Publicités

Omar BRADLEY

Né le 12 février 1893 aux Etats-Unis, Omar BRADLEY est un général américain qui combat au cours de la Seconde Guerre mondiale et occupe des commandements stratégiques au début de la Guerre Froide et de la Guerre de Corée.

Il occupe son premier commandement opérationnel lors de la fin des combats en Tunisie avant de participer à l’invasion de la Sicile.

Le 6 juin 1944, il coordonne l’ensemble des troupes américaines qui débarquent en Normandie. Il est le concepteur de l’opération Cobra qui permet aux Alliés de percer les lignes allemandes et de débloquer définitivement la situation en leur faveur en Normandie. Sa personnalité relativement effacée et malléable convient parfaitement à l’organisation particulièrement complexe de la chaîne de commandement alliée qui abrite également quelques très fortes personnalités telles que Bernard MONTGOMERY ou George PATTON.

Sa prévention du risque et sa difficulté à s’imposer de force sont en partie responsable des flottements qui empêchent les Alliés de fermer à temps la poche de Falaise en août 1944. Il est revanche l’un des artisans de la réaction américaine dans les Ardennes en décembre 1944.

Après la guerre, Omar BRADLEY occupe le poste de chef d’état-major des armées américaines avant de prendre la présidence du comité militaire de l’OTAN.

Il décède le 8 avril 1981.

Bibliographie :

Yannis KADARI & Hugues WENKIN, La cacophonie des généraux, entre surdité et compétition, in Batailles & Blindés hors-série n°25 (Caraktère, 2014) : article de douze pages sur les plans initiaux et réalisés de l’opération Overlord en Normandie avec la controverse qui se cristallise autour principalement de Dwight EISENHOWER, Bernard MONTGOMERY et Omar BRADLEY dans laquelle intervient également Winston CHURCHILL sur les options pour vaincre le III. Reich à l’Ouest– Photos, cartes.

Yannis KADARI & Hugues WENKIN, Falaise, premiers faux pas ! Entre tergiversations et incohérences, in Batailles & Blindés hors-série n°25 (Caraktère, 2014) : article de dix-huit pages sur la victoire incomplète alliée en Normandie en raison de l’échec à fermer hermétiquement la Poche de Falaise/Trun/Chambois liée à la mésentente entre Omar BRADLEY et Bernard MONTGOMERY, à l’opération Totalize qui ne débouche pas comme prévu, la résistance allemande à Argentan, au choix de pousser les pointes américaines sur la Seine et Mantes-Gassicourt plutôt que de les rabattre en direction des Britanniques et des Canadiens – Photos, cartes, profils couleurs.

Boutique :

Tallandier 2016 RONDEAU Benoit Patton

Crédits photos :

Les visuels présentés appartiennent à leurs éditeurs respectifs.


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :