Les Goums marocains, 1941-1945 (L’Esprit du Temps, 2021)

Conflit idéologique par nature, la Seconde Guerre mondiale en Europe représente bien plus qu’une simple guerre entre nations et pays homogènes qui s’opposent. Grande-Bretagne, France, URSS puisent abondamment dans les ressources de leurs empires respectifs. Même l’Allemagne fait de même en s’appuyant sur ses nouveaux territoires et en levant des contingents de volontaires sur tout le continent et même plus. Si l’historiographie des volontaires européens engagés dans la Waffen-SS est plutôt bien développée et généralement assez flatteuse, celle des contingents extranationaux engagés par les autres pays reste bien plus dans l’ombre.

Publicités

L’histoire des unités coloniales françaises est également doublement pénalisée. D’abord, le poids de l’image des colonies depuis notamment la guerre d’Algérie, pèse sur le regard que porte le pays sur sa propre histoire impériale. Les tensions diplomatiques et de politique interne toujours présentes témoignent de cette sensibilité encore très forte. Le seconde raison concerne l’origine des troupes françaises de la Libération. L’historiographie classique et l’image d’Epinal construites après-guerre préfèrent s’appesantir sur les Forces Françaises Libres des contingents gaullistes initiaux, pourtant assez peu nombreux, et des Forces Française de l’Intérieur englobant les communistes, qui d’un point de vue collectif ne reviennent dans le « bon » camp qu’une fois que le Troisième Reich et ses alliés envahissent l’URSS avec l’opération Barbarossa. De son côté, l’engagement des troupes coloniales en mai et juin 1940 passe de son côté globalement à la trappe en même temps que le sacrifice de l’ensemble des unités françaises, pour ne laisser surnager que les moments forts de l’épopée gaulliste nonobstant son impact effectif sur les opérations : Montcornet, Crécy-sur-Serre, Abbeville (mais seulement en ce qui concerne l’offensive de la 4ème Division Cuirassée).

Bref, force est de constater que l’historiographie est bien injuste à l’égard de plusieurs protagonistes du conflit !

La préface de Paul GAUJAC, auteur de ce magnifique livre, est des plus intéressantes. Si la présence des troupes coloniales est omniprésente dans ses ouvrages sur « l’armée de la victoire » grâce notamment aux photographes de l’époque attirés par le côté pittoresques des tenues « venues d’ailleurs » et « d’un autre temps », il reconnaît ne s’être finalement que peu attardé jusqu’à présent sur les origines et le quotidien de ces hommes.

Cet oubli est aujourd’hui réparé, par le récit et par l’image. Les lecteurs francophones découvrent, ou redécouvrent, des pans entiers de l’engagement militaire de leurs soldats dans la deuxième partie de la Seconde Guerre mondiale. La fait qu’ils ne combattent pas en Normandie ou dans les Ardennes ne signifient pas qu’ils n’étaient pas là et bien présents. Car à travers leur parcours, c’est aussi des champs de bataille trop méprisés par l’historiographie qui ressurgissent.

Les annexes contiennent les citations collectives attribuées aux unités de Goums marocains ainsi qu’une courte biographie des principaux chefs tandis que l’iconographie composée à la fois de fonds publics et privés s’accompagne de la reproduction en couleurs des fanions.

Une bien belle initiative !

Sommaire

  • Préface
  • Avant-propos
  • Du temps de la pacification au Maroc à la campagne de Tunisie, 1908-1943
  • Combats en Sicile et en Corse, été / automne 1943
  • Combats dans les Abruzzes, hiver 1943-1944
  • Italie, printemps 1944
  • La conquête de l’île d’Elbe, juin 1944
  • La bataille de Provence, août 1944
  • De la Provence à l’Alsace, août 1944 – janvier 1945
  • Vers le Rhin et la Nagold, mars – avril 1945
  • La victoire en Allemagne, avril – mai 1945
  • Annexes

Cartes

  • Les Goums mixtes marocains de l’Atlas au Danube
  • Les Tabors, été 1943
  • La percée du Garigliano
  • De Castelforte à Rome
  • Vers Florence
  • Marseille
  • Vosges
  • Stuttgart

Caractéristiques

  • ISBN : 978-2-84795-488-3
  • Nombre de pages : 208
  • Langue : Français
  • Reliure : reliée
  • Dimensions : 21 x 30 cm
  • Prix conseillé France à la date de parution : 45 € TTC

Liens externes

  • Site internet des Editions l’Esprit du Temps

1 réflexion sur « Les Goums marocains, 1941-1945 (L’Esprit du Temps, 2021) »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.