Archive

Posts Tagged ‘Chris GOSS’

AceS n°13 (Heimdal, 2019)

aces-013.png« Une nation se nourrit de vie exemplaire »… En effet ! Et ce numéro d’AceS en donne un nouvel exemple en mettant en avant un héros peu connu des FAFL en la personne de Georges DENIS, dit « James », qui croise le chemin d’un certain Hans-Joachim MARSEILLE au-dessus du désert. L’article est également très intéressant pour la compréhension du développement des forces aériennes françaises durant l’Entre-Deux-Guerres. A noter également un très intéressant article sur la Croix de Lorraine portée par les FAFL. Lire la suite…

Aérojournal n°74 (Caraktère, 2019)

3 janvier 2020 2 commentaires

Aerojournal 074C’est un numéro 100% puissances de l’Axe que nous propose Aérojournal avec en exergue un panorama complet de la force aérienne finlandaise durant la Seconde Guerre mondiale de 1939 à 1944. De quoi découvrir des combats généralement assez peu connus, mais aussi de plonger de les ambiances troubles de l’Entre-Deux-Guerres qui montrent que la Seconde Guerre mondiale en Europe est bien un conflit de « continuation » par rapport à la Première. A l’heure des débats sur la responsabilité de l’URSS dans le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale en raison du pacte germano-soviétique et de son attitude quand elle envahit la Pologne (bien loin d’une simple opération humanitaire et de maintien de l’ordre, voir First to Fight et Case White), l’article rappelle aussi qu’elle est à l’origine de la guerre d’hiver avec la Finlande. Avec les Pays Baltes, l’URSS aura agressé militairement pas moins de cinq pays indépendants en dix mois de septembre 1939 à juin 1940 ! Sans parler de l’annexion de la Bessarabie et de la Bucovine du Nord aux dépends de la Roumanie à l’été 1940. Un activisme belliqueux qui n’a rien à envier à celui du III. Reich que l’opération Barbarossa, la victoire de 1945 et la propagande communiste contribuent à masquer aux yeux du grand public d’Europe de l’Ouest… Lire la suite…

Aérojournal n°73 (Caraktère, 2019)

15 octobre 2019 Laisser un commentaire

Aerojournal 073Un bombardier massif portant la marque de l’US Air Force au-dessus d’un champignon atomique : la couverture de ce numéro d’Aérojournal aiguise de suite la curiosité ! Pourtant, ce n’est ni un B-29, ni un B-17… Ses formes ne sont pas furtives et ce n’est pas non plus un drone… La Guerre froide est donc bien au menu avec le Convair B-36 Peacemaker dont les premières études sont lancées quelques mois après le plus gros de la bataille d’Angleterre et peu avant l’invasion de l’URSS. La taille du projet est à l’échelle de la puissance aéronautique américaine. La carrière opérationnelle est relativement courte, le nombre d’appareils assemblés dépasse les trois cent dont 10% sont perdus sur accident… Bref, une autre époque. Passionnant. Lire la suite…

AceS n°12 (Heimdal, 2019)

19 septembre 2019 Laisser un commentaire

AceS 012Pour conclure ses trois années d’existence, le magazine AceS propose comme un son habitude un sommaire resserré de six articles : bien denses, magnifiquement illustrés avec photos, profils couleurs et reproductions d’objets d’époque. Sur le fond, les sujets amènent toujours un régal de découvertes et des surprises.

En témoigne l’enquête réalisée autour d’une photo issue d’une collection privée qui permet de replonger dans le quotidien des premiers pilotes français des FAFL et de René MOUCHOTTE en particulier. La Seconde Guerre mondiale regorge de clichés officiels ou privés. Tirer le fil de l’Histoire est la meilleure façon de leur donner du sens et faire revivre les héros connus ou anonymes qu’ils contiennent. Et cela permet de publier des photos que les lecteurs ont déjà vues maintes et maintes fois. Lire la suite…

Aérojournal n°72 (Caraktère, 2019)

15 août 2019 1 commentaire

Aerojournal 072Si le magnifique Ta 152 fait la une de ce numéro d’Aérojournal, ce n’est pourtant pas lui qui pèse le plus lourd. L’article de Yann MAHE se penche sur ses conditions de mise en oeuvre opérationnelle dans le contexte de délitement total qu’est celui du III. Reich en 1945.

Plusieurs aspects méconnus de la guerre aérienne de 1939 à 1945 sont utilement rappelés et représentent la majorité de la pagination. Tout d’abord la lutte fratricide entre alliés américains et soviétiques au-dessus des Balkans en novembre 1944 qui aboutit quand même à la perte de plusieurs appareils des deux côtés et surtout à la mort d’un commandant de corps d’armée de l’Armée Rouge. Egalement passionnant, le récit de l’utilisation des Messerschmitt Bf 109 dans un rôle de chasseur-bombardier lors de la bataille d’Angleterre. Le concept fait des vagues au sein de la Luftwaffe et montre un certain degré d’improvisation mais aussi de réactivité. Pourtant, si le concept est prometteur mais sa mise en oeuvre n’est pas totalement satisfaisante… pour des questions de résistance au changement notamment. Lire la suite…

Iron Cross n°1 (Warners, 2019)

29 juin 2019 1 commentaire

Iron Cross 001Comme son nom l’indique, le focus de ce premier numéro est l’armée allemande. L’équipe éditoriale comprenant des Anglais et des Allemands, la diversité et les richesse des points de vue sont prometteurs. Parmi les contributeurs, quelques plumes bien connues des lecteurs français puisque leurs livres ou articles sont pour certains traduits : Chris GOSS, spécialiste de l’aviation militaire, contributeur régulier à Aérojournal et AceS, ou Roman TÖPPEL, chercheur allemand révélé aux yeux du grand public par son livre sur Koursk qui fait désormais référence. Lire la suite…

AceS n°11 (Heimdal, 2019)

5 juin 2019 1 commentaire

AceS 011Même AceS ne pouvait pas passer à côté des célébrations du 75ème Anniversaire du débarquement allié en Normandie ! Alors ce n’est pas ici un as qui est mis en avant mais la descente aux enfers de la Zerstörgeschwader (ZG) 1 dans le ciel normand. De quoi tordre le coup à quelques légendes tenaces et à quelques interprétations un peu hâtives… Tout d’abord, non, la Luftwaffe n’est pas inactive au-dessus des plages de débarquement (cf. le livre de Jean-Bernard FRAPPE, La Luftwaffe face au Débarquement) et ce ne sont pas les deux uniques avions allemands mis en vedette dans le Jour le plus long qui sont les seuls à prendre l’air pour s’opposer à l’armada alliée. S’il peut paraître facile de dire plusieurs décennies après que la supériorité aérienne alliée (cf. 2e Guerre Mondiale thématique n°45) représente une débauche de moyens superflus, elle se justifie cependant pourtant bien. Quelques appareils bien placés et capables d’ajuster leurs tirs sans être menacés sur de telles concentrations de troupes peuvent provoquer des ravages. Dans les airs comme sur mer, la cloche de protection alliée reste hermétique. Maintenir son intégrité n’a pas de prix et vaut tous les moyens possibles, l’échec du Débarquement étant proscrit et les risques non nuls (loin d’un hypothétique complot pour la paix qui offrirait la victoire sur plateau aux Alliés – cf. 39/45 Magazine n°355 et Normandie 1944 Magazine n°31). Lire la suite…