Publicités

Archive

Posts Tagged ‘SS’

Germania (Kero, 2015)

3 février 2017 Laisser un commentaire

kero-2015-gilbers-harald-germaniaCe premier roman de l’Allemand Harald GILBERS est une véritable pépite romano-historique. Il nous replonge dans le Berlin de l’été 1944 quand la Seconde Guerre mondiale apparaît déjà comme perdu pour le III. Reich que l’illustre capitale n’est pas encore totalement transformée en un immense champ de ruines par les bombes alliées.

Dans la lignée d’un Philipp KERR, Harald GILBERS installe également son héros dans les habits d’un ancien commissaire de la police criminelle de Berlin dont les aventures font découvrir aux lecteurs un côté moins connu du conflit, la vie et l’ambiance loin des combats mais dont le quotidien est rythmé par le nazisme et la guerre. Lire la suite…

Publicités

39/45 Magazine n°337 (Heimdal, 2016)

28 mai 2016 1 commentaire

39-45 Magazine 337

Dans ce numéro, l’article sur les uniformes, armes et équipement des parachutistes américains qui sautent sur le Cotentin dans la nuit du 5 au 6 juin mérite le détour car il procure une très bonne synthèse synthèse richement illustrée. De la tenue de saut à l’arment individuel et collectif en passant par le parachute, c’est donc un panorama complet du paquetage des sticks qui montent à bord de C-47 et un bon complément aux numéros 39/45 Magazine hors-série Historica n°85 et 39/45 Magazine hors-série Historica n°86. Lire la suite…

Militaria hors-série n°97 (Histoire & Collections, 2016)

31 décembre 2015 Laisser un commentaire

Militaria HS 097Les numéros hors-série du magazine Militaria destinés à composer au fil des ans une encyclopédie de la Seconde Guerre mondiale entament une discrète mue à presque cent numéros publiés.

Sur la forme, la recette est identique : un texte clair, généraliste, accompagné de nombreuses photos issues des archives officielles (certaines sont dans le cas présent très saisissantes) et de planches de profils couleurs (certaines légendes mériteraient d’être plus précises).

Sur le fond, l’angle d’étude n’est plus uniquement une bataille, mais le parcours d’une unité à travers le conflit. En l’occurrence, il s’agit ici de la « Das Reich », de ses débuts comme détachements de protection du parti nazi, à la constitution d’un premier régiment puis d’une division qui terminera la guerre comme unité blindée. L’objectif éditorial n’est pas d’apporter de nouvelles perspectives historiques ou des éléments inédits sur cette unité tristement célèbre pour les crimes de guerre dont elle s’est rendue coupable, que ce soit à l’Est ou à l’Ouest. Il s’agit uniquement de tracer son évolution et son expérience au feu de 1939 à 1945.

La valeur ajoutée de ce numéro réside en fait à proposer un résumé simple, facile à lire, agréable à parcourir sur cette unité. Au final, il en ressort une image contrastée de sa valeur militaire. Ses débuts ont été laborieux, notamment en Pologne. Quand elle est au commet de sa puissance, elle ne connaît que des échecs : Koursk, Normandie, Ardennes, Hongrie. Finalement, l’image d’unité d’élite qui lui reste après le conflit est essentiellement dû aux sacrifices que ses hommes ont consenti poussés par un endoctrinement particulièrement fort en raison de son recrutement politique. Cela a d’ailleurs probablement eu des conséquences directes sur son comportement en-dehors des combats proprement dits. Dommage que les massacres auxquelles la division s’est livrée ne soient que traités qu’au travers de quelques lignes et uniquement à l’évocation des exactions de Tulle et d’Oradour-sur-Glane.

Articles :

  • Yves BUFFETAUT, La Division SS Das Reich, de la création du Régiment SS-Deutschland au plan « Blanc », in Militaria hors-série n°97, Histoire & Collections, 2016, 12 pages, texte, photos N&B [SS-Verfügungs-Division]
  • Yves BUFFETAUT, La Division SS Das Reich, campagnes de France et de Yougoslavie, in Militaria hors-série n°97, Histoire & Collections, 2016, 12 pages, texte, photos N&B, profils couleurs [SS-Verfügungs-Division, SS-Division Das Reich]
  • Yves BUFFETAUT, La Division SS Das Reich, 1941-1942, la Division Reich en Union soviétique, in Militaria hors-série n°97, Histoire & Collections, 2016, 20 pages, texte, photos N&B, profils couleurs, cartes [SS-Division Das Reich]
  • Yves BUFFETAUT, La Division SS Das Reich, la campagne de 1943 en Russie, in Militaria hors-série n°97, Histoire & Collections, 2016, 18 pages, texte, photos N&B, profils couleurs, cartes [SS-Division Das Reich, SS-Panzer-Grenadier-Division Das Reich]
  • Yves BUFFETAUT, La Division SS Das Reich, 1944-45, les années de défaite, in Militaria hors-série n°97, Histoire & Collections, 2016, 16 pages, texte, photos N&B, profils couleurs, cartes [2. SS-Panzer-Division]

Cartes :

  • Opération Barbarossa 1941
  • Prokorovka 1943
  • Roncey 1944

Profils couleurs :

  • Horch 901 « SS 2057 », SS-Verfügungs-Division, France 1940 (Eric SCHWARTZ)
  • Mercedes 170 VK, SS-Verfügungs-Division, France 1940 (Eric SCHWARTZ)
  • Phaenomen Granit 25H-Sanitäts, SS-Verfügungs-Division, France 1940 (Eric SCHWARTZ)
  • SdKfz 263, SS-Verfügungs-Division, URSS 1941 (Eric SCHWARTZ)
  • SdKfz 231, SS-Verfügungs-Division, URSS 1941 (Eric SCHWARTZ)
  • Panzerspähwagen P204(f) « SS-5935 », SS-Verfügungs-Division, URSS 1941 (Eric SCHWARTZ)
  • Panzer IV Ausf. F2 « 822 », SS-Division Das Reich, France 1942 (Eric SCHWARTZ)
  • Panzer III Ausf. L, SS-Division Das Reich, France 1942 (Eric SCHWARTZ)
  • SdKfz 7/1 Flakvierling 38, SS-Division Das Reich, France 1942 (Eric SCHWARTZ)
  • Panzer 747(r) modèle 1941 « 1053 », SS-Panzer-Grenadier-Division Das Reich, URSS 1943 (Eric SCHWARTZ)
  • Panzer 747(r) KN modèle 1943, SS-Panzer-Grenadier-Division Das Reich, URSS 1943 (Eric SCHWARTZ)
  • Zis-5 « 17 », SS-Panzer-Grenadier-Division Das Reich, URSS 1943 (Eric SCHWARTZ)
  • Panzer VI Ausf. H1 « 812 », SS-Panzer-Grenadier-Division Das Reich, Koursk 1943 (Eric SCHWARTZ)
  • SdKfz 10/4 2cm Flak 30, SS-Panzer-Grenadier-Division Das Reich, URSS 1943 (Eric SCHWARTZ)
  • Ford V3000S, SS-Panzer-Grenadier-Division Das Reich, URSS 1943 (Eric SCHWARTZ)
  • Panzerfeldhaubitze 18M Hummel « 119 », 2. SS-Panzer-Division, Normandie 1944 (Eric SCHWARTZ)
  • SdKfz 251/9 Ausf. D, 2. SS-Panzer-Division, Normandie 1944 (Eric SCHWARTZ)
  • SdKfz 234/2, 2. SS-Panzer-Division, Normandie 1944 (Eric SCHWARTZ)
  • Panzer IV Ausf. H « 631 », 2. SS-Panzer-Division, Hongrie 1945 (Eric SCHWARTZ)
  • Jagdpanzer 38(t), 2. SS-Panzer-Division, Bohême-Moravie 1945 (Eric SCHWARTZ)
  • SdKfz 251/1 Ausf. D, 2. SS-Panzer-Division, Bohême-Moravie 1945 (Eric SCHWARTZ)
  • Panzer III Ausf. J « B11 », SS-Panzer-Grenadier-Division Das Reich, Kharkiv 1944 (Eric SCHWARTZ)
  • Panzer III Ausf. M « 513 », SS-Panzer-Grenadier-Division Das Reich, Kharkiv 1944 (Eric SCHWARTZ)
  • Sturmgeschütz III « Bismarck », SS-Panzer-Grenadier-Division Das Reich, Kharkiv 1944 (Eric SCHWARTZ)

 

 

Luchno, septembre 1941 : l’Armée Rouge use la « Totenkopf » (Ligne de Front n°53, Editions Caraktère, janvier/février 2015)

20 janvier 2015 Laisser un commentaire

revue_ldf_053

Les progrès de la recherche historique avec l’analyse approfondie des archives allemandes et l’ouverture partielle de celles de l’ex-URSS permettent de renouveler la vision des premiers mois du conflit germano-soviétique. Loin de la vision idéalisée des témoignages allemands ou des récits de Paul CARELL, l’opération « Barbarossa » se trouve assez vite perturbée malgré des succès pour le moins immenses mais non décisifs. Les unités s’usent, les hommes et les matériels subissent une attrition permanente. Aux bonds succèdent des périodes d’affrontements terribles et réciproquement. Le problème est que chaque avance est de plus en plus difficile, coûteuse et réduite.

Grâce aux récentes études de David GLANTZ, la bataille de Smolensk apparait sous un jour nouveau et comme un tournant majeur du conflit. Ce n’est pas le seul, même si d’autres points d’arrêt n’ont pas un impact stratégique aussi important.

C’est le cas par exemple des combats pour Luchno fin septembre 1941. La SS-Division « Totenkopf » s’use, même si elle s’accroche au terrain  face aux attaques soviétiques. Ces dernières manquent de coordination, d’efficacité et se soldent par des pertes effroyables. Mais le réservoir humain qu’est alors l’URSS permet de renouveler en permanence les unités. En face, les unités de l’Axe souffrent et même si elles tiennent encore leurs adversaires en respect, leurs capacités offensives sont durement émoussées sans véritablement de perspective d’amélioration.

L’article que Didier LAUGIER consacre à cette bataille dans Ligne de Front n°53 (janvier/février 2015) des Editions Caraktère offre une plongée tactique dans le quotidien de la « Totenkopf » du 19 au 25 septembre 1941. La vision reste malheureusement exclusivement germano-centrée, mais n’apporte pas moins un éclairage sur la vision de ces journées au niveau divisionnaire.


www.3945km.comDes origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

 

 

Historica n°122 / 39/45 Magazine Hors-Série n°80 (Editions Heimdal, octobre / novembre / décembre 2014)

20 novembre 2014 1 commentaire

revue_historica_122Sous le titre « Sepp Dietrich et sa Leibstandarte », ce numéro d’Historica comprend le premier volet d’une étude consacrée à la garde prétorienne du III. Reich et à son chef emblématique.

Les pages regorgent de photos d’époque, mais peu de textes sont présents. La biographie de Josef DIETRICH est succincte. Après un bref résumé de son parcours de la Première Guerre mondiale à la fin de l’Entre-Deux-Guerres, ce numéro présente les principales étapes de la création et du développement de la Leibstandarte ainsi qu’un aperçu éclair de ses trois premières campagnes militaires : Pologne (septembre 1939), Ouest (mai / juin 1940), Balkans (avril 1941). Les crimes de guerre ne sont pas oubliés mais les ratés des premiers engagements sont plutôt minorés.

Quelques témoignages sont censés éclairer la personnalité du « chef », mais l’analyse reste superficielle et finalement sans grand intérêt.

Paradoxalement, la notice publiée par Charles TRANG dans le premier volume du Dictionnaire de la Waffen-SS est presque plus étoffée et parfois plus aisée à comprendre…

L’atout unique de ce numéro réside dans sa succession de photos et de ses quelques reproductions de documents d’époque. Des reproductions couleurs d’uniformes, voire quelques dessins type « Osprey » auraient utilement bonifié ce numéro…

=> Sommaire détaillé…

Collections : 1ère Guerre mondiale2ème Guerre mondialeAprès 1945

www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !


http://www.3945km.com propose en toute indépendance de recenser des publications couvrant un siècle d’histoire militaire, du début du XXème siècle aux conflits contemporains en mettant en avant notamment les travaux en langue française. Bien entendu, il n’y a pas de prétention à être exhaustif, mais simplement de proposer des pistes bibliographiques à ceux qui portent un intérêt sur un sujet particulier.

La Seconde Guerre mondiale est un tournant majeur dans l’histoire du monde, que ce soit en Europe ou en Asie. La dimension intercontinentale est essentiellement vraie pour les Etats-Unis qui se battent en Europe pour y prendre physiquement et culturellement pied ainsi qu’en Asie et dans le Pacifique. Les conflits qui vont germer après 1945 sont issus des conséquences du conflit. Durablement, les armées sont marquées par l’évolution des technologies, des doctrines et des mentalités de la guerre. L’apparition de l’atome, tout comme la décolonisation et l’apparition du terrorisme sont les héritiers de la guerre. De même, la Seconde Guerre mondiale n’a pas été spontanée. Elle résulte, que ce soit en Europe, dans le Pacifique et en Asie d’influences issues du début du XXème siècle. La conjonction d’intérêts idéologiques et politiques, le calendrier propre des protagonistes, le développement des moyens de transport et de communication vont donner l’impression d’une certaine unité de temps à défaut de lieu.

Historica est un magazine des Editions Heimdal qui décline son mensuel 39/45 Magazine sous forme de hors-série thématiques qui sont également publiés en version reliée.

Joachim Peiper, « l’adjudant du diable » (2e Guerre Mondiale n°56, octobre / novembre 2014)

11 octobre 2014 1 commentaire

revue_2gm_056Comme tout grand évènement, une guerre repose sur l’engagement et la souffrance d’une multitude d’anonymes, mais aussi de quelques icônes qui marquent l’esprit collectif des contemporains et de l’Histoire.

Dans son numéro 56, la revue 2e Guerre Mondiale propose un portrait de Joachim PEIPER dont le nom est associé tant à des victoires qu’à des défaites du III. Reich, à l’idéologie de son régime par son appartenance à la Waffen-SS et les massacres commis sous son autorité, ainsi qu’à son assassinat dans l’incendie de sa maison.

Victorieux à Kharkov au printemps 1943 quand le SS-Panzer-Korps participe au rétablissement du front allemand après la défaite de Stalingrad et le repli du Caucase, défait à Koursk, en Normandie et dans les Ardennes.

Comme souvent, Joachim PEIPER a dépassé son niveau de compétence quand il s’extrait de son statut de chef de bataillon où son charisme, son entrain, son exemple mais aussi sa brutalité sont pour beaucoup dans les résultats de son unité. Il ne se fond pas dans ses habits de chef de corps. Probablement dépassé par le niveau de compétences nécessaires, nerveusement épuisé, physiquement fragilisé, il est en « burn-out » en Normandie à l’été 1944. Il n’est pas en possession de toutes ses capacités physiques, nerveuses et intellectuelles en décembre 1944 où il compense son manque de résultat par une brutalité encore plus excessive.

Le cas de Joachim PEIPER est donc un vrai exemple de l’impact d’un leader, tant d’un point de vue positif que négatif.

L’article de Stéphane MANTOUX est une invitation à analyser les combats par l’impact de quelques chefs. Sans parler de l’importance de la gestion des cadres, même en temps de guerre et dans les moments les plus difficiles… Bref, un sujet encore largement inédit et à explorer par les historiens !

=> Sommaire détaillé

livre_schiffer_westemeier_jens_joachim_peiper livre_pen_and_sword_reynolds_michael_devils_adjdant_peiper livre_heimdal_trang_charles_leibstandarte_tome_1 livre_heimdal_trang_charles_dictionnaire_waffen_ss_tome_1 livre_hc_naud_philippe_kharkov_1943

Collections : 1ère Guerre mondiale2ème Guerre mondialeAprès 1945

www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !


http://www.3945km.com propose en toute indépendance de recenser des publications couvrant un siècle d’histoire militaire, du début du XXème siècle aux conflits contemporains en mettant en avant notamment les travaux en langue française. Bien entendu, il n’y a pas de prétention à être exhaustif, mais simplement de proposer des pistes bibliographiques à ceux qui portent un intérêt sur un sujet particulier.

La Seconde Guerre mondiale est un tournant majeur dans l’histoire du monde, que ce soit en Europe ou en Asie. La dimension intercontinentale est essentiellement vraie pour les Etats-Unis qui se battent en Europe pour y prendre physiquement et culturellement pied ainsi qu’en Asie et dans le Pacifique. Les conflits qui vont germer après 1945 sont issus des conséquences du conflit. Durablement, les armées sont marquées par l’évolution des technologies, des doctrines et des mentalités de la guerre. L’apparition de l’atome, tout comme la décolonisation et l’apparition du terrorisme sont les héritiers de la guerre. De même, la Seconde Guerre mondiale n’a pas été spontanée. Elle résulte, que ce soit en Europe, dans le Pacifique et en Asie d’influences issues du début du XXème siècle. La conjonction d’intérêts idéologiques et politiques, le calendrier propre des protagonistes, le développement des moyens de transport et de communication vont donner l’impression d’une certaine unité de temps à défaut de lieu.

2e Guerre Mondiale est un magazine bimensuel édité en français initialement par les Editions Astrolabe et repris par Mars & Clio Editions depuis 2014. Les textes sont accompagnés d’une large iconographie et de profils couleurs  en format A4. Régulièrement les articles opposent la vision alliée et de l’Axe sur un même sujet. L’intérêt de cette revue est également ses dossiers qui ne se contentent pas de narrer des événements militaires, politiques ou économiques, mais entraînent le lecteur dans une vision plus globale et systémique.

2e Guerre Mondiale hors-série n°35 (Mars & Clio Editions, juillet / août / septembre 2014)

20 juillet 2014 1 commentaire

revue_2gm_hs035**** Excellent / *** Très bien / ** Bien / * Moyen / x A éviter

A l’occasion du 70ème anniversaire du Débarquement et de la bataille de Normandie, le magazine 2e Guerre Mondiale des Editions Mars & Clio propose un numéro hors-série consacré aux chances de succès des Allemands de rejeter les Alliés. Ecrit par Benoît RONDEAU, auteur d’un livre sur le débarquement vécu par les Allemands paru en 2014 (voir son interview), ce numéro est divisé en cinq articles.

Le premier analyse ce qui se passe le 6 et 7 juin 1944 du côté des forces allemandes où finalement tout va travers. Les plans prévus sont inapplicables, les rares renforts disponibles à proximité immédiate des plages du débarquement sont gaspillés, le commandement complètement désorganisé et est incapable de percevoir correctement les faits tant au niveau local que dans leur globalité.

Une fois les Alliés à terre, le poids de toute contre-attaque repose sur les Panzer-Divisionen. C’est le sujet du deuxième article qui montre que les deux stratégies qui se sont affrontées avant le 6 juin au sein du haut commandement allemand (dispersion des unités blindées à proximité des plages pour contre-attaquer immédiatement ou mise en action ultérieurement d’une masse de manœuvre coordonnée et puissante) sont toutes deux des échecs tant la supériorité alliée est imposante. Jamais l’armée allemande n’est capable de sortir de la toile d’araignée dans laquelle elle est progressivement enfermée et asphyxiée.

Si la Wehrmacht est incapable de se mobiliser et reprendre l’ascendant sur le front normand, c’est en raison notamment de la faiblesse des renforts et des délais excessifs de mise à disposition. Le troisième article insiste ainsi sur l’impact de l’aviation alliée, souvent minimisée dans les études modernes, mais qui fut réel dans l’encombrement des axes routiers, la paralysie du trafic ferroviaire, l’isolement de la zone des opérations et la raréfaction du ravitaillement tant en essence, en nourriture qu’en munitions.

Dans son quatrième article, l’auteur analyse plus classiquement la complexité de la chaîne de commandement allemand à l’Ouest et en Normandie ainsi que les tiraillements d’autant plus que le succès du Débarquement allié devient rapidement évident et que les conséquences sur la suite du conflit sont évidentes.

Le cinquième article est peut-être le plus original car il analyse les carences de l’artillerie allemandes en Normandie. Rarement étudiée, aux dépends des blindés et de l’infanterie, cette arme est pourtant essentielle dans l’appui offensif et défensif des troupes au contact. Elle souffre à ce stade de la guerre de graves carences. Très peu mobile, elle fait appel à la traction hippomobile, les pièces d’artillerie ont beaucoup de mal à se déplacer aux points critiques et à s’esquiver pour éviter les tirs de contre-batterie, dont ceux des navires alliés au large, ou une attaque aérienne. La diversité des pièces engagées issues pour une grande part des prises de guerre aurait déjà rendu la chaîne logistique particulièrement compliquée dans des conditions favorables. En Normandie, c’est rédhibitoire.

Malgré des succès tactiques finalement assez relatifs, les hésitations alliées, la Wehrmacht est dans l’incapacité de résister au rouleau compresseur allié et encore moins de rejeter les « envahisseurs » à la mer.

=> Sommaire détaillé


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !