28th US Infantry Division

Publicités

Arbre encyclopédique

IndexUnitésEtats-UnisUnités terrestresDivisions d’infanterie

Historique

Une première 28th US Infantry Division est mise sur pied durant la Première Guerre mondiale. Elle dépend de la National Guard de Pennsylvanie durant l’Entre-deux-guerres avant d’être réactivée au niveau fédéral le 17 février 1941. Omar BRADLEY la commande durant son entraînement aux Etats-Unis.

Elle est transférée en Grande-Bretagne en vue de l’opération Overlord en octobre 1943 et rejoint la Normandie le 22 juillet 1944 quelques jours avant le déclenchement de l’opération Cobra qui enfonce les lignes allemandes et provoque la percée d’Avranches.

Elle participe à la libération de Paris aux côtés de la 2ème Division Blindée française.

Avec le V US Corps, elle traverse la Meuse et les Ardennes pour atteindre l’Our le 11 septembre 1944 et donc la frontière allemande. Dès le 13 septembre 1944, elle tâte le Westwall et tente de le franchir le 14 septembre 1944. La défense allemande dans le secteur contrôlé par le I. SS-Panzer-Korps avec la 2. Panzer-Division se raidit et l’empêche de progresser. Les problématiques de logistique entraînent la suspension des opérations dont reste une tête de pont en territoire allemand au-delà de l’Our sur les routes qui mènent à Burg-Reuland et Saint-Vith. Cette avancée demeure jusqu’à l’opération Wacht am Rhein / Herbstnebel et contrarie l’avance de la 116. Panzer-Division dans ce secteur.

Elle participe ensuite aux combats dans la forêt de Hürtgen qui rendent nécessaire une période de repos dans un secteur calme. Elle retourne dans les Ardennes où elle tient le front de la Schnee Eifel (exclu) à la Sûre en longeant l’Our. Le 16 décembre 1944, la contre-offensive allemande la frappe de plein fouet puisqu’elle subit les assauts des LVIII. Panzer-Korps, XXXXVII. Panzer-Korps et LXXXV. Armee-Korps. Malgré le rapport de force particulièrement défavorable, avec le support des 630th US Tank Destroyer et 707th US Tank Battalion ainsi d’éléments de la 9th US Armored Division, elle fait perdre un temps précieux à la 5. Panzer-Armee et à la 7. Armee qui mettent parfois plus de deux jour à s’affranchir de l’Our.

Placée au repos et rafraîchie, la 28th US Infantry Division rejoint le front autour de la poche de Colmar qu’elle contribue à résorber définitivement le 9 février 1945.

Publicités

Bibliographie

Yves BUFFETAUT, Hürtgen, les Allemands maîtres de la guerre d’usure, in n°55 (Histoire & Collections, 2012) : article de vingt-deux pages sur les combats de la forêt de Hürtgen du 13 septembre au 2 décembre 1944 décrivant les efforts alliés (1st US Infantry Division, 4th US Infantry Division, 9th Infantry Division, 28th Infantry Division, 5th US Armored Division, 70th US Tank Battalion, 634th US Tank Destroyer Battalion, 707th US Tank Battalion, 745th US Tank Battalion, 746th US Tank Battalion, 803rd US Tank Destroyer Battalion, 893rd US Tank Destroyer Battalion), pour percer en direction de la Roer puis de la plaine de Cologne et la résistance allemande (12. Volksgrenadier-Division, 47. Volksgrenadier-Division, 89. Infanterie-Division, 272. Volksgrenadier-Division, 275. Infanterie-Division, 344. Infanterie-Division, 353, Infanterie-Division, 116. Panzer-Division) qui permet au final de préserver les unités tenues en réserve pour l’opération Wacht am Rhein / Herbstnebel dans les Ardennes à partir du 16 décembre 1944 – Texte, photos, cartes, profils couleurs.

Stéphane JACQUET, 29 août 1944, l’armée américaine défile à Paris, in 39/45 Magazine n°367 (Heimdal, 2021) : article de dix pages sur la libération de Paris par la 2ème Division Blindée (DB) et les défilés organisés ensuite, dont celui réalisé par la 28th US Infantry Division et de la 5th US Armored Division le 29 août 1944 – Texte, photos.

Hugues WENKIN, La percée allemande, bataille des Ardennes, Bastogne, tome 1 (Weyrich, 2020) : livre de plus de cent quatre-vingt pages décrivant le contexte dans lequel se déroule la conception de l’opération Wacht am Rhein / Herbstnebel, l’échec du renseignement allié à interpréter les informations récoltées, le concept défensif indirect et les risques volontairement calculés pris dans les Ardennes par Dwight EISENHOWER et Omar BRADLEY qui restent dans l’expectative quant au lieu et au moment de l’apparition de la nouvelle 6. (SS-)Panzer-Armee tout en sous-estimant le potentiel offensif allemand, l’attaque de la 5. Panzer-Armee sur l’Our et la résistance de la 28th US Infantry Division face au LVIII. Panzer-Korps à Heinerscheid, Marnach, Clervaux et Wiltz, la réaction américaine avec l’envoi de renforts, l’absence de défense devant Bastogne et la percée de la 2. Panzer-Division en direction de Noville – Texte, cartes, profils couleurs.

Hugues WENKIN, Le miracle de Bastogne, in Ligne de Front n°33 (Caraktère, 2011) : article de vingt-deux pages sur les quatre premiers jours de l’attaque de la 5. Panzer-Armee en direction de Bastogne dans les Ardennes durant lesquels les contre-temps se succèdent (traversée de l’Our, errements de la 130. Panzer-Lehr-Division) tandis que le sacrifice de la 28th US Infantry Division permet d’engager la 10th US Armored Division à Noville et Mageret laissant le temps à la 101st US Airborne Division de s’installer en ville – Texte, cartes, photos.

Jeux d’Histoire

The Battle of the Bulge (Avalon Hill, 1981) : jeu d’Histoire (wargame) sur carte (hexagones) avec pions simulant l’opération Wacht am Rhein / Herbstnebel dans les Ardennes au niveau régimentaire du 16 décembre 1944 au 2 janvier 1945 incluant les appuis d’artillerie ainsi que les opérations Greif et Stösser – Livret des règles, aides de jeu, scenarii (2), cartes, pions (377) et dé.