Opération Wacht am Rhein / Herbstnebel 1944

Soucieux de renverser la tendance qui s’abat sur ses armées et alors que ses ennemis se pressent aux frontières du Troisième Reich, Adolf HITLER cherche à reprendre l’initiative tout d’abord à l’Ouest où la possibilité d’accrocher une victoire décisive parait plus atteignable. Profitant des erreurs alliées qui ne parviennent pas à encercler et anéantir les unités des armées stationnées en France après la percée de l’opération Cobra et le débarquement en Provence, la Wehrmacht parvient à recréer un front continu de la Suisse à la Hollande. Les succès défensifs remportés notamment face à l’opération Market-Garden, en Lorraine, dans la forêt de Hürtgen et dans les Vosges permettent de reconstituer une réserve blindée et de reconstituer plusieurs divisions pourtant fortement éprouvées au cours de l’année 1944.

Publicités

La stabilisation face à l’Armée rouge en Prusse orientale, en Pologne et en Hongrie, le rétablissement de la situation dans les Balkans suite à la défection de la Roumanie et de la Bulgarie permettent également de limiter au strict minimum les transferts de troupes, de matériels et de munitions. Malgré les bombardements intensifs alliés et la perte de nombreux territoires occupés, l’industrie du Troisième Reich tourne à plein régime.

Réaliser une percée à travers les Ardennes en direction d’Anvers pour encercler le 21st Army Group et les unités américaines engagées dans le saillant d’Aix-la-Chapelle (Aachen) et la forêt de Hürtgen germe assez rapidement dans la tête du dirigeant du Troisième Reich. Comme pour Fall Gelb en 1940, le plan provoque de nombreuses discussions au sein des états-majors allemands. Si Adolf HITLER recherche une victoire stratégique, Walter MODEL préfère par exemple un succès plus mesuré mais davantage atteignable.

Les lignes directrices sont figées le 10 novembre 1944. Dans un premier temps, le but est de percer les lignes de la 1st US Army dans les Ardennes pour franchir sur la Meuse :

  • La 6. SS-Panzer-Armee doit franchir la crête d’Elsenborn et atteindre la Meuse entre Liège et Huy
  • La 5. Panzer-Armee doit atteindre la Meuse entre Huy et Givet
  • La 7. Armee doit couvrir le flanc de la 5. Panzer-Armee entre le frontière germano-luxembourgeoise jusqu’à la Meuse

Dans un second temps, la 15. Armee doit pousser sur Liège pour libérer la 6. SS-Panzer-Armee afin de lui permettre de se lancer à la conquête d’Anvers tandis que la 5. Panzer-Armee couvre son flanc droit en s’appuyant sur Bruxelles.

L’opération Wacht am Rhein, renommée ensuite Herbstnebel, doit également recevoir le soutien de plusieurs autres initiatives destinées à faciliter le succès : opération Bodenplatte pour anéantir l’aviation alliée au sol, opération Nordwind pour provoquer un second axe de fixation en Alsace, opération Stösser pour ralentir l’arrivée des renforts américains sur les Hautes Fagnes, opération Greif pour perturber les arrières américains à l’aide de commandos.

La reconstitution des unités et le maintien du secret de l’opération sont des réussites. Néanmoins, la concentration des troupes et la préparation des premiers assauts sont plus problématiques pour des raisons logistiques et par manque de moyens de reconnaissance. Toutes les unités prévues de participer ne peuvent participer à l’offensive et nombre d’entre elles ne maîtrisent pas le dispositif adverse. Si les unités sont reconstituées, les hommes manquent de formation, les cadres expérimentés se font rares et sont usés tant physiquement que moralement. Puissants, les matériels engagés requièrent une grande maîtrise technique et logistique que ne possèdent plus les Allemands.

Le 13 décembre 1944, le V US Corps se lance à l’assaut de Kesternich situé au Nord de la base de départ de la contre-offensive. Un succès leur permettrait d’avoir une vue directe sur la zone de concentration allemande et les préparatifs. Cette attaque oblige les Allemands à engager des unités prévues pour l’opération Wacht am Rhein / Herbstnebel. Les Américains ne parviennent pas à s’emparer du village, mais une partie du LXVII. Armee-Korps chargé de soutenir la percée de la 6. Panzer-Armee y laisse une partie de ses moyens destinés à prendre Monschau.

Dans la nuit du 15 au 16 décembre 1944, les parachutistes du Friedrich von der HEYDTE doivent repousser leurs embarquement à bord de Junkers Ju 52 : les camions destinés à leur transport ne sont pas là… A 6h00 le 16 décembre 1944, la ligne de front sur les Ardennes s’enflamme de Monschau à Echternach. La dernière offensive allemande de la Seconde Guerre mondiale en Europe destinée à peser stratégiquement débute…

Publicités

Arbre chronologique

IndexBataillesSeconde Guerre mondiale 1939/1945Europe 1939/1945Ouest 1944/1945 (Ardennes 1944/1945)

Bibliographie

Repères historiographiques

Livres

Christian DUJARDIN & Hugues WENKIN, Le dernier saut, opération Stösser, les paras allemands en échec [Weyrich, 2021) : livre de deux cent huit pages sur l’opération Stösser, rappelant l’historique des parachutistes allemands, la conception et la mise en place d’un soutien aéroporté à l’opération Wacht am Rhein / Herbstnebel dans les Ardennes, le parcours de Friedrich August von der HEYDTE, le déroulement de l’action sur les Hautes Fagnes et la traque entreprise par les Américains qui mobilisent des éléments des 1st US Infantry Division et 3rd US Armored Division – Texte, cartes, photos, profils couleurs.

Philippe GUILLEMOT, La bataille des Ardennes Tome 1 [Histoire & Collections, 2015] : livre de cent quatre-vingt-douze pages décrivant la stratégie alliée à l’Ouest après la bataille de Normandie, les alternatives stratégiques allemandes après les désastres de l’été 1944, les options retenues par Adolf HITLER, la préparation de l’opération Wacht am Rhein / Herbstnebel, les combats aériens au-dessus des Ardennes – Texte, photos, cartes, ordres de bataille.

Philippe GUILLEMOT, La bataille des Ardennes Tome 2 [Histoire & Collections, 2016] : livre de cent quatre-vingt-douze pages décrivant la mise sur pied de la 6. SS-Panzer-Armee et son engagement au Nord de l’offensive allemande dans les Ardennes en décembre 1944, les opérations Greif et Stösser, les premiers assauts menés par les divisions d’infanterie allemandes, les combats pour la crête d’Elsenborn avec notamment l’échec de la 12. SS-Panzer-Division Hitlerjugend, la tentative de percée du Kampfgruppe Peiper ainsi que les combats des autres Kampfgruppen de la 1. SS-Panzer-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler, l’engagement du II. SS-Panzer-Korps ainsi que la réaction alliée – Texte, photos, cartes, ordres de bataille.

Jean-Paul PALLUD, Ardennes album mémorial [Heimdal, 1986] : album de quatre-cent-quatre-vingt-quatre pages très largement illustré de photos issus des archives officielles décrivant les origines et la mise en œuvre de l’opération Wacht am Rhein / Herbstnebel, couvrant l’ensemble de la bataille des Ardennes du 16 décembre 1944 à fin janvier 1945 (dont les opérations Greif et Stösser, les combats pour la crête d’Elsenborn, la percée de la Kampfgruppe Peiper, Saint-Vith, Bastogne, l’ultime poussée de la 2. Panzer-Division en direction de la Meuse, le repli allemand) et évoquant les opérations connexes Bodenplatte et Nordwind – Texte, photos, cartes.

Hugues WENKIN, La percée allemande, bataille des Ardennes, Bastogne, tome 1 [Weyrich, 2020] : livre de plus de cent quatre-vingt pages décrivant le contexte dans lequel se déroule la conception de l’opération Wacht am Rhein / Herbstnebel, l’échec du renseignement allié à interpréter les informations récoltées, le concept défensif indirect et les risques volontairement calculés pris dans les Ardennes par Dwight EISENHOWER et Omar BRADLEY qui restent dans l’expectative quant au lieu et au moment de l’apparition de la nouvelle 6. (SS-)Panzer-Armee tout en sous-estimant le potentiel offensif allemand, l’attaque de la 5. Panzer-Armee sur l’Our et la résistance de la 28th US Infantry Division face au LVIII. Panzer-Korps à Heinerscheid, Marnach, Clervaux et Wiltz, la réaction américaine avec l’envoi de renforts, l’absence de défense devant Bastogne et la percée de la 2. Panzer-Division en direction de Noville – Texte, cartes, profils couleurs.

Hugues WENKIN & Christian DUJARDIN, Stavelot, La Gleize, le destin des Tiger de Peiper [Caraktère, 2015] : livre de près de cent quatre-vingt pages étudiant et analysant l’engagement des Panzer VI Ausf. B Königstiger de la schwere SS-Panzer-Abteilung 501 intégrés au sein de la Kampfgruppe Peiper dans les Ardennes présentant le plan allemand (opération Wacht am Rhein / Herbstnebel), l’organisation adoptée par la 1. SS-Panzer-Division Leibstandarte SS Adolf Hitler, les combats pour Stavelot, Stoumont et La Gleize – Texte, photos, cartes, ordres de bataille, profils couleurs.

Magazines

39/45 Magazine

François de LANNOY, Ardennes 1944, l’offensive de la dernière chance [39/45 Magazine n°284 (Heimdal, 2010)] : article de deux pages résumant la chronologie de la bataille des Ardennes et les enjeux de l’opération Wacht am Rhein / Herbstnebel destinée à rétablir la situation militaire à l’Ouest et éviter l’invasion à court terme de l’Allemagne – Texte, photos couleurs.

Ronald McNAIR, La bataille des Ardennes, décembre 1944, janvier 1945 [39/45 Magazine n°102 (Heimdal, 1994)] : article de trente-quatre pages retraçant jour par jour la préparation et le déroulement du 16 décembre 1944 au 16 janvier 1945 de l’opération Wacht am Rhein / Herbstnebel dans les Ardennes menée par la 5. Panzer-Armee et la 6. (SS-)Panzer-Armee, les combats autour de Bastogne puis la contre-attaque alliée – Texte, photos dont certaines en couleurs, cartes.

Aérojournal

Guy JULIEN, Medium, les bombardiers bimoteurs américains [Aérojournal n°75 (Caraktère, 2020)] : numéro de cent seize pages sur les bombardiers américains A-20 Havoc, B-25 Mitchell, B-26 Marauder et A-26 Invader engagés en Afrique du Nord, Méditerranée, Italie, à l’Ouest en 1944/1945 (Overlord, Normandie, Ardennes, Nordwind) et en Allemagne décrivant le développement et les caractéristiques techniques de ces appareils – Texte, photos, plans, profils couleurs.

Batailles

Yves BUFFETAUT, Hürtgen, les Allemands maîtres de la guerre d’usure [Batailles55 (Histoire & Collections, 2012)] : article de vingt-deux pages sur les combats de la forêt de Hürtgen du 13 septembre au 2 décembre 1944 décrivant les efforts alliés (1st US Infantry Division, 4th US Infantry Division, 9th Infantry Division, 28th Infantry Division, 5th US Armored Division, 70th US Tank Battalion, 634th US Tank Destroyer Battalion, 707th US Tank Battalion, 745th US Tank Battalion, 746th US Tank Battalion, 803rd US Tank Destroyer Battalion, 893rd US Tank Destroyer Battalion), pour percer en direction de la Roer puis de la plaine de Cologne et la résistance allemande (12. Volksgrenadier-Division, 47. Volksgrenadier-Division, 89. Infanterie-Division, 272. Volksgrenadier-Division, 275. Infanterie-Division, 344. Infanterie-Division, 353, Infanterie-Division, 116. Panzer-Division) qui permet au final de préserver les unités tenues en réserve pour l’opération Wacht am Rhein / Herbstnebel dans les Ardennes à partir du 16 décembre 1944 – Texte, photos, cartes, profils couleurs.

Benoît RONDEAU, Patton de Metz à la Sarre, un automne 44 en Lorraine [Batailles n°91 (Ysec, 2020)] : article de huit pages sur les combats en Lorraine quand la 3rd US Army se prépare à reprendre l’offensive pour prendre Metz à la préparation de l’attaque prévue au 19 décembre 1944 sur la Sarre qui sera annulée suite à la contre-offensive allemande dans les Ardennes (opération Wacht am Rhein / Herbstnebel) – Texte, photos.

Batailles & Blindés

Franck SEGRETAIN, L’opération « Queen », foncer vers la Ruhr ! [Batailles & Blindés n°95 (Caraktère, 2020)] : article de quatorze pages sur l’opération Queen menée par les 1st et 9th US Army à travers la forêt de Hürtgen pour tenter d’atteindre le Rhin à partir du terrain conquis d’Aix-la-Chapelle et qui sera bloquée par les Allemands permettant de préserver l’opération Wacht am Rhein / Herbstnebel dans les Ardennes – Texte, photos, cartes, profils couleurs.

Max STEIN, Tiger en Ardennes, quand le mythe dépasse la réalité [Batailles & Blindés n°105 (Caraktère, 2021)] : article de vingt-deux pages sur l’engagement des Sturmpanzer VI, Jagdpanzer VI, Panzer VI Ausf. B et Panzer VI Ausf. E dans les Ardennes lors de l’opération Wacht am Rhein / Herbstnebel, les unités impliquées ou prévues de l’être (schwere Panzer-Abteilung (Fkl.) 301, schwere Panzer-Abteilung 506 avec également la schwere Panzer-Kompanie Hummel, schwere SS-Panzer-Abteilung 501, Sturmmörser-Kompanie 1000, Sturmmörser-Kompanie 1001, 1./schwere Panzerjäger-Abteilung 653), l’analyse de leur emploi, le parcours de la Kampfgruppe Peiper ainsi que le point de vue allié – Texte, cartes, photos, profils couleurs.

Histoire de Guerre

David ZAMBON, La bataille des Ardennes [Histoire de Guerre n°52 (Histopresse, 2004)] : article de dix-sept sur la bataille des Ardennes évoquant les faits marquants de l’opération Wacht am Rhein / Herbstnebel – Texte, photos, cartes, profils couleurs.

Mook 1944

Gilles HABEREY, Damer le pion aux Panzer [Mook 1944 n°3 (Weyrich, 2019)] : article de seize montrant la pertinence de l’opération Wacht am Rhein / Herbstnebel dans les Ardennes mais la dégradation qualitative de l’armée allemande pour conduire une telle action, la rapidité et la qualité de la riposte américaine, l’intérêt d’étudier l’histoire militaire – Texte, photos.

Jeux d’Histoire

Fortress Europa (Compass Games, 2019) : jeu d’Histoire (wargame) sur carte (hexagones) avec pions simulant l’ensemble des opérations à l’Ouest en 1944 et 1945 (opération Overlord, Opération Anvil Dragoon, combats en France, Belgique, Pays-Bas et Allemagne, course au Westwall, opération Wacht am Rhein / Herbstnebel dans les Ardennes) – Livret des règles, aides de jeu, scenarii (1+3), cartes, pions (518) et dés.

The Battle of the Bulge (Avalon Hill, 1981) : jeu d’Histoire (wargame) sur carte (hexagones) avec pions simulant l’opération Wacht am Rhein / Herbstnebel dans les Ardennes au niveau régimentaire du 16 décembre 1944 au 2 janvier 1945 incluant les appuis d’artillerie ainsi que les opérations Greif et Stösser – Livret des règles, aides de jeu, scenarii (2), cartes, pions (377) et dé.