Publicités

Archive

Posts Tagged ‘Jacques WIACEK’

Batailles n°85 (Ysec, 2019)

Et revoilà l’une des stars du 6 juin 1944 ! La 21. Panzer-Division est l’honneur de ce numéro de Batailles avec trois articles. Une fois encore ? En effet, la seule division blindée allemande stationnée à proximité des plages à l’Ouest et directement concernée par l’opération Overlord fait l’objet de plus littérature plus qu’abondante (par exemple, cf. Batailles n°2, 42 et 43, 39/45 Magazine n°1, Panzer Voran hors-série n°1)… Il est vrai que ses engins bricolés par la Baukommando Becker sur la base de blindés français exercent une attraction certaine. Son rôle aussi. Le 6 juin 1944, elle menace les parachutistes britanniques posés à l’Est de l’Orne. Face à Caen, elle lance une contre-attaque qui va jusqu’à la côte entre deux plages de débarquement. Faute de repousser les troupes aéroportées et débarquées, elle contribue néanmoins à bloquer le front devant Caen, ce qui pèse ensuite sur la bataille de Normandie jusqu’à ce que les Américains fassent sauter le front allemand avec l’opération Cobra. Lire la suite…

Publicités

GBM n°128 (Histoire & Collections, 2019)

12 avril 2019 1 commentaire

Encore que du bon dans ce numéro de printemps de GBM ! Cela commence par deux articles sur les voitures légères de mitrailleuses de cavalerie de 1906 à 1914 et les tracteurs lourds et l’artillerie entre 1906 et 1918 : une vraie plongée dans la transformation de la cavalerie et les prémices de la motorisation des armées (voir les excellents articles consacrés à ce sujet tant dans GBM que dans Tank Zone puis Tank & Military Vehicles). La suite de l’étude d’Eric DENIS sur les armes individuelles françaises se poursuit avec « l’épineuse question des pistolets mitrailleurs ». Avec un nouveau constat : les organes décisionnels militaires et politiques français ont bien été incapables de mettre en place un système cohérent et efficace entre 1918 et 1939. Sinon comment expliquer les errements sur ce sujet comme sur tant d’autres ? De l’autre côté du Rhin, les mêmes savoirs, les mêmes initiatives peuvent s’exprimer et se réaliser. Une vraie leçon à enseigner dans les écoles de management, de sciences politiques et d’administration. Car elle est toujours d’actualité. Ce n’est pas la seule agitation du péril d’un retour de la peste brune des années 30 qui prépare la France à faire face à son présent et à construire son avenir. En cela, l’étude de 1940 est toujours d’une remarquable pertinence comme le souligne d’ailleurs régulièrement François VAUVILLIER dans ses éditoriaux. Lire la suite…

Batailles & Blindés n°90 (Caraktère, 2019)

28 mars 2019 1 commentaire

France 1941 ? Le dossier principal de ce numéro de Batailles & Blindés propose une originale étude uchronique sur les divisions cuirassées françaises si l’offensive allemande se déroule douze mois après mai 1940. Même si l’exercice est purement virtuel, il permet de comprendre quels développements sont imaginés quand l’Armistice est signée : B1 ter, Renault R40, Somua S40, Somua SAu 40, Lorraine 38L VBCP, AM 40 Panhard 201. De quoi ébranler l’image caricaturale d’une armée française inerte et sans vision. Et rétablir un peu l’honneur des hommes, des ingénieurs et des ouvriers qui l’ont servi. En tout cas, ça change de la Wehrmacht 46, des projets de Panzer et des armes miracles du III. Reich à la fin de la Seconde Guerre mondiale ! Lire la suite…

2e Guerre Mondiale n°82 (Mars & Clio, 2019)

Fidèle à son concept éditorial, ce numéro de 2e Guerre Mondiale continue de revisiter et de mettre en perspective les grands moments du conflit. Le choix des angles décalés par rapport au habituelles études historiques permet de révéler des aspects peu connus ou oubliés.

Ainsi, ce numéro revient sur l’importance de l’infanterie dans l’armée allemande et notamment durant les victoires à l’Ouest en 1940. En effet, la majorité de la ligne de front est tenue par des fantassins, même si la percée est obtenue par les troupes blindées et motorisées. L’auteur, Benoît RONDEAU, précise ainsi que le front en Hollande et au Nord de la Belgique est poussé par les divisions d’infanterie. Les soldats parcourent des dizaines de kilomètres par jour à pied. Ils franchissent de force nombre de coupures humides (Meuse, Somme, Aisne, Seine, Loire). La liste des exemples peut s’allonger de bien d’autres encore. Sans la marche en avant avec succès de l’infanterie en Hollande et en Belgique, Dunkerque n’est pas possible. Sans l’infanterie, la Somme et l’Aisne ne peuvent être franchies lors du démarrage de Fall Rot. Sans infanterie, l’armée allemande ne peut poursuivre la retraite et empêcher le rétablissement des unités françaises. Lire la suite…