Dwight D. EISENHOWER

Né le 14 octobre 1890 aux Etats-Unis, Dwight David EISENHOWER est un général américain qui combat au cours de la Seconde Guerre mondiale puis un homme politique qui est élu à deux reprises à la présidence des Etats-Unis.

Publicités

Il est particulièrement célèbre pour avoir supervisé à partir de juin 1942 la libération de l’Ouest de l’Europe jusqu’à la victoire sur le III. Reich. A ce titre, il dirige le débarquement en Afrique du Nord (opération Torch), puis les combats en Tunisie, le débarquement en Sicile et en Italie avant de prendre la tête du commandement suprême interallié (SHAEF) pour concevoir et exécuter l’opération Overlord, le débarquement en Normandie.

Bénéficiant d’un expérience terrain moins importante que nombre de généraux, il est particulièrement diplomate et sait mettre les bonnes personnes aux bons endroits que ce soit pour leurs qualités opérationnelles et pour leurs adéquations relationnelles. Ces qualités associées à l’expérience acquise notamment auprès de Georges MARSHALL, chef d’état-major de l’US Army, lui permettent de mener à la victoire une coalition malgré les intérêts parfois divergents de chaque pays participant et de passer outre les querelles de personnes.

Invaincu, les reproches qui lui sont faits concernent davantage les occasions manquées à force de ménager certains de ses généraux comme pour la clôture tardive de la poche de Falaise ou les choix hasardeux faits par les Alliés en septembre qui aboutissent à deux échecs (opération Market-Garden, Lorraine) et laissent aux Allemands la possibilité d’organiser leur contre-offensive des Ardennes en décembre 1944.

Après la guerre, il remplace Georges MARSHALL comme chef d’état-major de l’US Army puis devient commandant suprême de l’OTAN. Il entame ensuite une carrière politique qui l’amène à la présidence des Etats-Unis pour deux mandats (élu en 1952, réélu en 1956) à la suite de Harry TRUMAN. Il met fin à la guerre de Corée. John Fitzgerald KENNEDY lui succède.

Il décède le 28 mars 1969.

Bibliographie :

Augustin de CANCHY, Creully, juin 44, un secret si bien gardé (Orep, 2019) : livre de plus de cent pages consacré au château du Creullet à Creully qui sert de quartier-général à Bernard MONTGOMERY du 8 au 29 juin 1944 alors qu’il commande le 21st Army Group regroupant à cette époque l’ensemble des forces terrestres alliées en Normandie, description des relations avec les habitants du château et des visites officielles (Winston CHURCHILL, Charles DE GAULLE, Dwight D. EISENHOWER, George VI) – Texte, photos, reproductions couleurs de documents d’époque.

Luc DE VOS, Dwight Eisenhower, un sans faute dans les Ardennes !, in Mook 19441 (Weyrich, 2019) : interview de quatorze pages soulignant d’une part la pertinence des décisions prises par Dwight D. EISENHOWER dès qu’il a connaissance des débuts de l’opération Wacht am Rhein / Herbstnebel dans les Ardennes, tant en termes d’organisation du commandement allié que sur l’affectation des renforts, et d’autre part l’impact de la bataille des Ardennes dans le rapport Est / Ouest juste avant la conférence de Yalta, la priorité mise sur le Front Ouest par les Allemandes permettant aux Soviétique d’atteindre l’Oder à moins de cent kilomètres de Berlin quand les Alliés en sont encore à six-cents – Texte, photos.

Stéphane JACQUET, L’histoire d’une photo légendaire, 5 juin 1944, 20h30, Ike au milieu de la 101st Airborne Division, in Normandie 1944 Magazine n°2 (Heimdal, 2012) : article de dix pages revenant sur le contexte de la série de photos montrant Dwight D. EISENHOWER s’entretenant avec des parachutistes de la 101st US Airborne Division avant leur départ pour être largués sur la Normandie – Texte, photos, reproductions couleurs d’objets d’époque.

Yannis KADARI & Hugues WENKIN, La cacophonie des généraux, entre surdité et compétition, in Batailles & Blindés hors-série n°25 (Caraktère, 2014) : article de douze pages sur les plans initiaux et réalisés de l’opération Overlord en Normandie avec la controverse qui se cristallise autour principalement de Dwight EISENHOWER, Bernard MONTGOMERY et Omar BRADLEY dans laquelle intervient également Winston CHURCHILL sur les options pour vaincre le III. Reich à l’Ouest – Texte, photos, cartes.

Luc VANGANSBEKE, Let’s go !, l’ordre de de départ et les objectifs, in Ligne de Front hors-série n°34 (Caraktère, 2018) : article de six pages sur la prise de décision de Dwight D. EISENHOWER de déclencher l’opération Overlord malgré les conditions météorologiques et la présentation des objectifs tactiques des forces d’invasion américaines et britanniques pour le 6 juin 1944 – Texte, photos, cartes.

Hugues WENKIN, La percée allemande, bataille des Ardennes, Bastogne, tome 1 (Weyrich, 2020) : livre de plus de cent quatre-vingt pages décrivant le contexte dans lequel se déroule la conception de l’opération Wacht am Rhein / Herbstnebel, l’échec du renseignement allié à interpréter les informations récoltées, le concept défensif indirect et les risques volontairement calculés pris dans les Ardennes par Dwight EISENHOWER et Omar BRADLEY qui restent dans l’expectative quant au lieu et au moment de l’apparition de la nouvelle 6. (SS-)Panzer-Armee tout en sous-estimant le potentiel offensif allemand, l’attaque de la 5. Panzer-Armee sur l’Our et la résistance de la 28th US Infantry Division face au LVIII. Panzer-Korps à Heinerscheid, Marnach, Clervaux et Wiltz, la réaction américaine avec l’envoi de renforts, l’absence de défense devant Bastogne et la percée de la 2. Panzer-Division en direction de Noville – Texte, cartes, profils couleurs.

Hugues WENKIN, Un calme blanc avant la tempête !, in Mook 19445 (Weyrich, 2020) : article de vingt-deux pages sur la situation alliée dans les Ardennes à l’issue de rétablissement de liaison avec la garnison encerclée de Bastogne, des tensions entres Dwight EISENHOWER, George PATTON et Bernard MONTGOMERY, de la précipitation du chef de la 3rd US Army qui provoque quelques désordres – Texte, photos.