Bloody Vienna (PeKo Publishing, 2020)

Imprimé à l’italienne, plus de deux cent pages dont une très large majorité illustrée de photos imprimées en pleine page (le format le permet !), ce livre est cependant bien plus qu’un simple album. D’abord, ses photos sont particulièrement originales entre celles montrant des unités soviétiques en action, des matériels allemands réutilisés par les Bulgares (y compris une chenillette Renault UE) ou des clichés d’engins allemands en mouvement dans les rues de Vienne avant la défaite ! Les cimetières de véhicules à la fin des combats sont tout aussi impressionnants. Ensuite, ce sont près de soixante pages de textes qui permettent de découvrir les opérations de mi-mars 1945 à la capitulation allemande à l’ouest de la Hongrie et en Autriche. Jusqu’au bout, l’armée allemande résiste… C’est donc une contribution particulièrement originale et utile que propose ici Kamen NEVENKIN.

Publicités
Lire la suite « Bloody Vienna (PeKo Publishing, 2020) »

Panzer III, German Army Light Tank, Operation Barbarossa, 1941 (Pen & Sword, 2019)

Quelque peu oublié des ouvrages historiques concernant l’arme blindée allemande, victime à la fois de la rencontre avec les T-34 et KV-1 puis des besoins de rationalisation industrielle, le Panzer III représente l’ossature des divisions blindées allemandes en URSS lors des opérations Barbarossa en 1941 et Fall Blau en 1942. Ce livre de Dennis OLIVER dans la série Tank Craft chez Pen & Sword est donc particulièrement bienvenu.

Publicités
Lire la suite « Panzer III, German Army Light Tank, Operation Barbarossa, 1941 (Pen & Sword, 2019) »

La bataille de Sedan « … fors l’honneur » (de Fallois, 2020)

Sedan ou la symbole de l’effondrement français de mai 1940… Depuis le 13 mai 1940, cette alimente bien des ouvrages et des articles. Et surtout des jugements parfois caricaturaux sur les soldats français, la 55ème Division d’Infanterie et son chef Henri LAFONTAINE. De l’autre côté, Sedan est présenté comme l’archétype de la qualité opérationnelle de la Wehrmacht, de ses chefs, de ses matériels, de ses soldats. Est-il encore nécessaire d’y consacrer un livre ? En l’occurrence, la réponse est ici oui…

Lire la suitei

Batailles n°26 (Histoire & Collections, 2008)

Engagés tout au long des combats à l’Ouest en 1940, les chars français et les chars allemands se sont mesurés à plusieurs reprises : dans les Ardennes, à Hannut/Gembloux, à Flavion, à Stonne, Crécy-sur-Serre, etc. Quels sont les meilleurs ? Cette question agite les historiens depuis ce moment. Ainsi, ce numéro du magazine Batailles retravaille ce sujet en y consacrant pas moins de trois articles. Souvent oubliée des récits de la manœuvre Dyle-Breda et des combats en Belgique, la British Expeditionary Force (BEF) est également au sommaire. Ce numéro propose également la retranscription du journal d’un sous-officier français du Hackenberg, illustrant ainsi la vie dans les ouvrages de la Ligne Maginot alors que la bataille de France se joue dans leur dos : passionnant.

Lire la suite « Batailles n°26 (Histoire & Collections, 2008) »

39/45 Magazine n°50 (Heimdal, 1990)

Numéro 50 pour le cinquantième anniversaire de 1940, le sujet s’impose donc… De ces journées tragiques, quatre images surgissent dans l’imaginaire collectif : Panzer, la Meuse, Sedan, de GAULLE… De quoi bâtir un solide sommaire avec en prime le détail des tentatives désespérées franco-britanniques de détruire les ponts par les airs.

Lire la suite « 39/45 Magazine n°50 (Heimdal, 1990) »

1940, la Wehrmacht de Fall Gelb (Economica, 2018)

Pour l’armée allemande, mai 1940 est un moment particulier, assez rare dans l’histoire militaire, où plusieurs éléments se combinent favorablement et sont adaptés à l’objectif : stratégie, organisation, moyens matériels et humains, leadership. Comme le souligne l’auteur, cette armée n’est pas seulement rodée avec la guerre d’Espagne et l’invasion de la Pologne, mais aussi par la remilitarisation de la Sarre, l’annexion de l’Autriche, la prise de contrôle de Tchécoslovaquie. En effet, chacun de ces événements, même sans combat, a donné la possibilité de planifier, d’entraîner et de réaliser des manœuvres grandeur nature qui apportent nombre d’enseignements et retours d’expérience.

Publicités
Lire la suite « 1940, la Wehrmacht de Fall Gelb (Economica, 2018) »

1940 – La Wehrmaht de Fall Gelb (Economica, 2018) présentation par son auteur Eric DENIS

A l’occasion de la parution de son ouvrage 1940 – La Wehrmaht de Fall Gelb aux Editions Economica, son auteur, Eric DENIS, nous partage l’origine de son projet. Il est également fondateur et administrateur du forum atf40 sur l’armée de terre française de 1919 à 1940.

Les origines de ce projet résident dans une volonté personnelle de mieux comprendre ce qu’était concrètement cette Wehrmacht victorieuse de 1940, en s’affranchissant d’une vision franco-française grâce à l’étude des archives allemandes.

Au fur et à mesure de mes recherches, il est devenu évident qu’au delà de la mise en valeur des forces et des faiblesses de la Wehrmacht, certaines des clés de sa réussite étaient parfaitement rodées et efficaces tandis que d’autres étaient bien loin d’être aussi brillantes que l’on a coutume de le dire, ou fort peu mises en valeur voire même quasi-inconnues. Lire la suite « 1940 – La Wehrmaht de Fall Gelb (Economica, 2018) présentation par son auteur Eric DENIS »

2e Guerre Mondiale n°70 (Mars & Clio, 2017)

2GM 070L’article à propos d’un vétéran français de la bataille de Monte Cassino est intéressant à plus d’un titre. Tout d’abord, le récit s’ouvre avec le chemin suivi par Bernard BLIN pour prolonger la lutte et laver l’affront de la défaite de 1940. A l’époque, rejoindre la Grande-Bretagne n’est pas le parcours obligé. Il s’engage dans l’Armée d’Armistice et rejoint l’Afrique du Nord après avoir passé la Ligne de Démarcation. L’opération « Torch » et les combats qui s’en suivent contre les Américains sont un choc et symbolisent bien les faux-semblants de cette période. C’est ensuite la transformation en « Français Libres » et le rééquipement avec du matériel américain. Le récit de la campagne d’Italie et de la Libération de la France de la Provence à Colmar est moins fouillé. Les photos issues de sa collection privée valent le détour même si la qualité peut être assez médiocre. Lire la suite « 2e Guerre Mondiale n°70 (Mars & Clio, 2017) »

Opération « Niwi » (10 mai 1940)

silhouette-fieseler-fi-156-storchL’opération « Niwi » est une opération militaire allemande au cours de la Seconde Guerre mondiale. Elle se déroule le 10 mai 1940 au moment du déclenchement de l’offensive contre la Hollande, la Belgique, le Luxembourg et la France (opération « Fall Gelb »).

Contexte stratégique et opérationnelle :

Envahie d’abord par l’Allemagne puis également par l’URSS, la Pologne est vaincue à l’automne 1939. La France et la Grande-Bretagne déclarent la guerre au III. Reich, mais restent l’arme au pied malgré l’offensive limitée sur la Sarre.

Dès la défaite de la Pologne, le III. Reich redéploie ses forces vers l’Ouest. Tout au long de l’hiver 1939/1940, le front reste calme. C’est la « Drôle de guerre ». Le conflit se déplace sur des fronts périphériques (Atlantique, Danemark, Norvège) tandis que l’URSS vient souffre face à la Finlande.

Tandis que les Français restent en position strictement défensive, les Belges, Luxembourgeois et Hollandais restent neutres malgré les signes montrant que le III. Reich est prêt à violer leur neutralité. De leur côté, les Allemands préparent activement l’offensive et tirent les enseignements de la campagne de Pologne. Deux axes d’offensive font l’objet d’une attention particulière et incluent des opérations qui peuvent être cataloguées comme « spéciales ». Le premier concerne la Hollande avec l’engagement massif d’unités aéroportées pour neutraliser ce pays le plus rapidement possible. Le second concerne les Ardennes belges et luxembourgeoises par lesquelles doivent passer les unités blindées en charge de percer le front français sur la Meuse. Lire la suite « Opération « Niwi » (10 mai 1940) »