La bataille de France 10 mai – 25 juin 1940 (Editions du milieu du monde, 1941)

Ecrit à chaud quelques mois seulement après les événements de mai et juin 1940 à l’Ouest et juste avant le déclenchement de l’opération Barbarossa, ce livre est un témoignage capital sur la façon dont est perçue sur le moment la défaite de la France. Il est écrit à partir des sources ouvertes de l’époque et est imprimé en Suisse, c’est à dire en territoire neutre avec d’avantage de liberté que les livres publiés à Paris en territoire occupé. De quoi démêler les premiers fils d’une historiographie pour le moins malmenée de cet épisode.

Lire la suite « La bataille de France 10 mai – 25 juin 1940 (Editions du milieu du monde, 1941) »

Histoire de Guerre n°46 (Histopresse, 2004)

Dernière née des Divisions Légères Mécaniques, la 7ème DLM est une grande oubliée de l’Histoire alors qu’elle s’est totalement engagée dans les combats de juin 1940. C’est donc un article historique au double sens du terme que propose ce numéro d’Histoire de Guerre. Il montre que l’armée française ne cesse de se battre malgré l’extrême précarité de sa situation dès lors que Fall Gelb détruit une bonne partie de son ordre de bataille et que Fall Rot finit par percer sa dernière position défensive continue, la Ligne Weygand. Contre-attaquant tout d’abord entre Reims et Rethel en arrière de l’Aisne, la 7ème Division Légère Mécanique (DLM) couvre le repli des autres unités françaises sur la Marne, puis la Seine et la Loire. Les pertes témoignent du courage de ses hommes.

Lire la suite « Histoire de Guerre n°46 (Histopresse, 2004) »

39/45 Magazine n°172 (Heimdal, 2000)

Construit autour de quatre articles principaux, ce numéro de 39/45 Magazine signale tout d’abord la qualité (c’est rare) du film U-571 malgré les quelques libertés prises avec l’Histoire. Le scénario s’inspire de la capture ou tentative de saisie de plusieurs sous-marins allemands au cours de la Seconde Guerre mondiale (U-110, U-505, U-509, U-559, U-570). Le magazine en profite pour apporter un très bon résumé de l’engagement des sous-marins allemands durant la bataille de l’Atlantique.

Lire la suite « 39/45 Magazine n°172 (Heimdal, 2000) »

Militaria hors-série n°98 (Histoire & Collections, 2016)

Petit à petit, l’historiographie de la Seconde Guerre mondiale et plus particulièrement celle concernant les événements de mai et juin 1940 à l’Ouest révèlent une image bien différente de l’armée française. Non seulement, elle se bat, se sacrifie, mais elle réagit aussi. Que ce soit à Flavion, à Stonne, dans l’Avesnois, à Montcornet, à Abbeville et dans bien d’autres lieux, elle tente d’inverser le cours des choses. Bien sûr, le succès n’est pas au rendez-vous, mais l’ardeur au combat est bien là quoiqu’on en dise. Idem pour sa capacité à réorganiser et rafraîchir des unités. Les Divisions Cuirassées et les Divisions Légères Mécaniques sont complétées, reconstituées. La capacité de l’armée allemande à reconstituer des unités détruites ou à en lever d’autres sur les derniers mois de la Seconde Guerre mondiale n’est pas unique. L’armée française réalise le même exploit fin mai et début juin 1940.

Lire la suite « Militaria hors-série n°98 (Histoire & Collections, 2016) »

2e Guerre Mondiale n°42 (Astrolabe, 2011)

Vaste question que celle-ci : la France pouvait-elle gagner en 1940 ? En effet, contrairement aux idées reçues, les soldats français se sont battus, bien battus même. Les matériels n’ont pas à rougir devant ceux de l’adversaire. Rien n’est toujours parfait, mais en face aussi il y a des faiblesses. La manœuvre Dyle-Breda se justifie, mais l’armée française pensée, conçue et entraînée pour la défensive ne prend-elle pas un trop risque à s’exposer ainsi ? Le sens du sacrifice est évident mais trop d’attaques ou de contre-attaques échouent ou ne sont pas décisives. L’incapacité à réduire les têtes de pont allemandes sur la Somme fragilise la Ligne Weygand alros que les effectifs sont déjà tendus. A son habitude, Dominique LORMIER défend avec acharnement l’armée française et croit en la poursuite des combats en Afrique du Nord. Faut-il encore être en capacité de l’organiser. Chacun se fera son idée. Ce qui est clair, c’est que la possibilité de renverser sérieusement le cours des événements se situe au cours des dix premiers jours qui suivent le déclenchement de Fall Gelb une fois passées les opportunités des toutes premières heures…

Lire la suite « 2e Guerre Mondiale n°42 (Astrolabe, 2011) »

2e Guerre Mondiale Thématique n°20 (Astrolabe, 2010)

Rédigé à l’occasion du soixante-dixième anniversaire de 1940, ce numéro thématique du magazine propose une introspection de l’armée française de 1919 à 1940. Articulé en trois parties (de 1919 à 1935, de 1935 à 1940, la bataille de Belgique et de France), il souligne la complexité d’un jugement définitif et le manque d’analyse d’un nombre conséquent d’archives encore non exploitées. Dans les trois dimensions (terre-air-mer) la question est tout autant de volonté politique, de moyens financiers, de capacités industrielles et de doctrine. Mais aussi d’effectifs alors que l’impact des classes creuses issues de la Première Guerre mondiale se fait sentir. Un très grand numéro.

Lire la suite « 2e Guerre Mondiale Thématique n°20 (Astrolabe, 2010) »

GBM n°126 (Histoire & Collections, 2018)

Dans la continuité de se ligne éditoriale, le sommaire proposé par ce numéro de GBM explore encore une fois des recoins insoupçonnés de l’histoire militaire française des quarante premières années du XXème siècle.

Si la paternité de l’arme blindée allemande fait aujourd’hui débat (cf. Batailles & Blindés n°87), le recul historique est également profitable côté Français. Dans une interview donnée à l’occasion de la parution de son dernier ouvrage, François de LANNOY présente le général Pierre HERING, chantre méconnu de l’interarmes ou des groupements tactiques. Gouverneur Militaire de Paris en 1940, il prend en charge l’Armée de Paris (cf. Batailles n°82) qu’il réussit à replier jusqu’en Dordogne. A découvrir.

L’Entre-Deux-Guerres 1870/1914 est une période riche en termes d’évolutions et pourtant bien mal connue que GBM défriche numéro après numéro comme en témoignent deux articles sur cette période : l’évolution du franchissement de la cavalerie et l’exportation de canons français au Mexique qui pourrait donner lieu à un véritable roman… Lire la suite « GBM n°126 (Histoire & Collections, 2018) »

Le corridor et le carrousel des Panzers (Heimdal, 2009-2014)

Dans les années 2010, à l’occasion du 70ème anniversaire des opérations de mai/juin 1940 qui voient le III. Reich triompher en seulement quelques semaines de la Hollande, de la Belgique, du Luxembourg et de la France, les Editions Heimdal entreprennent de renouveler l’approche bibliographique de cette période.

En s’appuyant sur le concept des albums historiques, gros pavés de plus 500 pages illustrés de centaines de clichés, Jean-Yves MARY, assisté de Pascal KERGER, entreprend la publication de quatre volumes illustrant la percée de mai 1940 qui conduit les Panzer des Ardennes à la Manche et de la seconde partie de l’invasion de la France quand après avoir rompu les défenses établies sur la Somme et l’Aisne, les pointes blindées allemandes se répandent sur tout le territoire.

Un guide du champ de bataille complète le tout. Lire la suite « Le corridor et le carrousel des Panzers (Heimdal, 2009-2014) »

39/45 Magazine n°346 (Heimdal, 2017)

3945 Magazine 346Le numéro 346 de 39/45 Magazine des Editions Heimdal démontre une nouvelle fois qu’il reste encore beaucoup à apprendre sur la Seconde Guerre mondiale. De façon caricaturale, les combats face au III. Reich sont vus comme essentiellement terrestres, ceux face au Japon comme principalement navals. C’est oublié que dans le premier cas la dimension maritime revêt une dimension essentiellement stratégique tandis que dans le second les combats terrestres que ce soit en Chine ou dans les îles sont tout aussi importants que les opérations aéronavales.

Trois articles viennent ainsi rappeler la dimension maritime du conflit. Lire la suite « 39/45 Magazine n°346 (Heimdal, 2017) »

Ligne de Front n°61 (Caraktère, 2016)

Ligne de Front 061

Premier article, première surprise… Décidément, la défaite de 1940 n’a pas fini de se dévoiler sous de nouveaux jours. En témoigne ce très bon article sur le général WEYGAND quand il est rappelé pour prendre en main le destin de l’armée française quand la première partie de l’offensive allemande à l’Ouest est déjà consommée. Il dévoile le rôle majeur joué par le nouveau commandant en chef au cours des semaines qui précèdent et suivent l’Armistice. Lire la suite « Ligne de Front n°61 (Caraktère, 2016) »