet, chacun de ces événements, même sans combat, a donné la possibilité de planifier, d’entraîner et de réaliser des manœuvres grandeur nature qui apportent nombre d’enseignements et retours d’expérience.

Comme le titre l’indique, ce n’est pas le récit de la première phase des opérations militaires entamées par le III. Reich à l’Ouest en mai 1940 qui aboutit à la mise hors jeu de la Hollande, de la Belgique et du Luxembourg tout en amputant très significativement le corps de bataille français et en rejetant le corps expéditionnaire britannique à la mer. Ce n’est pas non plus l’analyse des carences alliées. Mais c’est l’analyse des facteurs qui font que la victoire allemande de mai/juin 1940 n’est pas le fruit du hasard ou des seules carences de ses adversaires. Lire la suite…