Parachutistes allemands (Fallschirmjäger)

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, l’Allemagne est le premier pays à réaliser des opérations aéroportées de combat. Malgré des succès fulgurants en 1940 que ce soit en Norvège ou lors du déclenchement de Fall Gelb à l’Ouest en mai 1940, l’emploi massif de parachutistes se termine avec l’invasion très coûteuse de la Crète. Dès lors, si le nombre d’unités qualifiées de « parachutistes » se multiplient dans la seconde moitié du conflit, les opérations aéroportées deviennent plus rares et très limitées. Les unités dites aéroportées sont de plus en plus souvent utilisées comme des divisions d’infanterie classiques, leurs effectifs étant de moins en moins qualifiés pour sauter en parachute. La Waffen-SS constitue également ses propres unités. Au sol, les unités aéroportés allemandes se distinguent en URSS, en Afrique du Nord (El Alamein, Tunisie), en Italie (Monte Cassino), en Normandie, en Bretagne (Brest), en Hollande (face à l’opération Market-Garden) et dans les Ardennes mêmes si leur valeur combative diminue progressivement.

UnitésCréationDissolutionRemarques
7. Flieger-Division01/09/193830/04/1943Transformée en 1. Fallschirmjäger-Division
Luftlande-Sturm-Regiment02/11/193905/1942Mis sur pied pour la prise d’Eben-Emael et des pont sur le canal Albert lors du déclenchement de Fall Gelb
22. Luftlande-DivisionIssue de la 22. Infanterie-Division transformée en unité aérotransportable pour Fall Gelb et l’invasion de la Hollande en mai 1940
34. Infanterie-DivisionCertains éléments sont transportés en Fieseler Fi 156 Storch lors de l’invasion du Luxembourg (opération Fall Gelb)
Infanterie-Regiment GrossdeutschlandCertains éléments sont transportés en Fieseler Fi 156 Storch lors de la traversée des Ardennes (opération Fall Gelb, opération Niwi)
Fallschirmjäger-Brigade Ramcke07/194205/1943Transportée en Afrique du Nord, retraite depuis El Alamein, disparaît en Tunisie mais certains cadres sont utilisés pour mettre sur pied la 2. Fallschirmjäger-Division
1. Fallschirmjäger-Division01/05/1943Constituée à partir de la 7. Flieger-Division, combat en URSS, Sicile et Italie (Monte Cassino)
2. Fallschirmjäger-Division02/194316/04/1945Créée avec des éléments de la Fallschirmjäger-Brigade Ramcke, disparaît à Brest le 21/09/1944, est reconstituée en décembre 1944 sur la base du Fallschirmjäger-Regiment 6 pour disparaître dans la poche de la Ruhr
3. Fallschirmjäger-Division10/194315/04/1944Constituée avec des cadres issus de la 1. Fallschirmjäger-Division, combat en Normandie (Haies, Saint-Lô, poche de Falaise/Trun/Chambois), en Hollande face à l’opération Market-Garden, dans la forêt de Hürtgen, dans les Ardennes, sur le Rhin et termine la guerre dans la poche de la Ruhr
4. Fallschirmjäger-Division05/11/194326/04/1945Créée en Italie à partir d’éléments de la 2. Fallschirmjäger-Division et du Luftlande-Sturm-Regiment
Publicités

Bibliographie :

Bernard CROCHET, La bataille des ponts de la Meuse et du canal Albert, in 39/45 Magazine60 (Heimdal, 1991) : article de trois pages sur l’assaut des parachutistes allemands contre le fort d’Eben-Emael et les ponts du canal Albert (Vroenhoven, Veldwezelt, Kanne) – Photos, plan.

Hugues WENKIN, Eben-Emael, l’autre vérité (Weyrich, 2016) : livre de cent quatre-vingt pages décrivant et analysant la conception et la construction du fort d’Eben-Emael, l’assaut par les parachutistes allemands de la 7. Flieger-Division, les actions de la 7ème Division d’Infanterie belge ainsi que les assauts sur les ponts de de Kanne, Veldwezelt et de Vroenhoven sur le canal Albert – Photos, cartes, plans.