Marnach 1944

Le 16 décembre 1944, les Allemands lancent l’opération Wacht am Rhein / Herbstnebel, leur contre-offensive dans les Ardennes en direction de la Meuse puis d’Anvers. Carrefour routier sur la route qui mène de Dasburg sur l’Our à Clervaux, Marnach se retrouve directement dans l’axe de progression de la 5. Panzer-Armee. Le secteur est tenu par des éléments de la 28th US Infantry Division et du 630th US Tank Destroyer Battalion placés dans ce secteur plus calme suite à leur engagement dans la forêt de Hürtgen. Ils affrontent et repoussent l’infanterie de la 2. Panzer-Division qui attaque aux premières heures du matin.

Publicités

Les Américains reçoivent le renfort de quelques Medium Tank M4 Sherman du 707th US Tank Battalion tandis que les Allemands n’achèvent qu’en début d’après-midi leur pont sur l’Our. Mais à peine terminé, un Panzer V Panther rate sa manoeuvre, l’endommage en tombant dans la rivière et empêche toute traversée avant le milieu de l’après-midi. Seule l’arrivée des blindés et chars en fin de journée permet aux Allemands de s’emparer de Marnach. La résistance américaine provoque déjà une journée de retard sur cet axe, mais la route de Clervaux est ouverte. Cependant, les hommes de la 2. Panzer-Division ne progressent pas durant la nuit, perdant l’opportunité de s’emparer dans la foulée de Clervaux.

De son côté, Norman COTA, commandant la 28th US Infantry Division décide monter une contre-attaque pour reprendre Marnach avec les quelques éléments qu’il rassemble de sa division et du 707th US Tank Battalion. Le choc se produit au matin du 17 décembre 1944 à l’entrée de la localité. La contre-attaque est repoussée laissant la possibilité aux Allemands de progresser vers Clervaux qu’ils atteignent en fin de journée et dont ils s’emparent intacts. La deuxième journée de l’opération Wacht am Rhein / Herbstnebel s’achève et les Allemands n’ont progresser dans ce secteur que de onze kilomètres sur les cent-vingt qui les séparent de la Meuse

Bibliographie :

Henri CASTOR, Le GI face à la 5e Armée Panzer de la rivière Our à Dinant, tome 1 (De Krijger, 2003)

Jean-Paul PALLUD, Ardennes, album mémorial (Heimdal, 1986) : pages 210 à 212.

Hugues WENKIN, La percée allemande, bataille des Ardennes, Bastogne, tome 1 (Weyrich, 2020) : livre de plus de cent quatre-vingt pages décrivant le contexte dans lequel se déroule la conception de l’opération Wacht am Rhein / Herbstnebel, l’échec du renseignement allié à interpréter les informations récoltées, le concept défensif indirect et les risques volontairement calculés pris dans les Ardennes par Dwight EISENHOWER et Omar BRADLEY qui restent dans l’expectative quant au lieu et au moment de l’apparition de la nouvelle 6. (SS-)Panzer-Armee tout en sous-estimant le potentiel offensif allemand, l’attaque de la 5. Panzer-Armee sur l’Our et la résistance de la 28th US Infantry Division face au LVIII. Panzer-Korps à Heinerscheid, Marnach, Clervaux et Wiltz, la réaction américaine avec l’envoi de renforts, l’absence de défense devant Bastogne et la percée de la 2. Panzer-Division en direction de Noville – Texte, cartes, profils couleurs.