6 juin 1944 Jour-J en Normandie

Au cours de la Seconde Guerre mondiale en Europe, le 6 juin 1944, les forces alliées sous le commandement suprême de Dwight D. EISENHOWER débarquent sur la côte normande en France afin d’ouvrir le front principal à l’Ouest contre les Allemands qui s’appuient sur les défenses du Mur de l’Atlantique (Atlantikwall) dans le cadre de l’opération Overlord. Finalement, sous l’impulsion de Bernard MONTGOMERY, cinq plages de débarquement sont sélectionnées : Sword Beach, Juno Beach, Gold Beach, Omaha Beach et Utah Beach. Une opération commando est montée sur la Pointe du Hoc et la zone d’assaut située entre l’embouchure de l’Orne jusqu’à la base du Cotentin est sécurisée à l’est par un assaut aéroporté britannique et à l’ouest par un assaut aéroporté américain. Ces derniers se déroulent en pleine nuit dans les heures qui précèdent l’assaut des plages et apportent une grande confusion dans les rangs allemands.

(c) Avalon Hill

Les défenses du Mur de l’Atlantique sont facilement percées, à l’exception d’Omaha Beach où le sort des combats restent incertain plusieurs heures avant de basculer définitivement du côté des assaillants. La domination aérienne alliée entrave les mouvements au sol allemands et permet d’isoler le champ de bataille. L’absence de renforts allemands en arrière immédiat des plages et le manque de profondeur des défenses côtières ne permet pas de résister et de repousser une opération aussi minutieusement préparée et si puissante.

Les contre-attaques locales sont facilement repoussées. L’unité la plus puissante à l’arrière immédiat du front de mer, la 21. Panzer-Division, disperse ses efforts contre la tête de pont aéroportée britannique et son assaut sur Lion-sur-Mer entre Sword Beach et Juno Beach. Nullement en mesure de menacer les unités alliées débarquées, elle contribue cependant à bloquer l’avance britannique devant Caen que l’arrivée de la 12. SS-Panzer-Division dans les jours immédiatement suivants contribue à verrouiller pour de longues semaines ruinant ainsi la planification initiale de l’opération Overlord et fragilisant Bernard MONTGOMERY comme commandant-en-chef du corps expéditionnaire allié en Normandie.

Au soir du 6 juin 1944, les Alliés ont donc réussi à établir trois têtes de pont que les unités allemandes présentes ne sont pas en mesure de repousser. Le succès allié est incontestable, tout comme les errements allemandes qui sont incapables de coordonner et de concentrer leurs efforts. S’engage alors une course pour consolider et unifier les têtes de pont du côté allié et pour rameuter assez renforts pour contre-attaquer et repousser les assaillants à la mer pour les Allemands. La semaine qui suite le Débarquement est donc cruciale pour les deux camps.

Publicités

Bibliographie :

Pierre BABIN, Le 6 juin 1944 de la Wekusta 51, in Normandie 1944 Magazine n°7 (Heimdal, 2012) : article de quatre pages donnant le compte-rendu des missions de reconnaissance menées par la Wekusta 51 le 6 juin 1944 au-dessus de la Manche et de la Normandie – Photos, profils couleurs.

Jean-Pierre BENAMOU, Le plan Montgomery (1ère partie), in 39/45 Magazine1 (Heimdal, 1983) : article de cinq pages présentant la genèse et l’élaboration de l’opération Overlord, ses différentes itérations avec notamment l’accroissement progressif du nombre de plages de débarquement, l’impulsion et les orientations données par Bernard MONTGOMERY, la planification initiale qui sera la source des controverses futures en raison des échecs successifs britanniques devant Caen – Photos, cartes.

Nicolas BERNARD, Bernard L. Montgomery, le stratège controversé, in Ligne de Front81 (Caraktère, 2019) : article de dix pages sur la vie de Bernard MONTGOMERY et sa carrière militaire dont le bilan est encensé ou contesté pour ses victoires (El Alamein, Sicile, le Débarquement en Normandie), son rôle contesté (raid sur Dieppe, échecs répétés devant Caen, bouclage tardif de la poche de Falaise / Trun / Chambois) et l’échec de l’opération Market-Garden – Photos.

Yves BUFFETAUT, Chars et matériel de la bataille de Normandie, in Batailles hors-série n°7 (Ysec, 2019) : numéro de plus de quatre-vingt pages présentant cent soixante-huit profils couleurs d’avions de transport, planeurs, voitures, camions et chars employés par les différents belligérants au cours du Débarquement et de la bataille de Normandie – Photos, profils couleurs.

Stephan CAZENAVE, Premières patrouilles du groupe de reconnaissance de la 12. SS-Panzer-Division Hitlerjugend, in Normandie 1944 Magazine n°3 (Heimdal, 2012) : article de douze pages sur l’arrivée des unités de reconnaissance de la 12. SS-Panzer-Division envoyées dès le 6 juin 1944 au matin en Normandie comprenant les témoignages de deux vétérans – Photos, reproductions couleurs d’objets d’époque, profils couleurs.

Stéphane JACQUET, Les Schnellboote face au Débarquement, in Normandie 1944 Magazine31 (Heimdal, 2019) : article de douze pages sur les S-Boote allemands au cours de l’exercice Tiger puis face aux opérations navales dans le cadre du Débarquement allié en Normandie (opération Neptune) avec les 2., 4., 5., 9. S-Flottillen comprenant également les actions alliées de bombardement du R-Bunker du Havre et la description du Schnellboot-Kriegsabzeichen – Photos, reproductions couleurs d’objets d’époque.

Jean-Philippe LIARDET, Normandie 1944, un choix risqué ?, in Champs de Bataille n°55 (Conflits & Stratégie, 2010) : article de dix pages sur les enjeux de Débarquement et de la bataille de Normandie insistant sur les leçons tirée des expériences en Italie par les deux camps, les erreurs d’appréciation commises par les Allemands, une réussite pas si évidente le premier jour insistant sur l’impact qu’aurait pu avoir un échec à Omaha Beach, l’exploitation laborieuse pour parvenir enfin à une victoire inéluctable – Photos, cartes.

Peter MARGARITIS, Countdown to D-Day, The German High Command in Occupied France, 1944 (Casemate, 2019) : livre de plus de six cent pages décrivant au jour-le-jour l’activité des états-majors allemands (Heeresgruppe B, OB West, Panzergruppe West) à l’Ouest les six mois avant le Débarquement en Normandie, de la nomination d’Erwin ROMMEL au début de l’invasion grâce aux carnets, écrits et interviews de témoins de l’époque donnant une vision de l’intérieur du quotidien et des décisions prises par les principaux décideurs (dont Gerd von RUNDSTEDT) en charge de la défense du Mur de l’Atlantique qui cherchent à déterminer la meilleure tactique à appliquer et à cerner les intentions de l’adversaire – Photos, cartes.

Olaf PRZYBILSKI, Nous étions là ! Le Leutnant Bärwolf et la NAGr. 13 sur le front d’invasion, juin-juillet 1944, in Normandie 1944 Magazine n°5 (Heimdal, 2012) : article de dix-huit sur les opérations aériennes menées en Normandie par un pilote de la 3./Nahaufklärungsgruppe 13 dès le 6 juin 1944 – Photos, reproductions couleurs d’objets d’époque.

François ROBINARD, L’aviation alliée dans Overlord, in Normandie 1944 Magazine31 (Heimdal, 2019) : article d’onze pages sur la préparation aérienne alliée en vue de l’opération Overlord, de la couverture de l’opération Neptune et des opérations de débarquement le 6 juin 1944 – Photos, profils couleurs, plans.

Laurent SCHANG, Von Rundstedt, le maréchal oublié (Perrin, 2020) : livre de près de quatre cent pages sur l’itinéraire de Gerd von RUNDSTEDT lors de la Première Guerre mondiale, durant l’Entre-deux-guerres et la Seconde Guerre mondiale où sont plus particulièrement abordés le rôle et le positionnement de la Reichswehr face à la prise de pouvoir d’Adolf HITLER, l’implication de Gerd von RUNDSTEDT avec Erich von MANSTEIN dans les plans d’invasion de la Pologne (Fall Weiß) et à l’Ouest (Fall Gelb), son commandement des Heeresgruppen Süd et A en Pologne, dans les Ardennes, en France (notamment Sedan, Arras, Dunkerque et Fall Rot) et en URSS durant l’opération Barbarossa puis de l’OB West avec lequel il dirige l’opération Anton (invasion de la zone libre) puis prépare, avec de nombreux débats stratégiques sur le Mur de l’Atlantique et le positionnement des réserves blindées avec Erwin ROMMEL, la défense face à un attendu débarquement allié qui se produit finalement le 6 juin 1944 aboutissant à la bataille de Normandie qui aboutit au second limogeage du maréchal avant de présider le tribunal d’exception pour juger les conjurés de l’attentat du 20 juillet 1944, de représenter Adolf HITLER aux funérailles d’Erwin ROMMEL et d’être de nouveau rappelé pour diriger les unités allemandes à l’Ouest durant notamment la contre-offensive des Ardennes avant d’être définitivement démis de ses fonctions lors du franchissement du Rhin par les Alliés – Cartes.

Jean-Charles STASI, Opération « Gambit », le coup de maître de la Royal Navy,  in Normandie 1944 Magazine n°31 (Heimdal, 2019) : article de quatre pages sur l’opération Gambit qui utilise deux sous-marins de poche afin de baliser le chemin pour parvenir aux plages normandes à la flotte de l’opération de Neptune afin de débarquer le 6 juin 1944 en Normandie – Photos, reproductions couleurs d’objets d’époque.

Pierre STUTIN, Tonnerre sur la Wolfschanze, in 39/45 Magazine n°2 (Heimdal, 1983) : article de sept pages sur la stratégie allemande à l’Ouest en attendant le Débarquement allié (opération Overlord), le débat sur le positionnement des réserves blindées entre Gerd von RUNDSTEDT et Erwin ROMMEL (ce dernier souhaitant positionner par exemple la 12. SS-Panzer-Division à la base du Cotentin et la 130. Panzer-Lehr-Division en arrière de Bayeux), les faiblesses du Mur de l’Atlantique (Atlantikwall) et le questionnement sur le lieu possible de l’attaque alliée – Photos, cartes.

Laurent TIRONE, Vaincre le « Mur de l’Atlantique », in Trucks & Tanks Magazine n°14 (Caraktère, 2009) : article de vingt-quatre pages sur les engins blindés spécifiques développés par les Alliés pour le Débarquement en Normandie (opération Overlord) afin de percer le Mur de l’Atlantique (Atlantikwall) comme les Medium Tank M4 Sherman Duplex Drive, Churchill Carpet-Layer, Sherman CRAB/Flail, Churchill ARK, Churchill AVRE, Churchill Crocodile – Photos, plans, profils couleurs, schémas tactiques.

Luc VANGANSBEKE, Une île sur le pied de guerre, les forces alliées en Grande-Bretagne, in Ligne de Front hors-série n°34 (Caraktère, 2018) : article de seize pages sur les plans, les préparatifs, les innovations techniques (notamment les chars spéciaux de la 79th Armoured Division et les ports artificiels Mulberries) côté Allié en vue de l’opération Overlord, évocation de l’opération Fortitude afin de tromper les Allemands sur le lieu exact du Débarquement – Photos, profils couleurs.

Luc VANGANSBEKE, L’ennemi, les forces allemandes en France, in Ligne de Front hors-série n°34 (Caraktère, 2018) : article de neuf pages sur le dispositif allemand, plus particulièrement en Normandie, pour s’opposer à un prévisible débarquement avec évocation des débats stratégiques qui secouent le haut-commandement à l’Ouest notamment entre Erwin ROMMEL et Gerd von RUNDSTEDT – Photos, cartes.

Luc VANGANSBEKE, Let’s go !, l’ordre de de départ et les objectifs, in Ligne de Front hors-série n°34 (Caraktère, 2018) : article de six pages sur la prise de décision de Dwight D. EISENHOWER de déclencher l’opération Overlord malgré les conditions météorologiques et la présentation des objectifs tactiques des forces d’invasion américaines et britanniques pour le 6 juin 1944 – Photos, cartes.

Luc VANGANSBEKE, Premiers objectifs conquis, les Red Devils sur le flan est, in Ligne de Front hors-série n°34 (Caraktère, 2018) : article de six pages sur l’action aéroportée britannique le 6 juin 1944 et plus particulièrement la prise de Pegasus Bridge et la défense des ponts conquis face aux contre-attaques de la 21. Panzer-Division – Photos, cartes.

Luc VANGANSBEKE, Initiative et improvisation, les aéroportés américains, in Ligne de Front hors-série n°34 (Caraktère, 2018) : article de huit pages sur l’action aéroportée américaine le 6 juin 1944 des 82nd US Airborne Division et 101st US Airborne Division avec analyse des conséquences sur la défense allemande face aux troupes débarquées à Utah Beach – Photos, cartes.

Luc VANGANSBEKE, Nous commençons la guerre ici ! Les débarquements sur Utah Beach, in Ligne de Front hors-série n°34 (Caraktère, 2018) : article de six pages sur le débarquement américain à Utah Beach le 6 juin 1944 – Photos, cartes, profils couleurs.

Luc VANGANSBEKE, Une mission controversée, les Rangers à la Pointe du Hoc, in Ligne de Front hors-série n°34 (Caraktère, 2018) : article de huit pages sur l’assaut américain à la Pointe du Hoc le 6 juin 1944 et sur la controverse lié aux batteries de Maisy I et Maisy II – Photos, cartes.

Luc VANGANSBEKE, Les morts et ceux qui vont mourir, Omaha la Sanglante, in Ligne de Front hors-série n°34 (Caraktère, 2018) : article de douze pages sur le difficile débarquement américain sur Omaha Beach le 6 juin 1944 – Photos, cartes.

Luc VANGANSBEKE, Le retour des Northumbriens, les débarquements sur Gold Beach, in Ligne de Front hors-série n°34 (Caraktère, 2018) : article de cinq pages sur le débarquement de la 50th Infantry Division à Gold Beach le 6 juin 1944 – Photos, cartes.

Luc VANGANSBEKE, Munit Haec et Alter Vincit ! Les Canadiens sur Juno Beach, in Ligne de Front hors-série n°34 (Caraktère, 2018) : article de neuf pages su le débarquement de la 3rd Canadian Infantry Division sur Juno Beach le 6 juin 1944 – Photos, cartes, profils couleurs.

Luc VANGANSBEKE, Cavalcades et duels de blindés, les opérations sur Sword Beach, in Ligne de Front hors-série n°34 (Caraktère, 2018) : article de neuf pages sur le débarquement britannique à Sword Beach le 6 juin 1944 avec la présence des Français du No. 4 Commando ainsi que sur la réaction de la 21. Panzer-Division – Photos, cartes, profils couleurs.

Luc VANGANSBEKE, Un succès malgré tout, la nuit tombe sur le Jour-J, in Ligne de Front hors-série n°34 (Caraktère, 2018) : article de conclusion d’une page sur la réussite du Débarquement allié en Normandie le 6 juin 1944 – Cartes, profils couleurs.

Publicités

www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Publicités