Aérojournal n°79 (Caraktère, 2020)

C’est un sommaire particulièrement éclectique que propose ce numéro d’Aérojournal pour clôturer 2020. Chaque article apporte en effet son lot d’inédit, de surprises et de curiosités. Le tout dans un format impeccable. Un vrai plaisir de lecture !

Publicités

Faisant suite au précédent numéro, Herbert LEONARD continue sa présentation d’un concept bien novateur mis en oeuvre au tout début de la Seconde Guerre mondiale par les Soviétiques. L’idée est de « larguer » des avions à partir d’un bombardier pour aller attaquer des cibles en alliant la précision du chasseur-bombardier et le rayon d’action des bombardiers. C’est donc l’occasion de découvrir l’emploi au combat de cette combinaison détonante dans les premiers mois de l’opération Barbarossa à Constanza, Cernavoda, Zaporojié. Au-delà des résultats strictement tactiques, l’article évoque aussi celui des conséquences à plus long terme et au niveau opérationnel qu’ont ces attaques.

Si la bataille de Kasserine est surtout connue pour ses combats au sol, la dimension aérienne n’en est pas moins très présente. La seconde partie de l’étude, commencée dans le n°73, se concentre sur la période du 16 au 19 février 1943 quand plusieurs opportunités s’offrent aux Allemands suite aux succès des premières heures de leur attaque. Si l’image d’une armée américaine en déroute à Kasserine hante les mémoires, l’exemple de l’évacuation de la piste de Thélepte est une réussite malgré le contexte défavorable. De quoi évoquer l’importance des rampants dans le maintien de la capacité opérationnelle des pilotes que ce soit dans l’avance ou le repli. Un aspect qui reste trop souvent dans l’ombre de l’historiographie militaire qui se concentre quasi uniquement sur les combats quelle que se soit la dimension (terre, air, mer) et sur la dimension technique des engins.

En parallèle de la parution de la très attendue encyclopédie des chasseurs italiens aux Editions Caraktère (voir aussi celle consacrée aux avions de bombardement français ou au chasseurs français), ce numéro propose une présentation de l’emploi opérationnel du Macchi C.205 Veltro dont certains exemplaires sont utilisés par la Jagdgeschwader (JG) 77.

Deux portraits sont également proposés : celui d’un mitrailleur de queue d’un Boeing B-17 (Michael L. AROOTH) et d’un pilote allemand de la Jagdgeschwader (JG) 77.

Enfin, la guerre d’Espagne est également au menu, non pas avec la Légion Condor, mais avec les Potez 540 et l’engagement d’André MALRAUX.

Sommaire :

  • Laurent TIRONE, Museo Storico dell’Aeronautica Militare, une plongée dans le patrimoine italien, in Aérojournal n°79 (Caraktère, 2020)
  • Laurent LAGNEAU, La Lituanie a commandé quatre hélicoptères UH-60M Black Hawk auprès des Etats-Unis pour 181 millions d’Euros, in Aérojournal n°79 (Caraktère, 2020)
  • Laurent LAGNEAU, « Barkhane » frappe fort à nouveau en mettant hors de combat « plusieurs dizaines » de djihadistes au Mali, in Aérojournal n°79 (Caraktère, 2020)
  • Laurent LAGNEAU, Le programme Nexte Generation Air Dominance de l’US Navy, in Aérojournal n°79 (Caraktère, 2020)
  • Actualité du livre
  • Aurélien WOLFF, Les « bookazines » sur la Luftwaffe de Dan Sharp, in Aérojournal n°79 (Caraktère, 2020)
  • Ivan LOPEZ, Les cercueils volants de Malraux, le Potez 540 en Espagne, in Aérojournal n°79 (Caraktère, 2020)
  • Yann MAHE, Un as pas comme les autres, Michael L. Arooth, mitrailleur de queue et tueur de « Jerries » !, in Aérojournal n°79 (Caraktère, 2020)
  • Jean-Louis ROBA, Eduard « Ede » Isken, Ritterkreuzträger aux 56 victoires, in Aérojournal n°79 (Caraktère, 2020)
  • Andrew ARTHY, Ballet mortel à Kasserine (2ème partie), repli américain et indécision allemande (16-19 février 1943), in Aérojournal n°79 (Caraktère, 2020)
  • Herbert LEONARD, Le cirque Vakhmistrov, les Zveno, porte-avions volants soviétiques (2ème partie), in Aérojournal n°79 (Caraktère, 2020)
  • David ZAMBON, Macchi C.205 « Veltro », la classe italienne, in Aérojournal n°79 (Caraktère, 2020)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.