Archive

Posts Tagged ‘Leningrad 1941/1944’

Des tigres dans la boue (Overlord, 2019)

22 septembre 2019 Laisser un commentaire

Overlord 2019 CARIUS Otto Des tigres dans la boueA plusieurs titres, les mémoires d’Otto CARIUS, célèbre as des Panzer de la Seconde Guerre mondiale, sont incontournables. Pour l’histoire militaire bien sûr. Pour la compréhension de cette période (durant la guerre et immédiatement après), certainement, surtout à une époque où la manie oblige à revisiter l’Histoire et à juger ses acteurs selon les prismes contemporains. Enfin, pour la formidable leçon humaine et de management qui s’applique tour aussi bien aux militaires qu’aux civils.

La traduction et la publication en français de ce texte rédigé après-guerre est donc une excellente initiative. Lire la suite…

Publicités

2e Guerre Mondiale n°85 (Mars & Clio, 2019)

1 septembre 2019 1 commentaire

2e Guerre Mondiale 085Dans ce numéro de 2e Guerre Mondiale, Benoît RONDEAU propose un étonnant dossier sur la capacité de l’armée allemande à retraiter au cours de la Seconde Guerre mondiale. Il est vrai que certains replis ont presque le goût de victoires tant la situation paraît désespérée. Au-delà des exemples qui illustrent le propos (hiver 1941/1942 en URSS, Afrique du Nord, Caucase après Stalingrad, Ouest à l’issue de la bataille de Normandie, Italie, Dniepr en 1943), ces pages ont le mérite de valoriser la retraite comme tout autre mouvement opérationnel. Une retraite correctement menée permet d’éviter un désastre et peut annoncer des succès futurs. Lire la suite…

Norwegian Waffen-SS Legion, 1941-43 (Osprey, 2019)

20 juillet 2019 Laisser un commentaire

Osprey 2019 AFIERO Massimiliano Men-at-Arms 524 Norwegian Waffen-SS Legion 1941-43Dans la collection Men-at-Arms, Osprey propose d’ausculter la constitution, l’entraînement et l’engagement de la SS-Freiwilligen-Legion Norwegen regroupant les volontaires norvégiens pour participer à la « croisade contre le bolchevisme », l’invasion de l’URSS par le III. Reich au cours de la Seconde Guerre mondiale.

L’intérêt de cet ouvrage est bien entendu ses planches de dessins en couleurs, mais pas seulement. En effet, le texte explore les racines de cet engagement à travers notamment le mouvement politique de Vidkun QUISLING et la volonté de la Waffen-SS de drainer et d’encadrer ces volontaires. La constitution de cette « armée européenne » au bénéfice du régime nazi symbolise les fractures idéologiques qui traversent l’Europe du XXème siècle et qui dépassent les frontières habituelles des nations. Lire la suite…

Ligne de Front hors-série n°36 (Caraktère, 2019)

19 mai 2019 4 commentaires

Ligne de Front HS 036La capacité du III. Reich à attirer et à agglomérer des contingents de différents pays pour l’appuyer dans sa « croisade contre le bolchevisme » n’est pas le moindre paradoxe de la Seconde Guerre mondiale. Un régime et une idéologie se basant sur la supériorité de la race, ou de la culture, recourent à des volontaires qui pour certains sont pour le moins éloignés de ses dogmes.

La Waffen-SS intègre ensuite ces différents contingents et en lève d’autre pour représenter in fine une armée transnationale dans laquelle les unités à recrutement uniquement allemand deviennent minoritaires. Les volontaires ne représentent pas non des centaines de milliers – exception faite des prisonniers issus de l’Armée Rouge. Mais la diversité des origines étonne et détonne.

Ligne de Front propose de passer en revue ces légions levées dans un premier temps pour participer à la croisade contre l’URSS et son régime politique. Comme le rappelle l’éditorial avec justesse, cette croisade se transforme peu à peu en défense de l’Europe face aux hordes de l’Armée Rouge. La bataille de Berlin symbolise le final apocalyptique de cette mutation où le dernier carré de la capitale du Reich est défendu par les reliquats de nombre de ces contingents étrangers qui portent alors un autre uniforme que celui de leur nation d’origine dans un combat sans espoir. Lire la suite…

Vous ne mourrez pas (ADA, 2019)

23 mars 2019 3 commentaires

Autant l’avouer immédiatement, la suite des Ventres d’acier se dévore avec la même passion.

Construit sur une suite de chapitres qui alternent récits, lettres ou carnets intimes, ce deuxième volume de la saga d’un équipage de Panzer VI Ausf. E Tiger de la schwere Panzer-Abteilung 502 dans la région de Leningrad apporte un nouveau regard sur la vie quotidienne de ces soldats au fin fond de la Russie.

Si les Ventres d’acier s’achèvent sur la narration d’un affrontement dantesque à couper le souffle, les pages de Vous ne mourrez pas pénètrent davantage dans la conscience des personnages. Il faut dire que Stalingrad tombe au moment où débute le récit. Cette défaite questionne un peu plus les soldats sur l’utilité de leur sacrifice et le bout du tunnel qu’ils ne voient pas. Quelques mois plus tard, nouvelles désillusion pour les Allemands, l’opération Zitadelle n’apporte pas la victoire espérée.

Les premiers bombardements alliés sur les villes allemandes commencent… Progressivement, l’état d’esprit change et la possibilité d’une défaite totale se dessine.
Lire la suite…

Dans les ventres d’acier (ADA, 2018)

7 octobre 2018 7 commentaires

Sur la vie quotidienne au front des soldats allemands au cours de la Seconde Guerre mondiale, il y avait les romans de Sven HASSEL ou les ouvrages romancés de Jean MABIRE. Il faut maintenant compter avec celui de Gabriel THERIAULT. Aussi passionnant, prenant et poignant qu’Eclairs lointains écrit dans un camps de prisonnier dans les mois qui suivent la chute de Stalingrad par l’un de ses témoins directs.

Dans les ventres d’acier se lit comme on regarde un film de guerre moderne. C’est Fury en version littéraire, côté germanique et sur le Front de l’Est. Le lecteur est plongé dans l’action, dans l’horreur des combats, dans l’habitacle d’un char, dans la tête, les yeux, le nez et la bouche- bref dans la peau – des hommes qui livrent combat.

L’action principale se situe à partir du printemps 1942 dans les centres d’entrainement de la Panzerwaffe puis dans les forêts et marais autour de Leningrad en plein hiver 1943. Après le choc qui suit les premiers affrontements avec les chars soviétiques T-34, KV-1 et autres KV-2 dont le héros est l’un des rescapés miraculeux de l’été 1941, l’armée allemande cherche la riposte. La première est le Panzer VI Ausf. E Tiger dont les premiers exemplaires sortent au compte compte pour être engagés au sein de bataillons autonomes. L’un de ceux-ci est la schwere Panzer-Abteilung 502 dont le lecteur suit les premiers engagements d’abord laborieux, voire désastreux. Lire la suite…

Champs de bataille thématique n°41 (Conflits & Stratégie, 2015)

11 janvier 2016 Laisser un commentaire

Champs de bataille HS 041

Le théâtre des opérations est tel que de très nombreuses facettes de la Seconde Guerre mondiale ne sont pas connu du grand public. C’est particulièrement le cas de ce numéro thématique du magazine Champs de bataille qui s’intéresse aux combats dans les pays baltes lors de l’effondrement du « Front de l’Est » à l’été 1944. Pour de nombreux amateurs du conflit, la guerre à l’Est au moment où se déroule le Débarquement en Normandie se résume à l’opération Bagration face au Heeresgruppe Mitte (Groupe d’armées « Centre ») et à quelques poches allemandes comme celle Korsun / Tscherkassy par exemple. En se concentrant sur les combats en Estonie puis en Courlande, ce numéro prouve à quel point l’armée allemande à l’Est passe à ce moment-là tout près de l’anéantissement, sachant qu’au sud du front, la situation est également dramatique. Lire la suite…