Moscou 1941

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la prise de Moscou est l’objectif de l’opération Taïfun lancée par les Allemands à l’issue de la bataille de Kiev. Après avoir réalisé deux grandes batailles d’encerclement à Viazma et à Briansk, la Heeresgruppe Mitte doit s’arrêter à quelque kilomètres de son but alors que l’Armée Rouge lance sa contre-attaque d’hiver. C’est le premier véritable échec opérationnel de la Wehrmacht depuis l’invasion de la Pologne.

Publicités

Bibliographie :

Mathias ANDRE, Moscou, Stalingrad, Koursk, les erreurs à l’origine des échecs allemands, in Ligne de Front n°88 (Caraktère, 2020) : article de vingt-six pages sur les raisons des échecs allemands à Moscou (opération Taïfun), Stalingrad (Opération Fall Blau) et Koursk (Opération Zitadelle) soulignant les faiblesses allemandes en termes de logistique et de réserves, le penchant systématique pour l’offensive et la recherche de la bataille décisive entraînant des encerclement gigantesques prenant du temps à être résorbés (Viazma, Briansk), les faiblesses du renseignement et la sous-estimation systématique de l’adversaire, la dispersion systématique des efforts quand il faut au contraire les concentrés (opération Wintergewitter versus maintien des positions dans le Caucase) alors que les moyens eux-mêmes sont limités, courte analyse du baptême du feu du Panzer V et des difficultés du T-34/76 à Koursk – Texte, photos.

Sylvain FERREIRA, La bataille de Smolensk, une victoire à la Pyrrhus ?, in Batailles & Blindés n°85 (Caraktère, 2018) : article de quatorze pages sur la bataille de Smolensk et l’importance des contre-attaques soviétiques (ouvrir la route de Moscou ?, une contre-attaque précipitée, la prise de la ville, un premier bilan, la contre-offensive soviétique, un bilan) – Texte, photos, profils couleurs.

Yann MAHE, Légion des Volontaires Français contre le bolchevisme, in Ligne de Front hors-série n°36 (Caraktère, 2019) : article de seize pages sur les volontaires français de la Légion des Volontaires Français (LVF) qui partent combattre en URSS au sein de l’Infanterie-Regiment 638 en plein hiver devant Moscou rattaché à la 7. Infanterie-Division puis en appui des opérations anti-partisans menées par les 221. Sicherungs-Division et 286. Sicherungs-Division jusqu’à la retraite en Poméranie face à l’opération Bagration à l’été 1944 puis sa transformation en SS-Sturmbrigade Frankreich – Texte, photos, infographie couleurs.