Publicités

Koursk 1943

travaux

 La bataille de Koursk est un offensive de l’armée allemande (opération Zitadelle) en juillet 1943 contre l’Armée Rouge qui est retranchée dans un saillant en URSS au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Contexte :

L’encerclement puis la destruction de la 6. Armee à Stalingrad au cours de l’hiver 1942/1943 représente la première grande défaite de la Seconde Guerre mondiale pour le III. Reich. L’effondrement est tel que le Heeresgruppe Süd est lui aussi menacé de destruction avant que la contre-offensive de Kharkiv ne rétablisse in extremis la situation en février/mars 1943.

Au printemps 1943, le Front de l’Est offre l’image de trois saillants successifs : Orel tenu par les Allemands, Koursk tenu par les Soviétiques et Kharkiv tenu par les Allemands. Chacun des belligérants a logiquement le regard attiré par chacun d’eux pour repasser à l’offensive.

Les Allemands, incapables de se lancer dans une offensive majeure sur un vaste espace comme ils l’avaient fait en 1941 (opération Barbarossa) et en 1942 (opération Fall Blau) sont réduits à se contenter de faire le maximum de dégâts à l’Armée Rouge tout en voulant raccourcir la ligne de front pour se créer des réserves et ainsi se sonner les moyens de répliquer aux prochaines offensives soviétiques attendues.

L’Armée Rouge, parfaitement bien renseignée, ayant anticipé correctement le prochain angle d’attaque allemand et STALINE ayant été convaincu de patienter pour se lancer à l’attaque, a transformé le saillant de Koursk en un véritable retranché.

Plusieurs fois reportée, dans l’attente de nouveaux matériels conçus pour dominer le champ de bataille, est finalement lancée sans pour autant générer de multiples hésitations et angoisses.

Unités engagées :

  • Armée allemande :
    • Unités terrestres :
      • Heeresgruppe Mitte (Günther von KLUGE)
        • 9. Armee (Walter MODEL)
          • XX. Armee-Korps (Rudolf Freiherr von ROMAN)
            • 45. Infanterie-Division (Hans Freiherr von FALKENSTEIN)
            • 72. Infanterie-Division (Philipp MÜLLER-GEBHARD)
            • 137. Infanterie-Division (Hans KAMECKE)
            • 251. Infanterie-Division (Maximilian FELZMANN)
          • XLVI. Panzer-Korps (Hans ZORN)
            • 7. Infanterie-Division (Fritz-Georg von RAPPARD)
            • 31. Infanterie-Division (Friedrich HOßBACH)
            • 102. Infanterie-Division (Otto HITZFELD)
            • 258. Infanterie-Division (Hanskurt HÖCKER)
            • Sturmgeschütz-Abteilung 909
          • XLVII. Panzer-Korps (Joachim LEMELSEN)
            • 2. Panzer-Division
            • 9. Panzer-Division
            • 20. Panzer-Division
            • 6. Infanterie-Division (Horst GROßMANN)
            • Panzer-Brigade 21 (schwere Panzer-Abteilung 505, Sturmgeschütz-Abteilung 246, Sturmgeschütz-Abteilung 904, Panzer-Kompanie 312 (Fkl))
          • XLI. Panzer-Korps (Josef HARPE)
            • 18. Panzer-Division
            • 86. Infanterie-Division (Helmuth WEIDLING)
            • 292. Infanterie-Division (Wolfgang von KLUGE)
            • schwere Panzerjäger-Regiment 656 (schwere Panzerjäger-Abteilung 653, schwere Panzerjäger-Abteilung 654, Sturmpanzer-Abteilung 216, Panzer-Kompanie 313 (Fkl), Panzer-Kompanie 314 (Fkl))
            • Sturmgeschütz-Abteilung 177
            • Sturmgeschütz-Abteilung 244
          • XXIII. Armee-Korps (Johannes FRIEßNER)
            • 78. Sturm-Division (Hans TRAUT)
            • 216. Infanterie-Division (Friedrich-August SCHACK)
            • 383. Infanterie-Division (Edmund HOFFMEISTER)
            • Sturmgeschütz-Abteilung 185
            • Sturmgeschütz-Abteilung 189
        • 2. Armee
      • Heeresgruppe Süd (Erich von MANSTEIN)
        • 4. Panzer-Armee (Hermann HOTH)
          • LII. Armee-Korps (Eugen OTT)
            • Unités organiques :
            • Unités de soutien : Arko 137, leichte Artillerie-Abteilung (RSO) I/108, schwere Artillerie-Abteilung 731 (3. Batterie), schweres Werfer-Regiment 1 (mot.), Pionier-Regimentsstab z.b.V. 677, Pionier-Bataillon 74, Brückenkolonne B 23, Brückenkolonne B 24, Bau-Bataillon 217, Radfahr-Sicherungs-Bataillon 226
            • 57. Infanterie-Division (Otto FRETTER-PICO)
            • 256. Infanterie-Division (Walter POPPE)
            • 332. Infanterie-Division (Adolf TROWITZ)
          • XLVIII Panzer-Korps (Otto von KNOBELSDORFF)
            • Unités organiques : Korps-Nachrichten-Abteilung 448, Korps-Nachschubtruppen 448, Feldgendarmerie-Trupp 448
            • Unités de soutien : Arko 132, Arko 144, Artillerie-Regiments-Stab z.b.V. 70, III./Artillerie-Regiment 109, schwere Artillerie-Abteilung 842, leichte Beobachtungs-Abteilung 19, Pionier-Regiments-Stab z.b.V. 515, Pionier-Bataillon 48, Pionier-Lehr-Bataillon 1Brücken-Kolonnen-Staffelstab 938,  Brückenkolonne B 22, Brückenkolonne B 609, Brückenkolonne B 639, Brückenkolonne B 649, Brückenkolonne B 676, Brückenkolonne J 841, Brücken-Bau-Bataillon 37, leichte Radfahr-Straßenbau-Bataillon 507, Bau-Bataillon 81, Heeres-Fla-Bataillon 616
            • 3. Panzer-Division (Franz WESTHOVEN)
            • 11. Panzer-Division (Johann MICKL)
            • Panzer-Grenadier-Division Großdeutschland (Walter HÖRNLEIN)
            • 167. Infanterie-Division (Wolf TRIERENBERG)
            • Panzer-Brigade 10 (Karl DECKER) avec les Panzer-Abteilung 51 et Panzer-Abteilung 52 équipées des tous nouveaux Panzer V Panther
            • Sturmgeschütz-Abteilung 911 (Erich HOFFMANN)
          • II. SS-Panzer-Korps (Paul HAUSSER)
            • Unités organiques : SS-Nachrichten-Abteilung 102, SS-Sanitäts-Abteilung 102, SS-Nachschubtruppen 10
            • Unités de soutien : Arko 122, leichte Artillerie-Abteilung 861, Artillerie-Abteilung III./818, Werfer-Brigade 3, Werfer-Lehr-Regiment 1, Pionier-Regimentsstab z.b.V. 680, Pionier-Bataillon 627 (mot.), Pionier-Bataillon 666, Brückenkolonne B 11, Brückenkolonne B 12, Brückenkolonne B 31, Brückenkolonne J 840, Kommandeur der Bautruppen 8, Brücken-Bau-Bataillon 26, leichtes Radfahr-Straßenbau-Bataillon 508, Bau-Bataillon 410
            • SS-Panzer-Grenadier-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler (Theodor WISCH)
            • SS-Panzer-Grenadier-Division Das Reich (Walter KRÜGER)
            • SS-Panzer-Grenadier-Division Totenkopf (Hermann PRIESS)
        • Armee-Abteilung KEMPF (Werner KEMPF)
          • III. Panzer-Korps (Hermann BREITH)
            • Unités organiques : Korps-Nachrichten-Abteilung 43, Korps-Nachschubtruppen 403
            • Unités de soutien : Arko 3, Artillerie-Regiments-Stab z.b.V. 612, Werfer-Regiment 3, II./Artillerie-Regiment 62, II./Artillerie-Regiment 71, Pionier-Regimentsstab z.b.V. 601, Pionier-Regimentsstab z.b.V. 674, Pionier-Bataillon 70, Pionier-Bataillon 127, Pionier-Bataillon 651, Pionier-Brücken-Bataillon 531, Brückenkolonne B 9, Brückenkolonne B 110, Brückenkolonne B 411, Brückenkolonne B 505, Brückenkolonne B 602, Flak-Regiment 99, Flak-Regiment 153
            • 6 Panzer-Division (Walther von HÜNERSDORFF)
            • 7. Panzer-Division (Hans Freiherr von FUNCK)
            • 19. Panzer-Division (Gustav SCHMIDT)
            • 168. Infanterie-Division (Walter CHALES de BEAULIEU)
            • schwere Panzer-Abteilung 503 (Clemens Graf von KAGENECK)
            • Sturmgeschütz-Abteilung 228
          • XI. Armee-Korps (Erhard RAUS)
            • Unités organiques : Korps-Nachrichten-Abteilung 51, Korps-Nachschubtruppen 411
            • Unités de soutien : Arko 153, leichte Artillerie-Abteilung II./54, I./Artillerie-Regiment 77,  II./schweres Werfer-Regiment 1, leichte Beobachtungs-Abteilung 31, Pionier-Regimentsstab 18, Pionier-Bataillon 52, Brückenkolonne B 7, Brückenkolonne B 8, Brückenkolonne B 20, Brückenkolonne B 60, Brückenkolonne B 102, Brückenkolonne B 297, Brückenkolonne B 407, Brückenkolonne B 410, Brückenkolonne B 610, Brückenkolonne B 666, Brücken-Bau-Bataillon 41
            • 106. Infanterie-Division (Werner FORST)
            • 320. Infanterie-Division (Kurt RÖPKE)
            • Sturmgeschütz-Abteilung 905
            • Sturmgeschütz-Batterie 393
          • XLII. Armee-Korps (Franz MATTENKLOTT)
            • Unités organiques :
            • Unités de soutien : Arko 107, Flak-Regiment 77, schwere Artillerie-Abteilung 800, leichte Beobachtungs-Abteilung 13, Bau-Bataillon 26, Bau-Bataillon 219, Bau-Bataillon (K) 112, Bau-Bataillon (K) 153
            • 39. Infanterie-Division (Maximilian HÜNTEN)
            • 161. Infanterie-Division (Karl Albrecht von GRODDECK)
            • 282. Infanterie-Division (Wilhelm KOHLER)
            • schwere Panzerjäger-Abteilung 560
  • Armée soviétique :
    • Unités terrestres :
      • Front de Briansk (Markian POPOV)
        • 3ème Armée (Alexandre GORBATOV)
          • 41ème Corps de Fusiliers (Viktor URBANOVICH)
            • 235ème Division de Fusiliers (ROMASHIN)
            • 308ème Division de Fusiliers (GURT’EV)
            • 380ème Division de Fusiliers (KUSTOV)
          • 269ème Division de Fusiliers (MERZHAKOV)
          • 283ème Division de Fusiliers (Vassili KONOVALOV)
          • 342ème Division de Fusiliers (CHERVONY)
          • 82ème Régiment indépendant de Chars
          • 114ème Régiment indépendant de Chars
          • 1538ème Régiment d’artillerie automotrice
          • 10ème Bataillon indépendant de Train blindé
          • 55ème Bataillon indépendant de Train blindé
          • 20ème Division d’Artillerie de pénétration
          • 420ème Régiment d’Artillerie
          • 584ème Régiment d’Artillerie antichars
          • 475ème Régiment de Mortiers
          • 24ème Division d’Artillerie antiaérienne
          • 1284ème Régiment d’Artllerie antiaérienne
          • 348ème Bataillon indépendant du Génie
        • 61ème Armée (Pavel BELOV)
        • 63ème Armée (Vladimir KOLPAKCHI)
      • Front de Voronej (Nikolaï VATOUTINE)
        • Unités de soutien : 31ème Brigade antichar, 36ème Brigade d’artillerie, 9ème Division antiaérienne, 12ème Brigade de mortiers

Chronologie :

 

Dénouement, répercussions et conséquences :

Dix jours après son lancement, l’échec de l’opération Zitadelle est patent. Au Nord, l’offensive est rapidement stoppée tandis qu’au Sud elle meurt face aux hordes de chars soviétiques lancés contre elle et faut de pouvoir concentrer correctement ses différents axes d’attaque. Si les pertes allemandes sont loin d’être catastrophiques, celles infligées à l’Armée Rouge sont imposantes mais insuffisantes pour percer mais aussi pour retarder la reprise de l’offensive par les Soviétiques. Ceux-ci n’attendent d’ailleurs pas la fin de l’offensive allemande pour se lancer eux-mêmes à l’assaut du saillant d’Orel. Puis à l’assaut de celui de Kharkiv moins d’un mois plus tard. Dans le même temps, les Alliées débarquent en Sicile. Bref, la situation stratégique a définitivement tournée et le III. Reich ne peut désormais plus faire face aux menaces qui se bousculent, que ce soit à l’Est, au Sud, dans les airs et bientôt à l’Ouest.

Les nouveaux chars mis en ligne par les Allemands montrent tout leur potentiel mais ne suffisent pas à emporter la décision quand ils ne sont pas tout simplement fragilisés par un manque de fiabilité lié à une mise en service trop rapide. Les chasseurs de chars recyclant des châssis disponibles sont puissants mais trop exposés en cas de combats au contact de l’infanterie soviétique. A Koursk, la Panzerwaffe s’est, enfin, doté des moyens de dominer techniquement ses adversaires, situation qu’elle n’a connu ni face à la France en 1940, ni lors de l’opération Barbarossa. Pourtant, elle ne pourra paradoxalement jamais renouer avec ses succès des trois premières années de guerre handicapée par la situation géostratégique de plus en défavorable et des adversaires bénéficiant d’un potentiel humain et industriel incomparable à celui du III. Reich. Sauf retournement improbable, la victoire des Alliés est désormais inéluctable.

Jeux d’Histoire :

 

Bibliographie :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Boutique :

 

 

Crédits photos :

Les visuels présentés appartiennent à leurs éditeurs respectifs. Le logo type de schéma tactique est utilisé dans les premiers numéros de 39/45 Magazine pour codifier les articles relatifs à des batailles.


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :